Chapitre 18 : Les sorts de distransformatum.


Draco se redressa et cracha la tête de Voldemort au beau milieu du champ de bataille. Il s'approcha d'Harry, allongé, qui gémissait avec douleur, le dos en charpie. Le brun sourit alors en le voyant et leva le bras pour caresser sa tête. Mais soudain le cœur du dragon rata un battement et il s'écroula à terre. Le brun utilisa alors sa magie de Guérisseur pour se soigner et trouva dans sa poche la seringue. Il bénit Merlin, celle-ci était intacte. Il s'avança et planta l'aiguille avec force dans le ventre de Draco seul endroit malléable. Il vida le contenu et pria.

Le dragon sentit les effets pratiquement immédiatement. Décuplé par son sang, l'antidote tua le poison et ses muscles qui s'étaient endoloris se relâchèrent avec brusquerie. Il leva la tête vers Harry qui attendait patiemment, le cœur tout près à exploser si cela ne fonctionnait pas. Il eut alors l'envie de l'embêter et de jouer la comédie mais vu son air sérieux et inquiet il ne le fit pas et sourit.

- Ça va aller, Harry. Comme promis, je suis en vie…

Le brun se jeta sur son cou et bizarrement se mit à pleurer. Il pleura dans une joie sans fin. Son cœur se vida.

- Je t'aime Draco ! Je t'aime tellement !

- Harry ! Cria Ron derrière lui.

Le brun se retourna pour faire face à Ron, Hermione, Blaise et Pansy. Il courut vers eux et les prit tous dans ses bras. Draco regarda ça avec dans ses yeux un regard triste comme jamais auparavant. Plus jamais il ne pourrait le faire aussi. Comme n'importe quoi… être avec Harry, l'embrasser, avoir une maison… avoir un bébé… Tout ça, c'était fini pour lui.

Et maintenant que la guerre était finie, cela lui pesa bien plus car la réalité vint le frapper de plein fouet. Harry n'avait plus besoin de lui maintenant, et jamais il n'accepterait d'être un poids ! Il devrait partir.

- Tiens Harry, fit alors Ron en lui donnant un sac tout couvert de boue.

Le brun le prit avec plaisir et fouilla dedans. Tout y était. Il se retourna vers Draco et pencha la tête sur le côté, tout sourire. Il passa une main sur ses cheveux tous sales et dit :

- Ça ne te dérange pas d'attendre demain ! Je pense qu'on a tous besoin de repos et je ne veux pas me tromper alors autant faire ça bien !

Draco fronça les sourcils. Il se redressa et agita la queue.

- De quoi tu parles Harry ?

- C'est une surprise ! Fit-il avec un clin d'œil.


- Mais qu'est-ce que vous faîtes ! Marmonna Draco en mâchouillant le reste de l'araignée.

- Mon amour, enlève ça de ta bouche, c'est écœurant !

- Non ! C'est très bon, vraiment ! Tu n'en veux pas un petit peu ?

Harry eut une grimace dégoutée. Enfin, ce machin le tenait en place c'était déjà bien. Depuis qu'il avait érigé le cercle autour de lui, il n'arrêtait pas de poser des questions en regardant tout autour de lui. Il se trouvait dans la Forêt Interdite.

Deux jours s'étaient écoulés depuis la fin du règne de terreur de Lord Voldemort. Sa tête, comme son corps, fut brûlée et les cendres dispersées dans le lac de Poudlard. A la mort de leur chef, certains mangemorts se rendirent, d'autres essayèrent de fuir mais furent rapidement arrêtés.

Pareillement, on brûla les morts, ne souhaitant laisser aucune trace de cette sordide bataille. L'infirmerie était encore pleine à craquer ! Il y avait aussi beaucoup de familles qui déploraient des morts. Malheureusement, Harry ne pouvait rien y faire. C'était comme ça, il fallait s'y attendre, la guerre n'était pas ce qu'il y a de plus joyeux.

Il arrêta d'y penser ce matin quand il se réveilla tout requinqué avec la ferme intention de rendre à Draco son corps humain ! Il invita toute sa petite famille à l'aider et ils répondirent tous présents. Pansy tenait maintenant la plume d'Augurey dans sa main, près de Draco. Hermione tournait doucement la potion dans le petit chaudron qui bouillait joyeusement. Blaise et Ron tenaient leur bol en attendant la suite.

Harry était devant Draco feuille à la main.

- C'est prêt ! S'exclama Hermione avec gaieté.

Ron s'approcha, tendit son bol qu'elle remplit. Il alla se replacer alors que Blaise faisait de même. Puis elle remplit le sien avec ce qui restait et éteint le feu en y balançant d'un coup de pied de la terre. Hermione vint se placer derrière Drake qui tourna le cou pour la regarder. Il ne comprenait pas du tout ce qu'il faisait et cela commençait à l'agacer.

Il avait terminé de manger son acromantula et maintenant il faisait un peu plus attention à ce qui se passait. Il fronça les sourcils mais ne dit rien même si le « c'est une surprise » ne l'amusait plus ! Cependant, il avait confiance en eux, alors il savait qu'il n'avait pas de crainte à avoir. C'est juste qu'il n'avait pas trop de patience.

- Pansy, tu as le morceau de papier ?

- Dans ma main !

- Bien tu sais ce que tu as à faire. Fais attention à bien t'éloigner après !

- Pas de problème !

- Bon Draco, ça va te chatouiller un peu mais il faut que tu restes bien immobile d'accord !? On va commencer.

Avant qu'il ne puisse dire quoi que se soit, Harry leva une main vers lui et de la lueur verte en sortit. Un long filament le toucha en passant juste au dessus de la tête de Pansy. Au début il était faible mais quand il entra en contact avec le dragon, il doubla de volume et la magie resplendit d'un vert fluo magnifique. Tout le monde fut éblouit.

- Par les pouvoirs des sorts de distransformatum, scanda Harry, emplit le corps de ce dragon. Que ce qui a été fait, soit défait. Que ce qui a été lié soit délié. Que ce qui a été construit soit détruit…

Pansy se mit alors à griffonner en grosse lettre des mots en latin sur le ventre du dragon avec la plume d'Augurey vide de toute encre. Pourtant les mots apparurent brusquement sur son ventre, illuminé d'un vert émeraude. Quand elle eut fini, elle s'écarta rapidement en prenant bien soin de ne rien toucher. Harry eut un brusque sursaut. Il n'était qu'au premier sort mais il sentit son cœur commençait à battre de plus en plus fort.

- Par les pouvoirs des sorts de distransformatum, emplit le corps de cet être qui n'est pas le bon. Que l'animal qui a volé et saccagé, soit ôté. Que l'humain qui a souffert, soit rendu. Que la paix dans son corps, soit nouvelle…

Ron jeta correctement la potion sur lui et Draco sentit une petite brûlure sur son corps. Il fit son possible pour ne pas bouger alors que son instinct lui criait de grogner et de mordre. Il n'était pas question de mettre en périls tout ce qu'ils avaient accomplis jusque là. Harry sentit sa main trembler alors qu'une sueur froide glissa sur sa nuque.

Il était en train de se vider complètement, et la magie du dragon n'agissait pas assez vite. C'est lui qui devait activer le mouvement. L'ayant répété des dizaines de fois, il murmura la troisième formule, écrite en Grec et Blaise jeta son bol sur un Draco qui laissa apparaître une dent pour montrer sa colère.

Mais le blond était tellement inquiet pour Harry qu'il ne faisait plus attention. Il le voyait transpirer à grosse goutte alors que la lumière faiblissait. Mais Harry se reprit. Il n'allait sûrement pas abandonner si proche de la fin ! Il ouvrit de grands yeux qui se firent aussi verts que la lumière qui l'entourait maintenant complètement. Et ses pupilles s'agrandirent tellement que le noir recouvrit tous ses iris. Ne resta qu'un anneau vert autour d'elles.

La magie doubla encore de volume et un vent d'une extrême violence se mit à souffler d'un coup, souleva des volutes de poussière autour d'Harry. Il soupira en sentant toute cette magie affluer en lui et comprit qu'il pouvait terminer le rituel. Il revint sur la feuille et incanta le dernier sort, en Latin cette fois. Hermione jeta le plus gros de la potion sur le dragon et s'enfuit avec les trois autres.

Draco sentit alors des picotements le prendre en commençant par là ou la potion le touchait. Puis petit à petit se fut tout le corps. Il se sentit tomber sans pouvoir y remédier. Il grogna d'abord, une douleur qui lui était encore inédite. Il finit par hurler un cri de dragon horrifié. Il eut peur, très peur, quand il sentit la queue qui lui maintenait une parfaite stabilité disparaître. Il ne put tenir plus longtemps et s'écrasa au sol.

Harry se mordit la lèvre alors qu'il se rapprocha. Le cri strident que faisait le vent autour de lui l'empêcha d'entendre quoique se soit. Il ne pouvait pas comprendre que le dragon hurlait de douleur. Mais ce qu'il vit l'assura tellement qu'il doubla de capacité en baissant la tête et fronçant les sourcils.

La feuille tomba et il utilisa les deux mains. Cela doubla le transfert et bientôt Draco se vit rétrécir de dizaine de centimètre puis de mètres. Et bientôt il eut la tête d'un énorme dragon de Komodo sans queue tout blanc. Enfin les écailles disparues, les griffes et pattes firent place à des jambes et des bras. Le dernier fut la tête, qui se raccourcit pour redevenir plate.

Harry fut ébloui par la pâleur de Draco qu'il trouva encore plus blanchâtre qu'avant. C'est la dernière pensée lucide qu'il eut. Le sort s'arrêta de lui-même et Harry s'écroula au sol, totalement inconscient. Ron arriva vite et recouvrit Draco d'une couverture qu'ils avaient apportée.

Celui-ci respirait très fortement sentant l'afflux de magie repartir lentement. Il transpirait beaucoup et d'énorme crampe le prenait dans tout le corps. Il n'arrivait pratiquement pas à bouger ! Il arriva cependant à ouvrir les yeux et ceux-ci s'écarquillèrent alors que la couleur était revenue. Terminé le regard du dragon il voyait parfaitement bien, même mieux.

- Ron… Je suis… Je suis…

Mais il s'évanouit à son tour.

- Draco ? Draco !

- Harry ! Harry, oh mon dieu ! Ron ! Harry saigne !


Harry ouvrit les yeux avec douleur. Il regarda autour de lui et remarqua qu'il était à l'infirmerie. Un silence étrangement calme y était. Cela faisait donc sûrement plusieurs jours qu'il devait dormir. Il sentit ses bras et ses jambes étrangement faible. Il n'avait plus aucun mal mais, il avait dû mal à les soulever. Un à un il remit les choses dans l'ordre. La bataille, la fin de la guerre, ils étaient à l'infirmerie puis Harry avait décidé de procéder au rituel.

Par Merlin, le rituel ! Avait-il fonctionné !? Oui, ça avait fonctionné, l'espace d'un instant il avait vu Draco en tant qu'humain. Mais par la suite il s'était évanoui alors autant en tombant, le charme avait été rompu et Draco était redevenu un dragon ! Le brun ne se souvenait plus s'il avait mis fin au contact en tombant dans les pommes ou si c'est parce que le rituel fut fini qu'il était tombé dans les pommes.

Mais bientôt, la réponse apparut juste devant ses yeux. Sous la forme d'un blond qui semblait avoir repris des couleurs. Le brun sourit et quand ses yeux se stabilisèrent, il admira la beauté de son petit ami. Oh que oui, ça l'avait manqué. Son visage, ses yeux. Ses fossettes magnifiques quand ses lèvres se fendaient de son si beau sourire. Et là Harry éclata d'un rire qui lui fit mal aux poumons.

- Oh Harry ! J'attendais meilleur accueil… Bouda Draco en cachant ses oreilles.

- Il y a eu des effets secondaires ? Rit son brun.

- Apparemment ! Hé ! Cesse de rire. Les autres se sont assez moqués comme cela.

- On dirait un elfe, ou une sirène. Oh oh ! Une petite fée !

- Harry. Si c'est comme ça je retournes me coucher.

- Non, reste ! S'exclama Harry en reprenant un peu son sérieux.

Il ne put malheureusement s'empêcher de regarder ses mignonnes petites oreilles toutes pointues. Il semblait pour l'instant que c'était la seule chose qui n'avait pas changé. Draco le contredit en sortant les mains des poches de son pantalon blanc . Il les lui montra en agitant les doigts. Ces mains étaient aussi fines que des baguettes magiques et des ongles griffus les faisaient pointer. Cependant elles avaient une taille correcte, ce qui retira un peu de leur étrangeté.

Harry leva son lourd bras et le tendit vers lui.

- Viens, laisse-moi… te toucher.

Le blond sourit et posa sa main dans la sienne. C'est une explosion de sensation que ressentit Harry. De sensation si intense qu'il écarquilla les yeux en se traitant de pervers. Mais il ne put s'empêcher. Draco, SON Draco était là devant lui, sans écailles à quelques exceptions près et bizarrement les larmes dépassèrent ses paupières et il pleura.

- Tu es une vraie fontaine, mon amour…

Draco posa son autre main sur son front, se pencha et l'embrassa tout doucement d'abord. Puis plus prononcé et bientôt il fut assis sur le lit et l'embrasser à perdre haleine. Ils ne pouvaient remplacer plus de trois semaines de baiser non échangé et pourtant ils essayèrent si forts que se fut un toussotement qui les firent sursauter et rappeler qu'ils étaient dans une infirmerie.

Ils se séparèrent pour regarder qui les dérangeait et ce ne fut autre que l'infirmière elle-même, pas très contente.

- M Malfoy, vous me ferez le plaisir de regagner votre lit. Et vous M Potter, ne vous réveillez pas que pour copuler avec votre petit ami ! Il y a des gens qui vous attendent !

Alors que le mot « copuler » l'avait extrêmement fait rougir, Harry soupira comme s'il s'y était attendu.

- Bon bah, pas de Draco, pas de discours !

Draco éclata de rire et ne se rétracta même pas devant l'air refrogné de la vieille femme. Il haussa les épaules et partit, encore de moins bonne humeur ! Le blond en profita pour revenir dans le lit du brun et se glissa dedans. Harry l'accepta bien volontiers en se serrant à lui, la tête sur son torse toujours aussi bien musclé. D'ailleurs il nota combien ça aussi ça lui avait manqué.

- Combien de temps j'ai dormi ?

- Pour tant remettre ? Une bonne dizaine de jours ! Et moi trois… Mais tant que je ne suis pas débarrasser de ses attributs, Mme Pomfresh refuse de me laisser sortir. Au début ça m'arrangeait mais maintenant que tu es debout, tu vas nous faire sortir de cet horrible endroit, hein ?

- Oui, bien sûr ! Dès que j'arrive à mettre un pied devant l'autre !

Le blond rit.

- Et ils disparaissent ? S'inquiéta le brun.

- Oh oui ! Tu aurais vu il y a cinq jours c'était immense et mes mains… une horreur.

Ce fut au tour d'Harry de rigoler. Il se serra un peu plus fort à lui et un doux silence s'installa, bercé par les battements de cœur irrégulier de Draco. Le brun respira fortement son odeur. Il s'accrocha à son haut comme un homme en train de se noyer à sa bouée. Cette sensation était devenue si belle, mais il savait que c'était parce qu'il avait eu peur de la perdre. Et Draco aussi. Au bout d'un moment il murmura :

- Harry…

- Hum ?

- Merci… Merci pour tout, merci pour m'avoir retransformé, merci de m'aimer. Je ne sais pas ce que je ferais sans toi.

- Sans moi, tu n'aurais pas eu à te transformer en dragon. C'est à moi de te remercier. Pour tous les sacrifices que tu as faits et toutes ses choses que tu m'as dites. Tu m'as fait reprendre goût à la vie et tu m'as fait croire en l'amour. Je… Hésita-t-il puis il se tut complètement.

- Tu peux le dire Harry. Je ne crains plus rien.

- Comment peux-tu le savoir !?

- Je le sais… Tu peux le dire…

- Je t'aime, souffla Harry du bout des lèvres.

Draco ferma les yeux alors que ces doux mots résonnèrent dans sa tête avec bonheur. Le brun remarqua l'effet que ça lui faisait alors il l'embrassa sur le menton et chuchota à nouveau :

- Je t'aime… Toi et toi seul. Pour la vie…

Le blond pencha la tête et prit ses lèvres dans les siennes.

- Ah non, mais ! S'écria l'infirmière qui revenait. Vous allez me le fatiguer ! Allez, oust !

Ils soupirèrent.


Harry monta sur l'estrade ou la table de professeur avait été retirée. Derrière lui, ceux-ci étaient en ligne serrée debout et tout sourire. Son bras gauche encore inactifs et qui prendraient paraît-il du temps à bouger, était retenu par une écharpe en soie blanche appartenant à Draco. Il regarda tout le monde. Ils étaient tellement nombreux que la Grande Salle débordait. Le bruit des flashs se faisait retentir à travers la salle alors qu'on le mitraillait. Harry sonorisa sa voix.

- Euh… Bonjour… Je suis pas très… doué… pour les discours. Je dirais même que ça me met mal à l'aise moi qui aime bien être tout petit. Alors je vais aller à l'essentiel et essayer d'être clair. D'abord, je tiens à féliciter vous tous autant que vous êtes. Car chacun de vous à su apporter son aide dans cette guerre maintenant finie.

Il fit une pause et chercha ses mots. Il avait refusé poliment le discours tout préparé du ministère de la magie et ne le regrettait pas le moins du monde ! Il n'avait lu que deux phrases et cela lui avait tapé sur le système. Alors là, improviser comme ça, c'était plus dur qu'il ne le pensait.

- Je vais pas vous baratiner, j'ai franchement envie que chacun de vous pleure ses morts aujourd'hui… Et peut-être demain aussi. Mais après… Après il faut que vous alliez de l'avant en n'oubliant pas ce que nous avons donné pour en arriver là. Pour gagner notre droit. Celui de vivre dans un monde meilleur. Le droit au petit Teddy, fils de Remus et Dora, de grandir. Le droit à la petite sûrement Victoire de Bill et Fleur, de naître… le droit à moi de finir mes études ! Et sûrement que je serais diplômé !

Ils rirent tous.

- J'aimerais vous présenter quelqu'un… S'exclama-t-il quand le silence se fit.

Il tendit la main vers Draco qui prit un air totalement surpris et hocha négativement la tête.

- Allez viens !

Il finit par obéir et monta sur l'estrade. Quand ils furent face à eux, un long murmure emplit la pièce. Ils regardaient surtout ses oreilles qu'ils trouvaient étranges.

- Et oui. Vous l'aurez sûrement reconnu, mais c'est Draco Malfoy. Cependant je le connais aussi sous d'autre surnom. Il est à la fois le grand vainqueur de cette guerre, mon petit ami, le tueur de mage noir du nom de Voldemort, le massacreur de centaines de mangemort. Le mâchouilleur d'Acromantula !

Le brun rit alors que Draco murmura :

- Arrête, Harry, le goût est encore dans ma bouche !

Ils se sourirent avec dans les yeux un amour sans fin. A contrario, tout le monde resta sceptique sans comprendre. Finalement, Harry les éclaira en rajoutant :

- Mais je pense que vous vous le connaîtrez plus sous le nom de Drake, le dragon protecteur de Poudlard.

Il eut un long sifflement dans la salle. Certes, personne ne savait qu'il se surnommait Drake mais quand il parla de « dragon », ils comprirent. Il eut un brouhaha immense et soudain :

- Alors c'était toi ! S'écria quelqu'un dans la foule.

- Et oui, affirma Harry en attrapant brusquement son oreille, d'ailleurs sa dernière transformation à laisser des séquelles.

Draco grogna en boudant un peu. Ils rirent tous alors qu'une exclamation soudaine s'empara de la salle. On applaudit bien fort le blond qui était remonté dans la notoriété de tous. Il sourit en baissant les yeux, un peu gêné.

- La guerre est finie ! Vous n'avez plus besoin du dragon protecteur alors si vous voulez bien, je vais le garder pour moi !

Il l'attrapa par le bras et sourit de toutes ses dents.

- Vivez heureux ! C'est tout ce que j'ai à vous dire. Et que la fête commence !

Les deux descendirent de l'estrade alors qu'un immense brouhaha débuta. Draco l'attrapa par le poignet avant qu'il n'aille trop loin et le fit pivoter pour l'attraper par la taille.

- Plus jamais ça ! Grogna-t-il avec un sourire tout de même.

- Plus jamais… chuchota-t-il en souriant. Mais avoues que tu as aimé…

- C'est toi que j'aime !

Draco se pencha et l'embrassa avec fougue. Harry se recula juste de quelques centimètres pour chuchoter contre ses lèvres.

- Moi aussi, je t'aime.

- Et mon cœur de dragon en est comblé…


Fin


Et voilà, enfin fini. Je suis désolée du retard et je remercie toutes les personnes qui m'ont suivie et reviewer. Je vous adore!