The harder they fall de LadyExcalibur2010

/ - 57 - \

Il était une fois mon Haricot

J'étais assis dans la cuisine qui était en quelque sorte l'œil du cyclone. C'était merveilleux d'avoir tout le monde à la maison, bien sûr. Mais quelquefois j'étais encore un peu dépassé. Même après avoir eux trente ans pour m'habituer à eux tous, ils pouvaient encore m'obliger à chercher un peu de calme et de tranquillité. Il étaient sacrément trop nombreux.

Bella et Dani s'occupaient de tout. Tout ce que je n'entendrais pas directement de Dani Bella me le dirait sauf si elle avait prêté serment pour leur code "secrets de filles". La plupart du temps ça l'emportait sur l'était civil, je l'avais découvert au fil des années. Je m'en accommodais parce que d'habitude c'était des choses avec lesquelles je n'étais pas d'accord.

Je vivais dans un monde bienheureux où ma fille n'avait jamais vu un pénis... D'accord je vais arrêter là avant que mon repas ne remonte.

Bien sûr, mon petit monde illusoire allait bientôt recevoir un coup de pied dans les couilles avec l'arrivée de cet homme, Eli. Il avait l'air assez agréable. Il jouait bien son rôle. Il était poli et parlait bien, ressemblant à un gentleman. Peut-être un peu trop? C'est ce qu'il fallait que je découvre. Bella m'avait déjà briffé quand j'avais osé lui faire part de mes réflexions sur la situation délicate dans laquelle se trouvait ce Monsieur Alexander.

Elle avait débité des âneries à n'en plus finir, disant qu'elle faisait confiance à Dani et qu'elle ne nous avait jamais déçus avant et comment nous l'avions élevée pour être capable de discerner le caractère de chacun... Bla bla bla bla. Tout cela était bel et bien vrai et dans des circonstances normales je me serai incliné devant la sagesse de Bella et les instincts de Dani.

Mais maintenant j'appelai ça des conneries et en tant que père, c'était mon droit.

J'étais bien, bon pas ravi, mais ça allait, avec l'idée de son garçon venant rencontrer sa famille. J'avais hâte d'avoir la chance de l'évaluer directement, voir de quoi il était fait. Et je n'étais pas arrivé à des conclusions rassurantes. Il y avait quelques points contre lui et je n'allais pas lui dérouler le tapis rouge.

Premier point : en effet il avait une Harley. J'en ai assez dit.

Deuxième point : il a posé sa main dans le bas du dols de ma fille tandis qu'il s'avançaient dans la pièce. Pourquoi ne pas entrer et se la taper là, ce serait fait!

Troisième point : il essayait vraiment de faire trop bonne impression.

Quatrième point : je n'ai pas besoin d'un quatrième, Dani est ma fille bon sang.

Alors je m'étais assis en attente dans la cuisine. Je boudais dirait Bella. Je méditais, maintenais-je. Quoi qu'il en soit j'étais seul et je pouvais tous les entendre rire et avoir du bon temps et ce Eli était sans doute en train d'essayer de convaincre Dani de trouver un coin sombre et il pourrait mettre ses mains partout sur son corps, dans des endroits qui ne lui appartenaient pas. Jamais.

Peu importe qu'ils vivent déjà ensemble ou pas. Et c'était autre chose...

"Monsieur Cullen?"

En parlant du diable. Je le regardai et essayai de me composer un visage accueillant mais si la façon dont le gars déglutit était une indication, j'avais lamentablement échoué.

Bien.

"Ouais?" Je savais bien que Bella allait me botter le cul si elle m'entendait mais elle n'était pas là et ce qu'elle ne savait pas ne pourrait pas me faire de mal. Non?

A moins que le gamin soit un rapporteur. Il avait cette expression. Vous ne pouvez pas faire confiance à un rapporteur.

"Je voulais , euh... vous parler Monsieur," bégaya-t-il.

Quel genre d'homme était-il s'il ne pouvait même pas tenir une simple conversation?

"Vas-y" dis-je en poussant une chaise pour lui avec mon pied. Ça c'était au moins un geste qu'il pouvait comprendre.

Il prit une profonde inspiration et s'assit puis il posa ses mains sur la table. Qu'avait vu ma fille dans ce type "Monsieur, je voulais vous parler."

"Tu l'as déjà dit," fis-je remarquer sèchement. Je vis un éclat de panique passer dans ses yeux et je me sentis mal.

J'étais un vieux fou boudeur et je n'étais pas prêt à ce que ma petite fille soit une adulte. Mais ce n'était évidemment pas à moi de faire ce choix. En vérité ça faisait des années qu'elle était adulte. Je soupirai et secouai la tête. Bella n'aurait pas besoin de me botter les fesses, j'avais le sentiment que je pouvais tout aussi bien le faire moi-même. J'étais un âne mais j'espérai encore n'être qu'un âne qui pourrait être récupéré.

"Désolé," marmonnai-je. C'est tout ce que je pus formuler comme excuse mais ça sembla le satisfaire ce qui m'énerva encore plus. Finalement je n'étais pas récupérable.

"Monsieur, je voulais que vous sachiez que j'aime votre fille," dit-il tranquillement. Il avait arrêté de gigoter et arrêté d'éviter mon regard. Maintenant je le regardai dans les yeux et je réalisai que ce "garçon" avait trente-deux ans aussi, ce qui n'était pas beaucoup plus jeune que moi quand j'avais rencontré Bella.

Eh bien putain, quand par l'enfer étais-je devenu si vieux?

"Et je ferai n'importe quoi pour la voir heureuse," poursuivit-il. "Le fait est que..." Il souffla et se rapprocha. "La chose c'est que, monsieur, j'ai ... la bague." Mon cœur tomba comme une pierre au fond de l'océan. "Et je veux la lui donner, lui demander de m'épouser. Parce que même si parfois elle me rend fou, je ne peux pas imaginer vivre un seul jour de ma vie sans elle." Je savais exactement ce qu'il voulait dire, parce que la mère de Dani avait rempli ma vie et Dani y avait rajouté une nouvelle dimension. Je me sentais de plus en plus affectueux envers cet intrus parce qu'il avait reconnu la valeur de notre Dani. Il ne pouvait pas être entièrement mauvais s'il pouvait voir ça. Mais il parlait de ma petite fille, l'enfant qu'autrefois j'avais appelé notre Haricot. La petite fille que j'avais poursuivie dans le couloir. La jeune femme à qui j'avais appris à conduire. La femme que j'avais vu partir en camp d'entrainement. Et maintenant on me demandait de la laisser complètement partir.

Des dizaines de souvenirs se bousculèrent dans ma tête.

Dani nouveau-né découvrant le monde comme si elle se demandait où diable elle avait atterri.

Dani trottinant avec Emmett qui lui tenait les mains, penché au-dessus d'elle jusqu'à ce que son dos lui fasse mal.

Une Dani plus âgée sur son vélo qui nous fit très peur quand elle se blessa.

Dani nous suppliant pour pouvoir passer sa licence de pilote.

Dani nous avouant ce qui s'avéra être son premier excès de vitesse, le premier d'une très longue liste.

Dani et son cœur brisé, assise à côté de moi pendant que des chants de Noël résonnaient en fond sonore. Un stupide garçon lui avait brisé le cœur et je l'avais tenue pendant qu'elle pleurait et attendait que sa mère rentre à la maison. J'avais levé les yeux et avait vu les quatre mêmes expressions outrées sur le visage de ses frères. Ils étaient tous à la maison pour les vacances. Il avait fallu argumenter rapidement pour les convaincre que ce garçon stupide n'avait pas besoin qu'ils lui rendent une petite visite ensemble.

Dani assise sur la même chaise qu'occupait Eli en ce moment, nous expliquant pourquoi elle voulait rejoindre la Marine et être pilote.

Dani prêtant serment, s'engageant à protéger notre pays et repenser à ma prestation de serment quelques quarante ans plus tôt. Dieu que j'avais été fier. Et terrifié. Un mélange de boyaux qui se tordent et de larmes qui menacent.

Et maintenant il y avait cette nouvelle étape, ce garçon, cet homme qui disait qu'il aimait ma fille et qu'il voulait passer sa vie avec elle.

La sincérité et le respect véritable brillaient dans ses yeux, et même moi qui ne voulait pas l'admettre, je pouvais voir qu'il l'aimait avec tout ce qu'il avait en lui. Ça me rappela le regard d'Emmett la fois où il me dit qu'il se marierait avec sa Rose... un jour. Ou celui de Seth quand il nous avait présenté Abby. La joie de Sam, il vibrait presque, quand il parlait de Mary. Ou l'enthousiasme bruyant et exubérant de Jake quand il avait ramené à la maison la femme et l'enfant qu'il aimait.

Nous les aimions tous, profondément et intensément.

Dani n'y faisait pas exception. Si cet homme disait qu'il l'aimait je savais qu'elle l'aimait aussi. Je l'avais vu son visage, dans ses yeux, la façon dont elle le cherchait constamment du regard, la façon dont elle se détendait quand il la touchait simplement. Dani qui pouvait être très dure et agressive comme un pit-bull était quelqu'un de différent avec ce gamin. Toujours elle-même mais douce et aimable, à l'aise dans sa peau. Elle n'avait rien besoin de lui prouver et elle le savait.

Et il l'aimait.

Il me regardait tandis que je luttai pour concilier mes souvenirs de cette petite fille sur un tricycle et la jeune femme qui était prête à s'embarquer dans la grande aventure de la vie - aimer quelqu'un de toutes les façons possibles.

Je lui souris et vis son corps entier se détendre tandis que de la sueur apparaissait sur son front. Oui je le tenais encore et une partie de moi s'en félicitait. "Alors tu aimes ma petite fille, fiston?"

Il hocha la tête en déglutissant difficilement. "Et je l'aimerai toujours, et je ferai tout ce que je peux pour lui faire plaisir, je ferai ce dont elle aura besoin... je vais m'assurer qu'elle soit heureuse et je vais bien m'occuper d'elle mais si je lui dis ça comme ça elle va me botter le cul."

Eh bien au moins il savait de quel genre de tigre il allait tenir par la queue, pensai-je.

"Elles n'aiment pas faire du surplace ces femmes Cullen," l'avertis-je.

"Oui monsieur j'ai compris ça, fort et clair quand elle a eu la grippe il y a deux mois," déclara-t-il. "Je ne referai pas la même erreur, je vous assure." Je ris parce que je pensai que Dani lui avait déjà tiré les oreilles une fois ou deux. Il était calme et facile à vivre ce qui était exactement ce qu'il fallait à Dani. Une autre boule de feu comme elle et ils auraient brûlé le sol autour d'eux avant même qu'ils ne s'en rendent compte.

"Mais ça ne signifie pas qu'il ne faut pas s'occuper d'elle," ajoutai-je. "Juste subtilement."

"Subtilement," dit Eli en hochant la tête. "Je peux la jouer subtile."

"Et tu serais le premier à pouvoir le faire," lui dis-je avec un ricanement. Son visage se décomposa et je soupirai. Il avait encore trop peur pour penser que c'était quelque chose de drôle. Bien. "De temps en temps tu vas échouer mais Dani est comme sa mère, son bon cœur pardonne."

"Oui monsieur," dit-il.

"Elle est impatiente et irresponsable mais ça je suppose que tu le sais déjà."

"Oui," admit-il avec un sourire contrit. "Et elle conduit trop vite."

Je ne pouvais vraiment pas dire grand-chose, je grognai. C'est pratique bien que Bella refuse de le voir.

"Eh bien je suppose que tu sais dans quoi tu t'engages," admis-je. "Tu n'avais pas à venir me voir mais j'apprécie ton geste, mais nous savons tous que ma fille décide pour elle-même de ce qu'elle veut."

"Et comment," acquiesça-t-il en roulant des yeux.

Il fallait que je rie parce que j'avais fait la même expression un grand nombre de fois lorsque je devais marchander avec Dani. "Quelquefois il te faudra une bière puis t'asseoir et la laisser s'emporter," lui conseillai-je. "Rien ne l'arrête et il ne vaut mieux pas se trouver sur son passage."

"C'est ma stratégie habituelle," confessa-t-il avec un petit sourire.

"Alors tu fais bien." Je lui tendis ma main, bien poli et tout. Bella serait fière de moi. "Alors... je suppose que c'est ici que je te dis "Bienvenu dans la famille, fiston"?"

"Oui je suppose aussi." Mais ce n'était pas Eli qui répondit, c'était Dani, debout dans l'encadrement de la porte ses yeux scintillaient de larmes et les bras de Bella l'enlaçaient.

Elle se jeta sur Eli et je me permis un petit regret, je n'étais plus celui qu'elle allait voir en premier. Quelqu'un d'autre avait pris ma place comme il se doit. Mais ça faisait toujours un mal de chien.

Bella m'étreignit pour apaiser ma peine. Ça aidait mais elle était toujours là - elle y serait toujours. Je m'y ferais.

Puis Dani se tourna vers moi me serrant étroitement et chuchotant à mon oreille : "Merci papa d'être toi."

La douleur n'était plus si mauvaise finalement.

Plus autant.


Voilà ce bonus clôt définitivement cette histoire

Je tiens à toutes vous remercier de l'avoir suivie

Une pensée pour LadyExcalibur2010 qui a réussi à me mettre de bonne humeur à chaque nouveau chapitre

Je rajouterai un tout petit quelque chose sur The bigger they are... demain

pour en terminer définitivement

Et ensuite nous passerons à une autre histoire...

I