Epilogue

Il était rentré depuis exactement deux heures et treize minutes. Il était parti depuis quatre mois. Quatre mois pouvaient être longs ou bien courts. Quatre mois pouvaient permettre à plein de choses d'arriver, tout comme absolument rien. Après tout, il lui avait fallu moins de quatre mois pour tomber sous son charme.

Il regarda une nouvelle fois le numéro de la porte. C'était le bon. Ne cessant de tendre et détendre ses poings, il finit par lever sa main droite vers la porte. Il avait survécu aux pires entrainements militaires pendant quatre mois, il pouvait frapper à une porte, non ? Finalement sa main entra en contact trois fois avec le bois de la porte. Il entendit du bruit dans l'appartement, avant de voir la poignée s'abaisser.

La dernière fois qu'il l'avait vu, elle avait les joues rouges à cause du froid, les cheveux en batailles suite à sa course et les larmes aux yeux à cause de lui. Et en la voyant devant lui, les yeux ouverts d'étonnement et ses lèvres fines légèrement écartées, il retrouva tout le courage qu'il lui manquait. Il se jeta en avant, faisant entrer leurs deux corps en collision, mais se servit de ses bras pour l'empêcher de tomber en arrière. Il n'eut pas le temps de réfléchir plus longtemps avant que ses lèvres trouvent leurs jumelles féminines.

Elle resta quelques secondes inertes, avant d'encercler sa nuque de ses bras et de répondre à son baiser. S'écartant légèrement de son visage, il lui mordit doucement la lèvre inférieure, ne voulant pas perdre le contact physique. Même redoutant sa réaction, il ne lâcha pas son regard, attendant qu'elle parle en premier.

- Bon retour.

Sa voix était douce et suivit par l'un de ses plus beaux sourires, avant qu'elle ne l'embrasse légèrement.

- Tu ne devais pas m'attendre.

- C'est le cas. Cependant personne n'est venu me sauver ces quatre derniers mois. Bien qu'il y en n'ait pas eu besoin.

Il sourit à son tour face à sa réponse et laissa leurs lèvres se rencontrer une énième fois. Et alors qu'elle l'entrainait dans l'appartement, il ne put s'empêcher de se promettre de ne plus jamais la laisser.

[…]

Un bras se tendit au-dessus de la route et le bus qui arrivait mis son clignotant, informant les autres véhicules qu'il s'arrêtait. Plusieurs personnes se pressèrent vers la porte avant de celui-ci, alors que d'autres descendaient par les portes arrières.

Les passagers s'entassèrent à l'intérieur. Et au milieu de toutes ces personnes aussi différentes les unes que les autres, une jeune femme se fraya un chemin. Elle ne fit pas attention à tout ce qui l'entourait, un seul but en tête. Elle finit par attraper une main masculine que se tendit devant elle. Son regard émeraude rencontra d'abord le blouson de cuir noir et se leva doucement. Des épaules larges et une mâchoire carrée entrèrent dans son champ de vision et elle se dit qu'en fermant les yeux, elle pouvait décrire parfaitement le reste de ce visage. Les lèvres qui l'embrassaient tant de fois, le nez droit qui frôlait sa peau si souvent, les cheveux noirs dans lesquels elle passait ses mains inlassablement et les yeux noirs qui la dévoraient sans cesse.

Un sourire étira ses propres lèvres, lorsque ses yeux entrèrent finalement en contact avec leurs doubles noirs. Elle ne put s'empêcher de se lever sur la pointe des pieds, afin d'embrasser les lèvres dont elle rêvait tant, avant qu'un sourire en coin ne se forme sur celles-ci.

FIN


Et voilà la fin de cette fiction! Je vous remercie pour vos commentaires et de m'avoir suivie! :)