Bonjour à tous et bienvenue sur : Respire !

Après un profil qui résume bien notre... imagination débordante... voici le prologue de notre premier bébé... Il vient de naître, parlez pas trop fort...

Un mot pour notre Beta, Mlca 66 : Merci, pour tout !

On se retrouve en bas,

Enjoy !

Disclaimer :

Les personnages de Twilight appartiennent à Stephanie Meyer, seule l'histoire et ce que nous en faisons (en nous amusant un peu, beaucoup, passionnément avec eux...) nous appartient. Toutes ressemblances avec des personnes existantes... ou ayant existé n'est pas tout à fait fortuite...


Prologue.

Playlist : The Crow - Color Me Once - Violent Femmes

New York - 15 décembre 2012.

Il faisait nuit. Ses pas résonnaient à peine sur le trottoir. D'une démarche lente, mais assurée, il avançait, seul , dans le noir.

Les mains dans les poches de son Jean's, sans regarder personne, comme perdu dans ses pensées, il semblait isolé et soulagé de l'être. Les passants, rares vu l'heure tardive, se détournaient et s'écartaient de sa route lorsqu'ils devaient le croiser, comme s'il n'était pas possible de l'aborder, comme si une distance devait exister pour le protéger d'un explosion de rage. Sa silhouette se voûta comme sous l'effet d'une douleur brusque.

Color me once color me twice

(Colorie-moi une fois, colorie-moi deux fois)

Everything gonna turn out nice

(Tout ira bien au final)

Alarm, alarm I see you so sad

(Alerte, alerte je te vois si triste)

Il continua ainsi, seul. Pendant une demi-heure, il s'éloigna peu à peu du club où ses proches l'avaient attiré pour passer la soirée, sans prêter la moindre attention à ce qui l'entourait. De l'allure calme et désinvolte qui était la sienne depuis plusieurs années, depuis qu'il était sous les feux de la rampe, il déambulait dans la nuit froide de décembre. Les rues proches de Central Park étaient quasiment désertes à cette heure et rien, ni personne, ne paraissait pouvoir retenir son attention.

Maybe I see you I'm glad

(Peut-être que quand je te vois je suis heureux)

Maybe maybe the fire of her desire

(Peut-être peut-être le feu de son désir)

Soudain, il s'arrêta, releva brièvement la tête, comme attentif à un souvenir fugitif... Il semblait à l'écoute, en attente, de quelqu'un ou quelque chose.. Son attitude devint plus détendue, son corps se redressa.

Patience patience said the man

(Patience patience m'a dit l'homme)

Patience patience I can't understand

(Patience patience je ne peux pas comprendre)

Il laissa échapper une toux brêve qui brisa le silence. Il resserra alors vivement ses bras autour de son torse. Le froid de cette soirée de décembre paraissait enfin l'atteindre à travers la fine chemise de coton bleu nuit qui recouvrait sa musculature puissante et svelte. Aucun bruit ne troublait les environs. Sans s'en rendre compte, il passa sa main nerveusement dans sa chevelure indomptée, paraissant écarter ainsi des pensées irritantes.

Oh you gotta help my body heal my soul

(Oh tu dois aider mon corps à guérir mon âme)

We gotta go on you gotta go on

(On doit continuer on doit continuer)

Après quelques secondes de silence, il enfonça à nouveau rageusement ses poings dans ses poches et repartit cette fois d'un pas décidé, jetant à peine un œil à la silhouette massive de la Faculté de Médecine du Mont Sinaï et de l'hôpital du même nom. Après avoir marché à une allure rapide et décidée pendant quelques minutes, il stoppa à nouveau, à l'angle de la 101ème et de la 5ème avenue et balaya de son regard émeraude les rues avoisinantes. Alors, d'un geste de la main, il héla un des rares taxis qui roulaient encore à cette heure dans les rues de New York à la recherche du client noctambule perdu.

You gotta go on

(On doit continuer)

D'un geste élégant et félin, il plia sa longue silhouette dans le taxi et indiqua de sa voix étrangement rauque sa destination en quelques mots brefs, avare de gestes ou de paroles inutiles.

Go on

(continuer)

Go on...

(continuer...)

Le taxi s'éloigna dans l'obscurité, emportant avec lui le souvenir d'une petite silhouette dans l'ombre, à l'odeur entêtante et fleurie.

Try and live life like I couldn't...

(Essaie de vivre ta vie comme je n'ai pas pu...)


Ne pas parler fort est recommandé mais laisser une review sera récompensé d'une suite... bientôt.

On attends avec impatience et (un peu beaucoup d') angoisse vos impressions...

Bises, Tied & Cullen.