Bonjour tout le monde et bonne année!

J'aurais aimé pouvoir publier plus tôt, mais je dois avouer que certains évènements dans cette fic me posent problème, je sais à peu près quand quelle chose doit arriver, mais je suis incapable de les lier convenablement sans faire des ellipses pourries ou des évènements inutiles.

Plein de zoulis sentimentalisme dans ce chapitre, et aussi l'installation de divers détails utiles pour le futur.

Azyleys: Etrange, j'ai déjà vu plusieurs ShikaFemNaru avant (bon, j'ai vu plus de SasuFemNaru et d'ItaFemNaru voire même de KakaFemNaru si je regarde mon historique), mais surtout dans les fanfics en anglais.

Miss-Gotthelf-Snape: Evidemment que Naruto va avec Shkamaru (enfin en twistant suffisamment mes fanfics je peux la faire aller avec n'importe qui)

Akito Murazaki: Eh bien, heureuse de t'avoir offert ce chapitre comme cadeau de Noël ^^

Kuchiyume: En effet, j'essaye toujours de me concentrer sur les conséquences que les actions de Naruto (ou des autres personnages) peuvent avoir sur l'ensemble des personnages/de l'histoire, ce qui est difficile parce que j'ai du mal à comprendre la psyché de tous les personnages. De fait, on ne peut pas guérir de tout, et c'est ce que je trouve intéressant ave un personnage qui récupère aussi vite que Naruto. Et oui, Naruto mettra très longtemps avant de comprendre et de reconnaître les sentiments de Shikamaru à son égard.

li: Comme tu me l'as conseillé, j'ai rajouté les personnages pour cette fiction, pour que les gens ne s'attendent pas à du SasuNaru. Je suis désolée que tu n'aies as aimé sa préquel et souhaiterais cependant éclaircir quelques points, bien que tu ne viennes jamais lire ma réponse à ton review (sérieusement si tu souhaitais faire une critique comme ça, fallait te connecter). Tu as lu Secret en entier, certes,et je peux comprendre que tu considère la Naruto de l'époque comme Marie-Sue, cependant tous les personnages ne tombent pas amoureux de Naruto, comme je l'ai expliqué plusieurs fois, l'amour est un sentiment complexe qui englobe le désir seuel (comme avec les Jinchuuriki), le désir de protéger une personne qui nous a ébloui (comme Deidara), l'envie de recevoir le pardon de l'autre (comme Itachi) ou simplement les vues politiques (comme Neji). Un tel melting pot d'émotions qui peut mener au fait qu'on désigne Naruto comme Mary-sue, d'autant plus qu'elle est badass, et qu'elle a plein de pouvoirs, je veux bien (j'ai même fait le test pour ça, la preuve)

Pauline: Je ne tiens pas à faire partir Sasuke tout de suite, merci bien, j'en ait besin pour la suite

Guest: La suie c'est maintenant n_n

Guest: J'essaye de mettre en valeur le personnage avec qui Naruto pourra le mieux terminer, donc c'est normal qu'il y ait une préférence pour ce couple.

mwaaa: personnellement je fais une différence entre stratégiste qui serait le poste dans Konoha, le poste officiel, et stratège ui serait une qualité d'un des personnages utilisés au sein d'une équipe. En réalité il n'y a pas de telles différences.


_ Fais-moi voir tout ce qui s'est passé depuis le début de la mission qui vous a menés à l'embuscade d'Orochimaru et d'Akasuna no Sasori, exigea Inoichi lorsque je me fus placé sur le coussin devant lui.

Je hochai la tête, et dégageai mon front. Il se saisit du haut de mon crâne des deux mains, le bout de ses doigts reposant sur mes tempes, et ses pouces croisés sur le milieu de ma tête de nez. Il inspira profondément, m'invitant à rejoindre un état méditatif. Je sentis son chakra bienveillant se glisser par le fin maillage des méridiens frontaux et englober mon esprit. Je battis des paupières, me sentant un peu groggy.

Ma tête retomba sur ma poitrine.

Je me tenais au bord des portes qui menaient jusqu'à Kyuubi, à l'endroit où les racines de mon arbre-esprit s'entremêlaient. Je me concentrai, et imaginai le patriarche des Yamanaka se tenir à quelques pas en dessous de moi. Il sembla surpris de sa soudaine apparition.

_ Tu as quelques défenses impressionnantes autour de ton esprit, Naruto.

_ Vous êtes le premier à pénétrer mon esprit selon mon bon vouloir.

_ Tu n'es pas obligée de me vouvoyer, Naruto-chan. C'est la moindre des choses que de me considérer comme le père d'une de tes amies, non?

Je souris faiblement à cette pensée.

L'homme fit un tour sur lui-même, observant ces portes qui pendant des branches avec un intérêt certain. Il s'approcha de l'une d'elles et posa la main sur le battant. Ses doigts passèrent sur le bois et brillèrent d'une lueur de chakra que je ressentis l'intérieur de moi avec intensité.

_ Elles ont été forcées, c'est indéniable, dit-il. Qui les a ouvertes?

_ Shisui, répondis-je.

_ Oui, c'est bien la présence de cet homme corbeau qui a laissé quelques résidus ici. Il y a autre chose que je ne saurais déterminer...

Il se baissa, et ses doigts caressèrent une des racines. Il les porta à son visage couverts de fines traces visqueuses et noires.

_ Je ne connais pas cet autre envahisseur, mais il n'a visiblement pas réussi à obtenir ce qu'il voulait de toi. Si J'ai bien compris les rapports, tu as fait une crise de panique et ton esprit était sens dessus dessous. Ce Shisui a donc forcé ton esprit à se déconcentrer dans un but qui ne m'est pas familier, mais il a provoqué une réaction en chaîne qui a failli briser ton esprit.

Je frissonnai au souvenir douloureux de toutes ces réminiscences qui se battaient en duel sous mon pauvre crâne. Tout ce que j'avais occulté s'y trouvait mêlé à mon conscient.

_ Ce qui m'étonne, c'est que malgré la différence entre les deux envahisseurs, la sensation que j'ai de leur chakra est très semblable. Connais-tu la similarité entre deux empreintes de chakra, Naruto?

Je me creusai la tête à cette question. Je n'avais jamais été très douée pour détecter mes ennemis par la présence de leur chakra: mes capacités sensorielles étaient encore pires que mes aptitudes à créer des Genjutsus. Alors quant à connaître des spécificités sur le chakra... Je savais d'expérience que réduit simplement, l'énergie dégagée par le chakra pouvait se réduire à de minuscules grains dont l'agencement permettait de recréer des textures proches de certains éléments plus ou moins naturels. En les compactant au maximum, on obtenait du Doton, au contraire en les laissant filer librement en tous sens, on obtenait du Fuuton. Les deux manières étant très différentes, il était difficile à quelqu'un qui assemble naturellement les grains de chakra en Doton de les laisser filer pour fabriquer du Fuuton. Ces agencements différents expliquaient aussi les forces et les faiblesses des éléments les uns par rapport aux autres: la fluidité de l'eau lui permettait de s'immiscer entre les trous laissés par la manipulation du Katon et le choc entre les deux énergies opposées créaient de la fumée. De même, pour les Kekkei Genkai, deux éléments opposés sur le cercle des forces et faiblesses étaient plus durs à combiner que deux éléments côte à côte, eux même plus durs à combiner que deux éléments qui ne s'opposent pas car il n'y a pas de domination entre les deux.

Mais mes connaissances théoriques s'arrêtaient là. Je comprenais suffisamment pourquoi deux éléments pouvaient se combiner ou non pour amplifier ou annuler des techniques.

Tout ce qui relevait e la détection de chakra et de sa lecture m'était étranger.

Devant mon ignorance, Inoichi s'expliqua.

_ Le chakra laisse des empreintes dans l'air et dans la nature à ceux qui sont à même de les détecter. Une personne; un seul chakra.

Je me mordillai les lèvres.

_ Donc les traces énergétiques sont un peu comme les empreintes digitales, c'est cela?

_ Tout à fait, même des jumeaux n'auront pas les mêmes empreintes. La personne qui t'a attaqué était soit toujours la même, soit utilisait le chakra de quelqu'un d'autre.

_ C'est possible ça? D'utiliser le chakra de quelqu'un d'autre?

_ On peut toujours imiter le chakra de quelqu'un. Mais on peut aussi utiliser le chakra de quelqu'un d'autre, un peu comme si après une amputation, tu te retrouvais avec la main de quelqu'un d'autre.

Je commenças à saisir le concept. Cependant, les deux attaques avaient été très différentes dans leur forme. Invasives toutes deux, mais très différentes dans leur forme. Danzô et Shisui étaient deux personnes différentes, j'en étais sûre. Et Shisui détestait Danzô.

_ Mais comment peut-on utiliser le chakra de quelqu'un d'autre?

_ Tu sais que le corps se répare et s'entretient par multiplication cellulaire, n'est-ce pas? Il a juste besoin des divers ingrédients présents en quantités infimes dans ton organisme pour répliquer une cellule.

_ Oui, c'est ainsi que fonctionne l'auto-régénération que j'ai reçue de Kyuubi. C'est très dangereux car une cellule n'a qu'un nombre limité de multiplications.

_ On pourrait faire un parallèle avec le chakra. Chaque petit "grain" d'énergie qui le compose est capable d'être copié par l'organisme. Un peu comme si on te donnait les ingrédients et une recette pour préparer un plat, toujours le même. Pour chaque organisme la "recette" du chakra est différente. Prends Kakashi-san par exemple.

_ Quoi, Kakashi-Sensei?

_ Il a reçu son œil d'une autre personne. A partir de Chakra et d'un organisme vivant, il est possible de maintenir les propriétés du Sharingan qui lui a été greffé. C'est une des raisons pour laquelle il est important d'enterrer les ninjas dans leur pays natal ou de procéder à une crémation sur le terrain.

Et e avec juste un œil. Juste un œil, un corbeau et un porteur sain... Shisui avait survécu au travers de son œil. Qu'en était-il de sa conscience?

_ Et l'esprit? Est-ce que l'esprit de la personne reste dans les parties qu'on a amputées?

Inoichi sourit comme si je venais de dire une ânerie.

_ Ça, Naruto, relève de la croyance des hommes.

Je gardai le silence quelques instants tandis que le Yamanaka examinait la structure de mon esprit, sans faire mine de s'approcher d'une des portes.

_ Ton esprit est assez organisé, je dois avouer que ce n'est pas donné à tout le monde. Cela ne rendra que notre travail plus facile.

_ Que souhaite-tu voir en premier? demandais-je, inconfortable avec le tutoiement qu'il me demandait.

_ Et si nous regardions cette fameuse mission?

_ Comment prouverez-vous au Conseil qui demande l'analyse de mon esprit que celle-ci a eu lieu?

_ Je copierai seulement quelques souvenirs ici, fit-il en me montrant l'énorme rouleau qui se tenait sur son dos.

Restait à savoir ce qu'il souhaitait observer. Et si mon contact avec Itachi ne lui plaisait pas? Peut-être faudrait-il que je lui montre l'alliance entre Jiraya, Itachi, et par extension Deidara?

Il ne resterait que le problème de Sasori.

_ Il y a quelques souvenirs que je veux vous montrer, afin que tu aies toutes les clefs de compréhension.

S'il suffisait de fermer une porte pour empêcher l'accès à un souvenir, choisir une image particulière n'tait pas bien difficile. Une trappe s'ouvrit dans les airs au niveau de ma tête, et j'en retirai une cassette. Des fils y étaient attachés, preuves des lien émotionnels et chronologiques qui liaient ces informations à mon esprit. J'en sortis toutes les informations que j'avais glanées dans les archives de Konoha sous ma forme d'orphelin. Si l'homme fut agacé de mes méthodes de fouille ou du fait que j'avais déclenché un état d'alerte dans le village, il ne le montra pas.

De toute façon, aucun mal n'était fait si la sécurité était relevée dans le village.

_ Ces documents concernent tout ce que j'ai pu obtenir sur Uchiha Itachi. Etant donné que sa résiliation à l'ANBU n'a pas été communiquée dans les archives, elle est restée soit secrète, soit n'a jamais eu lieu. De ce fait le massacre des Uchiha a été ordonnée par le Conseil lui-même. Or, si un tel ordre existe, il n'a jamais été consigné dans les décrets rouges de l'Hokage

Mon esprit lui montra les bibliothèques ANBU auxquelles j'avais pu accéder avec plus de difficultés que les archives. Aucun des ordres de mission secrète n'avait été donné pour tuer un des clans.

_ Je n'ai malheureusement pas pu enquêter plus sur le sujet, n'ayant jamais pénétré les quartiers secrets de la Racine. Du moins, jusqu'à récemment, et je n'étais guère en mesure de chercher quoi que ce soit.

Inoichi resta stoïque, mais je le voyais noter des informations dans des rouleaux différents. Un me concernait, l'autre devait être lié à son enquête. J'attendis qu'il me regarde de nouveau avant de lui fournir les informations suivantes sur Itachi, et mon lien avec lui. De là découla ma formation avec l'ANBU. Je sentais de la tension dans son corps, du moins l'incarnation de lui qui se trouvait dans mon esprit. Le souvenir des massacres auxquels j'avais pris part me dégoûtaient, mais rien ne pouvait soulager cette impression. J'étais incapable de réprimer les hauts les cœur qui me prenaient, mais était incapable d'en ressentir les applications physiques. Seulement le sentiment de malaise profond.

Il était certainement au courant de l'état dans lequel j'étais revenue à Konoha par l'intermédiaire de sa fille. Malgré toutes les recommandations de Tsunade, je n'étais jamais venue voir un Yamanaka pour e sortir ces souvenirs de la tête et faire diminuer la douleur. Je ne faisais confiance à personne. La Racine empruntait tant de visages que l'on croise parfois dans la rue, ces gens à qui on dit bonjour machinalement... Il put comprendre à quel point j'étais déjà beaucoup mieux rentrée chez moi qu'après ma défection de la Racine.

La mansuétude de Chat à mon égard me frappa soudainement. Selon les ordres qu'il avait reçus, il avait échoué. Il n'avait pas totalement brisé mon esprit, et avait eu pitié de moi. Lui aussi, certainement avait en lui une part de rédemption, pour les émotions humaines qu'il entretenait. Tout comme cette examinatrice qui avait décidé de m'éliminer, si elle ressentait quelque chose à mon égard, elle pouvait être sauvée; théoriquement s'entend.

_ Je ne pensais pas que tes liens avec la Racine remontaient à si loin, dit Inoichi. Tu aurais dû venir me voir bien plus tôt. Et j'aurais dû le détecter lors de on interrogatoire en rentrant dans le village.

_ Ce n'es pas quelque chose dont on parle aisément, dis-je d'une voix blessée.

_ Je le devine bien.

_ Et après cela, j'ai découvert que Sai était un agent de la Racine devenu mon parrain. Depuis longtemps on me surveille, Inoichi-san.

J'étais plus que désireuse d'avoir une discussion avec Kakashi sur l'équipe 7.

Je refermai l'issue que j'avais ouverte avant de tracer une autre porte de mes doigts dans les airs.

_ Es-tu prêt à voir ce que j'ai fait? demandai-je au Yamanaka.

Inoichi acquiesça gravement, et je l'entrainai à ma suite. Nous réapparûmes sur le pont qui surplombait le gouffre. J'étais immobile sur le pont, mes mains autour de mon crâne, certainement en pleine discussion avec ma mère. Mes yeux brillèrent d'une lumière verte, comme si d'autres avaient remplacé les miens dans mes orbites. Mes mains fouillèrent mon sac à dos pour en sortir des bandes de tissus que je gardais pour panser mes blessures, ainsi qu'un morceau de charbon de bois dont je me servis pour tracer des sceaux. Puis mon corps cabriola pour mettre en place le piège qui se mettrait en place lorsque Sasori et son espion pénétreraient la barrière. Je lâchai un soupir et tombai au sol quand tout fut terminé.

Tenzo appela mon alter égo au loin et je me vis rassembler mes affaires et me relever en hâte. Je laissai filer le temps sur les moments de repos et d'entrainement. Puis Sai et moi nous dirigeâmes vers la rivière pour nous laver. Je bloquai momentanément le souvenir des corps nus de mon coéquipier et de moi-même, jusqu'à ce que nous revînmes vers notre campement.

La conversation que nous eûmes en chemin retentit alors que nous étions entrainés à la suite des protagonistes, voyant tout ce qui se passait à travers mes yeux.

_ Quel est ton but véritable ? Je n'hésiterai pas à t'arrêter si tu n'agis pas dans les intérêts du village.

_ Moi de même, Naruto, répondit Sai avec son faux sourire.

_ Mais je suis loyale à Konoha, je ne vois pas comment je peux agir à l'encontre de la volonté de Tsunade-Sama.

_ Elle n'est la cime de l'arbre qui observe la forêt. Que sait-elle des pousses qui ont germé entre les racines ? Il n'est pas souhaitable de devoir étouffer le jeune arbre si celui-ci s'abreuve d'une source empoisonnée.

Mon corps se plaqua contre un arbre. Puis à l'abri dans une cache, nous observâmes le passage de Kabuto. Je savais à présent qu'il regardait en arrière pour s'assurer que les chiens de son maître et Orochimaru lui-même se trouvaient à une distance raisonnable. Puis une fois qu'il fut à une distance suffisante, mon souvenir revint informer notre capitaine de la découverte. Tenzo donna ses ordres, et ils prirent position à couvert. De l'autre côté du gouffre, les hommes d'Akatsuki que Sasori avait emmenés avec lui mettaient notre équipe en déroute. J'entendis distinctement l'ordre de Shikamaru de rester cachée, puis la vox de Sai teintée d'une légère illusion qui enhardit mon désir de destruction. Les ordres de Shikamaru qui ne m'atteignaient pas résonnaient dans mon esprit. Mon inconscient es avait gardés en mémoire. J'entendais l'écho des combats de leur côté. Deidara état parti dans une folie destructrice, et Shikamaru peinait à coordonner Sasuke qui n'en faisait qu'à sa tête.

Nous fûmes spectateurs de mon combat face aux abominations que je détruisis, masquée et en tenue d'exécutrice. La nature se détruisait autour de moi, et le sang gicla. J'avais achevé mes ennemis à moitié noyé dans l'eau bouillante de lames de vent sorties de mes éventails.

Vint ensuite ma propre surprise lorsque je repris contact avec la réalité. Je me coordonnai de nouveau avec Shikamaru, et revint auprès de Yamato. Alors que j'observait la barrière qu'Orochimaru avait brisée, le garçon voulut me dire quelque chose. Lorsqu'il prit la parole enfin, j'avais coupé le communicateur. Une curiosité me tordit le ventre, surtout après ce qui s'était passé ce matin là dans le domaine des Nara. Il m'avait apparemment fait une révélation importante à laquelle il souhaitait que je réagisse, mais que je n'avais pas entendue. Il sembla gêné lorsque je lui demandai de répéter et éluda ma question.

A coté de moi, Inoichi portait sur ses lèvres un sourire railleur. Que savait-il que j'ignorais? Je m'en trouvai agacée, mais il y avait plus important à faire.

Je sortis des buissons et fit face à Orochimaru. Tenzo se trouvait à terre, empoisonné par kusanagi. La conversation qui s'ensuivit fut très gênante puisque le Sannin sous-entendait qu'il souhaitait m'utiliser comme fabrique de petits Uchiha, et profita de ce fait pour m'apprécier de manière tactile. Il me rappela que mon hyper-sensibilité à ses hommes était due à un cadeau de Danzô.

Puis Itachi brisa le Genjustu dans lequel j'étais prise et me maintint contre lui. Puis Fû sous sa forme de scarabée volant brisa le pont où s'affrontaient Sai et Kabuto. Le serpent et son assistant fuirent les lieux du combat, poursuivis par Sai. Fû se saisit du corps inconscient de Tenzo tandis qu'Itachi me portait dans ses bras, et nous partîmes.

Inoichi profita du temps d'inconscience de mon Jinchuuriki pour se tourner vers moi.

_ Tes liens avec Uchiha Itachi sont plus que purement professionnels avec son contact avec Jiraya-sama, n'est-ce pas?

Je laissai échapper un sourire triste.

_ Il est l'un des rares à comprendre jusqu'où je peux aller pour sauver Sasuke des ténèbres qui l'entourent. Sasuke mérite de vivre une vie normale. Il ne peut as devenir une arme pour le village simplement à cause de ses yeux.

_ Je vois...

_ Je connais la différence entre un soldat et un outil, et je sais à quel point c'est dur pour moi de conserver mon libre arbitre avec la décrépitude du Conseil. Ils ont un point de vue trop désuet pour...

Je soupirai tandis que l'image revint, montrant mes aventures dans le manoir Uchiha. Ma manière de forcer les soins de Kyuubi avec son chakra démoniaque me rappela la douleur dans laquelle j'avais placé mon propre corps. Je me sentis soudainement si faible, incapable de soutenir mes blessures. Inoichi masqua mal son embarras lorsque je ne lui épargnai pas la conversation pleine de tension sexuelle et meurtrière entre Itachi et moi. Quelques flaques d'eau et un ou deux miroirs me reflétèrent le calcul dans mes yeux, et j'en frissonnai. Je comprenais que d'aucun n'apprécient pas de e trouver parmi mes ennemis.

Puis Itachi me rendit inconsciente, et je me réveillai dans la forêt lorsque Kyuubi fit cesser la prise de possession de Shisui. La lueur dans les yeux du Yamanaka reflétait sa concentration extrême pour l'étude du phénomène. Je me regardai détruire les soldats d'Orochimaru. Sans même la présence d démon, je venais de revoir en quelques temps à quel point j'étais capable de cruauté et d'efficacité dans l'art de la mise à mort et de la destruction. Les ennemis étant trop nombreux et Tenzo trop faible, le chemin fut laborieux jusqu'au moment où nous manquâmes de choir dans le gouffre. Je ne fus sauvée que par une nouvelle prise de possession de Shisui, lequel me força à me concentrer sur mon esprit chamboulé plutôt que sur mon corps.

L'arrivée de Sasori me força à changer mes plans, et je fus obligée d'accepter son offre pour secourir mon coéquipier. De toute manière mon corps était trop faible pour fuir. Une fois entre dans le QG d'Orochimaru, le chantage de Sasori permit à Inoichi de prouver un peu plus que mes actions à l'encontre de mes convictions avaient été faite dans le but de sauver mes coéquipiers. L'aide que j'apportai à Sasori avait été forcée, mais elle me permit de libérer Tenzo, Sai, possédé par Shisui, et Sasuke. Après une fuite dans la forêt, l'équipe fut de nouveau au complet. Mon corps s'effondra de nouveau de fatigue. De l'autre côté du gouffre, la jonction de deux terrible ennemis venait de semer la discorde dans l'esprit de Sasuke.

Dès que je le pourrais, je l'informerais de la vérité derrière toute cette histoire.

A moins que Shisui ne s'en charge? Après tout, Sasuke et lui étaient cousins, et Shisui haïssait suffisamment Danzô pour lui dire la vérité. Restait à savoir ce qu'il adviendrait de ma relation avec Sasuke.

Mais l'histoire ne s'achevait pas là. Inoichi continua de regarder mes souvenirs tandis que Danzô me faisait interroger, et ma perte du contrôle du démon dans le bâtiment éloigné de la Racine. JUsqu'à ce que je m'écroule dans la forêt et sois ramenée au domaine des Nara par un cerf.

_ Etrange, dit-il enfon lorsque je refermai la porte de mon esprit. Je ne savais pas le troupeau aussi calme auprès d'une inconnue. Et qu'en est-il de cette entité qui se trouve dans ton esprit? Le démon-renard a raison, elle est trop sage pour n'être constitué que des choses que tu refoules. Et ce qu'elle a dit me trouble plus que tout: " Les enfants du sage détiennent la science du monde".

_ J'ignore ce qu'elle veut dire par là, mais on dirait une sorte d'esprit qui serait respectée par Kyuubi.

Inoichi resta songeur. Puis il commença à s'estomper, et je le laissai sortir de mon esprit, avant de me retourner vers la porte qui menait vers le démon.

Je venais de me rappeler comment NARUTO l'avait désigné.

_ Kurama, hein? murmurais-je avant de me détourner vers la réalité.

J'étirai mes muscles ankylosés par mon immobilité. Mes articulations craquèrent alors que je me remis debout. Le monde autour de moi semblait enveloppé de coton épais, tout était brouillé: images, sons, odeurs. Je revenais à moi plus lentement que les autres fois, peut-être parce que mes autres voyages mentaux de cette durée avaient eu lieu lors de périodes d'inconscience ou de maladie. Jamais quand j'étais en pleine possession de mes moyens.

Je décrochai un long bâillement, remarquant que le chef du clan Yamanaka était de nouveau sur pied.

La tension dans ses muscles ne m'échappa pas. Je secouai ma tête.

_ Il y a un problème? demandais-je.

Puis mon ouïe revint à la normale et je goûtait le silence qui régnait. Tout était bien trop silencieux. Une aura de danger se faisait sentir tout autour de nous. Je me relevai, sentant les courbatures me titiller une nouvelle fois.

Un pas de course retentit dans le couloir. Shikamaru surgit avec brusquerie et se précipita sur nous.

_ Il faut partir immédiatement, fit-il.

Il me lança un manteau d'hiver et une paire de bottes.

_ Alors ça a commencé, fit Inoichi d'une voix dure. Je pensais qu'il mettrait plus de temps.

_ Il devait s'y être préparé depuis longtemps, l'attaque est trop coordonnée, fit Shikaku d'une voix dure qui contrôlait sans mal son inquiétude dans l'urgence.

_ Qu'est-ce qui a commencé? demandais-je en nouant mes lacets.

Un silence plana quelques instants, et je lus sur le visage des hommes présents qu'ils hésitaient à me le dire.

_ Promets-nous que tu ne feras pas quelque chose d'irréfléchi, demanda Inoichi.

_ Dites-lui, fit Shikamaru, et dites-moi aussi que je comprenne.

_ Danzô vient de lancer son attaque, expliqua le stratège du village.

Le sang se figea dans mes veines, et je fixai son visage dans l'espoir qu'il me mente. La Racine n'oserait jamais faire une action aussi radicale.

_ Il semblerait que ton attaque à l'encontre de ses hommes, ainsi que notre prise de contact ait un peu précipité les choses, fit Inoichi.

_ Ils sont en train de vous attaquer par ma faute, soufflais-je et le monde tourna autour de moi.

Je titubai et manquai de tomber en avant. Les mains de Shikamaru me rattrapèrent et me remirent sur mes pieds. Sa prise était solide sur mes épaules, j'entendais crisser l'épais tissus du manteau. Mon souffle était court et mes yeux hagards. Ma colère n'était plus, seule restait la peur viscérale et le dégoût que m'inspirait cette situation. J'avais tenté de les dissuader de m'aider. Et maintenant la Racine allait les massacrer comme elle l'avait fait jadis avec les Uchiha. Et tout était ma faute.

Une main me gifla, et je repris mes esprits. Je frottai ma joue endolorie et fixai les yeux bruns de mon meilleur ami sans comprendre.

_ Cesses de culpabiliser pour les problèmes larvés du village qui ne concernent pas, me dit-il. Le plus important c'est de te mettre en sécurité.

_ Elle n'est pas l'unique cible, à ce qu'il semble, fit Inoichi les yeux fermés, se concentrant pour communiquer par télépathie. Danzô a décidé de capturer les "jeunes plants" de Konoha.

_ Qu'est-ce que cela signifie, murmurais-je.

Quelque chose se mit en place dans mon esprit. Si mes suspicions étaient justes, chaque équipe de Genin contenait au moins une cible potentielle pour l'homme, avec deux autres enfants moins intéressants. Sakura et moi n'étions pas intéressants pour Danzô, jusqu'à ce que je révèle ma puissance véritable. Sakura devrait être épargnée, puisqu'il semblait n'envisager dans son armée abrutie par ses dogmes que des enfants avec un bagage génétique suffisant, ce qui écartait les ninjas issus de clans mineurs ou du monde civil. Dans mon équipe, c'était Sasuke, pour l'équipe de Shikamaru, Ino et lui pouvaient être des cibles potentielles, préférentiellement Ino s'il se basait sur sa prestation de meilleure kunoïchi à l'Académie, mais je n'en étais pas certaine. Kiba ne me semblait pas indiqué pour être ciblé, et j'avais la ferme impression qu'il viserait Hinata car elle était déjà déstabilisée mentalement par sa position d'héritière déconsidérée par son clan. Mais Shino pouvait très bien être une cible également. Quant à Neji, il était le seul qui soit intéressant dans la dernière équipe qui formaient mes amis. Je n'avais pas une connaissance assez profonde des autres teams pour en tirer des informations potables.

_ Il va attaquer les héritiers des clans influents, chuchotais-je avec angoisse.

Mes yeux s'enfuirent dans les mers brunes en face de moi. Qu'il fut dur d'attendre le rivage de ses pupilles noires sans me noyer en chemin. Mais qu'en j'y parvins, j'avais récupéré ma sérénité.

_ Les clans seront à même de protéger leurs héritiers si Konoha en est incapable, déclarais-je avec assurance, et les chefs de deux familles influentes du villages me répondirent d'un sourire confiant.

_ Crois-nous, Naruto, déclara Inoichi, tout le village te soutiendra dans notre action contre Danzô.

_ Pour l'instant, il est préférable que tu t'éloignes du champ de bataille, ce n'est pas ta guerre, déclara Shikaku.

_ Mais je suis impliquée, dis-je. Je veux me battre à vos côtés!

_ Justement, ton implication est trop forte. Il a déjà manqué de te briser une fois, et j'ai vu à quel pont ton esprit était faible et tes défenses dérisoires par rapport à la force qu'il t'oppose. Ce n'est pas la première fois que nos enfants sont enlevés par cet homme, même si j'avoue qu'il fait preuve de témérité en lançant une opération aussi massive.

_ Et si j'ai bien compris, il y a d'autres fronts qui t'attendent, déclara mon meilleur ami.

_ Mais-je...

Shikamaru me saisit par la manche et m'entraina dehors pour que je cesse de parler. J'étais tellement soufflée par la nouvelle de l'attaque de Danzô que j'eus du mal à résister à la traction que le brun exerçait sur mon corps. Docilement, je le suivis jusqu'à une trappe dissimulée par les tatamis d'un des couloirs de la maison.

_ Maintenant, il faut que tu dissimules ton émission de Chakra totalement. Nous allons rentrer dans Konoha par en dessous par le biais d'un passage que seuls les Nara connaissent.

Je hochai la tête et me concentrai, stoppai le flux dans mes méridiens et tâchai de ne pas faire circuler plus d'énergie qu'émettrait un petit animal. Il me pressa de descendre, et je cherchai les barreaux de l'échelle dans la pénombre avant de m'y glisser doucement et de les dévaler. Je descendis plus profondément que je ne le crus, et lorsque Shikamaru referma l'issue au-dessus de nous, il n'y eut que sa respiration pour me prouver que je n'étais pas seule dans le néant.

Il fit briller légèrement ses mains avec du chakra. C'était impressionnant à quel point il pouvait continuer à laisser échapper une aura aussi faible tout en utilisant son énergie. Il retint mes mains lorsque je voulus m'y essayer.

_ Tu tenteras cela lorsque tu sauras mieux gérer ton chakra. Je n'ai pas envie qu'on nous repère a ta faute. Courir dans ses tunnels est une vraie plaie.

Il m'indiqua la direction que je devais prendre du doigt. Il marchait juste dernière moi, emboitant mon pas si près que je sentais son souffle chatouiller les fines mèches qui couvraient ma nuque. J'avais presque l'impression qu'il faisait exprès, mais de telles actions seraient considérées comme une tentative de séduction, et ce n'était clairement pas les intentions que Shikamaru avait à mon égard.

Le chemin était plus ou moins rectiligne, et chacun de nos pas se répercutait sur les murs lointains. Seuls quelques passages menant à des endroits stratégiques autour de Konoha formaient quelques embranchements. Dans la pénombre et la froideur ambiante, nos souffles formaient une brume surnaturelle. Malgré l'épais manteau qu'il m'avait prêté, je frissonnai. L'hiver était à nos portes depuis un certain temps. Bientôt il neigerait.

Certains passages étaient moins praticables que d'autres en raison d'éboulements. Shikamaru m'expliqua que l'invasion conjointe de Suna et Oto, ainsi que quelques tests de techniques avaient provoqué des séismes, et donc l'effondrement de quelques galeries. Ces passages n'étant presque jamais utilisés, je pouvais comprendre qu'on n'ait pas pensé à déblayer les débris. Peut-être que l'Hokage n'était même pas au courant de l'existence de ces tunnels.

De temps à autres, un embranchement était surplombé d'une gravure représentant le symbole d'un clan. L'une de ces issues menait à l'ancien clan Uchiha.

Plus loin, je remarquai que le tunnel se jetait directement dans les égouts de Konoha. Sous les directives de mon guide, je déverrouillai la grille et sautai à bas de notre passage. Il referma le cadenas derrière moi. Loin au dessus de nos têtes brillait la lumière du jour. Dans le cloaque, une odeur déplaisante régnait.

Mais bon, il fallait bien passer par là si on voulait infiltrer son propre village.

Il nous orienta vers un couloir parmi la multitude de choix qui s'offrait à nous.

Soudain, Shikamaru s'arrêta et une de ses mains brillantes de chakra me retint par l'épaule.

_ Qu'y a-t-il? demandais-je.

Il m'intima de me taire.

_ Quelqu'un est venu ci il n'y a pas longtemps, expliqua-t-il à voix basse en montrant les traces de pas dans la poussière du passage.

Je serrai les poings. Il faudrait peut-être se battre. En tous cas, nous devions accélérer la cadence. Shikamaru éteignit notre source de lumière, passa devant et se saisit de ma main; Sa connaissance des tunnels était impressionnante. Je serais totalement perdue sans lui. Mes mains étaient moites d'appréhension.

Après un long moment de course, il m'ordonna de ne pas bouger, et je l'entendis remonter une échelle métallique. Une chaîne cliqueta, et l'écho sur les barreaux se répercuta dans le couloir. Je retins ma respiration tandis que mon compagnon étouffa un juron. Il tira sur la chaîne et le panneau au dessus de sa tête s'ouvrit en deux. De la neige tombe dans le trou, saupoudrant ma tête et es épaules. Je retins un cri de surprise, préférant empêcher que l'eau ne nous fasse repérer en l'évacuant au dehors lorsque je remontai à mon tour. il était difficile de conserver l'aspect neigeux de l'eau, je n'étais que capable de l'extraire de façon liquide.

En tous cas j'avais l'avantage du terrain.

Shikamaru referma la trappe, et je constatai que nous nos trouvions dans mon quartier. Je rabattis ma capuche sur ma tête. En quelques bonds je rejoignis mon logement de fortune, suivi de plus loin par un Shikamaru qui n'avait pas les capacités de faire des bonds aussi longs et précis que les miens. Et encore, j'aurais pu être plus rapide si je ne devais pas m'assurer que chaque pas me menait dans un angle mort.

Le ciel fourmillait de membres de la Racine, et ce n'était qu'une question de minutes avant qu'ils n'apprennent ma disparition des terres des Nara et mon retour dans mon appartement. Je fixai le morceau de papier qui avait glissé de la rainure de la porte. Quelqu'un avait pénétré les lieux. Je fis signe à Shikamaru de se tenir prêt à une éventuelle attaque. Je pénétrai dans les lieux avec méfiance.

_ Tu montres enfin le bout de ton nez, Naruto, commença une voix.

Je n'avais pas pris le temps de reconnaître Neji que déjà je pointais Senritsu sur sa gorge. Ma dernière arme lorsque toutes m'étaient enlevées.

Je formai immédiatement un clone en remarquant l'autre présence dans la pièce. Au même instant Shikamaru avait lancé sa manipulation des ombres sur les deux intrus.

_ N... Naruto-chan! Shikamaru-kun! balbutia Hinata.

_ Prouvez-moi que vous-êtes bien qui vous affirmez être, dis-je d'une voix glaciale qui les fit frémir. Je n'hésiterai pas à vous éliminer au moindre faux-pas.

_ T... Tu ne nous c... crois pas? gémit Hinata.

_ Mes ennemis sont assez vicieux pour aller jusqu'à imiter mes amis. J'ai déjà subi les conséquences pour avoir fait confiance à quelqu'un récemment, je n'ai pas envie de recommencer.

Sur ce coup là, Sasori m'avait bien eue!

_ Tu es revenue le jour du marché nocturne à Konoha, et tu as agressé Lee, déclara froidement Neji. Et je te prierai de ne pas mettre en doute ma cousine.

_ Elle est ciblée par Danzô autant que je le suis, déclarais-je. Elle peut parfaitement avoir été échangée par un faux.

_ T... Tu as sauvé la vie de ma petite soeur il y a trois ans, fit Hinata.

_ N'importe qui avec assez d'informations sur moi le saurait.

_ Lorsque nous avions toutes deux été à l'hôpital après les préliminaires, tu as dormi contre moi pour me rassurer. Et le lendemain tu m'as défendue contre Neji-nii-san.

A ces mots, Neji se raidit, et je me rappelai du machisme et du mépris qu'il avait eu à mon égard et à celui d'Hinata à ce moment là. Je relâchai ma pression. Au moins s'était-il amélioré sur ce point. Shikamaru relâcha son jutsu peu après.

_ Qu'est-ce que vous faites chez moi, tous les deux? Vous devez bien vous douter que ce n'est pas l'endroit le plus sûr avec les attaques de la Racine, non?

A ce moment précis, Neji se laissa tomber à genoux et s'inclina devant moi. Je m'étouffai de surprise avec ma propre salive. Incapable de prononcer le moindre mot.

_ Nous avons besoin de ton aide. S'il t plait, il faut protéger Hinata-Sama, déclara-t-il en direction de mon plancher.

_ S'il te plait Naruto-chan, s'inclina elle aussi Hinata que l'émotion empêchait de bégayer. Mon père a décidé de protéger Hanabi, mais j'ai bien peur de ne pouvoir leur résister.

_ N'est-ce pas un moyen de faire tes preuves auprès de ton père, m'étonnais-je.

Mais je savais qu'Hinata était impuissante. Elle avait beau avoir été élevée comme un soldat, son cœur était bien trop tendre. Elle n'avait as l'âme d'une kunoïchi comme je l'avais. Et si jamais elle tombait entre les pattes de Danzô, il la briserait. Et s'il la jugeait indigne de servir de matériau à la Racine, il la tuerait. Ou pire. Il y a tellement pire qu'on peut faire subir à une femme. L'idée qu'Hinata, la douce Hinata, puisse être transformée en légume comme je l'avais été, je ne pouvais le supporter.

Je fus sur le point de donner mon accord, quand un oiseau toqua à ma fenêtre. Je reconnus un messager de l'Hokage. Elle avait certainement une mission à me confier. Je déroulai le rouleau fébrilement. C'était une demande diplomatique. Kiri venait d'élire un nouvel Hokage après que leur Yondaime ait été manipulé tant de temps par Akatsuki. Elle souhaitait que nous établissions une alliance avec ce pays. Et je compris au vu des noms qui figuraient pour mon équipe qu'il s'agissait d'une tentative pour protéger l'avenir de Konoha. Danzô avait clairement fait valoir ses cibles: Tsunade mettrait les plus fragiles hors de sa portée.

_ Hinata, appelais-je. Es-tu équipée pour une mission de longue durée?

_ Non? fit-elle d'une voix incertaine.

_ Vas dans ma chambre et enfile une de mes tenues pour l'hiver.

Elle s'inclina et s'éclipsa.

_ Shikamaru, il faut que tu ailles me trouver Ino, et qu'elle se prépare pour une mission au pays de l'Eau. Retrouvez-moi dans le tunnel que tu m'as montré. Avec de la chance, ils ne penseront pas que nous passeront par là.

_ Très bien, mais ne compte pas sur moi pour m'en aller. Je vais immédiatement dire à Tsunade-Sama qu'elle doit me compter dans cette mission. Je ne te lâcherait pas d'une semelle tant que je n'aurais pas eu les réponses aux questions que je cherche.

Je le fixai de mes yeux de glace. En me mettant dans la position de chef de groupe, aucune de ses menaces ne pouvaient m'atteindre. J'avais fermé mon cœur. De toute manière la présence d'Ino dans l'équipe ne pourrait que me conforter dans l'idée que batifoler avec lui était mal.

_ Neji, je crains que tu ne doives rester ici à Konoha.

_ C'était bien mon intention, répondit-il. La sécurité de mes cousines est de mon ressort, et je sais qu'entre les tiennes elle ne pourra pas être mieux.

Il ne fit aucun mouvement vers la porte. Ses yeux restaient fixés sur la chambre où était partie Hinata. Malgré ma présence et tout l'attrait que je pouvais représenter pour lui, il priorisait son propre sang. Neji était véritablement un homme honorable.

S'il pouvait me faire confiance pour quelque chose d'aussi précieux, alors que par deux fois le monstre qui sommeillait en moi avait manqué de le tuer, alors je pouvais m'en remettre à lui pour une tâche importante. Il s'en sentirait glorifié, et j'aurais le cœur plus léger.

_ Il y a une faveur que je souhaiterais te demander, en échange de celle que je te fais, déclarais-je.

Il releva la tête vers moi, et je vis en lui l'homme que j'aurais pu aimer. Mais Neji n'aimait que l'image qu'il se faisait de moi: l'héritière du Yondaime. Une des rares qui puise lui offrir un mariage honorable et une porte de sortie au sceau qui enserrait eux de la branche mineure de sa famille. Mais lorsque j'en aurai le pouvoir, ce ne sera pas uniquement lui, mais toute sa famille que je libérerait. Ils pouvaient protéger leur héritage d'un sceau, mais en aucun cas rendre esclave celui qui le portait sur son front. Par ailleurs j'ignorais comment il était parvenu à avoir cette informations, bien que ce détail ne m'ait pas frappé au premier abord. Mais peu importait pour le moment, toutes les réponses aux questions que je me posais me viendraient en temps et au heures.

_ Peut-être n'es-tu pas au courant, mais Sai est actuellement contrôlé par l'esprit d'un Uchiha mort depuis presque dix ans.

Neji renifla de mépris. Oui, en le disant comme ça l'histoire semblait tirée par les cheveux.

_ Tu peux me croire ou pas, mais c'est cet "esprit" qui a dérangé mon esprit cette nuit là.

Neji serra les poings de colère. Il n'aimait pas l'idée que l'on m'agresse. Surtout pas quand il me considérait comme lui appartenant.

_ Cet individu peut donc se montrer très dangereux, surtout depuis qu'il est en contact avec Sasuke. Pour le moment, je ne sais pas dans quel camp il est. J'aimerais que tu le surveilles pour moi.

_ Je le ferait pour toi. Personne ne te fais du mal et s'en sortira.

_ Une chose encore, déclarais-je en allant chercher une des copies des documents concernant les Uchiha que j'avais gardé chez moi, tu remettras ceci à Sasuke. Tan qu'il sera en prison il trouvera certainement un temps pour réfléchir à ce qui se trouve sur ces rouleaux.

Il empocha le rouleau. Droit comme il était, il ne risquait pas de jeter un œil dans ces documents. Quoi que, sa jalousie pour ma relation avec Sasuke pouvait lui donner de drôles d'idées. Le léger rictus de mécontentement qui ornait ses lèvre me montrait à quel point agir en faveur de ses rivaux en amour lui coûtait.

Je m'approchai de la fenêtre pour observer les toits enneigés de Konoha. Neji s'approcha doucement derrière moi.

_ Neji? murmurais-je. J'ai peur, j'ai tellement peur de ne pas être à la hauteur...

Et sans que je m'en rende compte, je me mis à pleurer. Je n'étais pas assez forte pour résister à la pression. Et je n'étais bonne qu'à manipuler ceux qui éprouvaient de forts sentiments à mon égard. Quel sorte de monstre étais-je? Et oh combien étaient-ils forts pour me soutenir alors que je ne faisais que les blesser? Sasuke qui s'illusionnait envers moi car toute l'ambition envers son frère s'était tourné vers moi; il s'était montré bien plus doux dès que sa mémoire s'était débloquée. Neji et ses envies de mariage politique, Sai qui était l'arme de Danzô. Il n'y avait guère que Deidara qui éprouve des sentiments nobles à mon égard, et je ne ressentais rien à son égard.

_ Et je me sens tellement... tellement mauvaise, crachais-je à travers mes pleurs. Comment peux-tu aimer quelqu'un comme moi?

_ J'ai... Ten-Ten a parlé avec moi de mes sentiments envers toi... Et elle a raison. Je pense que nous avons tous deux besoin de quelqu'un dans notre vie, mais tu n'as pas besoin de moi, et je n'ai pas besoin de toi.

Je souris à travers mes larmes, et les essuyai en reniflant d'un revers de la manche. Tandis que je me dirigeais vers ma chambre, Neji monta la garde au cas où un membre de la Racine venait à nous attaquer. Une fois entrée, je vis la plupart de mes affaires déposées un peu partout dans la pièce, et Hinata qui essayait des affaires qui ne lui allaient manifestement pas.

Elle me montra avec plusieurs hauts que je possédais. Effectivement, sa poitrine opulente tendait le tissus au point de découvrir son ventre blanc ou de manquer 'arracher les couture. Je l'orientai alors vers des vêtements que je mettais plus récemment; elle n'avait essayé que ceux durant mon mannequinat, et comme par hasard, ils taillaient trop petit même pour ma propre poitrine. Après un petit temps d'essayage, nous revêtîmes des tenues similaires de base prévues pour l'hiver (maillot à manche longues en matière élastique qui retenait la chaleur et caleçons longs tout aussi élastiques, chaussettes épaisses et sandales à talon). Je lui montrai également comment utiliser son chakra pour se réchauffer.

Etant obligée de par ma mission diplomatique, de montrer un visage fragile et de dissimuler mes armes au maximum, je m'orientai pour une tenue plutôt voyante dans les tons rouges et blancs qui rappelaient les couleurs de mon village et du pays du feu. Par dessus mon maillot de corps, j'enfilai un manteau rouge et blanc à la coupe longue, dont les manches évasées recouvraient mes mains. Je portai également des mitaines brunes qui remontaient jusqu'à la moitié de mes avant-bras. Un sceau gravé sur les paumes de mes mitaines me permettait d'invoquer mes éventails. Comme à mon habitude, Senritsu était accrochée bien cachée contre ma cuisse, et ma jambe gauche était bandée pour soutenir ma pochette de shurikens. De nombreuses armes se cachaient aux divers endroits de mon anatomie.

Hinata était beaucoup lus sobre dans sa tenue, adoptant des vêtements proches de ceux que je portais en tant qu'ANBU. Je lui laissai volontiers mes protèges de bras et de jambes, n'en ayant pas l'utilité. Lorsqu'elle prenait un regard dur, elle avait presque l'air martiale.

Nous sortîmes devant Neji, et je leur indiquai la position du souterrain. N'étant pas autorisé à faire usage de leur technique au sein de Konoha car cela pouvait constituer une forme de menace, ils n'avaient jamais prêté attention auxdits tunnels. Avec leur aide, il fut possible de trouver une issue, certes plus éloignée, mais mieux dissimulée.

Avec deux Byakugan, nous parvînmes à destination sans encombre. L'ouverture ne pouvait se faire que de l'intérieur car le givre avait scellé l'entrée. En me concentrant, je pus extraire l'eau de la glace, et suivis les indications des deux cousins en tirant la chaîne à l'intérieur du tunnel. A présent que j'avais usé mon chakra, les censeurs ennemis m'avaient peut-être repérés. Nous ne devrions pas rester ici. Je laissai Hinata passer devant, et me jetai dans l'issue à sa suite, glissant le long de l'échelle. Le choc fut rude pour mes genoux lorsque je heurtai le sol. Immédiatement après, Neji referma l'issue et nous fûmes plongés dans le noir.

Je reniflai autour de moi et me concentrai sr mon ouïe pour repérer ma partenaire. J'agitai un bras dans sa direction approximative. Ses mains frêles attrapèrent la mienne, et je fus surprise de leur douceur pour un Chuunin. Elle se serra contre moi en tremblant.

_ Hinata-chan, tout ira bien, je te le promets.

_ Mmm mmm.

_ Maintenant, il faut que tu trouves Ino et Shikamaru et que tu nous diriges dans le noir, en utilisant le moins de chakra possible.

_ Je ne suis pas sûre que je peux...

_ Prends un peu confiance en toi! chuchotais-je furieusement. Nous sommes toutes les deux en danger, et si je ne sais pas d'où il vient, ce sera d'autant plus difficile.

_ Hai!

Elle se détacha de moi, mais tint ma main dans la sienne avant de partir en marchant d'un pas rapide. Je la suivis sans trop faire d'effort. La chaleur des tunnels sous la ville pouvaient indiquer un réseau de canalisation. Ceux-ci pouvaient figurer sur des plans, de même que les égouts. Je ne savais pas ce qu'il en était des issues reliant les clans entre eux. Ils n'allaient apparemment as jusque chez les Hyuuga, ou alors ceux-ci étaient mieux dissimulés afin qu'un membre de leur clan ne puisse les découvrir par hasard.

Au bout d'un quart d'heure d'errance dans les tunnels, une pente douce nous ramena au niveau du cloaque que j'avais emprunté précédemment. Les lieux étaient légèrement éclairés par un système électrique vétuste. Je sautai à bas du tunnel après Hinata, et elle reprit ma main comme pour se rassurer. Je la lui laissai. Tant que nous n'étions pas en situation de combat, tout irait bien.

_ Vous en avez mis du temps! s'écria Ino en accourant dans notre direction.

_ Pas si fort! lança Shikamaru.

_ Tu n'as pas d'inquiétude à avoir, tête d'ananas, fit-elle. Si jamais nous étions repérés, je le sentirais.

_ Il n'empêche que c'est galère.

_ Tout le monde est prêt, demandais-je. Ino, tu es certaine que ta tenue est adaptée pour l'hiver?

Elle portait son uniforme habituel. Dans la tiède moiteur qui régnait dans les tunnels, il n'y avait aucun problème. Comment ferait-elle dehors? Je sortis de mon paquetage le manteau que m'avait prêté le Nara. D'un hochement de tête positif il m'autorisa à e fourrer dans les bras de la blonde, qui le revêtit en grommelant sur notre manque d'esthétisme. Puis je laissai Shikamaru prendre la tête de l'expédition, suivi par Ino, puis par moi et enfin Hinata qui fermait la marche. En se fiant aux bruits que faisaient les autres, j'étais capable de me diriger plus ou moins bien. Nous courûmes longtemps dans le dédale, jusqu'à ce que la chaleur de l'hiver vienne nous trouver. J'estimai que nous étions profondément enfoncés dans la forêt lorsque nous débouchâmes sur une petite caverne à l'air libre, dont il fallut déblayer puis combler l'entrée de nouveau afin de dissimuler nos traces.

J'observai la position du soleil à travers les frondaisons, et étudiai la direction du vent. Une fois que j'eus approximativement trouvé le Nord, je me dirigeai vers l'Est.

_ Avec un bon rythme, il nous faudra deux jours pour atteindre la mer à l'Est, puis un jour pour trouver un batelier qui accepte de nous faire faire la traversés, possiblement en annonçant notre mission diplomatique. Ensuite, il faut encore un jour plein pour atteindre Kiri, leur expliquais-je en traçant une carte grossière dans la poussière.

_ Tu penses qu'on peut passer sans risque par le Pays des Vagues? demanda Shikamaru.

_ J'y ait fait une mission il y a plusieurs années, j'ai même un pont qui porte mon nom qui le relie à la terre ferme. Je pense que le charpentier sera plus que ravi de nous accueillir.

Je ramassai mon sac à dos et effaçai ma carte du pied. Puis je pris la tête de notre troupe en tant qu'unique Jounin et bondis à travers les arbres, suivis par mes compagnons. Par chance, il n'y eut aucun membre de la Racine à nos trousses, et nous pûmes sans encombres sortir de la forêt et parcourir les plaines.

Je me rendis bien compte que mon estimation du temps de parcours était juste. Je pouvais le faire en une journée de course, mais avec nos vêtements d'hiver et la faiblesse des corps des filles, c'était mission impossible. Comme pour prouver mes dires, une tempête de neige manqua de nous faire dévier de notre trajectoire. Je fus donc obligée d'abandonner l'avant de la file et de nous faire voyager dans une position triangulaire dont j'occupais le centre. Se concentrer pour faire stopper les vents et la neige entre nous était difficile, et j'en perdis le fil. Créer une telle sphère de chakra et la maintenir contre les éléments déchaînés était extrêmement difficile. Une auberge nous offrit un refuge bienvenu.

Pour partager les frais, nous primes uniquement une chambre. Deux filles dans le lit, Shikamaru dans le canapé, et la dernière personne qui montait la garde. Je préférai me reposer immédiatement et prendre la première heure de la matinée. Ino se coucha à mes côtés après le repas. Je n'avais pas faim, je souhaitais juste remplir mes réserves de chakra. Je m'éveillai lorsqu'Hinata pris la place de la blonde à mes côtés et se serra contre moi dans son sommeil.

Je m'étirai, adressant un léger sourire à Ino qui s'assit sur la chaise en lisant un rouleau qu'elle avait emporté avec elle. Me voyant éveillée, elle jeta un coup d'œil vers Shikamaru qui était toujours endormi avant de me fixer avec un regard interrogateur. Je ne savais pas ce qu'elle me demandait, mais me sentis coupable. Ils entretenaient une relation charnelle assez intense. Voyant mon incompréhension, elle me fit signe de me rendormir et qu'on discuterait plus tard. Je me retournai dans mon sommeil et dans les bras d'Hinata. Elle sentait le jasmin.

Shikamaru me secoua l'épaule lorsque vint mon tour de monter la garde. Je me demandai s'il voulait prendre la place que je libérai entre les draps, mais il se contenta d'une position assise sur les couvertures. Dans la pénombre ses yeux brillaient. Je fis signe que j'allais me sustenter. Personne ne me tiendrait rigueur de grappiller quelques denrées dans la réserve. Une fois rassasiée, je laissai quelque billets sur le comptoir avant de remonter dans la chambre.

Il faisait froid dans l'auberge et j'en avais la chair de poule. Les poils de mes bras et de mes jambes se hérissais. Je ne m'étais pas rendue compte que je tremblais jusqu'à ce que mon meilleur ami surgisse avec une couverture de derrière moi. Mes mains avaient réagi plus vite que mon esprit, l'une dégainant Senritsu de sous mes vêtements de nuit, l'autre se plantant dans son épaule. Je relâchai la tension en le reconnaissant.

_ Ne refais plus jamais ça, chuchotais-je avec agacement.

_ La prochaine fois tu prendras une couverture, fille-galère. Tu trembles comme une feuille.

_ Tais-toi et retourne dormir.

Et là, il me regarda droit dans les yeux, et refusa.

Personne n'avait jamais remis en cause mes dires d'une façon aussi brutale. Mes yeux étaient grands ouverts sur lui.

_ Je suis le capitaine d'équipe, sifflais-je. Retourne dormir, c'est un ordre.

_ Je refuse. Vu le temps qu'il fait dehors, tu seras forcée de réutiliser ce bouclier de Fuuton qui nous a été très utile. Un capitaine doit faire preuve de discernement dans une situation pareille.

_ Je n'ai qu'à remplir de nouveau mes réserves de chakra, Shikamaru.

_ Tu viens juste de sortir de convalescence! haussa-t-il la voix.

_ Je guéris vite, sifflais-je d'une voix plus forte.

_ Ce n'est pas une raison. Cesses d'être aussi têtue!

_ N... Naruto-chan, Sh... Shikamaru-k...kun, lança une toute petite voix derrière nous. Cessez de vous disputer, lança Hinata depuis le pas de la porte.

Je ne pus m'empêcher de la trouver magnifique sur le pas de la porte, les cheveux lâchés et un peu emmêlés, un simple maillot et un short de sport pour tout vêtement, les lèvres légèrement entrouvertes... Je bloquai toute pensée par rapport à la Hyuuga dans mon esprit. Elles étaient irrespectueuses.

Elle ne devait même pas savoir à quel point elle était désirable...

Je secouai la tête brutalement. Shikamaru lança un regard vers moi, avant de froncer les sourcils et de fixer Hinata. Il y avait de la colère en lui que je ne comprenais pas.

_ Sh...Shikamaru-kun? Quelque-chose ne va pas? demanda-t-elle.

_ Tout va bien, la rassurais-je en souriant doucement.

Une légère rougeur pointa sur les joues pâles de l'adolescente, et je ressentis à nouveau cette sensation de la trouver belle. C'était... perturbant.

"Quand je disais que t'étais à voile et à vapeur" commenta Kyuubi depuis l'intérieur de ma tête.

"Hé!" me plaignis-je en réponse.

"Remarque si tu t'arrange bien, tu peux te faire Porcelaine et Ananas en même temps..."

Cette pensée m'envoya des images très explicites en tête qui se fondirent aux souvenirs de mes nuits torrides. Une sensation de chaleur me prit et je dissimulai vivement ma tête dans mes mains. Je ne venais absolument pas de penser à ce dont je venais de penser.

"Pourquoi? Mais alors pourquoi, est-ce que tu me parles toujours de choses aussi sordides aux pires moments possibles?" m'énervais-je contre le démon.

"Parce que c'est fun! Depuis que tu es devenue toute sérieuse et dépressive chronique, je me fais chier comme un rat mort. Il faut bien que je me trouve des occupations."

"Shikamaru est mon meilleur ami! Et Hinata est l'héritière des Hyuuga, je ne peux décemment pas..."

"Vous les humains êtes toujours si compliqués! Tu as u comme c'était facile avec les autres Jinchuuriki. Un simple mouvement de croupe et..."

"Ce n'est pas ce qui devrait être fait!"

"C'est une simple histoire de reproduction. Bon peut-être pas entre deux femelles, mais j'a remarqué à quel point l'acte de reproduction était une grande source de plaisirs pour vous. Laisse-toi faire par ces deux là, et tu seras moins tendue au quotidien. C'est une simple histoire de stress et des moyens de le gérer. Et si ça te gêne autant, tu peux demander à Boucle d'Or de participer."

J'étais écarlate et mon esprit était vide. Et lorsque je repris contact avec ce qui se passait autour de moi, ma première vision fut celle d'une Hyuuga fort peu vêtue, accompagnée d'une bouffée de jasmin. Je cachai de nouveau mon visage dans mes mains.

_ Shikamaru-k...kun a r...raison, t...tu devrais d...d...dormir, proposa Hinata. Ret...tournons nous cou...coucher.

Je jurai entendre Shikamaru grogner de mécontentement, mais ne parvins pas à en trouver la raison.

_ Non, c'est trop galère de discuter avec elle. Si elle croit pouvoir veiller et nous protéger de la tempête demain, laissons-là faire.

Puis il laissa échapper un bâillement puissant avant de marcher vers la chambre et de tirer la Hyuuga à l'intérieur. J'eus le temps de voir sa main sur le bras blanc de la brune, et il lui murmura quelque chose à l'oreille.

Une pique de jalousie me prit. Qu'était-il e train de lui murmurer? Shikamaru me lança un regard qui ébranla mon esprit. Il était si plein d'émotions que je ne parvenais pas à déchiffrer. Parmi elles de la colère colère et une certaine forme d'anxiété ressortaient le plus possible.

Je laissai tomber mes bras le long de mon corps. Qu'est-ce que j'avais fait?

Je ne comprenais décidément pas.

Alors je m'assis en tailleur sur le plancher dur, la couverture donnée par Shikamaru drapée autour de mes épaules pour m'empêcher de trembler, et me concentrai sur ma respiration. Je fermai les yeux, et laissai mon souffle m'emporter, laver toutes mes émotions. Lentement, lentement, mon esprit s'ouvrit aux sons et aux mouvements extérieurs. Chaque rentrée d'air était une mine d'informations, chaque respiration m'apprenait davantage sur ce qui m'entourait. Le moindre mouvement dans la chambre solitaire derrière-moi me parvenait. Allongées dans le lit, les filles s'endormaient doucement, je le sentais aux déplacements d'air de leur respiration lente. Mais il ne dormait pas. Je me demandai pendant un temps ce qu'il faisait. Réfléchissait-il à quelque chose? Lisait-il? Je n'en savais rien.

Je ne notai rien de particulier pendant ma veille. Rien ne bougea dans la maison, mis à part la propriétaire une heure plus tard qui fut ravie du prix que e lui avais laissé pour une portion de riz et un œuf dur. Je m'étirai en l'entendant remuer ses casseroles, avant de me relever. Mes mouvements brisèrent ma concentration.

Au moins ce temps de méditation m'avait permis de refaire le plein d'énergie, et de soigner un peu mieux les lésions qui demeuraient de ma transformations quatre queues.

J'ouvris la porte de la chambre en grand. Les filles qui dormaient sur le lit sursautèrent brutalement au bruit que je fis. Shikamaru pour sa part, avait probablement su à quoi s'attendre et se retourna dans les couvertures qu'il avait emportées sur le divan.

_ Allons-y, déclarais-je. Il nous reste une longue roue avant d'atteindre Kiri.

Pas plus concernée que cela par la présence de Shikamaru qui faisait semblant de dormir, Ino ôta sa chemise de nuit et ses sous-vêtements et se mit à fouiller dans son sac. Prise de court par la vue de son corps mince et plein de tonus, je mis du temps avant de voir le petit sourire qui ornait les lèvres de la blonde. C'était une plaisanterie, mais désignée à gêner qui?

_ Allez-les filles, déclara-t-elle de son ton décideur, on s'active.

_ M... Mais Ino-chan, murmura Hinata totalement rouge. Shikamaru-san e...est...

_ Ne me dis pas que tu entretiens encore ce sentiment de pudeur ridicule envers tes coéquipiers, Hinata.

La brune était totalement rouge. Mes mains hésitaient autour de mon short.

_ Et Naruto, d'après ce que j'ai vu de l'interrogatoire de Sai-Shisui, enfin quel que soit son nom, tu n'as pas de réserve à avoir, n'est-ce pas? J'ai vu que vous aviez pris un bain dans la rivière lors de votre dernière mission.

Mes yeux s'écartèrent en direction de Shikamaru. Il s'était raidit à la mention de cet évènement. Ino fixa tour à tour Hinata totalement rouge, moi même totalement gênée qui sentait la rougeur poindre, et la tension dans le dos de son parrain. Je me retournai pour ne pas avoir à le fixer. Je ne savais pas à quel jeu la Yamanaka jouait, mais elle avait l'air de beaucoup s'amuser.

_ De toute façon, on a déjà perdu trop de temps, soupirais-je en ôtant mon maillot court et en abaissant mes sous-vêtements.

Un léger couinement s'échappa des lèvres d'Hinata, et je pus imaginer le ricanement d'Ino tandis que je cherchais des sous-vêtements de rechange dans mon sac. Shikamaru poussa un léger grognement agacé. De toute évidence, cette mascarade était destinée à l'émoustiller. Je me sentis quelque peu frustrée de faire partie de leurs jeux amoureux entre parrains.

_ Hinata, dis-je. Prends la salle de bain, et habille-toi vite.

_ Ou...oui! couina-t-elle encore avant de s'enfuir prestement.

_ Vous n'êtes pas drôles, les gens, soupira théâtralement Ino.

_ Tu penses que tu l'es, rétorquais-je en agrafant mon soutien gorge.

Ses yeux bleus dérivèrent vers mes formes pleines, et elle s'approcha.

_ Eh bien, fit elle, tu as vraiment les courbes qu'il faut au bon endroit, pas étonnant que ce magazine idiot se soit autant vendu.

_ Tu es simplement jalouse de ma magnificence, me moquais-je faussement en faisant voler mes cheveux comme si j'étais la dernière des idiotes.

Ino pouffa de rire.

_ Et moi qui croyais ton sens de l'humour perdu à jamais...

Elle se pencha à mon oreille et murmura:

_ Tu n'imagines pas à quel point il est bon au lit une fois que tu l'as assez frustré...

_ Que... Quoi!

Je me reculai brusquement le visage rouge, me rappelant des dernières frasques qu'elles avait faites avec son parrain, actions qui avaient été racontées en détail aux kunoïchi venues se détendre aux bains publics en même temps que la blonde.

Je perdis l'équilibre et battis des bras pour le reprendre. Juste derrière moi se trouvait le sofa où "dormait" paisiblement Shikamaru. Sans trop savoir comment, je surpris en quelques fractions de secondes le clin d'œil qu'elle adressa à son amant, cramoisi entre ses couvertures, ses yeux fins ayant fixé toute la scène.

La vérité me frappa finalement.

Je me servis de mon déséquilibre pour prendre appui sur l'accoudoir le plus proche et me projeter brusquement. Le temps des réjouissances était fini. Nous étions en fuite et en direction d'un autre pays potentiellement hostile. Shikamaru était mon meilleur ami, et il était amoureux d'Ino. Même s'ils semblaient tous deux enclin à me faire rejoindre leurs jeux érotiques, et que cela était particulièrement excitant je devais l'avouer, ma responsabilité était de m'assurer de leur sécurité, et de mener à bien la mission.

Je m'habillais sans autre mot à dire.

_ Ino, mets tes vêtements, et Shikamaru tu sors ton cul paresseux d'entre les coussins, et tu fais de même.

Un léger toussotement gêné me répondit depuis les couvertures. Une main d'homme agrippa le genou de la blonde qui se pencha vers lui pour écouter ses jérémiades. Les yeux rieurs, elle se retourna vers moi.

_ Naruto, je ne crois pas qu'il puisse se relever tout de suite, si tu vois ce que je veux dire...

Je soupirai.

_ Vous avez cinq minutes pour me rejoindre dans la salle commune de l'auberge. Pas une de plus.

_ J...je suis prête, Na...Naruto-chan! lança Hinata, son paquetage sur le dos.

_ Allons-y, fis-je, ignorant les protestations de l'adolescent et les ronronnements d'Ino.

Je descendis avec la brune avant de m'avachir dans un des fauteuils près du feu. Mes poings étaient serrés d'une colère dont l'origine était difficile à cerner.

_ Naruto-chan? demanda Hinata. Puis-je te poser une question?

Je me rendis compte à quel point la voix de la jeune femme était posée, contrairement à son habitude. Je me tournais vers elle, essayant de calmer les tremblements qui agitaient mes doigts.

_ Qu'y a-t-il, Hinata?

_ Neji-nii-san t'a-t-il dit pourquoi il avait abandonné ta conquête?

_ Il m'a dit que Ten-Ten l'avait convaincu de son erreur. Si nous cherchons tous deux à être aimé, nous ne sommes pas plus avancés en nous liant l'un à l'autre, car il n'y a pas d'attachement amoureux entre-nous.

_ Comme cela est tellement noble de a part, de dissimuler sa douleur, fit-elle doucement. Si effectivement il n'état pas amoureux de toi, il éprouvait cependant suffisamment de sentiments forts à ton égard pour se tromper lui-même. La véritable raison pour laquelle il t'a abandonnée, c'est parce qu'il a entendu quelqu'un te faire une déclaration durant cette mission, et il a su qu'il ne pourrait pas lutter.

_ Vraiment? je ne savais pas que...

_ Je sais aussi que tu n'es amoureuse de personne, une fille sait ces choses là. Mais ton cœur est toujours à prendre. Sasuke-san a dit qu'il n'abandonnerait pas ses sentiments à ton égard, mais tu peux demander à Ino-chan: il est empli de rage envers toi et son frère. Alors je veux savoir, Naruto-chan, es-tu amoureuse d'Uchiha Itachi?

Un long silence plana le temps que les mots d'Hinata fassent mouche dans mon esprit. Je n'étais déjà pas habituée à une telle véhémence de sa part, alors me poser de but en blanc une question pareille.

_ Je ne peux rien dire des liens qui m'unissent à cet homme, Hinata, car cela pourrait te mettre en danger et..

_ Ce n'est pas la question que j'ai posée. Je me fiche de savoir que des secrets d'Etat entourent votre relation, ou que tu aies besoin de lui pour venir en aide à Sasuke. Je veux savoir ce que tu ressens vraiment pour lui.

_ Je ne suis amoureuse de personne, Hinata, luis-dis-je sincèrement.

L'image de Shikamaru endormi entre mes bras passa brièvement dans mon esprit, mais je l'ignorai.

Une légère rougeur apparut sur les joues de porcelaine d'Hinata, et elle approcha ses deux index l'un de l'autre. De nouveau elle recommençait à être gênée, et s'apprêtait à me dire quelque chose qui lui tenait à cœur. Je n'étais pas habituée à ce que les gens se confient à moi, généralement parce que mon attitude froide depuis mon passage entre les mains de la Racine les dissuadait.

_ Naruto-chan, commença-t-elle d'une voix toujours aussi sûre d'elle bien qu'un peu vacillante, je t'ai observé de loin pendant des années, et j'ai toujours su la vérité te concernant. Même à l'Académie je savais que tu étais une fille, et tu m'impressionnais par ta capacité à te dissimuler ainsi. Puis un jour tu t'es dévoilée et tu as montré à tous à quel point tu étais forte, et j'ai compris à ce moment là que je n'éprouvais pas seulement de l'admiration pour toi, mais...

_ Hey, de quoi vous parlez? l'interrompit Ino en s'immisçant entre nous.

La présence de la blonde me fit prendre conscience de la proximité de mon corps et de celui d'Hinata. Elle était penchée depuis son siège; et ses mains se trouvaient de part et d'autre de mes genoux.

_ I...Ino-chan! balbutia Hinata.

_ Alors, ces messes-basses entre filles? demanda la blonde. Moi aussi je veux entendre ce que vous dites!

_ Hinata me posait des questions personnelles, répondis-je pour ne pas plus troubler la brune.

_ Vraiment? demanda-t-elle les yeux brillants avant de se tourner vers sa coéquipière, tu avais l'air très posée, Hinata. Quel dommage que tu n'aies pas montré cette facette de toi avant!

Je soupirai. J'étais certaine que tout allait encore dégénérer. C'était ma première mission avec Ino, et c'était déjà n'importe quoi. Je frappai dans mes mains pour attirer l'attention des deux filles. Shikamaru se tenait derrière mon siège, fixant la discussion avec un air que je ne pouvais définir. Tout ce que je pouvais dire, c'est qu'il n'était pas content.

_ Bon, maintenant que tout le monde est prêt, nous allons y aller. Il n'y a pas de tempête pour le moment, donc nous devrions pouvoir avancer assez vite. En route!

_ Je souhaiterais juste demander quelque chose, fit Shikamaru. Hinata-san, je pense qu'il est inutile de continuer à bégayer tout le temps. La seule chose que cela apporte au groupe est une distraction pour Naruto. Elle doit s'assurer de notre sécurité à tous, et ta démonstration de fausse faiblesse l'oblige à se concentrer sur toi et non pas sur des choses utiles. En tant que stratège du groupe, il est de mon devoir d'analyser les situations et de permettre à Naruto d'utiliser nos capacités au mieux.

_ Shikamaru, bouda Ino, n'es-tu pas excessivement dur envers Hinata?

Même si ses arguments étaient sensés, Ino avait raison, Shikamaru état anormalement agressif. Etait-ce le résultat de la farce que lui avait joué la blonde? Je ne saurais dire, il avait l'air de plutôt en vouloir à Hinata. Mais pour quelle raison?

_ Non, Ino-chan, il a raison, fit Hinata. Ma manière d'attirer l'attention de Naruto-chan était égoïste, et je ne devrais pas être la cause de dissensions au sein du groupe. Nous devons fonctionner en équipe.

_ Alors nous sommes d'accord, gronda Shikamaru.

_ Je pense que tu devrais sérieusement revoir ta position par rapport à la mienne, siffla Hinata en fixant mon meilleur ami dans les yeux.

Une tension immense semblait émaner de ces deux là. Je me penchai vers Ino.

_ Qu'est-ce qu'ils ont ces deux là? demandais-je.

Elle rit avant de m'envoyer une pichenette dans le nez.

_ Ah, Naruto, tu en es si innocente que ça en devient risible, fit-elle avant de marcher à grands pas vers l'extérieur, suivie par nos deux coéquipiers toujours dans leur rivalité silencieuse.

Je saluai la propriétaire de l'auberge en sortant. Avant de l'entendre soupirer:

_ Ah ces jeunes!

Je haussai les épaules d'incompréhension avant de prendre ma position au centre du triangle formé par mes coéquipiers. Je rajustai ma tenue d'ambassadeur de Konoha, tâchant de paraître le moins agressif possible.

Nous partîmes en direction de la mer.


Ce commentaire déclarant que ma Naruto était Mary-Sue m'a perturbé, et je me demandais quel était votre avis...