Titre : Chandelles.

Genre : UA, Yaoi, OS, Romance, Humour.

Résumé : Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour son petit frère adoré ou son meilleur ami ? Itachi et Gaara se dévouent pour que Sasuke et Naruto puissent se voir. Où quand deux chandeliers qui tiennent vaillamment la chandelle se rencontrent.

Rating : M

Pairing : Gaara/Itachi. Naru/Sasu.

Crédits : Les personnages appartiennent à , mais les idées sont de nous.

Warning : Lemon, attention relations HxH.

Beta : Meylhana.

Notes des auteurs : Encore du couple exotique, allez un peu d'exotisme ça ne fait pas de mal ! Notez qu'on a quand même pas pu résister à notre couple phare, bien présent aussi.

Bonne Lecture !

Yzan & Lili.


~ Chandelles ~

- Première Partie -

Assis dans un café, Itachi touillait mollement son café noir, ses yeux onyx posés sur le jeune homme assis face à lui. Un soupir désabusé lui échappa alors qu'un murmure suivi d'un léger ricanement parvenait à ses oreilles. Assis à côté de lui, son petit frère Sasuke chuchotait, Dieu savait quoi, à l'oreille de son voisin d'en face. Un coup sur sa cheville lui soutira un grognement. Vraiment il adorait Sasuke, mais parfois il le regretterait presque. Quoique en y pensant bien, le problème venait surtout du fait qu'ils étaient tous les deux des Uchiwa.

Le clan Uchiwa était l'un des plus connus de la ville, voire du pays, à la tête d'une multinationale prestigieuse et renommée. Le chef du clan, Madara, menait tout le monde à la baguette. Un bon Uchiwa avait, selon lui, trois caractéristiques : la beauté, l'intelligence et celle qui posait à l'heure actuelle un sérieux problème à Itachi, l'hétérosexualité. Hors, si son frère correspondait parfaitement aux deux premières, pour la troisième c'était tout autre chose.

Il coula un regard vers celui qui était face à son petit frère, penché au dessus de la table pour entendre ce que ce dernier lui murmurait au creux de l'oreille. Des cheveux blonds courts qui ne connaissaient visiblement pas le sens du mot gravité, de grands yeux bleus, des joues marquées de trois cicatrices parallèles pareilles à des moustaches, souvenir d'un accident de vélo, une absence notable de poitrine et une virilité incontestable, non Naruto Uzumaki, le petit ami de Sasuke n'avait absolument rien de féminin.

Et c'était bien pour cette raison qu'il était là, assis dans ce café à tenir la chandelle, faisant semblant de ne pas sentir les pieds des deux garçons qui allaient et venaient l'un contre l'autre et de ne pas entendre les mots qu'ils se disaient, ni de voir les petits gestes tendres qu'ils avaient l'un envers l'autre. Si quelqu'un du clan apprenait la relation qu'entretenait son frère avec l'autre jeune homme, ce serait une véritable catastrophe. Il serait mis au ban de la famille, déshonoré, jeté en pâture aux journalistes à scandale, et bon nombre de voies professionnelles lui seraient définitivement fermées. Le clan était influent, très influent. Et Madara ne reculerait devant rien pour éviter que le nom des Uchiwa ne soit terni d'une quelconque façon.

Sasuke était la seule famille qui lui restait, leurs parents ayant connus une fin tragique bien trop tôt, quelques quinze années en arrière, et il ferait n'importe quoi pour lui. Mais, depuis qu'il avait décidé de filer le parfait amour avec son blond il y avait plusieurs mois maintenant, sa vie à lui, Uchiwa Itachi, tournait au cauchemars. Quand il ne travaillait pas au sein de la tentaculaire multinationale qui appartenait au clan, il servait d'alibi et de chaperon à son cadet, lui permettant de rencontrer son amoureux en secret, jusque dans l'intimité de l'appartement où ils vivaient seuls tous les deux.

Prenant doucement sa tasse de café noir entre ses doigts, Itachi en but une gorgée, savourant l'amertume du breuvage encore chaud. Le bruit d'un verre qui se posait sans douceur sur la table attira son attention sur le jeune homme assis face à lui, le meilleur ami de Naruto, celui qui tenait la chandelle avec lui, Gaara no Subaku. Le moins que l'on puisse dire c'était qu'il n'était pas causant. Sa conversation se limitait à quelques onomatopées désespérantes, et il donnait l'impression de s'ennuyer dans toutes les situations.

En fait, le jeune homme qui faisait lentement tourner sa bière entre ses doigts lui faisait presque peur, bien qu'il le connaisse depuis des années. Itachi ne savait pas vraiment ce qui le dérangeait le plus. De sa chevelure courte et hirsute d'un rouge flamboyant au regard perçant d'une étrange couleur bleu-vert presque trop pâle sur une peau claire, en passant par la vague expression d'être un psychopathe, sans parler du tatouage noir sur le coin de son front, son absence de sourcils et ses piercings. Tout chez ce type lui faisait froid dans le dos.

Un petit soupir désabusé s'échappa de ses lèvres fines, une moue toute uchiwesque se peignant sur ses traits racés. Il l'aimait son petit frère, et il ne voulait que son bonheur, et son bonheur à l'heure actuelle, c'était Naruto. Il était bien incapable de se souvenir depuis quand ces deux là se connaissaient, Naruto et Sasuke se côtoyaient depuis des années et, au final, leur relation actuelle n'avait rien de bien surprenant.

Le blond avait toujours eu une place bien particulière dans la vie de son petit frère. Il n'y avait qu'à voir à quel point il était heureux et expressif quand il était avec lui pour s'en convaincre. Et Itachi estimait que lui et son cadet avaient bien assez souffert comme ça, la disparition abrupte de leurs parents ayant laissée de profondes cicatrices chez l'un comme chez l'autre. Il n'était pas question qu'il l'empêche d'être heureux, surtout pour une simple histoire d'honneur familial.

Sasuke méritait d'avoir un peu de joie et d'amour dans sa vie, d'oublier, de pouvoir souffler, même si cela devait être dans les bras d'un autre homme. Itachi serait là, il serait toujours là pour lui. Même si ça voulait dire passer des après-midi, des journées et des soirées entières avec le petit couple, et avec le rouquin qui accompagnait systématiquement Naruto de son côté, dès que les deux tourtereaux devaient se retrouver. Itachi considérait que c'était son devoir en tant qu'aîné et il ne s'en départirait pas.

Alors il la tenait vaillamment sa chandelle, se transformant en un chandelier hors pair. Étant le seul à avoir le permis et une voiture, il les amenait partout où ils désiraient aller, les accompagnant, se retrouvant systématiquement intégré au décor avec son voisin d'en face. Les choses auraient sans doute pu être plus agréables si le dit voisin avait été un peu plus loquace et d'une compagnie un minimum aimable. Mais ce n'était pas le cas, alors Itachi endurait son ennui avec le stoïcisme et le flegme propre à sa famille, attendant patiemment que le temps passe.

La voiture d'Itachi s'arrêta devant un immeuble banal, dans un quartier pas vraiment chic mais pas vraiment glauque non plus. Gaara, qui était assis sur le siège avant côté passager, le remercia platement du bout des lèvres, avec un léger signe de tête, avant de descendre du véhicule. Le frère aîné du petit ami de Naruto lui répondit à peine, toujours drapé dans son attitude hautaine et froide. Gaara referma la portière et attendit patiemment sur le trottoir que les deux amoureux veuillent bien se séparer, Naruto traînant comme toujours la patte quand il s'agissait de quitter son précieux Sasuke.

Son regard pâle erra avec ennui sur la carrosserie noire de la berline de grande marque garée devant lui. Naruto et lui partageaient un petit appartement depuis qu'ils étaient entrés à la Fac après leurs années de lycées. Et la cohabitation se passait plutôt bien, son meilleur ami ayant un caractère bien plus facile à vivre que le sien. Machinalement, les yeux de Gaara se posèrent sur le petit couple qui jouait les sangsues, pour ne pas changer.

Depuis toujours il les avais connus ensemble, toujours scotchés l'un à l'autre, et les rares fois où ils n'étaient pas tous les deux, c'était parce qu'ils s'étaient violemment disputés. Et dans ces moments là, Naruto n'arrêtait pas de parler de son Sasuke, bâtard personnel qui ne comprenait rien à rien, qui était têtu comme une mule et était aussi bavard qu'une huître. Bref, même fâchés, Sasuke faisait partie intégrante de la vie du blond, et par conséquent de la sienne.

Gaara leva les yeux au ciel en entendant son meilleur ami ronchonner contre leurs partiels qui l'empêchaient de pouvoir passer la nuit avec son petit ami, celui-ci ne voulant absolument pas arriver à l'examen sans avoir fait une nuit complète et réparatrice. La berline s'éloigna et les deux garçons montèrent les escaliers jusqu'au troisième étage où se situait leur appartement. A peine eurent-ils franchi la porte que le téléphone du blond sonna, la voix de Kushina, mère de Naruto, parfaitement audible dès que celui-ci eut décroché.

Pas vraiment intéressé, il ne put cependant qu'entendre la discussion de son colocataire avec sa génitrice, celle-ci s'inquiétant encore une fois de l'absence de petite amie auprès de son fils. Gaara se demanda vaguement comment Kushina pouvait être aussi aveugle. Il était pourtant évident que jamais aucune fille n'aurait autant d'importance qu'un certain Uchiwa au yeux de Naruto. Pourtant elle insista lourdement, arguant qu'elle voulait des petits enfants et faisait régulièrement des plans sur la comète à propos d'une hypothétique belle-fille et du futur mariage, tout aussi hypothétique, et totalement improbable, de son fils unique.

Mais il semblerait que l'entourage du couple ne voit que ce qu'il voulait bien voir. Leurs amis communs ne les voyaient que comme des amis, amis très proches et inséparables mais amis seulement. La douce et timide Hinata s'accrochait désespérément à l'espoir qu'un jour le blond remarquerait qu'elle était amoureuse de lui depuis l'école primaire, restant aveugle et sourde à toutes les tentatives d'approche de Kiba, autre énergumène dynamique qui lui courrait après depuis des années.

Sans oublier le fan-club de Sasuke, créé par Sakura et Ino, deux amies d'enfance du couple, les deux jeunes filles se disputant depuis toujours pour savoir laquelle deviendrait un jour Madame Uchiwa. Tout ceci faisait que leurs amis ne savaient absolument rien de la relation qu'entretenait les deux jeunes hommes, au grand dam de ceux-ci. De ce fait, ils devaient subir les attaques incessantes de leurs admiratrices respectives et les blagues plus ou moins douteuses sur les homosexuels qu'affectionnaient particulièrement certains de leurs amis.

Le jeune homme roux ferma la porte de sa chambre, laissant son meilleur ami se débattre avec sa mère au téléphone. Oui, il comprenait que celui-ci préfère cacher la nature exacte de ses rapports avec Sasuke. Déjà, accepter leurs sentiments n'avait pas été facile, pour aucun des deux, donnant lieu à des disputes, des drames et des semaines de séparation. Lui, et probablement Itachi de son côté, avaient dû ramasser les pots cassés et rassurer les deux jeunes hommes sur leur normalité, leur sexualité et leur virilité.

C'était pour toutes ces raisons qu'il tenait régulièrement la chandelle, pour ne pas éveiller les soupçons de leurs proches et ne pas avoir d'ennuis. Naruto ayant toujours eu la fâcheuse tendance à le traîner partout et Itachi n'ayant jamais été bien loin de son petit frère, il aurait paru étrange à tout le monde que brusquement les deux jeunes hommes se retrouvent constamment seuls en tête à tête. Gaara assumait son rôle de chandelier avec son éternel flegme, fusillant du regard quiconque les regarderaient avec trop d'insistance et donnant régulièrement des coups de coudes, ou de pieds, à son meilleur ami pour lui rappeler qu'ils étaient dans un lieu public.

Avec un soupir, il s'avachit sur un pouf couleur sable avec son ordinateur portable sur les genoux, et se connecta à un célèbre jeu en ligne auquel il jouait depuis quelques semaines. Hier soir, il avait longuement discuté avec un certain Susanoo, l'avatar féminin de ce dernier l'ayant aidé dans une quête. L'avantage d'internet, c'était qu'il n'avait pas besoin de parler. Il n'était pas bavard de nature, et l'anonymat de la toile lui permettait de confier certaines choses sans crainte, son interlocuteur ne le connaissant aucunement.

A sa grande surprise, Susanno était un garçon. Il lui avait expliqué qu'il avait choisi un avatar féminin parce qu'il trouvait que le graphisme des personnages masculins n'était pas des plus avantageux. Tous deux avaient passé une partie de la nuit à discuter du jeu, puis de tout et de rien, plaisantant allègrement sur divers sujets. L'humour caustique et grinçant de son mystérieux allié lui avait tiré bien des sourires, chose rare. Gaara fut ravi de voir que celui-ci était connecté maintenant, entamant immédiatement une discussion avec lui comme seul internet le permettait.

~oOo~

Son ticket à la main, Itachi entra dans la salle obscure, et s'installa dans un siège placé de manière stratégique : pas trop près, pas trop loin mais pas trop au milieu non plus de l'écran. Sasuke prit place à ses côtés, Naruto et Gaara s'installant dans les sièges mitoyens. Ce soir, c'était soirée cinéma et à son grand désespoir, c'était Naruto qui avait choisi le film. Il avait bien espéré que Sasuke ne réussisse à le faire changer d'avis, mais son traître de petit frère avait cédé à son amoureux, après un long débat houleux. Lui-même ne pouvant malheureusement rien refuser à son frère chéri et adoré avait donc accepté le choix du blond et, se retrouvant en infériorité numérique, Gaara n'avait pas eu son mot à dire sur le sujet.

Dès les premières notes du générique, juste après les bandes annonces à rallonge, Itachi sut définitivement qu'il allait s'ennuyer ferme, une fois encore... Une sombre histoire de romance à l'eau de rose entre une jeune fille et un vampire. Décidément, les goûts de Naruto le surprendraient toujours. Il croisa les bras sur son torse et se cala dans son siège, remontant légèrement ses lunettes sur son nez, celles qu'il ne portait que quand il travaillait ou regardait la télé.

Les longues heures à étudier sans relâche pour faire plaisir à sa famille et avoir enfin la paix avec Sasuke, lui avait permis d'obtenir son diplôme final en deux fois moins de temps que la norme. Décrocher, ensuite, son émancipation avec son entrée dans la tentaculaire société familiale, et vivre loin du clan dans un appartement dès ses seize ans lui avait permis de veiller sur Sasuke à sa manière. Cela avait surtout permis que celui-ci ne soit pas trop exposé à l'imposante et puissante famille traditionaliste.

Dans la pénombre de la salle de cinéma, le profil de son petit frère s'éloigna de lui pour être récupéré par une paire de bras bronzés. Sasuke eut à peine le temps de tourner la tête avec un air interrogatif qu'un baiser vint le cueillir, lui faisant fermer les paupières. Il se cala plus confortablement contre son amoureux, et Itachi n'avait pas besoin de lumière pour savoir qu'un fin sourire ornait les lèvres minces de son cadet.

Il ne fallut pas bien longtemps pour que le petit couple passe à des échanges bien moins innocents et romantiques. Tous deux ne prêtaient plus la moindre attention aux évènements qui se déroulaient sur le grand écran, focalisés qu'ils étaient l'un sur l'autre, s'embrassant, se passant une main dans leurs cheveux respectifs, se collant plus étroitement l'un à l'autre. Ce fut à ce moment qu'Itachi décida qu'il était temps de calmer leurs ardeurs fiévreuses, sans quoi, ils allaient attirer l'attention, le film depuis bien longtemps oublié.

Il tapota l'épaule de son frère, qui lui jeta un bref regard avant de se jeter une nouvelle fois sur les lèvres de son petit ami qui ne fut pas en reste. Itachi tendit le pot de pop-corn que Sasuke finit par attraper tant bien que mal, complètement à l'aveugle. Sans même y toucher, il le fit directement passer à Naruto qui, à son tour, tendit le bras sans regarder, trop occupé à dévorer son amour. Gaara vit arriver le seau de maïs soufflé qui tanguait dangereusement et le récupéra in extremis, évitant de justesse la catastrophe. Le pot avait surgit sous son nez subitement, manquant de se renverser sur ses genoux, alors qu'il était plongé dans la dramatique histoire de ce qui s'annonçait être un amour compliqué.

Itachi soupira. Ce film était définitivement... nul. Le jeu des acteurs était particulièrement mauvais et ne servait qu'à intéresser des midinettes en mal de guimauve et de bons sentiments sur fond de jolis garçons. En bref, c'était le naufrage, et non, ils n'étaient pas en train de voir "Titanic". Rien que le nom du navet le fit frissonner. "Twilight", oui c'était définitivement le crépuscule de l'intelligence des scénaristes. Il jeta un nouveau coup d'oeil du côté des tourtereaux qui roucoulaient à qui mieux mieux. En voilà deux qui eux, en connaissaient un rayon en terme d'amour contrarié et de secrets.

Il tapota une nouvelle fois l'épaule de son frère, lui glissant à l'oreille que vu que la salle était bondée, les gens assis derrière et devant eux allaient finir par râler si le siège se mettait soudain à bouger. Sa remarque caustique fit froncer les sourcils si semblables aux siens, et cette fois eut un petit peu raison de la flamme dévorante des deux amoureux. Naruto parsema la nuque de Sasuke de petits baisers volés, ce dernier copieusement avachi contre lui commentant alors le film au creux de son oreille.

Itachi ne leur donnait pas cinq minutes avant que ça ne reparte encore dans tous les sens. Il soupira derechef. Sa maigre consolation étant qu'une fois rentré, il pourrait se connecter sur le RPG Online auquel il jouait pour se détendre en ce moment, et sur lequel il avait rencontré une âme compréhensive. Ils avaient fait connaissance après qu'il l'ait aidé dans une quête, répondant à sa sollicitation sur le canal de discutions générales.

Étonnamment, ils s'étaient tout de suite bien entendus, coordonnant les actions de leurs personnages sans même avoir besoin de se consulter pour pouvoir faire face aux adversaires pixelisés qui popaient sur leurs écrans d'ordinateurs respectifs. D'une discussion anodine pour simplement résoudre la quête, la conversation devint amicale au fil des semaines, tournant autour du jeu puis un peu plus loin. Shukaku s'était montré attentif et réconfortant pendant qu'Itachi s'était laissé aller à exposer son triste sort de porteur de chandelle, sans trop non plus rentrer dans les détails. Il était un Uchiwa tout de même.

Shukaku semblait le comprendre et le soutenir, et ces échanges anonymes ou presque le soulageaient quelque part. Il était heureux de trouver quelqu'un à qui confier la profondeur de son désarroi ou de son ennui parfois. Les réponses qui apparaissaient dans le canal privé qu'ils utilisaient étaient mordantes, pertinentes et parfois très drôles, lui remontant vraiment le moral et lui arrachant même quelques pouffements discrets devant son écran, ses écouteurs sur les oreilles retransmettant les sons du jeu.

Il avait passé tellement de temps à travailler d'arrache-pied sur ses études puis dans la firme familiale que sa vie sociale était réduite à néant. Les amis qu'il côtoyait n'étaient pas les siens, mais plutôt ceux de l'infernal duo de pigeons roucoulant à côté de lui. En dehors de Sasuke et de son travail, rien n'existait, rien ne l'intéressait. Il côtoyait encore quelques amis d'enfance de loin en loin, mais il préférait leur donner des nouvelles par e-mail que de les rencontrer de visu.

Se détendre sur quelques jeux vidéos, lire ou écouter de la musique, lui suffisait amplement quand il ressentait le besoin de se détendre et de décompresser. Il n'avait jamais été quelqu'un de très sociable de toute manière, s'enfermant dans sa routine de travail, restant tard le soir au bureau, partant tôt le matin. Il aimait ce qu'il faisait, et tant que le clan était satisfait de lui, ils n'avaient pas besoin de lorgner du côté de son cadet, ni de trouver quoi que ce soit à redire à leur façon de vivre.

Un soupir de soulagement lui échappa quand enfin, enfin, le générique commença à défiler sur le grand écran. Vraiment, ce film était sans aucun intérêt. Et le pire c'était qu'il était certain que les deux tourtereaux n'avaient rien suivi. Quand il sortit de la rangée de siège, il ne put que constater que Sasuke était fortement débraillé, sa chemise chiffonnée et en partie ouverte sur son torse d'albâtre. Sans rien dire, il entreprit de remettre un peu d'ordre dans la tenue de son cadet. D'une main sûre, il recoiffa tant bien que mal la chevelure noire et ébouriffée, râlant intérieurement contre le gel que son benjamin mettait dans ses cheveux et qui ne lui facilitait pas la tâche.

- Arrête, Aniki, soupira Sasuke.

- Tu ne peux pas sortir dans la rue comme ça... rétorqua Itachi.

A leurs côtés Naruto et Gaara les regardaient, le sourire goguenard du blond ne cachant rien de l'amusement que la scène lui procurait. Se tournant vers son ami, Naruto demanda :

- Au fait, il était bien le film ?

Gaara jeta une œillade meurtrière à son meilleur ami, avant de répondre d'une voix froide et tranchante :

- Non. C'était complètement nul. La prochaine fois, c'est moi qui choisirais. De toute façon, vous ne regardez jamais.

Sur ces mots, le roux sortit de la salle d'un pas rapide, suivi par le blond qui voulait des détails sur l'action du film, les deux frères leur emboîtant tranquillement le pas.

La berline noire roulait à vive allure sur la route qui les ramenait à leur appartement après qu'ils aient déposé Naruto et Gaara chez eux.

- Tu devrais sortir un peu plus souvent, et avec des gens de ton âge, lança soudainement Sasuke, son regard perdu dans le paysage qui défilait de l'autre côté de la vitre passager.

- Ça ne m'intéresse pas... rétorqua son frère d'une voix atone et détachée.

Sasuke se détourna de sa contemplation oisive et tenta de décrypter le profil du conducteur impassible.

- Mais ce serait bien que tu te fasses des amis toi aussi et que... tu te trouves quelqu'un. Non ?

Itachi coula un œil circonspect vers son cadet, croisant le regard soucieux de ce dernier. Avec un soupir, il répondit :

- J'ai d'autres priorités pour l'instant... Et tu n'as pas à t'inquiéter pour moi, d'accord ?

Le plus jeune se mordilla les lèvres, semblant hésiter un instant, avant de reprendre la parole d'une voix douce :

- Toi aussi, tu mérites d'être heureux... Je ne te dis pas de te jeter sur la première fille venue, mais ne te fermes pas à toutes possibilités... Tu vis comme un ermite... Je ne veux pas que tu finisses seul.

Lâchant d'une main le volant, Itachi ébouriffa tendrement les cheveux de son cadet, lui adressant un doux sourire, il hocha simplement la tête en réponse.

~oOo~

Les doigts de Gaara volèrent sur le clavier, tapant sans attendre en réponse à la phrase qui venait de s'afficher dans la petite fenêtre de communication alors que son personnage rendait une quête à un PNJ. Il discutait par ordinateurs interposés avec Susanoo, tout en avançant dans le jeu en ligne.

- Ça me saoule d'avance cette soirée. J'ai pas envie de déco. Passer mon temps à tenir la chandelle avec un type glacial et hautain, ça me fait chier. Même s'il est beau, on a aucun point commun et du coup rien à se dire, envoya-t-il en appuyant sur la touche entrée.

- Te plains pas. Moi je vais passer ma soirée avec un psychopathe et deux amoureux en chaleur, reçut-il.

Le roux ricana doucement, apparemment ils passeraient une aussi mauvaise soirée l'un que l'autre. Il allait répondre quand Susanoo lui envoya :

- Je dois y aller. Bon courage pour ta soirée. A demain.

- Ok. Merci. Bon courage à toi aussi. A demain.

Un grognement lui échappa quand il constata que son interlocuteur s'était déconnecté, sa réponse à peine reçue. Non vraiment, il n'était absolument pas motivé pour aller en boîte avec Naruto, son petit ami et le frère de celui-ci.

Il avança encore un peu dans le jeu, mais sans Susanoo, ça n'avait pas vraiment le même intérêt. Il était content de pouvoir partager ces moments avec lui, et au final, discuter avec celui qui se cachait derrière ce pseudo était devenu plus important que faire des quêtes, des combats, et monter le niveau de son personnage. Tout comme lui, Susanoo n'était affilié à aucune guilde ou groupuscule sur la plate-forme interactive, et lui avait avoué être un joueur plutôt solitaire, point qu'ils avaient en commun.

L'interphone sonna dans l'entrée de l'appartement et Naruto alla répondre immédiatement. Ça faisait déjà un petit moment qu'il était prêt, tournant en rond dans le salon. Un sourire immense étira ses lèvres quand la voix de Sasuke parvint à ses oreilles, légèrement distordue par l'appareil. Il assura à son compagnon qu'ils arrivaient tout de suite et raccrocha, hurlant à Gaara qu'il fallait y aller. Il ne prit même pas la peine d'aller le déterrer de sa chambre, sachant pertinemment que sa voix de stentor était parfaitement audible même à travers la porte fermée.

Gaara soupira et ferma définitivement son ordinateur, pressé de rejoindre son meilleur ami comme de se pendre. Il allait passer une très, très longue soirée. Naruto trépignait déjà devant la porte d'entrée, ses chaussures aux pieds et son manteau sur le dos, faisant sauter ses clefs dans sa main. Il lui jeta son propre manteau avec un nouveau sourire digne de n'importe quelle publicité pour des produits dentaires, l'exaspérant un peu plus.

- Allez ! Dépêche toi ! Tu vas voir, ça va être une super soirée ! ajouta le blond, plein d'entrain.

Les orbes vert d'eau se posèrent sur l'excité qui ne tenait pas en place et le rouquin soupira derechef, enfilant son manteau tout en marchant vers la porte, remettant ses chaussures.

- Tu vas sortir comme ça ? lui lança son ami après lui avoir jeté un bref coup d'oeil.

- Pourquoi, ça te pose un problème ?

- Non, mais je pensais que tu te mettrais un peu plus sur ton trente et un, pour draguer par exemple. C'est le principe d'une sortie en boîte normalement !

- Pfffff...

- Et dire qu'on se sacrifie avec Sasuke pour vous sortir toi et Itachi. Vous êtes vraiment à désespérer les gars. Va bien falloir vous y mettre, hein ! Vous allez quand même pas rester célibataires toute votre vie !

Gaara leva les yeux aux ciel, préférant ne pas répondre à son meilleur ami. C'était sûr que pour le blond c'était un sacré sacrifice que de passer la soirée avec son chéri dans une ambiance sombre et propice aux attouchements en tout genre. Et puis il n'avait rien demandé lui, il était très bien tout seul. Sans un mot, il sortit de l'appartement vite suivi de Naruto, et descendit les escaliers pour rejoindre la voiture où les attendaient les deux frères.

La mâchoire d'Itachi se crispa. Il glissa pour la énième fois une œillade rapide dans le rétroviseur, ne manquant pas Naruto et Sasuke étroitement enlacés malgré les ceintures de sécurité. Les mains de son petit frère étaient glissées dans les mèches dorées de son petit ami dont les paumes bronzées étaient calées autour de sa taille. Ils s'embrassaient et les doigts de Naruto ne cessaient de s'égarer sous la chemise, dévoilant quelques centimètres de peau pâle et le piercing au nombril de son compagnon brun.

L'un des sourcils d'Itachi tressauta et il se mit à râler à voix basse.

- Si jamais ils me pourrissent ma banquette arrière, je les étripe... comprit Gaara au milieu des ronchonnements presque inintelligibles.

Le jeune homme roux, assis sur le siège à côté du conducteur qui serrait convulsivement le volant, croisa ses bras sur son torse, jetant un regard en biais au profil renfrogné.

Itachi avait l'air aussi enchanté que lui par cette soirée en boîte de nuit, même si l'opération "plan de drague" mise en place par les deux amants pour les deux célibataires partait d'une bonne intention. Le frère aîné de Sasuke semblait être aussi bien disposé qu'il l'était lui-même à l'idée de passer la nuit dans un endroit bruyant, assourdissant, surpeuplé et surchauffé. Visiblement, il n'était pas le seul à chérir son célibat, mais tout comme le jeune homme âgé de trois ans de plus que lui qui conduisait, il n'avait pas su échapper à cette soirée orchestrée par le couple sur la banquette arrière.

Le brun poursuivit sa litanie de plaintes à moitié exprimées concernant ses sièges, faisant lever les yeux vert d'eau au plafond de l'habitacle tendu de beige. En plus d'être complètement glacial et renfermé, songea l'étudiant en géologie, l'aîné Uchiwa s'avérait franchement maniaque. Un détail qui le rendait encore moins agréable. Il n'avait bien que sa beauté pour lui celui-là car vraiment, côté caractère, ce n'était pas la panacée.

Gaara ne put s'empêcher d'observer une nouvelle fois le profil altier, froncé par les récriminations maugrées dans une barbe inexistante. C'était vrai qu'Itachi était beau, très beau même... Ses longs cheveux bruns étaient attachés en catogan sur sa nuque, dégageant son visage allongé aux pommettes saillantes et à la mâchoire volontaire, accompagné d'un nez aquilin. Son côté hautain transparaissait dans les traits taillés mis en exergue par une peau pâle, presque blême. Les cernes profondes sous les yeux noirs soulignaient la fatigue du conducteur.

Le meilleur ami de Naruto soupira, ayant presque pitié. Être le frère aîné de Sasuke ne devait pas être facile tous les jours. Il savait, grâce à Naruto, que ce dernier travaillait dans la grosse multinationale familiale, y occupant un poste à responsabilités qui visiblement lui prenait tout son temps. Il s'y investissait totalement pour que le clan, ainsi satisfait, ne vienne pas lorgner de trop près sur son petit frère et les laisse vivre leur vie en marge de la puissante et étouffante famille stricte.

Entre son travail qui lui prenait beaucoup de temps et s'occuper de son jeune frère, sans parler de la pression qu'Itachi subissait de la part de la maisonnée à l'éventail rouge et blanc, Gaara se demanda bien comment Sasuke pouvait espérer que son frère se consacre à une relation de couple. Froid et distant comme il l'était en plus, il souhaitait bien du courage à la future moitié... Le jeune roux était certain que l'Uchiwa devait être du style à rentrer chez lui et à tomber direct dans son lit, mort de fatigue, avant de repartir le lendemain.

Gaara se mordilla les lèvres, ça faisait longtemps qu'il n'était pas sorti dans un endroit branché, et ça ne lui avait pas du tout manqué. Comme il fallait s'y attendre, la musique était forte, rendant toute discussion quasi impossible à moins de se mettre à hurler dans l'oreille de son voisin. L'endroit était beaucoup trop surpeuplé et il ne cessait d'être dérangé dans son ennui profond par des filles trop maquillées et aux yeux brillants et avides et aux tenues plus que légères et outrancières. Il était installé sur une banquette de velours couleur lie de vin, une bouteille de vodka et des pichets de jus de pomme, d'orange et de coca posés devant lui sur la table rectangulaire, prenant tant bien que mal sur lui pour ne pas quitter cette antichambre infernale.

Itachi était installé en face du meilleur ami de Naruto, tripotant du bout des doigts son verre de vodka orange. Il s'ennuyait à cent sous de l'heure, repoussant froidement du bout des lèvres avec un visage aussi dur que la pierre une énième fille, aux cheveux péroxydés et vêtue d'une tenue provocante, venue lui proposer de danser avec elle. Des essaims de jeunes femmes en mal de mâles à séduire ne cessaient de grossir et de graviter autour de leur table pendant que Naruto et Sasuke se déhanchaient sur la piste au son de la musique aux basses surpuissantes.

De l'ambiance survoltée à la population bigarrée, en passant par les sons électroniques tonitruants et les célibataires aux techniques de dragues agressives, l'un comme l'autre regardaient montres et téléphones portables plus que régulièrement, priant pour que ce purgatoire se termine au plus vite. Mais le temps semblait prendre un malin plaisir à s'écouler avec une lenteur toute calculée, les laissant savourer chaque seconde de cette situation qui les horripilait l'un comme l'autre, mettant leurs nerfs et leurs patiences à dure épreuve.

Machinalement, le regard de Gaara se posa sur son meilleur ami qui se dandinait sur la piste, enfin qui était sensé danser sur la piste. Mais là, il semblait avoir buggué. Un peu curieux, le roux chercha des yeux la raison du comportement inhabituel de Naruto, qui restait bêtement figé sur place. Il n'eut pas longtemps à chercher, une masse de filles se tenant juste devant le petit podium où se trouvait le responsable de l'état d'hébétitude extatique du blond.

Debout sur la minuscule plate-forme, Sasuke dansait en se tenant à une barre d'acier. Un cri inarticulé attira son attention sur son voisin d'en face qui visiblement s'étouffait avec son cocktail. Il pouvait comprendre, lui-même était plus que surpris de voir le glacial, taciturne et renfermé cadet Uchiwa faire toute la démonstration de ses talents de danseur... exotique. Ses déhanchés lascifs et ses poses suggestives tout en souplesse et sensualité avaient de quoi surprendre ceux qui le connaissait comme "Sasuke le glaçon". A croire que la banquise avait fondue sous la chaleur des projecteurs...

Quand le jeune brun ouvrit langoureusement le premier bouton en partant du bas de sa chemise, dévoilant son nombril piercé, Gaara aurait parié que la majorité des filles de la salle était au bord de l'orgasme tant elles hurlaient. Si Sasuke continuait comme ça, il ne donnait pas cher de sa peau, ou plutôt de son cul. Ses orbes anisées se posèrent sur Naruto qui ressemblait de plus en plus à un tigre prêt à se jeter sur sa proie pour la bouffer toute crue.

Du coin de l'oeil, il vit Itachi se lever et traverser d'un pas rapide la piste bondée, bousculant sans ménagement les danseurs plus ou moins doués, pour se saisir de la jambe de son frère, l'obligeant à descendre de son perchoir et le ramenant manu-militari à leur table. Sans un mot, il se leva pour laisser passer son meilleur ami, qui avait suivi les deux frères. Juste avant que celui-ci ne s'assoit il se pencha vers lui et lui rappela juste par acquis de conscience, en lui hurlant dans les oreilles, la musique ne permettant pas de se faire entendre autrement, qu'ils étaient dans un lieu public et qu'ils se devaient d'être un minimum discrets.

D'un simple hochement de tête, le blond lui fit comprendre qu'il avait compris avant de s'asseoir à côté de son petit ami et de se servir un verre. Une légère tape sur son épaule fit tourner la tête du roux vers une demoiselle assez peu vêtue qui lui proposa d'aller danser, proposition qu'il déclina froidement, prenant sur lui pour ne pas étriper Naruto qu'il entendait rire à côté de lui. Pourquoi était-ce son meilleur ami déjà ? Ah oui, parce qu'à son arrivé au Japon, il avait été le premier à lui tendre la main.

Il se souvenait encore parfaitement de ce gamin blond, et du petit brun qu'il traînait par la main derrière lui, qui était venu le voir pour lui proposer de venir jouer avec eux. Ils avaient à peine six ans à l'époque et ses parents venaient d'emménager au Japon depuis peu. S'il parlait couramment la langue, son père étant japonais, son caractère froid ne l'incitait pas à aller vers les autres. Il avait bien remarqué le blond. Comment ne pas le remarquer, il était si bruyant, et le brun qu'il traînait partout à sa suite, mais n'avait pas osé les aborder, certain de se faire rejeter.

Aussi avait-il été très surpris de voir Naruto se diriger vers lui et l'inviter à partager leurs jeux. Il lui avait alors présenté Sasuke, qui s'était contenté d'un simple signe de tête pour le saluer, et l'attrapant par la main l'avait entraîné vers le centre de la cour où d'autres les attendaient pour jouer au foot. C'était comme ça que le blond était entré dans sa vie, leur amitié d'enfant se trouvant fortement renforcée le jour où Naruto l'avait défendu contre des gamins qui se moquaient de lui à cause de ses cheveux roux.

Suite à cet évènement, ils avaient longuement discuté, Gaara parlant de ses parents, de son frère et sa soeur, de ses difficultés à se faire des amis, Naruto lui racontant sa vie de famille et surtout Sasuke. Sasuke qui l'avait défendu contre des enfants moqueurs qui l'embêtaient parce qu'il était étranger, se battant pour le protéger et rétamant les sales gamins. Sasuke qui lui avait appris le japonais bien mieux que n'importe quel professeur, Sasuke qu'il connaissait depuis son arrivée au pays quand il avait trois ans.

Le roux avait alors mieux compris l'étrange relation quasi fusionnelle qu'avaient les deux garçons. Cette relation qui quelque part, il devait bien l'avouer, le fascinait. Naruto était devenu son meilleur ami, chose que Sasuke avait d'abord vu d'un mauvais oeil, ne ratant pas une occasion de faire sentir au nouveau venu qu'il était de trop. Ils en étaient même arrivés à se battre sous les yeux éberlués du blond qui, à sa grande surprise, avait pris sa défense. La douleur qu'il avait alors entraperçue dans les yeux noirs du brun l'avait touché plus qu'il ne l'aurait voulu. Mais sa joie que Naruto l'ait choisi lui, avait été trop grande pour qu'il en tienne compte.

Une longue période de froid entre les deux amis avait alors suivie, Sasuke et Naruto s'ignorant royalement à l'étonnement de tous. Si la situation l'avait égoïstement réjoui au début, lui permettant d'être souvent seul avec le blond, rapidement son ami avait perdu son entrain naturel. Il avait alors plus d'une fois surpris les yeux bleus fixer avec tristesse le petit brun. Il n'avait pas manqué non plus la douleur du jeune Uchiwa quand ses orbes onyx se posaient sur Naruto.

Il avait finalement pris son courage à deux mains pour aller parler à celui qu'il considérait comme un rival. Les deux garçons s'étaient expliqués tant bien que mal pour finalement conclure une sorte de pacte de non-agression. Le roux et le brun étaient alors allés voir Naruto ensemble et Gaara avait su qu'il avait fait le bon choix en voyant le sourire éclatant de son ami quand il s'était jeté dans les bras de Sasuke. Finalement, les trois garçons avaient trouvé un équilibre et Gaara avait été le témoin privilégié de l'évolution de la relation des deux amoureux. Il avait vu bien avant eux comment cela se finirait, les laissant tâtonner, chercher à se comprendre, avoir peur puis finalement accepter.

Machinalement, ses yeux clairs se posèrent sur son vis-à-vis, Itachi, qu'il connaissait depuis à peu près aussi longtemps que les deux autres. Bizarrement il n'avait jamais réussi, ni essayé d'ailleurs, à briser la glace entre eux. C'était Naruto qui était sociable, pas lui. La preuve : le seul ami qu'il avait, qui ne soit pas avant tout un ami de Naruto, était Susanoo, son interlocuteur sur internet. Et il était sûr que sans l'anonymat de la toile il ne serait pas aussi loquace, ni aussi ouvert. Un soupir désabusé lui échappa. Au moins il savait que ce soir, Susanoo devait s'ennuyer autant que lui.

~oOo~

- Aniki, où sont les noix de pécan ?

La voix de son cadet tira Itachi du rapport comptable qu'il épluchait depuis plusieurs heures maintenant. Levant la tête, il répondit calmement :

- Dans le placard au dessus de ta tête, Otouto.

- Ah... Merci.

Remontant ses lunettes sur le haut de son crâne, Itachi observa son petit frère qui s'activait dans la cuisine, préparant tout ce qu'il fallait pour la soirée. Naruto et Gaara venaient pour jouer aux jeux vidéos, et très certainement qu'ils passeraient la nuit ici. En prévision, l'aîné des Uchiwa avait sorti une couverture bien chaude et un oreiller pour le roux qui dormirait dans le canapé, comme toujours dans ces cas là.

Il observa le profil altier de son cadet, souriant doucement en le voyant bouger légèrement au rythme de la musique entraînante qui sourdait dans tout l'appartement. Le brun ne semblait pas même se rendre compte de ses mouvements de hanches, trop concentré sur une préparation culinaire quelconque. Comme à chaque fois qu'il voyait l'air paisible et détendu de Sasuke, Itachi fut rassuré. Rassuré de voir que celui-ci était heureux et que lui, son aîné avait su faire les bons choix pour son cadet, peu importe les responsabilités et le prix à payer.

Sasuke n'avait que sept ans quand leurs parents étaient morts dans un accident de voiture, les laissant seuls et orphelins. A l'époque, ils vivaient dans un pavillon simple mais cosy, et leurs voisins n'étaient autre que la famille Uzumaki-Namikaze, les parents de Naruto. Mikoto leur mère, et Kushina, celle du blond, s'entendaient bien, et passaient régulièrement du temps ensemble. A l'annonce de la nouvelle, la jeune femme rousse s'était précipitée chez eux, les trouvant assis dans le canapé, Itachi serrant contre lui un Sasuke dont les sanglots déchirants lui brisèrent le coeur.

Sans un mot, elle les avait pris dans ses bras, permettant à Itachi d'enfin laisser couler les larmes qu'il retenait tant bien que mal. Dans l'étreinte douce et rassurante de la jeune femme, le petit garçon de dix ans avait pu exprimer son chagrin, son cadet toujours blotti contre lui. Kushina les avait ensuite emmenés chez elle où Naruto avait littéralement sauté sur Sasuke, le serrant dans ses petits bras, pleurant avec lui sur la perte cruelle dont ils étaient les victimes.

Le petit blond avait réussi à calmer les pleurs incessants de son ami, le consolant bien mieux que lui, Itachi, n'avait réussi jusque là. Les deux garçons avaient refusés de se lâcher une seule seconde, Sasuke s'accrochant à lui et à Naruto avec toute la force dont il était capable. Itachi avait donc passé la nuit dans le lit simple du blond, les deux plus jeunes collés à lui et fortement enlacés. Leur oncle Obito les avaient ensuite accueillis chez lui, mais très pris par son travail, il laissait souvent les deux garçons seuls.

Itachi avait dû alors faire face aux angoisses irrépressibles de son cadet qui paniquait totalement dés qu'ils devaient être séparés, l'obligeant à faire souvent appel à Kushina qui venait pour s'occuper du plus jeune, amenant Naruto avec elle. Le petit blond était le seul à pouvoir calmer et rassurer les craintes de son petit frère, et c'était uniquement quand ce dernier était là accroché à lui que Sasuke acceptait enfin de le laisser quitter la maison.

La sonnette retenti, le tirant de ses souvenirs douloureux, le plus jeune alla ouvrir à Naruto et Gaara qui entrèrent. Après s'être rapidement installés dans le salon, les quatre garçons commencèrent à jouer à un jeu de course en équipe. Bien évidemment les deux tourtereaux s'étaient mis ensemble, obligeant les deux autres à coopérer. A leur grand étonnement, Itachi et Gaara s'entendirent parfaitement, coordonnant leurs actions avec aisance et mettant fortement à mal l'équipe adverse, tout en échangeant un minimum de paroles.

- Baka ! Fais attention ! Derrière toi ! ragea Sasuke, invectivant son petit ami.

- Je fais ce que je peux ! Fais-le toi si tu n'es pas content ! rétorqua Naruto.

- Grrr ! Mais putain bouge !

- Je peux pas, ils me bloquent ! Fais chier !

- A gauche ! Gauche ! Gauche, bordel ! Naru à gauche.. et voilà ! Tu le fais exprès ou quoi ?

Assis dans le canapé, Itachi et Gaara échangèrent un regard amusé. Les deux garçons installés sur le tapis devant eux s'énervaient de plus en plus, se lançant des noms bien moins tendres que d'habitude, assaisonnés de coups de coudes ou de pieds à l'occasion. Ces deux-là étaient aussi mauvais perdant l'un que l'autre, et vu comme ils étaient partis ils allaient perdre, chose faite quelques minutes plus tard. Le couple commença alors à se disputer violemment, Sasuke rejetant la faute sur Naruto qui faisait de même. Finalement le brun, énervé se leva et planta son amoureux là, partant d'un pas rageur dans la cuisine en lançant :

- Va te faire foutre, crétin !

Les bruits émanant de la cuisine ne cachaient rien de l'énervement du brun, les portes des placards claquèrent, les tiroirs furent sauvagement refermés, et la vaisselle tinta dangereusement dans l'évier. Avec un soupir, Naruto se leva à son tour et alla rejoindre son petit ami. Il l'entoura de ses bras en lui murmurant des mots doux à l'oreille.

- Hmpff...

L'onomatopée familière soutira un sourire à Itachi. Il reconnaissait bien là le talent particulier du blond pour calmer et apaiser son cadet, comme personne n'était capable de le faire. La vague rumeur d'une conversation à voix basse lui parvint, et s'il ne comprenait pas les mots, l'intonation des voix ne lui échappa pas. Celle douce et apaisante de Naruto répondait à celle d'abord clairement fâchée, puis bougonne et finalement tendrement boudeuse de Sasuke.

Itachi retint un sourire en entendant le soupir presque désespéré de Gaara. Les deux amoureux, à présent réconciliés, se bécotaient sans vergogne devant eux. Bon, il était content de voir que tout allait bien entre son petit frère et son compagnon, mais s'ils pouvaient éviter de faire leur parade nuptiale juste sous son nez, ça l'arrangerait bien. Son voisin roux dû penser la même chose puisqu'il grogna :

- Allez faire ça ailleurs... y'a des chambres !

Les deux garçons eurent la décence de paraître un peu gênés, avant de se lever et de partir effectivement en direction des chambres. Itachi délaissa sa manette de jeu et proposa calmement à son invité de visionner un film, suggestion que ce dernier accepta d'un ton placide. Le générique débutait à peine que des gémissements et grognements explicites se firent entendre depuis le couloir où le couple avait disparu. Sans le moindre commentaire, le plus vieux des deux hommes restés dans le salon augmenta le son de la télévision jusqu'à ce que celui-ci puisse couvrir totalement les vocalises torrides et peu discrètes des deux amoureux.

Ce film, Itachi le connaissait par cœur, Sasuke l'ayant regardé en boucle il y a quelques années. La bande de truands qui prévoyait le casse du siècle à Venise allait se faire prendre, avant de se reformer quelques années plus tard. Ce n'était pas le film de l'année mais c'était divertissant et il y avait de l'action. Un acteur roux passa à l'écran, rappelant à l'aîné Uchiwa un détail de ses conversations avec Shukaku. Ils s'étaient un peu décrit physiquement, ainsi il savait que son interlocuteur était roux, tatoué et percé.

Leurs discussions au départ anodines avaient pris une tournure bien moins amicale ces dernier temps, l'avatar de Shukaku n'hésitant pas à flirter avec son propre personnage sur les canaux de conversations publiques du jeu. La chose ne choquait personne puisque son lui virtuel était de sexe féminin. Il avait répondu à ce qui n'était au départ qu'une simple boutade, mais en privé les choses devenaient beaucoup plus sérieuses.

Shukaku lui avait avoué être gay, et cette confession n'avait pas gêné Itachi outre mesure. Après tout, son petit frère était en couple avec un homme et il s'était fait à cette idée sans aucun problème particulier. L'amour était quelque chose de précieux qui permettait d'être heureux, peu importait le visage de l'être que le coeur choisissait. Si le clan Uchiwa était aussi homophobe, c'était surtout pour des questions de descendance, pour ne pas que la lignée s'éteigne.

Aujourd'hui, il existait tout un tas de solutions allant de l'adoption à la mère porteuse, même si pour la conservatrice famille un couple formé par deux personnes du même sexe était une hérésie. Qu'est-ce que ça pouvait bien changer du moment qu'il y avait de l'amour et de la joie à revendre ? Et si Sasuke ne voulait pas devenir père, tant qu'il était heureux, lui, Itachi s'en trouverait satisfait, peu importe le chemin que le bonheur de son frère cadet prendrait.

Shukaku lui avait dit qu'il était certain qu'il était beau dans la vraie vie et qu'il tomberait immédiatement sous son charme s'il le voyait. Quand il avait lu la phrase qui s'était affichée sur son écran, Itachi était resté un moment interdit. C'était soudain, franc et sans détour, et quelque part, ça lui avait fait plaisir. Ils s'entendaient bien tous les deux, il en était d'ailleurs le premier surpris, et les réparties de son interlocuteur lui laissaient entrapercevoir un esprit vif, intelligent et réfléchi. Mais il n'avait jamais pensé que cela pourrait tourner comme ça entre eux deux.

Entre échanger des messages sur le canal public de conversation du jeu du style "Allez viens ma petite caille, on va leur faire leur fête à ces ennemis !" et recevoir en privé ce message, il y avait un monde. Si s'envoyer des petites boutades de ce genre ne l'avait pas dérangé, il avait été surpris que Shukaku avance sur ce terrain là même en canal privé.

- Tu ne dis plus rien... je t'ai choqué ? C'est le fait que je sois un homme qui t'ennuie ?

Itachi avait longuement considéré l'écran de son ordinateur avant de répondre.

- Non. Je suis juste surpris, avait-il fini par taper, ce qui somme toute était la vérité.

- C'est vrai que tu détestes te faire draguer à ce que tu m'as raconté. Si ça t'embête, on a qu'à faire comme si je n'avais rien dit. J'aime bien discuter avec toi et je n'ai pas envie que ça s'arrête parce que j'ai été trop loin.

Le brun avait pris le temps de réfléchir, lui non plus n'avait pas envie que leur contact virtuel se termine. Shukaku était une bouffée d'oxygène dans sa vie, et il n'avait pas envie de s'en passer. Mais de là à s'aventurer sur un terrain aussi glissant... Son peu d'expérience dans ce domaine ne l'aidait pas à être particulièrement à l'aise dans ce genre de rapport. Après avoir hésité, il tenta d'expliquer à son interlocuteur ce qu'il ressentait.

- Je ne suis pas quelqu'un de très sociable, alors cela me met mal à l'aise que tu dises ça. Je ne pense pas que tu tomberais sous mon charme. Je suis quelqu'un de plutôt froid au naturel, tu me trouverais probablement exécrable.

- Je suis sûr que non. A force de discuter avec toi, je commence à bien te connaître et je t'apprécie beaucoup, tu sais. Et puis, j'ai l'avantage de savoir ce qui se cache derrière ta froideur.

La discussion avait continué comme ça un moment, Shukaku se montrant incroyablement juste dans ses déductions sur lui. Itachi n'avait pourtant pas eu l'impression d'être si transparent au travers des conversations anodines qu'ils avaient échangés depuis leur rencontre. Et si Shukaku le perçait si facilement à jour, c'était sans doute parce qu'ils se ressemblaient un peu quelque part. Leur échange était ensuite revenu sur le fait qu'Itachi détestait se faire draguer et que personne en particulier n'attirait son intérêt, garçon ou fille.

Son interlocuteur virtuel avait fini par véritablement le séduire et Itachi s'était laissé aller, se disant que de toute manière, ça ne faisait pas grand mal de se sentir désiré par quelqu'un qu'il ne rencontrerait jamais, caché derrière l'anonymat de son pseudo. Alors il pouvait bien en profiter un peu, rien qu'un tout petit peu. Parce que quelque part, ça lui faisait du bien d'exister pour quelqu'un d'autre que Sasuke et d'être autre chose qu'un héritier Uchiwa. C'était un flirt léger qui ne l'engageait à rien, sans conséquence, puisqu'ils ne savaient presque rien l'un sur l'autre.

Shukaku était plus jeune et était encore étudiant. Il l'imaginait bien de la même taille que lui, probablement plus massif, lui-même ayant un corps plutôt délié, avec des piercings au visage, à l'arcade sourcilière et au nez par exemple. Depuis qu'il le draguait plus ou moins ouvertement, il finissait toujours par lui dire qu'il lui avait manqué ou bien combien il lui manquerait jusqu'à leurs prochaines reconnections respectives, et Itachi avait fini par répondre que lui aussi allait trouver le temps long.

C'était vrai, Itachi comptait de plus en plus les heures passées loin de l'univers virtuel du jeu. Savoir que quelque part sur la toile, Shukaku l'attendait et l'accueillerait, pressé de discuter avec lui, de le flatter parfois et de le baratiner aussi tout en jouant avec lui, lui faisait un bien fou. Cela lui permettait de vraiment se détendre, de sourire du coin des lèvres ou de pouffer légèrement devant son ordinateur, allégeant, l'espace d'un instant, le poids sur ses épaules. C'était innocent, ça n'engageait à rien et ça lui faisait du bien...

Il se reconcentra sur le film qu'il connaissait par coeur, notant mentalement que les bruits s'échappant du couloir un peu plus tôt avaient cessés. Son voisin de canapé semblait lui absorbé par les évènements qui se jouaient sur l'écran de télé, détaché de ce qui pouvait bien se passer autour de lui, impassible et concentré. Itachi aurait aimé pouvoir se connecter, là, maintenant, juste pour voir si son camarade était en ligne. Il soupira et laissa son regard se perdre dans les images mouvantes du film. Peut-être un peu plus tard ?

- Alors, noirs, noirs, un mètre soixante dix-huit, mince, signes distinctifs : aucun. Ah, hobbies... hmmm...

Les doigts de Sasuke pianotaient sur le clavier de son ordinateur portable ouvert sur son lit aux draps défaits. Naruto était allongé sur le ventre tout près de lui qui était assis en tailleur sur le matelas. Les deux jeunes hommes étaient nus, leurs peaux couvertes ici et là de traces ne laissant aucun doute sur leurs activités précédentes.

Le blond quitta l'écran des yeux pour regarder son amant.

- Tu ne sais pas ce qu'il fait comme hobbies ton frère ?

- Ben... je réfléchis... mais c'est vrai qu'en dehors du temps qu'il passe au travail ou avec nous... Ah si, je sais. Il lit pas mal de bouquins.

- Pfff... On peut pas mettre ça, ça fait naze... il fait pas d'autres trucs ? genre un sport ?

Sasuke fixa son compagnon des yeux, son expression indiquant clairement à quel point il le prenait pour un idiot.

- Ben quoi ? lança Naruto, piqué au vif par le regard peu amène.

- Tu as déjà vu Itachi faire du sport toi ? Baka !

- Oh, ça va hein ! Ben t'as qu'à laisser vide, on remplira quand on aura trouvé.

- Je peux pas, faut tout remplir pour créer le profil.

- Merde... Putain, c'est vachement compliqué de s'inscrire sur un site de rencontre dis donc !

- Ah attends, il y a ce jeu auquel il joue là, en ce moment. Il m'en a parlé une ou deux fois quand je lui ai demandé ce qu'il faisait sur son ordi. Un truc avec des quêtes et tout ça...

- Bah, mets pas ça ! Il va passer pour un geek ! Et les filles, ça aime pas trop les geeks...

- Tch ! Qu'est ce que t'en sais toi d'abord... et puis je te signale qu'après y a encore celui de Gaara à faire...

- En tout cas, j'espère que ça va marcher de les inscrire sur ce site de rencontres. Ils sont pénibles ces deux-là à force de rester célibataires aussi ! Ils font aucun effort !

~oOo~

Assis devant son écran d'ordinateur, confortablement installé dans le canapé du salon, Gaara fronçait les sourcils essayant de comprendre pour quelles obscures raisons il recevait des messages de dizaine de jeunes femmes d'un site de rencontre. Outre le fait que cela ne l'intéressait absolument pas, il n'avait aucun souvenir de s'être inscrit sur un tel site.

- Tu es prêt ?

La voix grave de son colocataire le tira de ses réflexions, lui apportant par là même la réponse à ses questions. Prenant sur lui pour ne pas avoir l'air de l'accuser sans preuve, il demanda calmement à celui qui n'allait pas rester son ami bien longtemps, si ses doutes se confirmaient :

- Naruto, tu ne saurais pas, par hasard, pourquoi je reçois des mails bizarres de filles qui disent avoir vu mon profil et être intéressées ?

Comme il le soupçonnait, le blond se précipita avec enthousiasme sur l'ordinateur en s'exclamant d'une voix joyeuse :

- Ouah ! Tu as des réponses, c'est cool ! Et alors, il y en a qui t'intéresse ? Montre !

Gaara se retint d'étrangler celui qui se prétendait être son meilleur ami, et lui coupa la parole alors qu'il commentait chaque photo, comparant les demoiselles entre elles et lui demandant son avis.

- Naruto...

Le ton glacial du roux stoppa efficacement le flot de paroles de son colocataire qui tourna vers lui des yeux de chien battu.

- On a fait ça pour toi ! C'est pas bon de rester célibataire longtemps comme ça à ton âge. Il faut en profiter ! Une petite amie toute douce et toute gentille, ça serait parfait non ?

Sans se laisser attendrir, le roux fixa un regard réfrigérant sur ce crétin blond qui avait une mémoire de poisson rouge.

- Tu n'aurais pas oublié un léger détail, par hasard ?

- Euh...

La réponse de la plus haute intelligence qu'il soit fut accompagnée d'une moue contrariée, alors que Naruto cherchait visiblement ce qu'il avait bien pu oublier pour froisser ainsi son ami.

Désespéré, Gaara leva les yeux au ciel avant de se redresser, prenant la direction de la porte d'entrée, attrapant son portable au passage. Juste avant de quitter la pièce, il se retourna vers son colocataire, toujours en pleine réflexion, et lui lança d'un ton réfrigérant :

- Je suis gay !

Les yeux azurs de Naruto s'écarquillèrent en bref instant avant que celui-ci ne se gratte la tête tout en ricanant gauchement.

- Ah oui, merde c'est vrai... j'avais oublié... Mais c'est ta faute aussi ! Depuis Lee, tu n'es plus sorti avec personne. Alors... ben voilà quoi, j'ai complètement oublié.

Le roux ne sut pas quoi répondre à ça. Comment pouvait-on oublier un tel détail ? Et en plus, ce crétin osait lui dire que c'était de sa faute, à lui ?! Mais la goutte d'eau qui failli faire déborder le vase fut quand son ami, son meilleur ami, prit un ton empli de désespoir pour lui dire :

- Du coup, y'en a aucune qui t'intéresse... t'es sûr ?

- Naruto... cours...

Son ton devait être parfaitement représentatif de ses envies soudaines de meurtres, car le blond ne perdit pas une seconde pour sortir de l'appartement et dévaler les escaliers, partant se réfugier dans les bras de son petit ami, et complice, qui les attendait au bas de l'immeuble avec son chaperon personnel.

L'ambiance était lourde dans la berline noire qui les menait au parc, cette fois pour un pique-nique entre amis. A l'avant Gaara ruminait ses envies de génocide de blond, inconscient du fait qu'à ses côtés Itachi serrait entre ses doigts le volant, fomentant en son for intérieur des plans de vengeance sur son cadet qui avait eu la si brillante idée de l'inscrire sur un site de rencontres. Sa boîte mail était surchargée de demandes de contact, de rencontres et parfois même pire...

Sur la banquette arrière le petit couple d'entremetteurs se tenait coi, sentant l'humeur plus qu'orageuse des deux autres et parfaitement au courant de leur part de responsabilités dans celle-ci. Ils échangèrent un regard désespéré. Ils ne voulaient que le bonheur de leurs proches, et n'avaient pas pensé à mal un seul instant. Mais le caractère irascible des deux célibataires ne leur facilitait pas la tâche, loin de là même.

Ce fut avec un certain soulagement qu'ils sortirent de la voiture, rejoignant le groupe de jeunes gens qui les attendaient déjà installés sur un carré de pelouse. Leur soulagement fut de courte durée, pour la plus grande joie des deux autres qui regardèrent avec un bonheur sadique Sasuke se faire emporter par ses deux soupirantes les plus vindicatives, et Naruto se retrouver avec Hinata, qui lui courait après depuis la primaire, presque collée à lui.

Gaara soupira discrètement, complètement désabusé. Ils étaient arrivés depuis plusieurs heures maintenant et voir ses deux amis dans cette situation n'avait plus rien de réjouissant. Sasuke était assis entre Ino et Sakura, chacune d'elle pendue à l'un de ses bras et ne pouvait rien faire d'autre que subir leurs discours mielleux, leurs attentions intempestives et leurs sempiternelles disputes pour savoir laquelle des deux aurait l'immense honneur de se faire emmener à l'autel par le brun.

Naruto n'était pas dans une meilleure situation. La si timide Hinata avait pris de l'assurance au fil des ans et si elle n'atteignait pas encore le niveau de ses deux amies, elle ne lâchait cependant pas le blond d'une semelle, allant jusqu'à vouloir lui donner la becquée. Les regards désemparés que s'échangeaient les deux garçons passaient totalement inaperçus des trois jeunes filles. Gaara croisa le regard d'Itachi et devina sans mal que celui-ci compatissait finalement lui aussi au sort des deux amoureux.

- Bon une partie de foot, ça vous tente ? lança Kiba en se levant. Naruto ?

Trop heureux d'avoir une excuse pour s'éloigner de son amie un peu trop collante, mais qu'il n'avait jamais eu le courage de rembarrer, le blond sauta sur ses pieds avec enthousiasme et rejoignit ses amis. Il jeta un regard désolé à son brun qui ne put même pas esquisser le début d'un mouvement tant les deux sangsues se collaient à lui.

Les orbes onyx consternés croisèrent les siens et Gaara se décida à intervenir en faveur de Sasuke, s'adressant d'une voix polaire aux deux jeunes filles.

- Vous pouvez pas le lâcher deux secondes votre Sasuke-kun. S'il s'intéressait à l'une de vous, il y a longtemps qu'il aurait fait quelque chose non ?

Les visages enragés qui se tournèrent brusquement vers lui lui firent regretter son geste aussi sûrement que les cris qui retentirent soudainement.

- Mêle toi de ce qui te regarde ! Tu ne connais pas Sasuke-kun comme nous. Il est timide, c'est pour ça qu'il ne m'a pas encore déclaré sa flamme, hurla Sakura.

- Quoi ! C'est de moi que Sasuke-kun est amoureux ! Comment peux-tu croire avoir une seule chance avec lui, grand front ? rétorqua Ino sur le même ton.

- Tu t'es regardée grosse truie ? Il ne veut juste pas te blesser parce que Sasuke-kun est un grand sensible !

La dispute aurait probablement continué ainsi sans l'intervention d'Itachi qui arracha son petit frère des griffes des deux furies. Sans un mot, il entraîna son cadet plus loin, l'assis entre ses jambes tendues et l'entoura de ses bras dans une étreinte protectrice. Reconnaissant envers son aîné, Sasuke appuya son dos contre le torse de celui-ci. Posant ses mains sur les avant-bras de son frère, il savoura le fait d'être enfin hors de portée de ses deux amies qui s'obstinaient à ne pas comprendre quand il les envoyait paître sans la moindre délicatesse, arguant qu'il était simplement un parfait gentleman qui ne voulait pas abuser de leur jeunesse et de leur inexpérience.

Les cris des joueurs de foot résonnaient dans le parc et les autres discutaient calmement, Ino et Sakura ayant bien compris le message implicite de l'aîné des Uchiwa de ne plus toucher à son petit frère. Ce qu'elles respectèrent cette fois, aucune d'elles ne souhaitant se frotter à l'aîné, bien plus impressionnant que Gaara et plus âgé. Un Uchiwa aussi, sur lequel elles avaient bien fait quelques tentatives timides qui s'étaient heurtées à un mur de glace. La conversation s'était orientée vers les études des uns et des autres, puis vers les souvenirs communs de leur scolarité. Tous se connaissaient depuis l'école primaire et avaient passé la majeure partie de leurs études ensemble, et ce malgré les disputes inévitables dans un groupe.

Soupirant d'ennui, Gaara ne résista pas à la tentation de sortir son téléphone portable pour se connecter immédiatement au jeu en ligne, espérant que Susanoo serait présent. Il avait bien besoin d'un peu de distraction, et le jeune homme qui se cachait sous ce pseudo lui en offrirait une parfaite. Il ne savait pas grand-chose de lui, à part qu'il travaillait beaucoup, qu'il avait quelques années de plus que lui, et qu'il était brun. C'était bien tout ce qu'il connaissait de la vie de son interlocuteur. Ah si, il avait aussi un frère auquel il était très attaché.

Pourtant Gaara était, à sa grande surprise, tombé sous le charme de l'humour caustique et grinçant de son interlocuteur. Il l'avait découvert cultivé et passionné de littérature, ils avaient ainsi longuement discutés du dernier livre sorti d'un écrivain qu'ils appréciaient tous les deux. Derrière les mots et surtout dans les silences parfois éloquents de Susanoo, il avait découvert une personnalité qui l'avait attiré et qui lui avait tout de suite beaucoup plu.

Ce fut lui qui fit le premier pas vers une relation plus intime, ne cachant nullement à son interlocuteur son homosexualité et son intérêt de moins en moins amical pour ce dernier. Gaara avait vaguement évoqué ses deux précédentes expériences, parlant de Néji, surnommé Bunke pour l'occasion, et le fait qu'il était bien trop calme et trop fataliste pour lui, puis de Lee, la tornade verte, qui pour le coup était l'exact contraire et beaucoup trop remuant.

Il n'avait malheureusement pu qu'imaginer le rire de Susanoo quand il lui avait raconté quelques anecdotes amusantes sur ses précédentes relations, regrettant que les icônes ne puissent transmettre le son de la voix de son interlocuteur. Ils n'avaient jamais eu l'idée de se parler via un serveur vocal, n'étant bavards ni l'un ni l'autre. Son ennui s'intensifia quand il constata que son contact préféré n'était pas connecté.

Dépité, Gaara tapa un rapide message exprimant tout son désœuvrement :

" Aprèm pourri. J'ai envie de te parler. MP moi dès que tu te co. Shukaku."

Gaara l'envoya, espérant secrètement que Susanoo ne tarderait pas trop à lui répondre. Il posa ensuite un regard las sur Naruto qui revenait en compagnie de Kiba, Lee, Tenten, Néji et Shino et s'assit juste en face des deux frères toujours enlacés. Visiblement le match de foot était fini, et avec un peu de chance ils ne tarderaient pas trop à rentrer.

- On dirait un couple d'homo, lança moqueusement Kiba à l'attention des deux Uchiwa.

La remarque n'était pas dite sur un ton méchant, et tous savaient que le jeune homme n'était pas homophobe, seulement parfois très lourd. Sasuke le fusilla du regard avant de répliquer froidement :

- Nous sommes frères, ça s'appelle de l'inceste et c'est puni par la loi, crétin. Nous n'avons pas ce genre de pratiques et ceux qui ne savent pas faire la différence entre l'amour fraternel et l'amour tout court sont des imbéciles.

Scotché par la remarque acide, Kiba se renfrogna, ronchonnant qu'il connaissait parfaitement la différence, mais que lui ne se comportait pas ainsi avec sa soeur. Shino tapota d'une façon qui se voulait compréhensive l'épaule de son ami, et Shikamaru soupira un " Galère". L'intervention réfrigérante du brun avait au moins eu le mérite de couper court à toutes récriminations féminines, Sakura et Ino étant stoppées net dans leur élan pour défendre l'honneur de leur cher Sasuke.

Naruto détourna l'attention de tous en relançant joyeusement la conversation sur les anecdotes d'écoles, pour mieux bouder quelques minutes plus tard quand ses amis commencèrent à rire en lui rappelant toutes les bêtises qu'il avait faites plus jeune. Itachi remercia intérieurement le blond et se pencha à l'oreille de son cadet lui faisant doucement remarquer qu'il y avait peut-être était un peu fort. Pour seule réponse, Sasuke haussa les épaules et se recala plus confortablement contre le torse chaud de son aîné, posant sa tête sur l'épaule de celui-ci, fermant les yeux pour simplement profiter de la tranquillité que lui assurait l'étreinte fraternelle.

Itachi sourit doucement en voyant les traits détendus et apaisés de son petit frère. Petit déjà, Sasuke avait l'habitude de venir se blottir contre lui à la moindre contrariété. Ce phénomène s'amplifia à la mort de leurs parents avant de s'atténuer petit à petit au fil des ans. Mais parfois il arrivait encore à son cadet de chercher du réconfort dans ses bras. A la découverte de ses sentiments pour Naruto, celui-ci était régulièrement venu dormir dans son lit, s'accrochant à lui comme un naufragé à sa bouée.

Même s'il ne dirait jamais rien, le jeune homme appréciait ces moments de tendresse fraternelle, aussi profita-t-il en silence de l'instant. Une vibration dans la poche de son pantalon le tira de ses pensées. Sortant l'appareil de sa cachette, il lut le message lui annonçant qu'il avait reçu un MP sur le jeu en ligne auquel il était inscrit. Curieux, il se connecta pour lire le message privé que son personnage féminin alla retirer de la boîte aux lettres virtuelle la plus proche de là où il se trouvait et sourit en voyant que c'était de Shukaku.

" Aprèm pourri. J'ai envie de te parler. MP moi dès que tu te co. Shukaku."

- Qui c'est ?

La voix grave et légèrement ensommeillée de son frère attira son attention sur celui-ci qui ne se gêna pas pour lire le message.

- Un ami avec qui je discute sur le jeu, répondit-il laconiquement.

Le haussement de sourcil interrogatif du plus jeune lui signifia clairement l'étonnement de ce dernier.

Itachi soupira doucement avant d'ébouriffer les mèches brunes de son petit frère, répondant à sa question muette :

- Oui, un ami. Je ne suis pas si asocial que tu as l'air de le croire.

- Hmm...

Sasuke se rencogna dans sa position précédente, fermant à nouveau les yeux, respectant pour une fois l'intimité de son aîné.

Après s'être assuré que sa réponse ne serait pas lue par des yeux indiscrets, Itachi tapa rapidement un message qu'il envoya :

" Opération chandelle en cours. Je reco ce soir. Susanoo."

Rangeant son portable, il sourit en pensant à la conversation que son interlocuteur virtuel et lui auraient le soir même. Lui aussi avait hâte d'y être.

~oOo~

Gaara sortit de la salle de bain, plus que ravi d'avoir pu prendre une douche bien chaude après sa journée de cours. En passant devant la chambre de Naruto, il entendit la voix grave de celui-ci prononcer son prénom. Piqué par la curiosité, il poussa précautionneusement le battant de la porte entrebâillée pour mieux entendre la conversation que son ami tenait. Visiblement, il était au téléphone avec Sasuke, et ce qu'il entendit lui fit froid dans le dos.

- ... il est gay, et comme Itachi on sait pas, on ne risque rien à tenter le coup !

- …

- Je sais, je sais, mais du coup un bar gay, ce sera mieux que la boite de nuit...

- …

- Il faudra bien qu'on finisse par les caser un jour ou l'autre. Et puis ce serait sympa de faire des sorties à six !

- ...

- Oui, moi aussi je préférerais passer du temps avec toi à l'appart. Mais justement quand Gaara et Itachi seront casés, on aura l'appart pour nous tout seul, puisqu'ils iront chez leurs amoureuses, enfin amoureux pour Gaara.

Le roux préféra ne pas écouter la suite de la conversation, sinon il risquait de commettre un meurtre ! Arrivé dans sa chambre, il se connecta immédiatement sur le jeu où il se plaint auprès de Susanoo des plans plus ou moins foireux que son meilleur ami montait, avec la complicité de son chéri, pour le caser. Ses récriminations reçurent le soutien sans faille de son interlocuteur, qui visiblement se retrouvait régulièrement confronté au même problème.

Il raconta sans vergogne comment son crétin de colocataire l'avait inscrit, sans lui en parler avant, sur un site de rencontres hétérosexuelles parce qu'il avait oublié qu'il était gay. Maintenant, il comprenait beaucoup mieux pourquoi il était obligé d'accompagner le couple d'amoureux dans des endroits qu'il aurait soigneusement évité en temps normal. Ses malheurs firent rire Susanoo qui réussit à le détendre et le convainquit de ne pas tuer son meilleur ami. Celui-ci ne pensait pas à mal après tout, et tout ceci n'était que la preuve qu'il s'inquiétait du bonheur de Gaara.

La porte de sa chambre s'ouvrit en grand et Naruto fit irruption dans la pièce, faisant sursauter son ami d'enfance qui se prélassait sur son lit. La veille, Susanoo lui avait appris au cours de la soirée qu'il ne pourrait pas se connecter ce soir, pour cause de sortie avec son frère. Il ne savait rien de ce frère, à part que Susanoo et lui étaient assez proches. Il se demandait vaguement s'il était plus âgé ou plus jeune que son interlocuteur, quand le blond le tira de ses rêveries pour le plonger en plein cauchemar.

- Où tu as mis ton pantalon rouge... tu sais, celui en imitation cuir ?

Se redressant, Gaara s'enquit froidement de la raison pour laquelle il cherchait ce pantalon en fouillant dans son armoire sans même avoir demandé l'autorisation.

- On sort ce soir... je te l'ai pas dit ? Bon, ben maintenant tu le sais. On va dans un bar gay, alors faut que tu te sapes bien pour draguer !

Voilà, il le sentait qu'il devait craindre le pire. Se retenant d'étriper son meilleur ami, le roux descendit du lit et mit le blond à la porte de sa chambre, sans un mot. De l'autre côté du battant, la voix grave du blond retentit :

- Et dépêche-toi ! Sasu et Itachi seront là dans une heure !

Bon, au moins il ne serait pas le seul ce soir à s'ennuyer. Qui sait, peut-être même que voir le glacial Itachi Uchiwa aux prises avec des gays serait divertissant. Il était certain que la beauté froide et masculine de ce dernier ferait mouche dans ce milieu là aussi, sans doute même plus qu'en boîte de nuit. Juste pour ce détail là, il avait presque hâte d'y être au final.

Par contre de son point de vue, le petit couple d'amoureux ne supporterait pas longtemps l'ambiance de l'endroit. Sasuke était possessif, très possessif, alors voir son petit ami se faire aborder et draguer par des inconnus ne lui plairait pas du tout. Quand à Naruto... un ricanement lui échappa. Son ami blond qui ne supportait pas qu'on touche à SON Sasuke chéri, dans un bar gay ?! Vu le physique de l'Uchiwa, il allait avoir beaucoup de succès, et Naruto allait vivre l'enfer. Finalement, cette soirée serait peut-être plus amusante que prévue.

Itachi soupira en repoussant pour la énième fois de la soirée une paume un peu trop aventureuse à son goût. Accoudé au comptoir, il tentait de survivre aux assauts répétés de jeunes hommes plus ou moins tactiles, s'accrochant à son cocktail avec la force du désespoir. Il ne comptait plus le nombre de mains qui s'étaient malencontreusement égarées sur son arrière train, ni le nombre de bras qui étaient venus se poser sur ses épaules ou les doigts caressant sur ses avant bras.

Et ça, c'était sans tenir compte des nombreux compliments qu'il avait entendu sur sa silhouette, son visage ou ses cheveux. Un type lui avait même demandé la marque de son shampoing ! Un autre avait eu le culot de se proposer à lui en arguant que beau comme il l'était, il lui ferait la passe gratuite... Et il ne comptait même plus combien d'entre eux avaient plus ou moins habilement essayé de lui extorquer son numéro de téléphone, avec force techniques de dragues plus ou moins douteuses et de bas étage.

Un coup d'oeil vers son compagnon de galère lui apprit que celui-ci n'appréciait pas plus que lui la situation.

- Je suis sûr que vous avez déjà envisagé de donner votre corps à la médecine, et ça tombe bien : je suis médecin. Du coup, un esquimau, ça vous tente ?

Posant un regard blasé sur le jeune homme qui venait de l'aborder, Itachi se demanda vaguement pourquoi celui-ci lui proposait une glace.

- Allez, ne vous faites pas prier. Je suis sûr que vous sentez cette magie qui s'opère entre nous, poursuivit l'importun.

Itachi leva un sourcil dubitatif et son interlocuteur lui fit un grand sourire, qui se voulait certainement charmeur, tout en disant :

- Non, plus bas.

Gaara soupira lourdement quand un jeune homme un peu gauche, mais mesurant sans peine une tête de plus que lui et bodybuildé, s'approcha de lui et lui lança un sourire en biais avant d'ouvrir la bouche.

- J'ai toujours été nul pour les phrases d'approches. Je peux te peloter les tétons ?

Ses orbes anisés se fixèrent sans détour sur l'inconnu. Là, juste là, s'il avait eu des revolvers à la place de ses pupilles, le gars serait déjà mort, bien plus criblé de trous que n'importe quelle passoire. Sentant sûrement son antipathie froide et meurtrière, le garçon s'éloigna de lui sans insister.

Mais pourquoi, oui pourquoi, son frère avait-il eu l'idée de venir dans un bar gay ? Itachi commanda un autre martini au barman qui le lui tendit avec un numéro de téléphone inscrit sur le sous-verre cartonné, et un clin d'oeil aguicheur en prime. Déjà qu'il n'aimait pas les endroits trop fréquentés, mais rajouté à la musique assourdissante et aux tentatives d'approches intempestives, c'était l'enfer.

Il aurait largement préféré passer sa soirée à discuter avec Shukaku, il aurait au moins été sûr de pouvoir se détendre, et les phrases séductrices que lui envoyait son interlocuteur ne lui donnaient pas la désagréable impression de n'être qu'un vulgaire morceaux de viande. La fumée qui envahissait l'endroit lui rappela une réplique de Shukaku qui l'avait étrangement touché :

" J'aimerais être l'une de tes cigarettes pour naître à tes lèvres et mourir à tes pieds."

La tige de tabac qu'il tenait à cet instant dans sa main avait pris soudain une toute autre dimension. Il n'avait pu alors s'empêcher d'imaginer une bouche à la place du filtre sur lequel il avait aspiré. Et cette pensée l'avait presque fait rougir devant son écran.

Leurs échanges se faisaient de plus en plus charmeurs et intimes. Les rêves qu'il faisait ensuite n'étaient que douceur et sensualité, des mains le caressant lentement, des lèvres l'embrassant langoureusement. Mais jamais il n'avait réussi à mettre un visage sur le corps résolument masculin qui l'enlaçait de cette façon, l'échauffant de la plus tendre des manières. Il avait pourtant passé l'âge de faire des rêves érotiques, tout du moins, c'était ce qu'il avait cru jusque là.

Au début, il ne savait trop que répondre, plus gêné qu'autre chose par la tournure un peu trop sulfureuse que prenait la conversation. Mais il avait fini par se prendre au jeu et accepter ce badinage de moins en moins innocent et de plus en plus explicite. Il ne répondait jamais aux mots provocateurs, se contentant de donner quelques informations, parfois, quand il s'agissait de questions concrètes. "Est-ce que tu as déjà été amoureux ?" "Est-ce que tu as déjà été en couple ?" "Je t'ai raconté mes déboires, et toi est-ce que tu as déjà eu des relations sérieuses ?" Mais en même temps, la réponse était facile : c'était toujours non... et ça ne lui coûtait pas grand chose d'écrire ce simple mot.

Shukaku avait paru un peu surpris par sa réponse négative à toutes ses questions. Itachi lui avait alors vaguement expliqué qu'il avait eu bien d'autres priorités jusqu'à présent que de s'occuper de sa vie amoureuse. Il n'était pas rentré dans les détails, peu désireux de commencer à raconter des évènements parfois douloureux. Son unique expérience en matière d'amour était un vague flirt avec une jeune fille quand il était au lycée, flirt qui s'était terminé de façon tragique.

La demoiselle l'avait buccalement agressé, ajoutant sa langue dans la partie, et il avait dû faire appel à toute sa force pour la repousser. Malheureusement, il n'avait pas pris garde à l'endroit où se posèrent ses mains, et la gifle retentissante qu'il reçut lui appris que les seins n'étaient pas un lieu aussi facile d'accès qu'il y paraissait. Son ex-future-hypothétique-petite-amie l'avait alors planté là, la joue en feu et le coeur plus léger, en le traitant de pervers. Sasuke s'était affolé en le voyant rentrer le soir avec une marque rouge sur le visage et s'était empressé de lui mettre de la pommade et des glaçons, promettant mille tortures au responsable de ce drame.

Un sourire lui vint à ce souvenir et il tourna la tête à la recherche de son cadet. Il le trouva assis sur un tabouret un peu plus loin, Naruto debout entre ses jambes, ses bras fermement enroulés autour de la taille de son petit ami, fusillant du regard quiconque osait s'approcher d'un peu trop prés. Le blond, lui, discutait tranquillement avec le barman, ses avant-bras posés sur les épaules du brun, riant de temps en temps et se penchant pour embrasser le visage renfrogné de son chéri à la moindre occasion.

Un jeune homme brun à la peau pâle s'approcha du petit couple et aborda Naruto sans la moindre gêne. Itachi n'entendit pas ce qu'il lui dit. Par contre, il vit parfaitement les yeux bleus du blond s'écarquiller largement et Sasuke lui lancer un regard assassin, certainement assaisonné de quelques mots peu amènes. Le malotru insista et l'aîné des Uchiwa failli pousser un cri de victoire en voyant son petit frère se lever d'un bond et se diriger vers lui au pas de charge, traînant son amoureux à sa suite, ignorant l'importun.

Arrivé à sa hauteur, Sasuke ne prit même pas la peine de prononcer un seul mot et l'attrapa simplement par le bras, l'obligeant à le suivre jusqu'à la sortie, Gaara suivant docilement le mouvement. Le trajet les menant à la voiture se fit rapidement et au rythme des pas énervés du plus jeune des deux frères, qui n'avait lâché ni Naruto, ni Itachi. Ce ne fut qu'une fois tous installés dans la voiture que le brun explosa littéralement, éclairant les deux célibataires sur les raisons de ce départ précipité.

- Non mais pour qui il se prend ce type ? "Salut je m'appelle Haku. Retiens bien mon nom parce que d'ici la fin de la nuit tu vas le crier. Oh et ton copain peut regarder s'il veut !" Et toi, tu dis rien !

Naruto tenta d'apaiser au mieux la colère de son chéri, et sa crise de possessivité.

- J'ai été tellement surpris que je n'ai pas eu le temps de répondre...

- Et le barman, tu crois que j'ai pas vu la façon dont il te regardait. Il fallait le dire si je gênais !

- Mais Sasu... Tu sais bien qu'il n'y a que toi. C'est toi que j'aime et personne d'autre. Ce mec était juste sympa et marrant, c'est tout.

Le blond se pencha pour embrasser son petit ami, calmant efficacement la jalousie de celui-ci. Quand leurs lèvres se détachèrent une moue boudeuse flottait encore sur le visage aux traits aristocratiques de Sasuke. Souriant doucement, Naruto dit d'une voix amusée :

- Et puis toi aussi, tu as eu du succès. Y'a ce type qui t'as dit que tu avais de jolies jambes.

Sasuke se renfrogna et croisa les bras sur sa poitrine en répliquant d'une voix froide :

- Tu parles ! Après il m'a demandé à quelle heure elles ouvraient !

Sans tenir compte de l'expression choquée de son amoureux, le brun poursuivit en marmonnant :

- En plus, y'en a un qui m'a touché les fesses...
Un cri outragé retentit dans la voiture, faisant presque sursauter les deux témoins de la scène.

- Quoi ! Non mais pour qui ils se prennent ces mecs ? Y'a que moi qui ait le droit de te toucher, surtout à cet endroit ! Et l'autre... A quelle heure elles ouvrent ! Putain je vais lui faire sa fête si je le retrouve ! Bon c'est décidé, on retournera plus jamais dans un bar gay !

A l'avant de la berline, Gaara et Itachi se retinrent tant bien que mal de pousser un cri de victoire. Finalement, il faudrait qu'ils remercient tous ces dragueurs lourdauds qui avaient fait fuir définitivement les deux tourtereaux. Ils échangèrent un regard soulagé, au moins voilà un endroit où Sasuke et Naruto ne les emmèneraient plus jamais. Aussi possessif et jaloux l'un que l'autre, ces deux là !

Confortablement installé sur son pouf couleur sable, Gaara discutait avec Susanoo, lui racontant la soirée catastrophique qu'il venait de passer, et énumérant les pires phrases d'approches qu'il avait entendu ce soir. La plus drôle venait d'un jeune homme légèrement éméché qui lui avait sorti sans la moindre honte : "Ton regard de braise me rend merguez !". L'icône fou rire qui apparut sur son écran en réponse lui fit définitivement regretter de ne pas entendre le son de la voix de son interlocuteur.

Celui-ci n'avait apparemment pas passé une meilleure soirée que lui, la sortie avec son frère s'étant révélée catastrophique. Lui qui n'aimait pas être dragué, il avait été servi. Et il ne comprenait toujours pas pourquoi quelqu'un lui avait proposé une glace, un esquimau pour être exact. Avec un sourire, Gaara avait éclairé sa lanterne, un smiley choqué surgissant sur l'écran à la suite de ses explications très imagées.

Le seul point positif de la soirée était qu'au moins ce type de sortie ne risquait pas de se renouveler. Il fit part de cette bonne nouvelle à Susanoo, et la discussion se poursuivit, glissant doucement mais sûrement vers quelque chose de beaucoup plus intime. Gaara ne pouvait se cacher de l'attirance qu'il éprouvait pour son interlocuteur. Ses rêves reflétaient parfaitement ses envies de moins en moins chastes, et il n'hésitait plus à lui faire savoir les sentiments qu'il éprouvait, et ce malgré le peu de répondant de Susanoo dans ces cas là et son absence concrète à ses côtés.

~oOo~

Enfermé dans une cabine des vestiaires de la piscine, où son frère et son chéri avaient décidé d'aller, Itachi se déshabillait lentement, pas pressé de se retrouver dans cet endroit qu'il n'aimait pas plus que ça. Il faisait beau, très beau même, et la piscine était en grande partie extérieure, pour son plus grand malheur. Alors qu'il sortait tout ce dont il aurait besoin de son sac, il entendit des voix provenir de la cabine mitoyenne à la sienne. Il fronça les sourcils en reconnaissant Sasuke et Naruto, et surtout en écoutant leur conversation.

- Tu es sûr d'avoir bien préparé le terrain ?

- Oui, ne t'inquiète pas. Je chante les louanges d'Itachi et Gaara à Karin depuis plus de trois semaines.

- Tu lui as bien dit que ton frère te ressemblait ? En plus beau ?

- Naru...

- Tu sais bien que pour moi c'est toi le plus beau, mais c'est juste pour Karin.

- Je sais, et oui je lui ai dit ne t'inquiètes pas. Itachi est le plus beau, le plus intelligent et le plus cool, je ne suis rien à côté.

- Sasu... Fais pas cette tête. Tu sais que je n'aime que toi, hein ? Pas Itachi. Toi, et uniquement toi ! C'est toi le plus beau et le plus intelligent pour moi, Itachi ne t'arrives même pas à la cheville.

- Hmpff...

La discussion se finit par des bruits de bisous humides, mais ce qui poussa Itachi à sortir au plus vite de la cabine fut la dernière phrase qu'il entendit, prononcée par Naruto :

- Putain Sasu... j'ai envie... très envie...
Itachi rejoignit les casiers en courant, peu désireux d'entendre les éventuels ébats des deux amoureux.

En rangeant ses affaires dans la case métallique, Itachi tenta d'endiguer la vague de panique qui l'assaillit au souvenir de ce qu'il avait entendu. Ces deux-là voulaient le caser avec Karin ? Oh mon Dieu, il espérait sincèrement que la fixation que la demoiselle faisait sur son cadet survivrait au discours, visiblement plus que flatteur que son frère avait fait sur lui. Cette fille était complètement folle. Pire que Sakura et Ino réunies !

La jeune fille suivait le même cursus universitaire que Sasuke, dans une filière informatique, et avait immédiatement flashé sur le jeune homme. Et aujourd'hui elle accompagnait Suigetsu et Jûgo, deux autres amis de Fac, à la piscine avec eux. Son regard se posa sur Gaara qui rangeait tranquillement ses affaires dans le casier mitoyen au sien. Son frère aîné, Kankûro, un grand brun aux allures de nounours jovial et moqueur, était à ses côtés, faisant seul la conversation, visiblement habitué au peu de répondant de son cadet.

Les deux amoureux ne tardèrent pas à les rejoindre, et ils allèrent tous ensemble s'installer sur les transats posés sur le bord des bassins extérieurs. Ils y retrouvèrent Jûgo et Suigetsu, ce dernier tenant dans ses bras sa petite amie, Témari une blonde énergique et au caractère bien trempé, soeur aînée de Gaara. Mais surtout, le pire cauchemar à l'heure actuelle d'Itachi, une rouquine aux cheveux longs et aux manières expansives qui était déjà installée sur une chaise longue : Karin.

Pour son plus grand bonheur, la demoiselle sauta littéralement sur son cadet, minaudant qu'il lui avait manqué, et lui demandant ce qu'il pensait du maillot de bain, microscopique, Itachi tenait à le dire, qu'elle portait. Naruto ne laissa pas le temps à son amoureux de répondre quoi que ce soit, l'entraînant dans l'eau chaude du bassin le plus proche. Avec un soupir, l'aîné des Uchiwa s'assit sur un transat, ouvrit son tube de crème solaire et commença à s'en badigeonner le corps. Sa peau pâle ne tolérait pas le soleil, et il ne tenait pas à finir sa journée en ressemblant à une écrevisse.

La jeune femme aux cheveux flamboyants souffla de dépit et vint s'asseoir sur le bain de soleil à côté du sien. Elle remonta ses lunettes sur son nez avant de se tourner vers lui, le jaugeant clairement du regard, l'évaluant des pieds à la tête. Sa bouche finit par s'étirer sur un sourire carnassier.

- Alors comme ça, tu es le frère aîné de Sasuke-kun ? C'est vrai que tu lui ressembles... Tu as un certain charme. Tu n'es pas aussi beau que lui mais... pourquoi pas après tout. Qui sait, si je sors avec toi, peut être que Sasuke-kun s'intéressera un peu plus à moi ?

En disant cela, la jeune femme s'était approchée, trop près, beaucoup trop près, essayant de faire paraître beaucoup plus avantageuse sa maigre poitrine, à peine masquée par les triangles noir de son maillot de bain minuscule. Elle se pencha vers lui, son souffle effleurant ses joues, ses seins presque inexistants se collant à son bras alors qu'elle le saisissait entre ses mains.

- Dis, on sort ensemble ? Je pourrais même faire un effort et coucher avec toi. En fermant les yeux, ça devrait faire l'affaire. Aahh, avoir l'impression de coucher avec Sasuke-kun... ça me fait déjà tout chose rien que d'y penser.

Itachi sentit une sueur froide couler le long de son échine malgré le soleil qui dardait ses puissants rayons sur la pelouse. Non mais sérieusement, c'était quoi cette fille ? C'était pire qu'un cauchemar. Son bras enserré par la jeune femme se couvrit de chair de poule. Une profonde répugnance l'étreignit, lui donnant presque envie de vomir. Il fronça les sourcils et darda son regard le plus réfrigérant qui soit sur la sangsue rousse suspendue à lui. Il ne supporterait pas une seconde de plus d'être en contact avec cette horreur.

- Ne te donne pas cette peine. Je ne suis pas intéressé. Je ne serais jamais un substitut de mon frère. Les filles comme toi qui se comportent comme des traînées me débectent. Tu devrais avoir honte. Jamais mon frère ne s'intéressera à une pauvre fille comme toi, et moi encore moins.

Sa voix froide fut aussi coupante qu'une lame. Il dégagea brusquement son bras de l'étreinte de la demoiselle et s'en éloigna rapidement, allant s'asseoir sur une chaise longue plus éloignée de celle de Karin, préférant la compagnie silencieuse de Gaara à celle exécrable de la rouquine.

Il retint un sourire en entendant les marmonnements de son voisin de transat qui se plaignit de l'absence de sable, disant que la plage ça aurait été bien plus sympa que la piscine. Itachi ne pouvait que partager cet avis. Au moins à la mer, il aurait pu se baigner un peu, alors qu'ici le chlore contenu dans l'eau nuisait à ses yeux fragiles. Juste devant lui, Témari et Suigetsu s'embrassaient amoureusement, le jeune homme s'appuyant sur le rebord du bassin dans lequel ils faisaient trempette.

Les pensées d'Itachi dérivèrent une fois de plus vers Shukaku, dont les propos de plus en plus explicites avaient une fâcheuse tendance à provoquer chez lui des réactions corporelles dignes d'un adolescent pré-pubère. Depuis qu'il avait avoué à son interlocuteur sa complète inexpérience dans le domaine du sexe, celui-ci se faisait un malin plaisir de lui détailler suavement tout ce qu'il lui ferait s'il en avait l'occasion. Bien que cela resta sage, n'allant pas plus loin que des caresses et des baisers, virtuels bien entendu, Itachi ne pouvait s'empêcher de se sentir légèrement excité et il ressentait une certaine frustration que tout ceci ne soit justement que virtuel.

Un éclat de rire amena son regard sur Naruto et Sasuke qui se battaient dans l'eau, s'éclaboussant à qui mieux mieux et essayant de se noyer l'un l'autre. Le brun était à l'heure actuelle juché sur le dos de son petit ami et tentait de le faire tomber en le chatouillant sans vergogne. Son entreprise finit par réussir, mais qu'à moitié : Naruto coula bien au fond du bassin, mais y entraîna son chéri, toujours sur son dos, avec lui.

Voir le bonheur éclatant de son cadet et l'amour profond qui l'unissait à son "crétin personnel", dixit Sasuke, lui avait donné envie de laisser une chance à Shukaku, protégé par l'anonymat de la toile. Aussi était-il peu à peu entré dans le jeu de séduction initié par son interlocuteur. Une certaine confiance s'était instaurée entre eux et au fil du temps et des conversations, Itachi avait de plus en plus envie de franchir le cap de la rencontre réelle avec son contact.

Celui-ci l'avait prévenu qu'il était un Seme, mais cela n'avait pas posé de problème particulier à Itachi. Les cris que son petit frère poussait quand il passait la nuit avec Naruto n'étaient que teintés de plaisir pur. Il en avait donc conclu que le rôle de Uke ne devait pas être des plus désagréable, pourvu que le partenaire soit attentionné. Comment savait-il que Sasuke était le receveur dans son couple ? Il avait eu l'immense privilège d'entendre un matin, après une nuit particulièrement bruyante, son petit frère chéri se plaindre à Naruto de ne plus pouvoir s'asseoir "à cause de tes idées à la con !".

Courageusement, l'aîné des deux frères avait fui dans la salle de bain, peu désireux de connaître les idées en question. Ce qu'il venait d'apprendre sur la sexualité de son innocent et supposé asexué petit frère venait de lui suffire amplement comme information. Voilà bien une question qu'il ne s'était jamais posé, et à laquelle il aurait préféré ne jamais avoir de réponse. Il avait fallu à Itachi une très longue douche et beaucoup de musique pour chasser de son esprit des images tout à fait perturbantes du couple qui petit-déjeunait dans sa cuisine.

Il fronça les sourcils en voyant que le dos de Sasuke avait pris une jolie teinte rosée.

- Otouto ! appela-t-il.

La tête brune de son cadet se tourna immédiatement vers lui et il lui lança d'un geste habile son tube XXL de crème solaire en précisant :

- Ton dos !

Il ne fallut pas dix secondes pour que Sasuke se retrouve assis à côté de lui, Naruto lui tartinant généreusement le dos de crème protectrice. Les ronchonnements du brun furent interrompus par une tirade moralisatrice du blond sur l'importance de se protéger, surtout quand on avait la peau aussi pâle, pour éviter tout risque de coup de soleil et de cancer cutané. Itachi sourit doucement en voyant la douceur des gestes de Naruto, ses mains massant tendrement la peau d'albâtre, et Sasuke se détendant subrepticement sous les attentions de son petit ami.

Il se mordilla doucement les lèvres, retenant une pointe d'envie face à la relation qu'entretenaient les deux jeunes amants à ses côtés. Ils se faisaient confiance et s'aimaient énormément. Avec Shukaku... Ce n'était que virtuel, et plus le temps passait et plus il le regrettait. Son interlocuteur et lui se comprenaient parfaitement, et avaient beaucoup de goûts en commun. Leurs caractères respectifs se mariaient plutôt bien sur la toile, et les discussions de ces dernières semaines lui donnaient envie de bien plus que ce simple contact par ordinateurs interposés.

Ils ne s'étaient jamais rencontrés et son expérience amoureuse se résumait à peau de chagrin. Pourtant, le fait que Shukaku flirte avec lui ne le dérangeait pas, et s'imaginer en couple avec un autre homme ne le choquait pas plus que ça, tant que c'était Shukaku. L'idée d'avoir une relation avec une fille du même acabit, ou pas loin, comme Karin, ou avec l'un des types qui l'avaient dragué l'autre soir dans ce bar gay le révulsait. Avec son alter-ego virtuel, c'était différent, même s'ils n'avaient fait que discuter et jouer ensemble, rien de plus.

Il était bien conscient du ridicule de la situation, lui en train de caresser l'idée fantasque de construire quelque chose avec une personne qu'il n'avait jamais rencontré. Si ça se trouvait, son interlocuteur habitait de l'autre côté du globe et ils ne se verraient sans doute jamais. C'était sûrement la sécurité de cet anonymat sur la toile et le côté intangible de leurs échanges qui lui avait permis de se laisser aller à s'ouvrir autant. Et maintenant ? Il se surprenait à souhaiter de pouvoir ancrer tout ça dans le réel, de défier Shukaku de réaliser vraiment tout ce qu'il lui avait dit.

Est-ce que c'était possible de tomber amoureux d'une personne que l'on n'a jamais rencontré ? Shukaku semblait le croire et était déjà "dingue de lui", selon ses propres dires. Son esprit, sa répartie, son humour et son côté sensuel lui plaisaient, mais s'imaginer lui, Itachi Uchiwa éprouver de tels sentiments pour quelqu'un, surtout quelqu'un qu'il n'avait jamais vu, ça lui faisait tout drôle. Pourtant, il désirait vraiment le voir et l'entendre confirmer tout ça "en vrai", en "réalité".

To be continued...


Commentaires des auteures :

Alors au départ ça ne devait être qu'un One Shot, mais vu la longueur on a décidé de couper en deux. La suite arrive donc bientôt : Pour l'anniversaire d'Itachi !


Bureau des plaintes et réclamations des personnages martyrisés :

Gaara et Itachi se regardent sans rien dire, puis regardent les auteures déjà plongées dans la suite. Itachi finit par poser une question :

- C'est une blague ?

Les deux auteures lèvent le nez de leurs écrans :

- Ben, non. Pourquoi ?

- Moi et Gaara ! On peut savoir d'où vous sortez une idée pareille ?

- Quoi ? Elle est très bien cette idée.

Gaara soupire et ronchonne :

- Moi ce que je me demande c'est où vous avez pêché des phrases d'approche aussi nulles.

- Sur internet, dans les techniques de dragues les plus nulles !

Naru, qui passait par là, rigole avant de se tourner vers Sasu :

- Tu me refais une pool-dance ?

- Dans tes rêves ! grogne Sasu.

Kyuubi arrive en râlant :

- J'ai pas de rôle dans cette fic, c'est nul ! Reviewez pour protester !


Rendez-vous au prochain chapitre : Chandelles. Seconde Partie.