Disclaimer : Les personnages ne sont malheureusement pas à moi et oui je sais je ne m'appelle pas encore J.K Rowling...

C'est une traduction ce qui veut dire que l'histoire ne m'appartient absolument pas non plus mais c'est un plaisir de la traduire so Enjoy it !

Attention : il y aura mention de viols non détaillés, incestes et MPREG et oui la total donc ne vous attendez pas a une histoire très joyeuse et CECI EST UN SLASH donc si vous n'aimez pas les relations entres hommes vous pouvez partir.

Si vous voulez envoyer un petit message à la fameuse lonelyseagoddess vous pouvez et je pense qu'elle appréciait grandement.

J'ai retravaillé ce chapitre et tous les autres !

Enjoy !

My Dragons Story

Chapter 1

POV Draco

Je pouvais sentir comme une pointe pénétrer dans mon corps, à la recherche d'une libération animale. Encore et encore elle me poignardait, acharné dans sa poursuite, d'un besoin bestial de se reproduire, renforcé par le sentiment lié au plaisir des corps s'entremêlant. Votre touché me brûlait aussi profondément, mais j'avais perdu mon envie de vous combattre. Donc, je me réasseyais et vous laissais faire ce que vous vouliez de moi. Encore et encore, mais je me refusais de pleurer en face de vous. Non, vous ne verriez jamais plus mes larmes, même si vous étiez la cause de mes plus grandes peurs.

J'avais perdu tout mes sentiments encore une fois. Je savais que j'étais faible. Je savais que je ne devrais pas me cacher dans les ténèbres. Je savais aussi mieux que personne comment cacher ma peine, de ceux qui prétendent vouloir prendre soin de moi, mais je ne pouvais pas m'empêcher de douter. Comment auraient-ils réagis si ils avaient su, que j'étais si sale ? Que vous m'aviez rendu si sale ? Même après m'être douché, mon corps était sali et dégoûtant. Votre touché m'avait laissé des marques de ma tête jusqu'à mes pieds. Des marques qui malgré tout ce que je pourrais faire, ne partiront jamais. Je savais que certains pensaient que souffrir et remuer le passer étaient stupide, enfantin et faible, mais comme je l'avais dit avant et que je redirais encore, j'étais faible. Je n'avais pas la force de le renier encore.

Vos mots qui faisaient échos dans mes rêves, me tourmenteraient à jamais. Me disant que j'étais un « si bon garçon ». Que vous étiez si fière d'oh combien j'avais su garder notre petit secret. Vous me disiez que vous étiez heureux, que je ne me batte plus en retour. Vous disiez que c'était bien, que j'avais enfin compris que ce que vous me faisiez, était pour nous faire nous sentir bien. J'acquiesçais silencieusement, n'ayant plus la force de me battre consciemment. Progressivement cela arrêta de me faire mal, ou peut-être étais-je devenu aussi fort dans le blocage de la douleur ?

Il y a bien longtemps que les gens ont arrêté de me demander si j'allais bien. Comme si cela avait vraiment une quelconque importance pour eux. Il y a longtemps que j'ai arrêté de porter attention à ma santé, j'avais appris à souffrir en silence, comme ma mère m'avait dit une fois 'Nous avons tous des problèmes avec lesquels nous devons vivre et il est donc grand temps que tu apprennes à vivre avec les tiens'. Donc je me suis renfermé sur moi-même, contre le monde et aie sauté. Cela m'avait paru débile au début, mais j'avais rapidement vu les bénéfices, qui valaient le sacrifice. L'étrange sentiment qui me disait que ce que je faisais n'était pas la bonne chose, disparut lentement.

Après des années de souffrances, j'en avais assez de rêver de vous. vous m'auriez hanter, sans fin, et personne ne l'aurait su. Pendant la journée, vous m'auriez chassé. Me recherchant pour 'évacuer votre stress' J'étais fatigué de toujours être sous votre coupe. Jour et nuit, vous étiez là, et j'en avais eu assez. J'avais finalement décidé de me battre. Ce que nous fîmes. Sorts, malédictions et autres, rebondissaient contre le mur de la vielle cellule. Je pariais que vous regrettiez, tous les entraînements que vous m'aviez fait faire, et je pouvais dire pour la première fois de ma vie que j'étais content de tout ce que vous m'aviez fait. Je ne pleurais pas quand vous m'envoyiez au tapis, et je savais que si je ne réagissais pas rapidement, vous alliez gagner. Je pouvais sentir, votre ombre planant juste au dessus de moi, préparée à me tuer. Je n'avais plus peur de la mort, oh non, vous avez réussis à ne rien me faire ressentir face à elle.

La plupart, quand ils vous regardaient, aviaent peur face à votre corps imposant. Grand avec des épaules musclées. Vous ressembliez à l'épitomé du pouvoir – mais je ne regardais pas ça sur vous. Non, je regardais vos yeux. Ils m'avaient toujours indiqué ce que vous pensiez. Je pouvais voir la progression de vos pensées. Vous pesiez le pour et le contre pour savoir si vous deviez tuer votre seul héritier. Je pouvais voir les 'pour' gagné en puissance et faire leur chemin dans votre esprit. Je pouvais peut-être, être votre seul et unique héritier, mais il était de même assez facile de rendre enceinte, ma mère sans coeur. Tout ce que vous aviez à faire, était de lui donnez l'ordre d'aller dans le lit. Oui, elle pourrait protester un peu au début : se plaignant à propos de son corps déformé comme lorsqu'elle avait été enceinte de moi. Mais vous n'auriez qu'à lui promettre, un voyage dans quelques magnifiques pays chez les sorciers, en France ou dans un autre pays étranger et c'est tout ce que cela vous prendrais. J'aurais été remplacé, je suis désolé si je n'étais pas assez fort pour vous père. Je n'avais jamais été qu'un pâle jeu, faible, pour jouer le rôle de votre héritier. Je savais cela, j'avais fait de mon mieux, père et je vous aie laissé tomber. Je ne pouvais plus le supporter encore. Une petite partie de moi avait espéré, voir dans vos yeux des remords alors que vous alliez me tuer. J'étais après tout, un membre à part entière de la lignée des Malfoy, et j'avais espéré représenter quelques chose pour vous , au moins un peu. Mais non, tout ce que je pus voir étaient, du dégoût et de la haine.

« J'avais de grands espoirs pour toi Draco. Pourquoi es-tu partis, et fais éclater tout à mon visage ? »

Je me mis alors à penser à la raison pour laquelle j'avais décidé que j'en avais eu assez de ce jeu. La raison pour laquelle j'avais décidé de me battre pour la première fois.

TBC

Reviews ou pas merci d'avoir lu (mais quand même une toute petit)

Stachmou,