Le lendemain, Draco ouvrit les yeux. Il était seul, une fois de plus. Avait-il rêvé ? Au réveil, il salua Théo qui n'hésita pas à l'ennuyer un peu.

- Tu es peut-être un fils de mangemort, mais t'as du coeur Dray ! Alors comme ça tu fais bisous-bisous avec le nouveau?

Il rougit. Si Théo disait cela, alors tout ce qui s'était produit la veille n'était pas un rêve !

Le sourire aux lèvres, il s'empressa de s'habiller et se rendit dans la grande salle où peu d'élèves étaient présent en ce jour de grasse matinée qu'était le samedi.

Malgré l'heure matinale, Harry était déjà là, assis à la table des Serpentards. Comme s'il l'attendait. Depuis des heures.

Alors qu'il s'attendait à n'importe quel baiser mérité pour cette si longue attente, Draco ne se contenta que d'une question.

- Pourquoi? Pourquoi moi?

Harry sourit.

- Parce qu'à l'instant où j'ai perçu ton âme en peine, j'ai su que c'était toi.

D'un geste tendre, le brun posa ses lèvres sur la bouche de son blond, et l'espace d'un instant, ils ne firent plus qu'un. Deux êtres que rien ne pouvait séparer.

Et puis, comme si le déjeuner pouvait attendre, il entraina Draco à sa suite, dans la salle qui avait vu naitre leur amour: la salle sur demande.

- Dis, Ha... Harry...?

- Oui mon ange ?

Le blond retint un jappement à l'entente de ce surnom et respira un bon coup.

- Tu... Comment... Tu es dans quelle maison?

Le brun ne le regarda pas mais son sourire s'agrandissant de seconde en seconde prouvait qu'il s'amusait. Sa moitié était si timide !

- Je suis à Gryffondor... Dommage car il est vrai que j'aurai préféré être avec toi et pouvoir dormir dans ton lit...

Draco rougit une fois de plus tandis que le sourire du gryffondor s'élargissait davantage. Il aimait bien le faire tourner en bourrique son blond. Lui faire perdre cette face Draconesque. Le voir sourire.

Profitant du silence de Draco, il enchaîna:

- Alors nous nous rejoindrons ici. Chaque soir. Je te l'ai dit, je ne t'abandonnerai pas et il est hors de question que je te laisse seul !

Le serpentard roula des yeux. Allons bon, son petit ami était un super pot de glue ! Mais il n'allait pas s'en plaindre. C'était son seul ami.

Comme s'il lisait dans ses pensées, Harry l'embrassa une nouvelle fois. Ce n'était pas son ami mais son petit ami que diable ! Satisfait d'avoir arraché un sourire à son compagnon, il l'entraina à sa suite et tout deux allèrent prendre leur petit déjeuner.

Puis chacun alla à ses cours: Draco rejoignit Théo qui lui fit un énorme câlin. Sous le choc, le blond vacilla. Il n'était pas habitué.

- Et bah quoi? T'avais l'air de te sentir seul non?

Le serpentard n'en croyait pas ses yeux. Lui qui s'était senti tellement seul avait des amis. Quelques mains lui faisaient signe de lui, un bref sourire en guise de salut. Ce n'était peut-être rien comme cela, mais pour lui, c'était beaucoup !

C'est avec un plaisir non dissimulé qu'il assista à ses cours du matin avant d'aller dîner avec ses amis. Il ne vit pas Harry de la journée mais le soir venu, il le retrouva devant la salle sur demande.

Lequel s'empressa dès lors de lui faire un câlin:

- Je me recharge pour demain !

Cette remarque fit naitre un sourire sur les lèvres du blond que le Gryffondor s'empressa d'embrasser.

Il l'aimait bien son blond. Mais Draco avait d'autres choses en tête:

- Harry? Je peux te poser une question?

- Et si tu commençais d'abord par me câliner?

Le blond s'exécuta et tout deux perdirent la notion du temps. Toutes questions oubliées, Draco savouraient la chaleur de leur corps et les caresses ô combien expertes de son brun.

Cette nuit-là, le blond ne dormi pourtant pas, préférant savourer le contact d'Harry tout contre lui. Il fut donc le premier à se lever, forçant son amant à ouvrir l'œil malgré ses nombreuses protestations qui ressemblaient davantage à des grognements.

C'est donc à moitié endormi que le petit blond se rendit en cours ou Théo l'accueillit avec un câlin. Malfoy n'y était pas habitué, mais cela lui faisait plaisir même s'il ne le montrait pas en public.

A la pause de midi, il alla retrouver son brun Toutes questions lui étant revenues en mémoire, il s'empressa d'aller les lui poser. Et c'est alors qu'Harry se mit à raconter son histoire. Leur histoire.

- Tu l'ignores probablement mais ma famille est morte par la faute de Voldemort. J'ai survécu miraculeusement et ce sorcier voulait ma mort. Le directeur m'a protégé de ses griffes jusqu'à ce que je sois capable de me battre et d'anéantir le Lord noir. Prisonnier d'un endroit où je ne pouvais rien faire sinon dormir, j'ai développé mes pouvoirs et c'est là que j'ai découvert ce don. Mon don.

Draco failli l'interrompre mais Harry ne lui laissa pas le temps de le faire et poursuivit.

- Certains sorciers ont le pouvoir d'envoyer des pensées dans l'esprit de quelqu'un d'autre mais moi, sans trop comprendre comment, je me suis retrouvé dans tes pensées, avec toi. Sans que tu t'en rendes compte. Et j'ai appris à te connaitre.

Sous le regard halluciné, le brun sourit.

- Oui mon ange, je t'aimais avant même de te rencontrer. Tu souffrais tellement. Je voulais tellement être avec toi. Et c'est là que mon pouvoir s'est décuplé. Je n'ai plus projeté ma conscience mais mon corps à travers ton esprit. C'est la raison pour laquelle toi seul pouvais me voir.

- Que s'est-il passé ensuite?

- J'y arrive mon coeur... tu es bien impatient aujourd'hui dis-moi !

- C'est notre histoire alors bien sur que oui je suis impatient !

- Et bien voilà, quand le directeur m'a laissé sortir, j'avais peur mais j'avais un objectif: te rencontrer. C'est grâce à cela que j'ai pu terrasser le lord noir et que je suis arrivé il y a peu à Poudlard. Si tu savais à quel point ne plus pouvoir te parler a été difficile, c'était insupportable, atro...

Harry n'eut pas le loisir de poursuivre davantage que les lèvres tendres de Draco venaient de se poser sur les siennes en un doux et délicat baiser.

- Et bien sache que je t'ai toujours attendu, je t'ai toujours cherché. Quelqu'un qui me comprendrait, quelqu'un qui saurait briser cette froide apparence derrière laquelle je me cachais. Et tu as réussi. Harry...

- Oui?

- Tu crois en la destinée?

- En la destinée? Ce n'est pas la destinée qui compte mais c'est nous.

Ne pouvant contenir ses larmes, Draco l'attira à lui pour l'embrasser davantage. Chacune des caresses du brun lui faisait perdre la tête, chaque baiser qui se posait sur son cou lui donnait des frissons. Ce garçon, du premier regard il en était tombé amoureux...

Et pourtant... Pourtant c'était un Malfoy... Lui, tomber amoureux d'un garçon? Que penserait-on de lui? Amour interdit? Et alors ! Il était un Malfoy que diable ! Et en tant que tel, tel était son droit de tomber amoureux de qui il voulait !

Comme s'il lisait dans ses pensées à ce moment précis, un sourire s'étira sur les lèvres du brun qui enlaça son amant par derrière.

- Tu es mien Draco et crois-moi, après tous les efforts que j'ai fait pour être avec toi, je ne laisserai personne t'enlever à moi... chuchota-il dans l'oreille du blond lui donnant la chair de poule.

Le sourire aux lèvres, ils retournèrent en cours, main dans la main.

Théo les croisa et ne pu s'empêcher de câliner Draco qui se laissa faire. Non, décidément, il avait encore du mal à s'y habituer mais ça viendrait avec le temps...

Cependant, il ne resta pas longtemps dans les bras de l'adolescent que son brun l'attira à nouveau contre lui, scellant ses protestations de sa bouche.

- Tu es jaloux Harry? demanda le blond, séparant leurs lèvres

- Horriblement jaloux mon amour ! répondit le brun comblant à nouveau la distance infime qui les séparait.