Disclamer : JK Rowling a créé Harry Potter, ShadeDancer en a fait le Prince de la Mafia et moi je ne suis qu'une humble traductrice.

Coucou, me revoilà avec deux semaines de retard (ou d'avance sur la seconde prévision données sur mon profil) et je m'en excuse. Je n'ai toujours pas accès à internet dans mon nouvel appart, ce qui limite considérablement mon accès à internet (mais pas totalement heureusement) et j'étais en pleine intégration dans ma nouvelle école (ça y est, je crois qu'il n'y a plus de fêtes de prévues avant quelques semaines). Je suis désolée de ne pas avoir pu répondre à vos reviews également, mais elles m'ont toutes fait très plaisir !

Bonne lecture !

Chapitre 4: Pranks at the Mansion, Part one
(Farces au Manoir, première partie)

Les personnes constituant leur groupe durent cligner des yeux sous l'influence de la lumière vive qui baignait la ville de Londres et assaillait leur visage, bien qu'elle soit la bienvenue après l'éclairage feutré et la semi-obscurité enfumée du Chaudron Baveur. Sans attendre, Trevor appela par radio le chauffeur pour qu'il vienne les chercher rapidement. Ils avaient apprêté la grande limousine ce jour là, non pas pour faire étalage de leur richesses, mais parce qu'ils avaient besoin de toute la place qu'elle pouvait leur fournir puisque les Weasley les accompagnaient à la maison. Fort heureusement, le clan de rouquins savaient comment s'habiller de façon appropriée pour le monde moldu, ils n'avaient donc pas à s'inquiéter de trop attirer l'attention de ce point de vue. Mais cela paraitrait assez suspect qu'un groupe aussi nombreux que le leur reste debout devant ce qui apparaissait pour la plupart des gens comme un bâtiment abandonné. En quelques minutes, la limousine se gara près du trottoir et le chauffeur descendit pour ouvrir la porte et faire monter à l'intérieur le groupe qui attendait, exceptés Trevor, Manuel, Bill et Charlie qui avaient été désignés pour voyager dans une autre voiture qu'ils avaient emmenée avec eux de façon à ce que la limousine ne soit pas trop bondée. Il allait sans dire que Mr et Mrs Weasley, Percy, les jumeaux, Ron (qui s'était légèrement décoincé au cours de l'été) et Ginny apprécièrent énormément le voyage. Harry et Blaise trouvèrent amusantes leurs réactions à la limousine et devaient constamment demander à Mr Weasley d'arrêter de jouer avec tous les boutons pour ne pas attirer l'attention.

La limousine franchit enfin le dernier virage qui les conduisit au portail protégeant le manoir Darkov et le terrain environnant. La voiture s'arrêta et les Weasley s'apprêtèrent à sortir du véhicule, mais Harry leur indiqua de se rasseoir.

« La voiture va nous emmener jusqu'à la maison, on doit juste attendre que les portes s'ouvrent, » expliqua-t-il avant de se déplacer pour s'asseoir près de la fenêtre arrière la plus proche du poste de garde.

Au bout d'un moment, la limousine avança légèrement et Harry sut que la première voiture à bord de laquelle se trouvaient Manuel, Trevor, Bill et Charlie avait passé en toute sécurité le portail et que leur chauffeur allait être contrôlé avant que le véhicule n'avance suffisamment pour permettre au garde d'examiner les passagers à l'arrière. Il s'agissait d'une précaution qu'ils prenaient systématiquement, même si les seuls passagers étaient son père et lui-même. Un garde leur parlait pendant qu'au moins deux autres inspectaient le coffre et l'espace sous la voiture. Si un invité était présent, il ne verrait toujours qu'un seul des gardes. Tous ceux qui venaient au Manoir Darkov n'avaient pas forcément de connexion avec la mafia et cette procédure ne leur causait pas d'inquiétude excessive.

« Bonjour Mr Darkov, salua le garde en jetant un œil aux banquettes arrières, et Miss Zabini. Et puis-je demander quels sont nos invités aujourd'hui ?

- Salut Julian, salua Harry. Voici les Weasley, ils vont rester passer la nuit ici. A mes côtés voici Mr et Mrs Weasley, Percy, Ron, Ginny, et bien sûr tu connais déjà les jumeaux.

- 'Lut Julian !," déclarèrent avec entrain les jumeaux en imitant l'accent australien. (1)

Julian avait salué d'un signe de tête chacune des personnes qu'on lui avait présentées avant de faire mine de lever un poing coléreux à l'intention des jumeaux.

« Comment pourrais-je oublier les jumeaux, je leur en dois toujours une pour leur dernière farce. Ravi de rencontrer le reste d'entre vous. »

Julian grimaça avant de faire signe à la limousine de passer le portail alors que Mrs Weasley commençait à réprimander les jumeaux sur le fait de jouer des mauvais tours aux gens.

« Mrs Weasley, intervint Harry en interrompant la matrone qui tempêtait, tout va bien. Julian était simplement en train de taquiner Fred et George. Ce n'est pas grave s'ils font des farces ici, la plupart de ceux qu'ils pourraient piéger contre-attaqueront avec joie. »

L'intervention sembla apaiser quelque peu la sorcière mais elle fixait toujours les jumeaux d'un œil légèrement noir au moment où ils descendirent de la limousine, juste devant le manoir. Puis le groupe aperçut la maison, ce qui impressionna tout le monde à part les jumeaux qui étaient déjà venus plusieurs fois auparavant rendre visite à leurs amis.

« Bienvenue chez les Darkov, » déclara Harry, un sourire aux lèvres à la vue des mines stupéfaites des Weasley.

Manuel les attendait près de la porte avec Trevor, Bill et Charlie pour leur souhaiter à son tour la bienvenue.

… … … … …

« Ton père et toi vivez seuls ici ?, demanda Mrs Weasley pendant qu'Harry leur faisait faire une petite visite des lieux avant de leur montrer leurs chambres.

- Non, répondit Harry en secouant la tête alors qu'ils montaient à l'étage. Trevor et Blaise vivent ici aussi, ainsi que la plupart des gardes. Beaucoup d'entre eux n'ont pas de famille et ils restent donc ici, au premier étage. Nous formons tous ensemble comme une grande famille. »

Ils poursuivirent leur chemin jusqu'au deuxième étage où Harry leur indiqua l'aile familiale.

« Mon père et moi restons ici, ainsi que Trevor et Blaise. Les jumeaux savent où se trouvent nos chambres au cas où vous auriez besoin de nous. Vos chambres sont là-bas.»

Une fois dans l'aile des invités, les jumeaux partirent de leur côté, sachant évidemment déjà où ils passeraient la nuit, tandis qu'Harry et Blaise menaient Mr et Mrs Weasley à leur chambre. Les laissant s'installer, Harry conduisit Bill à la chambre située juste en face de la leur, le plaçant ainsi proche de l'entrée du couloir dans le cas où quoi que ce soit ne se produise. Charlie fut placé dans la chambre attenante à celle de ses parents et en face de celle des jumeaux, qui l'avaient déjà déclarée la leur, principalement parce qu'elle contenait deux lits. Percy fut installé à côté de Charlie, ce qui plaça Ginny au bout du couloir. Ron fut coincé en face de Percy et à côté des jumeaux, non pas qu'il s'en plaigne. En fait, il semblait presque mélancolique à la vue de la pièce de taille raisonnable. Mr et Mrs Weasley furent surpris de constater que leur chambre possédait sa propre salle de bain, tout comme celle de Bill. Charlie et Percy partageaient une salle de bain commune, tout comme les jumeaux et Ron, non pas qu'aucun d'entre eux ne se plaignait, ils étaient habitué à ne posséder qu'une salle de bain pour toute la famille. Ginny avait été placée en bout de couloir de façon à ce qu'elle ait sa propre salle de bain, ce qui était normal vu qu'elle était, entre autres, la seule fille.

Après avoir montré sa chambre à Ginny, Harry se plaça au milieu du couloir pour faire une annonce.

« On vous retrouvera tous en bas une fois que vous vous serez bien installés. Prenez votre temps, il reste au moins une heure avant que le diner ne soit prêt. »

Il fut presque immédiatement rejoint par Bill et les jumeaux. Fred et George n'avaient pas besoin de déballer leurs affaires dans la mesure où ils possédaient déjà des vêtements de côté dans leur chambre, offerts lors d'une virée qui avait été pour le moins intéressante dans les boutiques du Londres moldu. Quant à Bill, il n'utilisait la chambre d'invité que comme un leurre et il pouvait toujours passer à sa chambre du premier étage s'il avait besoin de quoi que ce soit.

« Allons embêter les cuisiniers et voir si nous ne pouvons pas piquer un peu de nourriture avant le diner, proposa Harry avec un large sourire.

… … … … …

Après s'être fait taper sur les doigts avec divers ustensiles de cuisine alors qu'ils essayaient de subtiliser de la nourriture près des fourneaux, le groupe fut jeté sans ménagement à la porte des cuisines juste avant de heurter Charlie.

« Et bien, ça n'a pas été si terrible, souffla Blaise qui avait été surprise à tenter de s'emparer de son dessert préféré. Quelqu'un a une autre idée de ce qu'on pourrait faire maintenant ?

- On a le temps pour monter à cheval ?, » s'enquirent avec empressement les jumeaux.

Blaise et Harry regardèrent leurs montres avant de hausser les épaules.

« Il nous reste toujours presque une heure, du moment qu'on ne monte pas trop longtemps. »

Quand ils atteignirent les écuries, les jumeaux partirent à la recherche des chevaux qu'ils montaient habituellement et commencèrent à les seller avec un peu d'aide de la part des grooms.

« Vous savez monter à cheval ?, demanda Harry en adressant la question aussi bien à Charlie qu'à Bill.

- Non, répondit Charlie, mais j'ai bien envie d'essayer. »

De son côté Bill hocha la tête en signe d'affirmation.

« Je suis déjà monté plusieurs fois. Un ami possédant deux-trois chevaux m'a appris.

- Très bien, dit Harry en faisant mine de réfléchir. Blaise, tu aideras Charlie avec Lara et je donnerai un coup de main à Bill avec Cendre. »

Les deux binômes partirent pour des extrémités différentes de l'écurie et Bill échangea un sourire rapide avec le groom qui lui apporta Cendre déjà harnachée et sellée. Tout le monde avait été prévenu la veille qu'ils devaient prétendre ne pas connaître Bill pendant que sa famille serait présente et quelques gardes avaient hoché la tête d'un air compréhensif, eux aussi cachaient à leur famille leur véritable profession. En moins d'un quart d'heure, Harry, Blaise, Bill, Charlie et les jumeaux se retrouvèrent à l'extérieur des écuries et se mirent en selle. Ils partirent d'un petit galop léger en contrebas du chemin menant aux écuries, Harry et Blaise chevauchant de chaque côté de Charlie pour lui apprendre comment monter. Il se révéla que Charlie n'était pas seulement doué avec les dragons, mais avec les animaux en général, et il prit rapidement le coup de main pour l'équitation bien qu'il lui reste encore un peu de chemin avant d'être capable de monter sans être accompagné. Ils firent demi-tour bien trop vite à leur goût et mirent pied à terre pour laisser les chevaux à la charge des grooms qui les attendaient et se précipiter dans la maison avant d'être en retard pour le diner.

… … … … …

« Vous voila !, s'exclama Manuel quand le sextuor prit place sur les chaises vides entourant la table de la salle-à-manger où ils dinaient pour plus d'intimité. Il semblerait que je n'ai pas besoin de vous demander où vous étiez. »

En effet, il n'y en avait pas besoin vu l'odeur semi-agréable de chevaux et de cuir qui suivait discrètement le groupe et leurs apparences légèrement échevelées.

« Vous êtes sortis monter à cheval, dit Ginny, déçue de ne pas avoir pu les accompagner.

- Ne t'en fait pas, la réconforta Blaise, on peut toujours y retourner après le diner.

- C'est une bonne idée, approuva Manuel, et tous ceux qui veulent monter pourront essayer. »

Les portes de la salle-à-manger s'ouvrirent à cet instant et plusieurs membres de l'équipe de cuisine entrèrent en poussant des chariots de nourriture. Mrs Weasley s'apprêtait à se lever pour proposer son aide, mais elle fut immédiatement priée de se rasseoir.

« Restez tranquille ma chérie !, la réprimanda Lucille, la cuisinière en chef. Vous n'allez rien faire, vous êtes une invitée. »

La nourriture fut installée sur la table avec efficacité et des bols de soupes et du pain frais furent placés en face de chaque assiette. Tous les aide-cuisiniers sauf Lucille disparurent aussitôt leur tâche accomplie. Il était facile de deviner qu'ils étaient pressés de trouver le chemin vers leurs propres assiettes pleines de nourriture délicieuse.

« Merci Lucille, dit Manuel en souriant à la femme avant d'être imité par tous les convives. Transmets mes remerciements aux autres et bon appétit. N'hésite pas à m'appeler si quiconque agit de manière inappropriée.

- Bon dieu ! , répondit Lucille, ils se tiendront à carreau ou je les calmerai un bon coup. Appelez si vous avez besoin de quoique ce soit. »

Manuel acquiesça et Lucille s'en alla avec un sourire, laissant les convives entamer avec appétit le fantastique festin posé devant eux sur la table.

Après ce délicieux repas, leur troupe, diminuée de Mrs Weasley qui s'était rendue en cuisine pour échanger des recettes, se dirigea vers les écuries pour découvrir que les grooms n'étaient pas encore revenus de leur propre diner. Mais cela ne posait aucun problème. Manuel, Trevor, Harry et Blaise connaissaient l'écurie comme le fond de leur poche et savaient comment choisir la monture parfaite pour tout le monde. Naturellement les jumeaux et Ginny rejoignirent leurs montures habituelles, Harry et Blaise furent désignés pour les accompagner et les aider à les seller. Cela laissa Manuel et Trevor pour trouver les chevaux idéaux pour Percy, Ron et Mr Weasley tandis que Bill et Charlie partaient à la recherche de ceux qu'ils avaient monté avant le repas.

Sous peu, deux des grooms arrivèrent et furent plus qu'heureux d'aider ceux qui n'avaient pas l'habitude des chevaux à se préparer et se mettre en selle, ils ne s'alarmèrent qu'un peu en voyant Mr Weasley essayer d'imiter Manuel qui sellait Danseuse pour Percy. Willy avait beau être un cheval calme et obéissant, il n'y avait pas moyen qu'il puisse rester tranquille plus longtemps sous des mains si inexpérimentées. Après cela, tout le monde sortit des écuries et monta immédiatement, ceux qui étaient familier de l'équitation donnant aux nouveaux une leçon rapide. Les deux grooms décidèrent de les accompagner également par mesure de sécurité.

Le premier à tomber fut Mr Weasley qui s'était couché sur sa selle pour examiner les pièces de l'harnachement de son cheval. Après sa seconde chute, il fut décidé qu'il serait préférable qu'il monte derrière Blaise qui avait choisi un cheval calme au lieu de sa monture fougueuse habituelle, et Cascade pouvait aisément porter deux cavaliers. Ron se débrouillait très bien avec Epheny, mais Percy était intimidé par Danseuse et la jument le savait. D'humeur joueuse, Danseuse partit soudainement dans un galop effréné, laissant Percy s'agripper de toutes ses forces. A peine quelques secondes plus tard, Manuel ordonna au groupe de s'arrêter pendant que Trevor et lui partaient à la poursuite de Percy et Danseuse. Ils lancèrent leurs montures à vive allure, rattrapant et encadrant rapidement Percy. Avec une poigne solide, Trevor attrapa Danseuse par la bride et Manuel souleva Percy avant de le déposer par terre. Harry rejoignit le trio et tendit la main à Percy.

« Tu peux monter derrière moi, proposa Harry. Tu te sentiras probablement mieux en montant en doublet plutôt que tout seul et on est trop loin pour rentrer à pied.

- Ton cheval a l'air encore plus taré que l'autre !, remarqua Percy avec prudence, pas encore décidé à saisir la main qu'on lui tendait.

- Azrael peut paraitre sauvage, mais il ne tentera rien aussi longtemps que je serai sur son dos avec toi, » lui assura Harry.

Reconnaissant, et avec un brin de persuasion de la part de son interlocuteur, Percy pris la main d'Harry. Après quelques pas d'Azrael, le rouquin se détendit, remarquant que les bras d'Harry le préserveraient d'une nouvelle chute, et le groupe de cavaliers dirigea leurs chevaux vers la maison d'un pas léger. Ils avaient suffisamment monté pour la soirée et ce n'était pas une bonne idée de laisser les débutants à cheval alors que la nuit se levait.

… … … … …

Le matin suivant commença tôt pour la majorité des résidents du Manoir Darkov, et en particulier Harry et Blaise qui étaient sortis dehors avec leurs pères et Sensei. Les deux fauteurs de trouble avaient veillé assez tard avec les jumeaux en faisant ce qu'ils faisaient de mieux, préparer des coups fourrés. Le groupe de cinq suivait la Voie dans l'air frais du matin, révélateur du fait que le soleil allait bientôt se lever pour dissiper la brume environnante et réchauffer agréablement la journée. C'était aussi leur chance de passer un petit moment de qualité avant que leurs invités ne se lèvent et qu'ils se lancent dans le tourbillon d'activités prévues pour la journée.

Ce qu'ils ignoraient était qu'un de leurs invités au moins était déjà debout, incapable de dormir plus longtemps dans cet environnement peu familier, et les observaient bouche-bée. L'observateur n'avait jamais rien vu de tel auparavant et était à la fois émerveillé et effrayé par les aptitudes que possédait le groupe se trouvant sur la pelouse. C'étaient la grâce et le danger réunis que cette personne voyait, la prière et la bataille. S'arrachant à la fenêtre, le voyeur se dirigea vers la porte de la chambre où il dormait, espérant descendre assez vite pour avoir une meilleure vue sur ce qui se passait. La poignée tourna facilement sous sa main, la porte s'ouvrit, et la personne s'avança dans le couloir juste à temps pour se retrouver trempé par de l'eau et d'autres choses.

« Bon sang !, cria la victime. Fred ! George ! Je vais vous trucider ! »

(1) G'day dans le texte original, qui est une expression australienne.

Je n'ai pas encore eu l'occasion de commencer la traduction du chapitre précédent, je m'avance donc un peu, mais j'espère pouvoir vous fournir le prochain chapitre aux alentours du 20-27 octobre. Merci de votre patience^^