Et voilà c'est déjà la fin !

Je suis bien sur un peu triste de vous quitter , mais j'espère avoir l'occasion de vous revoir sur d'autres fanfictdé.

Encore

merci pour toutes vos reviews ! Je n'ai jamais était aussi gâté !


5 ans plus tard.

Jasper :

J'étais en train de faire un merveilleux reve , quand un cri strident y avait mis brutalement fin.

- "Je ne veux pas ces céréales... c'est celles avec les pépites de chocolat que je veux..." s'écria la voix outrée de Julia.

- " Tu sais bien que l'on a terminé le paquet hier, mais je te promets de t'en acheter pour demain matin, si tu veux bien manger celles-ci aujourd'hui..." proposait Bella, tout en berçant dans ses bras un adorable petit bébé emmailloté.

Dont les grands yeux suivaient le déroulement de la scène avec haut de ses cinq ans, Julia réfléchit très longuement à la proposition. Fronçant les sourcils, faisant ressortir son adorable fossette.

- " D'accord maman !" Accepta-t-elle en se décidant à entamer son bol de céréales.

- " Merci ma puce !" Soupira Bella, ravie d'avoir échappé aux mémorables colères de sa fille.

Pendant un instant, je détaillais chacune de ces trois personnes, savourant la chance que j'avais de les avoir. Grâce à eux, je n'étais plus seul, j'avais une famille.

- " Bonjour mon coeur !" Sussurais-je à l'oreille de ma femme.

Même après cinq ans de vie commune et trois ans de mariage, ces deux petits mots me faisaient toujours autant d'effet. D'ailleurs, ce n'était pas la seule chose.

-"Bonjour !" Soupira-t-elle en quémandant un baiser, s'allanguisant dans mes bras, sous les yeux de notre fils qui me dévisageait avec intérêt.

- " Papa ! " s'exclama Julia en me sautant dans les bras . Ses longs cheveux blonds volant dans l'air .

- " Doucement ma puce !" Rigolais je en tentant de calmer son excitation grandissante .

La journée venait a peine de commencer , mais je savais déjà quelle serait intense . Julia avait peut-etre hérité de mes cheveux et des yeux de sa mére . Mais niveau caractére c'était un mélange d'Alice et d'Emmett , quelque chose d'explosif .

- " Mais je suis trop contente , aujourd'hui on passe la journée chez papie et mamie ..." S' écria t-elle avant de détaller dans sa chambre comme une bombe . " Il faut que je choisisse une super tenue ... tata Alice a dit que j'étais trés jolie dans ma robe bleu ... ça fait ressortir mes yeux ..."

- " Elle a raison !" Approuvais je en me servant une tasse de café.

- " Notre fille a plus de fringues que moi ..." Soupira Bella en posant Jackson dans son couffin . Avant de venir s' asseoir sur mes genou . " Qu'est-ce que cela sera quand elle aura 16 ans ..."

- " D'ici là , elle aura dilapidé tout notre argent et son plan d'études dans des fringues de luxe ..." Lui répondis je en déposant un tendre baiser sur sa nuque .

- " Au fait, je suis allée chez le docteur hier après-midi..." chuchota-t-elle à mon oreille.

- "Et?" Croassais-je en retenant mon souffle .

Cela faisait 4 semaines qu'elle avait accouché de notre fils et je ne voulais pas la brusquer en quoi que ce soit. Mais l'abstinence commençait à me peser. Je n'avais pas l'habitude d'être privé de son corps aussi longtemps

.-"Il a dit que tout avait parfaitement cicatrisé, je suis en pleine forme... quoi qu'il m'ait trouvée légèrement frustrée..." répondit-elle en mordillant la veine de mon cou.

- " Frustrée !" Grognais-je sans vraiment me concentrer sur ce qu'elle disait.

- "Exact!" Approuva-t-elle. " Il m'a alors conseillé de reprendre toute activité susceptible de me... détendre... " chuchota-t-elle en posant sa main sur mon ventre tendu.

- "C'est vrai !"m'exclamais-je brusquement, en sentant mon érection devenir douloureuse.

- "Hum... Hum..." acquiesça-t-elle. " Aurais-tu une idée sur l'activité en question ?"

- " Peut-être !" Rétorquais-je en dévorant sa bouche avec application. " Et si ce soir les enfants restaient dormir chez tes parents !"

- "Ils sortent au restaurant ce soir..." répondit-elle. " Mais Alice s'est déjà proposée..." ajouta-t-elle devant ma mine déconfite.

- "Exactement !" Approuvais-je, ravi. " Ça va lui changer les idées..." Depuis qu'elle avait quitté Edward quatre ans plus tôt, elle sortait beaucoup moins. Cette rupture avait été dure à vivre pour elle.

Leur séparation avait été un choc pour tout le monde. Après mon retour d'Afrique, ma relation avec Bella avait rapidement évolué.

On s'était installé ensemble quelques semaines avant la naissance de Julia. Il était rentré dans une colère noire en l'apprenant.

Il avait cru trouver en Emmett un soutien, mais ce dernier avait préféré prendre celui de sa fille et par la même occasion le mien.

Certes, ça n'avait pas été simple tous les jours, mais au fil du temps et avec l'aide de Rose et d'Alice, on avait fini par trouver un moyen de s'entendre, de vivre ensemble. C'était important pour moi, pour Bella, pour nos enfants.

Malheureusement Edward avait préféré rompre tout contact avec nous après sa séparation avec Alice .

Il ne téléphoner qu'à Emmett de tant à autre , mais refusait toujours de nous revoir . J'avais chercher a en savoir un peu plus , mais ce dernier ne voulait pas me parler .

Je me doutais que sa colère cacher autre chose , d'ailleurs j'aurais parié ma chemise que Bella était au courant , mais elle ne m'avait jamais rien dit

- " Maman !" S'écria notre fille, à l'instant où les choses commençaient à devenir intéressantes.

Les enfants pouvaient être si cruels parfois.

- " J'arrive !" S'exclama-t-elle en se relevant. Avant de me donner un léger baiser à la commissure de mes lèvres.

- "J'ai envie de toi !" Grognais-je, même si elle s'en doutait déjà.

- "Ce soir..." répondit-elle d'une voix mielleuse. " Toi, moi, un bon diner et une longue, très longue nuit de sexe..."

- " J'ai hâte !" M'exclamais-je avant de partir m'habiller.

XxxxxxxxxX

Bella :

Deux heures plus tard, nous étions en route pour la maison de mes parents. Jazz et Julia chantaient à tue-tête, le sourire jusqu'aux oreilles.

C'était un portait de famille, lui, moi et nos enfants, ensemble, que j'avais toujours du mal à croire à sa véracité.

C'était tellement irréel, qu'il m'arrivait de me pincer pour y croire vraiment. J'avais de la chance, beaucoup de chance. Et j'en savourais chaque moment avec bonheur.

- " On est arrivé !" M'exclamais-je en me garant dans l'allée.

Jackson choisit justement ce moment pour se réveiller et hurler à pleins poumons. Ni une, ni deux. Maman, qui venait d'ouvrir la portière arrière, se précipita sur son petit-fils qui arrêta de pleurer comme par enchantement.

- " Les bras de mamie sont magiques ! " la taquinais-je.

- " Tu sais très bien que je n'aime pas quand tu m'appelles comme ça, j'ai l'impression de prendre dix ans à chaque fois..." Grogna-t-elle en berçant tendrement mon fils.

- " Mais non ma puce, tu es toujours aussi belle..." La rassura mon père, en lui déposant un baiser sur le haut de la tempe. J

Je ne pus m'empêcher de sourire devant leur bonheur, ils étaient aussi amoureux que le jour de leur rencontre. J'espérais que Jazz et moi aurions cette chance.

- " Je te rassure maman, tu es encore très bien conservée pour une grand-mère de deux enfants !" Continuais-je en sortant Julia qui commençait à s'impatienter.

- " Ah, Ah ! " Grimaça-t-elle avant d'embrasser la joue de ma fille.

-" Et tu es une super mamie ! " ajouta Julia en lui souriant.

- " Merci mon petit rayon de soleil..." rigola ma mère .

-" Et si on allait dans le jardin, on a une suprise pour toi ma canaille..." s'exclama Emmett en la faisant voler dans les airs.

- " Vous la gàtez trop ! " le grondais je gentiment .

- " Tu sais bien que c'est plus que fort que ton père..." S'exclama ma mère sous le regard courroucé de ce dernier.

- " Comme si tu ne lui payais jamais rien ! " Rétorqua-t-il en tirant la langue, pire qu'un gosse.

- " J'ai rien dit ! " Capitulais-je en levant les mains en signe de reddition.

- " Bella s'est déjà plainte d'avoir moins d'affaires que sa fille..." Ajouta Jazz en m'enlaçant tendrement la taille.

- " Quelqu'un aurait-il parlé de shopping ? " S'écria Alice en sortant brusquement de la maison.

- " Non non, personne ! " M'exclamais-je brusquement. Je n'avais pas particulièrement envie de passer la journée à piétiner dans des boutiques de fringues.

- " Oh ça va, j'ai compris ! " Soupira-t-elle. " Heureusement que je peux me rattraper sur ta fille..."

Julia avait peut-être mes yeux et les cheveux de son père, mais côté caractère elle ressemblait énormément à Alice. C'était une vraie pile électrique, dingue de vêtements.

- "Bon allez Bella, viens m'aider dans la cuisine ; les autres, rejoignez le jardin ! " S'exclama ma mère en m'entrainant avec elle.

Comme d'habitude, elle avait mis les petits plats dans les grands, elle avait préparé les coupes de champagne et préparé des toasts au saumon.

- " Je ne savais pas que l'on fêtait quelque chose ? " Lui demandais-je en grignotant une olive.

- " Je ne savais pas que j'avais besoin d'une raison particulière pour préparer de bons petits plats pour ma famille..." Rétorqua-t-elle en me tendant un plateau où étaient posées les coupes en crystal de son mariage. " Emmène-ça dans le jardin, je te suis avec le reste.

J'acquiesçais en gagnant l'arrière de la maison en essayant de ne rien cris de joie me parvinrent très nettement. Un petit trampoline pour enfant avait été installé dans le fond du jardin, et Julia s'en donnait à coeur joie, sautant et volant dans les airs en rigolant.

- " Un trampoline, sans blague..."soupirais-je en posant le plateau sur la table basse.

- " Bah quoi ! " Grommela mon père.

J'hésitais pendant un instant à m'énerver, mais je n'avais pas envie de gacher la journée de tout le monde. Ma fille allait devenir une môme pourrie gatée, je n'avais plus qu'à m'y faire.

-" Non rien !" Abdiquais-je en allant m'asseoir à côté de mon mari .

Tout le monde me regarda comme si j'avais un troisième oeil qui m'avait poussé au milieu du front. C'est vrai que ce n'était pas mon genre de ne rien dire, d'habitude je me serai énervée devant autant d'extravagance, mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, j'avais envie de profiter du plaisir d'être en famille, sans prise de tête.

- " Tu es sure que tu vas bien, chérie ? " M'interrogea Jasper en posant sa main sur ma joue.

- " Ah ah ! " Grognais-je en lui donnant une tape sur le bras. " Je dis juste que j'en ai marre de me battre contre des moulins à vent... Ma fille sera pourrie gatée..."

- " Tu rends les armes !" s'esclaffa mon père en ouvrant le champagne.

- " Tu ne viendras pas te plaindre quand elle te réclamera une voiture à 100 000 dollars pour ses 16 ans..." Ricanais-je devant sa mine déconfite.

- " Je crois que ton fils a faim ! " S'écria Alice en me tendant un petit paquet vagissant qui hurlait à pleins poumons .

Je lui pris des bras en le berçant contre ma poitrine, il commença à se calmer en plongeant son regard dans le mien. Ses jolis yeux noisette me détaillaient avec intensité comme s'il cherchait à me dire quelque chose.

- " Mon petit coeur..." Lui chuchotais-je au creux de l'oreille en repartant vers la maison.

- " Quelqu'un meurt de faim apparemment ! " S'exclama ma mère, les bras chargés.

- " Il a l'estomac de son grand-père..." Rétorquais-je dans un rire." Garde-moi une coupe de champagne..." Lui demandais-je en partant vers le salon.

Une vingtaine de minutes plus tard, mon fils était nourri, changé et dormait dans mes bras comme un bienheureux. Je le déposai le plus délicatement possible dans son petit lit, aménagé spécialement pour lui

.- " Tout va bien ma puce ?" Me souffla mon mari au creux de mon oreille, en enlaçant étroitement ma taille. Collant son bassin contre le mien, allumant une douce chaleur dans mon ventre.

- " Tout est parfait !" soupirais-je en me laissant aller contre lui.

Ses lèvres picorèrent mon cou avec application, descendant jusqu'à l'arrondi de mon épaule, envoyant une intense décharge jusqu'à mon intimité.

Quatre semaines que sa peau n'avait pas frolé la mienne, que ses doigts ne m'avaient pas caressée, que nos deux corps n'avaient pas communié comme eux seuls savaient le faire.

Nous n'avions jamais été aussi longtemps sans faire l'amour depuis la naissance de Julia. Il ne se passait pas une journée sans que je pense à lui, je me sentais à fleur de peau. L'envie de lui cheviller au corps, à un tel point que je mourais d'envie qu'il me fasse l'amour, là maintenant, là tout de suite.

- " Jazz..." Grognais-je alors que sa main s'égarait dans mon corsage.

- " Je crois que l'on devrait rejoindre les autres avant que je nous enferme tous les deux dans la salle de bain..." Chuchota-t-il au creux de mon oreille avant de m'embrasser langoureusement.

- " Eh les amoureux, je vous y prends à vous bécoter devant mon petit-fils..." s'exclama ma mère en nous faisant faire un bond de trois mètres. " Vous ne voulez pas attendre qu'il ait l'âge de marcher avant d'en faire un troisième ! "

- " Les deux premiers sont tellement réussis qu'on n'a pas envie de s'arrêter en si bon chemin..." Rétorqua Jazz, en me donnant un dernier baiser avant de quitter la chambre

- " C'est vrai qu'ils sont plutôt pas mal ! " Approuva-t-elle en détaillant avec joie notre fille qui se jeta dans nos bras.

- " Papa, maman ! Alice a promis qu'elle allait m'emmener faire les soldes demain..." S'écria-t-elle, des étoiles plein les yeux. " Dis, t'es d'accord maman ?" Me demanda-t-elle d'une toute petite voix, que je ne pus qu'accepter.

- " Bien sûr ma chérie ! " Acquiesçais-je en embrassant sa petite joue barbouillée de chocolat.

- " Merci ! " S'écria-t-elle, ravie. " Tata Alice a dit qu'on pourrait même t'acheter quelque chose ! Elle a dit que tu en avais drôlement besoin..."

Je soupirai devant cette remarque si Alicienne !

- " Tu n'auras qu'à me choisir ce qui te fais plaisir..." lui repondis-je en la serrant contre moi.

- " Et si on passait à table ! " Nous interrompit mon père nous rejoignant.

- " Est-ce que tu crois que mamie a fait de la tarte aux pommes en dessert ? " Nous demanda Julia avec gourmandise.

- " Sûrement ! " Approuvais-je en lui la regardais rejoindre le jardin en courant, ses longs cheveux volant derrière elle. Un immense sourire illuminait son visage. Elle rayonnait de bonheur et cela me fit chaud au coeur.

Mon père se mit à raconter une de ses blagues et tout le monde se mit à rire de bon coeur.

L'espace d'un instant je repensai au chemin parcouru, et je me rendis compte que tout ce que j'avais toujours voulu se trouvait dans ce jardin.

- " Tu viens maman ! " M'appela ma fille, en se tournant vers moi.

- " J'arrive mon coeur..." M'exclamais-je en la rejoignant.