Salut tout le monde

Et oui ! Encore un cross over. Cette fois-ci, ça sera un HP/Sherlock, mais le Sherlock de la série sortie en 2010 par BBC.

Les chapitre serons courts (du moins plus courts que ce que je fais d'habitude) mais je vais essayer de poster plus souvent (une peut être deux fois par semaine).

La correction est signée Silk's Shadow qui me suivra tout au long de cette aventure et que je remercie.

Bonne lecture !

x

Chapitre 1 : Là où tout a commencé

La pluie tombait, glacée sur son corps. Un vent, traitre, souleva la fine cape qui le recouvrait encore, le faisant frissonner de plus belle. Est-ce que ça allait se terminer comme ça ? Est-ce qu'il allait mourir dans cette ruelle ? Un coup de tonnerre le fit sursauter. Depuis la séparation des mondes, il était plus peureux et avait en permanence un sentiment d'insécurité qui le dévorait de l'intérieur.

Tout avait commencé avec la fin de Voldemort. Il s'était réveillé dans son dortoir à Poudlard, suite à une vision de Voldemort. Le mage noir allait s'attaquer à Buckingham Palace et à la Reine. Il devait l'en empêcher. Par réflexe, et surtout sur les recommandations d'Hermione, il était allé prévenir le professeur Dumbledore. Mais le vieil homme n'avait rien voulu entendre, affirmant que sa Majesté la Reine était en parfaite sécurité.

Mais Harry avait malgré tout eu un malaise suite à cette déclaration, et il s'était rendu au palais, contre l'avis d'Hermione et des autres. Et il avait bien fait. Aujourd'hui encore, malgré que cet événement ait été la clé de sa déchéance, il ne le regrettait pas.

Il était entré dans le palais et avait trouvé la totalité des gardes et autres membres du personnel morts dans les divers couloirs. Il avait alors continué son avancée, jusqu'à atteindre la salle du trône. Il avait ensuite jeté un coup d'œil et avait pu noter la présence des mangemorts du cercle intérieur, en plus de leur maitre. Il savait bien sûr qu'il n'aurait aucune chance s'il s'attaquait à tout le groupe en même temps. Alors il avait fait du bruit dans les couloirs, suffisamment pour que Voldemort envoie ses sbires voir de quoi il retournait. Et ils avaient eu une sacrée surprise.

En effet, lors de ses seize ans, il avait reçu son héritage magique, soit la totalité de ses pouvoirs et de son patrimoine génétique. Or il s'avérait qu'il avait dans sa famille un leothrope, un être capable de se transformer partiellement en lion, aussi appelé lion-garou.

Ainsi, les quelques mangemorts qui était venus voir se retrouvèrent devant un leothrope de deux mètres de haut avec une fourrure noire et des yeux verts. Il ne fit pas de quartier et tua les mangemorts. De toute façon, c'était eux ou lui… et la Reine, et probablement les quelques personnes encore en vie dans la salle du trône.

Il avait donc repris sa forme humaine et s'était de nouveau avancé vers l'entrée de la salle. Il avait entendu Voldemort menacer la Reine, sans vraiment réussir à l'impressionner. Le lord noir s'était ensuite moqué d'elle. Il avait alors serré les poings de rage face à la moquerie de Voldemort et, de toute évidence, il n'était pas le seul. Il entendit la voix d'un homme insulter Voldemort. Très grosse erreur. Quelques secondes plus tard, il put entendre sans mal les cris de douleur de cet homme.

Ne pouvant en supporter davantage, il s'était avancé en apostrophant Voldemort. Aussitôt que sa présence avait été connue, tous les mangemorts restant avaient pointé leurs baguettes sur lui. Il avait ensuite eut une discussion avec Voldemort. Les mots de celle-ci étaient assez flous dans sa tête. Il ne se souvenait plus très bien. Aucune importance. Il avait attiré l'attention de Voldemort sur lui et le moldu avait été libéré du sortilège.

Puis il y avait eu le combat, Voldemort utilisant la magie noire. Lui peinant avec ses quelques sorts de magie blanche. Et finalement, Voldemort avait eu le dessus. Il avait reçu un sortilège qui l'avait envoyé voler près du trône et près de sa Majesté. Il ne devait pas rester là, sinon elle pourrait devenir un dommage collatéral. Et ça, il ne se le pardonnerait jamais. Il avait voulu se lever et avait amorcé le geste pour le faire. Mais Voldemort avait été plus rapide et lui avait lancé un doloris. Il s'était effondré, mais avait refusé de crier, puisant dans la rage, la détermination de garder la bouche fermée.

Il ne se souvenait plus vraiment si Voldemort s'était lassé au bout du quatrième ou du cinquième doloris, mais il avait senti le sortilège prendre fin. Il avait ensuite cherché à se relever, mais était retombé à chaque fois, ses membres trop sollicités par le sort de torture, refusant de le porter. Il était en train d'essayer une nouvelle fois lorsque le lord s'était dit lassé par ses essais et il avait reçu le sort de la mort.

Il ne se souvenait plus vraiment de ce qu'il s'était passé ensuite. Mais lorsqu'il avait ouvert de nouveau les yeux, Voldemort s'était éloigné de lui et s'était rapproché de la Reine. Il n'avait pas pu le laisser faire. Puisant dans ses dernières forces, il s'était transformé puis, avant que quiconque n'ait pu prévenir Voldemort, il s'était jeté sur lui et, d'un coup de patte puissant, il l'avait décapité. Un grondement sourd vers les mangemorts avait suffi à ce que ceux-ci fuient loin du palais.

Harry s'était alors tourné vers la Reine et vers le seul home encore en vie dans ce palais, puis il s'était avancé vers eux, reprenant progressivement forme humaine alors que ces forces le quittaient. Alors qu'il n'était qu'à quelques pas de la Reine, l'homme s'était relevé et s'était interposé. Il était dans un sale état, plusieurs coupures étaient visibles dans ses vêtements et dans sa chair, la chemise blanche qu'il portait sous son costume était devenue rouge par endroit. Il s'était alors arrêté et, sous le regard surpris de l'homme et de la reine, il s'était agenouillé, puis avait demandé s'ils allaient bien. La Reine avait acquiescé et l'homme avait plongé son regard dans le sien. Émeraude contre tempête. Leur regard s'était accroché et ne se lâchait plus…Jusqu'à ce que d'autres sorciers fassent irruption dans la salle.

Il s'était tendu au début, mais s'était calmé rapidement en voyant que c'était des aurors. Ça avait été sa première grosse erreur et la plus fatale, la seconde avait été de les laisser l'emmener sans protester.

Il avait été emmené au ministère et placé dans une cellule. Il avait été surpris, bien sûr, et avait rapidement demandé des explications. Mais personne ne le lui en avait donné. On ne lui avait même pas donné des soins alors qu'une plaie plus ou moins profonde s'étendait sur son dos.

Il ignorait alors combien de jours il avait passé dans cette cellule. Puis il avait été emmené dans une autre salle. Blessé, épuisé et affamé, il n'avait pas résisté. Peut-être aurait-il dû. Ou bien cela n'aurait rien changé. Qu'importe ! Et puis il les avait vus. Ses amis, sa famille d'adoption, tous ceux en qui il avait confiance, ils étaient tous là… pour son procès. Ou du moins ce simulacre de procès. Il n'avait rien pu dire. De nombreux témoignage relataient sa dangerosité. Et il avait été condamné, condamné à servir pour le projet de séparation.

Depuis quelques temps déjà, le gouvernement prévoyait de séparer le monde moldu et le monde magique à l'aide d'une barrière et d'un monde parallèle créé dans cette barrière. Un même Royaume Uni mais sans aucun moldu. Une milice serait alors créée et serait la seule à pouvoir voyager entre les mondes pour récupérer les sorciers nés de parents moldus. Mais, pour mettre en place cette barrière et créer ce monde, il fallait de la puissance, beaucoup de puissance. Et il était très puissant.

Il avait donc été emmené dans une autre salle, après son procès et placé au centre d'un cercle magique. Puis des enchanteresses avaient prononcé les incantations. Et, durant tout le temps que dura le sortilège, soit trois jours, il avait senti sa magie lui être arrachée, comme si on lui avait arraché la peau centimètre par centimètre sans qu'il ne puisse rien y faire.

Puis la barrière avait été finie et il avait été jeté du côté moldu, sans pouvoirs, sans ressources et blessé. Condamné à mourir dans la rue alors qu'il avait sauvé un monde.

Harry toussa doucement et se redressa alors que la pluie se transformait en neige. Il se leva avec précaution et se dirigea vers les allées qui avaient un peu plus de passage. Il évitait avec soin de frôler les passants et resserra sa cape autour de lui.

La peur et l'impuissance l'avaient gagné rapidement dues à l'absence de sa magie. Ajouté à cela que sa condition physique était au plus bas et qu'il ressemblait à n'importe quel clochard du coin. Par chance, il avait pu obtenir des soins dans un dispensaire de la ville, mais il sentait la fièvre commencer à le gagner. Ses plaies s'étaient sans doute infectées. Qu'importe. Qu'il meurt d'une infection, de froid ou de faim, le résultat serait le même, il sera mort. Des larmes commencèrent à se former aux coins de ses yeux. Pour l'amour de Merlin, Potter ! Tu ne vas quand même pas te mettre à pleurer ! Mais il n'y pouvait rien, il se sentait ridiculement vulnérable sans ses pouvoirs. Sans parler de son héritage.

Harry s'engouffra dans une petite ruelle et s'approcha de la poubelle d'un restaurant. Il fouilla dedans avec espoir et trouva plusieurs fruits à peine gâtés. Il les prit et mordit dedans, goutant le jus sucré et appréciant d'avoir quelques choses sous la dent.

Puis il reprit sa marche, cherchant une autre poubelle, une autre part de nourriture, ou n'importe quel objet qui pourrait lui être utile. Qu'est-ce qu'il ne donnerait pas pour une bonne tasse de thé !

Il déboucha dans une autre rue passante et continua sa marche, comme tous les soirs depuis deux semaines, depuis qu'il avait été jeté dans ce monde. Il prit la direction de Buckingham palace. Voir le palais intact et espérer voir la Reine au travers de l'une des nombreuses fenêtres lui rappelait qu'il avait fait le bon choix. Il était peut-être sorcier mais il était avant tout un sujet de la couronne britannique.

Tout à sa marche, il ne remarqua pas les caméras de surveillance de la ville le suivre alors qu'il longeait Trafalgar Square. Pas plus qu'il ne vit la voiture noire le suivre. Il s'engagea alors dans White Hall puis dans Victoria Street avant d'arriver enfin devant Buckingham palace. Il s'assit alors calmement sur les marches de la fontaine qui était devant le palais et souffla dans ses mains pour essayer de les réchauffer. Peine perdue, il faisait bien trop froid.

Harry serra un peu plus sa cape autour de lui et ferma les yeux. Il savait que dormir par ce froid était une mauvaise idée mais, de toute façon il avait de grande chance de mourir. Alors autant mourir dans son sommeil. Il ferma les yeux et laissa la fatigue l'emporter loin de ce qui était sa vie actuelle.

Une berline noire s'arrêta près de la fontaine, et un homme en descendit. Il ouvrit le parapluie qu'il emportait partout avec lui et s'abrita dessous, empêchant les flocons de neige de l'atteindre. Puis il s'avança vers la fontaine, sachant qu'il y trouverait celui qu'il cherchait, ou du moins espérant. Les caméras n'étaient pas aussi nettes qu'il l'avait voulu, et le jeune homme gardait en permanence sa capuche sur sa tête.

Il monta les marches et le rejoignit rapidement. L'homme se figea alors en voyant les yeux clos du jeune homme assis à même le sol. Inquiet, il s'approcha de lui et écarta la capuche. Il avait eu raison. C'était bien le jeune homme qu'il avait aperçu lors de l'attaque de Buckingham. Mais que faisait-il ici ? Et surtout dans cet état ? Un frisson du jeune homme le ramena au moment présent. Il posa sa main sur le front d'Harry, mais dut l'écarter aussitôt. Il était brûlant.

N'ayant pas de temps à perdre et comprenant que chaque minute comptait pour le jeune sorcier, il passa son bras gauche derrière les épaules fine d'Harry. Trop fine, songea-t-il. Puis le bras droit sous les genoux. Et il le souleva, surpris par la facilité avec laquelle il avait réussi à le soulever. Il était vraiment maigre.

L'homme laissa alors son parapluie sur place et retourna auprès de la voiture. Une femme en sortit et l'aida à mettre le jeune homme à l'intérieur, puis elle entra à la suite de son patron, pianotant sur son Blackberry pour demander un médecin.

L'homme fit alors signe au chauffeur de démarrer, et la voiture reprit alors sa route en direction de la demeure familiale. Il observa alors son nouveau protégé avec inquiétude. La femme qui l'accompagnait avait le nez toujours sur son téléphone, mais elle lui annonça qu'un médecin les attendrait au pas de la porte à leur arrivée. Il acquiesça distraitement alors que sa main passait dans les cheveux du plus jeune, ôtant les quelques flocons de neige qui y était restés.

Avec un soupir, il prit alors son téléphone. Il devait prévenir sa Majesté. La Reine s'était montrée inquiète après que le jeune homme ait été emmené, et avait demandé des nouvelles, jusqu'à ce que la barrière soit érigée. Elle n'allait pas être contente des nouvelles qu'il avait à lui donner.

X

Pour ceux qui se demandent à quoi un leothrope ressemble, taper "lion warrior" dans votre barre de recherche ;)