Bonjour à toutes et à tous !

Et oui ! Je me suis faite désirer mais me revoilà (enfin !) avec une nouvelle fic !

Après "Seconde Chance" (d'ailleurs un grand merci à celles qui m'ont laissé des reviews, mise en alerte et en favoris !), j'ai eu besoin d'aborder des sujets un peu plus "légers". Mais celles qui m'ont suivie jusque là savent que rien n'est simple et rose dans mes fics ! Alors bien évidemment, celle-ci ne dérogera pas à la règle !

Une autre chose : effectivement, Tanya fait parti des personnages, mais ne partez pas avec des a priori ! J'ai décidé de faire ma rebelle et d'en faire un personnage gentil !

Je précise tout de même qu'il s'agit bien d'une Edward/Bella ! ;-)

J'espère que cette nouvelle histoire vous plaira et que vous me suivrez dans cette nouvelle aventure !

Voici le prologue ! Plutôt court mais la suite arrivera assez vite si vous êtes tentées !

Bonne lecture !


Prologue :

J'étais perdu, définitivement. Je ne pouvais plus revenir en arrière, j'étais pris au piège, à la merci de mes pulsions, esclave de mon désir. Je tentai de lutter, mais ma raison m'avait déjà déserté.

J'avançais malgré moi, sachant pourtant que j'aurais dû reculer, fuir tant que je le pouvais encore, tant que je n'avais pas franchi cette limite affreusement tentante.

Me sermonner était désormais inutile, mon esprit n'était plus maître, mon corps dictait sa loi.

Je savais que je n'avais pas le droit de ressentir ça, je n'avais même pas le droit de la regarder comme je le faisais en cet instant, mais je ne pouvais pas m'en empêcher. Mes yeux, mon corps, mon cœur, mes sens, tout me poussait vers elle. Plusieurs fois, je tentai de me raviser, de revenir sur mes pas, de reculer, de me retourner vers la porte pour fuir, mais il suffisait d'une effluve, d'un son, pour que mes sens, ces traîtres, me ramènent à elle. Pourquoi avait-il fallut qu'elle laisse cette porte entrouverte ? Pourquoi fallait-il qu'elle me tourne le dos ? Pourquoi fallait-il qu'elle ne se doute de rien ?

Une fois de plus je la fixais, incapable d'agir intelligemment, et j'entrai presque en transe au moment où elle agita ses mains dans ses cheveux pour les rincer. Les images me revinrent en mémoire et je la revis à cette soirée sur la plage, dansant, se déhanchant au rythme des djembés, faisant exactement ce même mouvement avec ses cheveux. Je revis ses hanches, sa taille, son visage habité par la musique, sa peau luisante, couverte d'une fine pellicule de sueur, uniquement éclairée par le feu. Cette peau ... Je pouvais presque sentir sa chaleur, sa douceur. Notre baiser me revint également, furtivement, tel un flash, mais bien présent, fort, brûlant, passionné.

Elle dévoila sa nuque et soudain, je me retrouvai de nouveau à cette soirée. Respirant son parfum, ondulant tout contre elle, mon bassin calé contre le sien, avant d'être contraint de me décoller et de la laisser danser seule pour tenter de calmer le désir puissant qui m'avait alors consumé. Mais là, dans cette pièce saturée, tandis que je l'observais à son insu, le feu semblait plus fort encore. Cette sensation défendue reprit vie et embrasa la dernière parcelle de raison susceptible de persister dans mon être. Avant même que je ne m'en rende compte, mes doigts défaisaient les boutons de ma chemise et j'avançais, lentement, tel un prédateur, sans jamais quitter ma proie des yeux.

Je n'allais pas reculer cette fois, je n'allais pas fuir. J'allais au contraire succomber, il le fallait, j'en avais besoin. J'allais sentir sa peau, j'allais la goûter, la posséder. Une fois, juste une fois, mais je la voulais, ici, maintenant, peu importe les conséquences, je ne pensais à rien d'autre qu'à elle. Elle allait devoir me repousser, me jeter hors de cette douche, me gifler même. Il le fallait, elle devait m'empêcher de commettre l'irréparable, de franchir cette limite interdite. Je n'avais pas le droit de la toucher, je n'avais même pas le droit de la fantasmer. Pourtant, à cet instant, à part elle, plus rien ne pouvait m'arrêter.


Alors, alors ? À votre avis, de qui s'agit-il ? Hâte d'avoir vos avis et vos suppositions !

On se voit mercredi pour le premier chapitre ?