Juste être amoureuse de lui


Lorsque vous êtes amoureux l'éternité est encore trop courte

Anonyme.


Je suis nue, allongée au sol sur le dos. Je peux sentir l'herbe caresser ma peau. Mes cheveux sombres sont éparpillés sur le sol. Plusieurs brindilles s'y sont perdu. De ma main, je touche les cheveux blonds de mon amant, couché sur mon corps. Ses cheveux soyeux sont rassurants. Il est présent. Tout est réel. Il est à moi et à moi seule. Du moins pour le moment.

Il se réveille doucement, lève la tête et me regarde. Je me plonge alors dans un océan bleuté. Je ressens toujours cette sensation lorsqu'il me regarde. Je plonge. Certains disent qu'on ne peut lire ses émotions dans ses yeux mais moi, au contraire, je perçois chacune de ses pensées. Les teintes bleues et grises de ses iris me disent beaucoup de choses. S'il est fatigué, malheureux, déçu, en colère ou s'il est fier, amusé, content... Ses yeux me parlent mieux que sa bouche, qui, soi-dit en passant, n'est pas à oublier... Des lèvres si fines et si douces, qui embrassent si bien.

Ce qu'il est d'ailleurs en train de faire. De ses dents blanches, il mord ma lèvre inférieur me demandant l'accès, que je lui accorde aussitôt. Nos langues jouent, dansent, se touchent. Il embrasse divinement bien. Je sens ses mains au creux de mes reins, remonter doucement vers mes omoplates. Il arrête notre baiser, et me regarde droit dans les yeux. Il les baisse ensuite vers ma poitrine mais je ne me sens pas gênée. Depuis le temps qu'il me fait l'amour, il connaît mon corps à la perfection.

Il se couche sur le côté et caresse mon tatouage. Un cobra d'encre noir. Je me le suis fait pour lui. Il touche d'abord sa tête, qui part du côté de mon sein droit, il descend ses doigts vers mon nombril, suivant le corps du serpent et approche sa bouche de ses doigts, embrassant la queue du serpent sur le haut de mon sexe. Il commence alors à jouer avec mon petit bout de chaire, le suçote, l'embrasse, me faisant jouir. Je commence par murmurer quelques mots incompréhensibles puis je me mets à soupirer de plaisir. Pourtant, je sais qu'il va s'arrêter.

Il monte son visage vers le mien et m'embrasse, me faisant goûter mon liquide de plaisir. De sa main gauche, il place son sexe à l'entrée du mien, arrête de m'embrasser et me regarde dans les yeux. Il me pénètre d'un habile coup de rein. Je me cambre sous le choc de cette sensation si agréable. Il commence alors un va et vient jouissif. Nous continuons ce jeu de regards. Il n'est pas arrivé une seule fois où nous avons fait l'amour sans nous regarder pendant tout l'acte. C'est certainement notre façon de nous montrer qu'on tient à l'autre bien plus que ce qu'on ose dire.

Je me sens monter au septième ciel et hurle mon plaisir au monde entier. Il se verse en moi peu de temps après. Il sort délicatement de mon corps et pose sa tête sur mon cœur, en silence. Il doit sûrement l'entendre battre à vive allure. Pour ne pas me trahir, je fais tout pour ralentir ma respiration ainsi que mon rythme cardiaque. Je le regarde. Un sentiment me revient en plein fouet dans le visage. Les autres appellent ça l'amour, moi je ne le connais pas.

Alors je lève les yeux au ciel et vois le soleil briller, seul témoin de notre acte.

Juste le soleil sans nuages. Juste le ciel bleu. Juste heureuse de se laisser dorer au soleil, le laisser réchauffer notre visage, apprécier la lumière... Juste apprécier l'instant présent, à ses côtés. Juste être amoureuse de cet homme sombre et brutal mais si tendre lorsqu'il me fait l'amour. Juste être amoureuse de la bonne personne.

Juste être amoureuse de lui.