Titre : Le sang des innocents

Auteur : Tabourette

Beta : ClaP74

Rating : MA

Note 1: cette histoire contient des relations homosexuelles donc toutes les personnes que cela rebute, passez votre chemin

Note 2 : Merci beaucoup à ClaP74 pour avoir merveilleusement bien corrigé ce chapitre encore une fois ! Sans elle vous n'auriez pas un texte aussi agréable à lire.

Diclaimer : les lieux et personnage de l'univers d'Harry Potter ne sont toujours pas ma propriété mais celle de leur auteur J.K Rowling. Le reste, c'est tout à moi !

Petit mot de la merveilleuse ClaP74 : Bon, on sent vraiment qu'on commence à rentrer dans l'intrigue pure et dure ! Et franchement, ça promet bien des choses ! En tant que bêta et lectrice, j'ai hâte de lire la suite, et je peux vous assurer que je trépigne de recevoir les prochains chapitres (avant tout le monde héhé), alors j'imagine que vous aussi vous allez être très très impatients ! On n'est pas super fan de cette histoire pour rien

Non non, Tabourette, ceci n'est pas un message caché )

Petit mot de Tabourette : Alors, voici la suite du chapitre précédent. Malheureusement pour vous, je ne suis pas sûr que ça vous apporte beaucoup de réponse aux questions que vous vous posez ^^.

On retrouve donc Harry et Severus mais promis, à partir des prochains chapitres, je vais plus mixer les deux relations dans un même chapitre pour essayer de contenter tout le monde !

Un grand merci à Mely-Plume, Kay snape, blacknekopower, titefeeric, , dobbymcl, Lilywen, Azuleya, keyshas, Triskelle sparrow, Marie, Mel-In-E DL, TeZuka j, QuestKey, Babylon, Zeugma, Lassa-Liam, Kisis, Archimede, stormtrooper2, Chrome-chan96, ankana87, laanais, Matsuyama, nepheria4, Elisect32, Hlodowig et annegaellelirot pour vos reviews !

%%%%%%%%%%%%

Severus fronça les sourcils en voyant Granger et Weasley entrer dans la Grande Salle sans sa Source.

Où était-il passé ? Il aurait dû être avec eux, ils avaient cours ensemble. Oui, il connaissait l'emploi du temps du Gryffondor, oui, il avait réussi à en récupérer un, oui, il le connaissait par cœur et non, il n'en avait pas honte. Connaissant le talent particulier du jeune homme pour se mettre dans de drôles de situations, Severus avait bien vite vu cette alternative comme nécessaire. Même si Voldemort était mort, Potter était toujours un jeune homme idiot entouré par des amis encore plus idiots, lâchés dans une école avec des baguettes. Le pire comme le meilleur étaient possible. Malheureusement, les années avaient montré que c'était surtout le pire qui ressortait.

Il essaya de faire abstraction de l'absence de sa Source et continua son repas en écoutant distraitement Minerva qui lui parlait. Pourtant, ses efforts furent vains quand une vague d'angoisse et de surprise l'envahirent. Cela ne venait pas de lui.

Potter.

Qu'est-ce qu'il avait encore fait ?

Il ne prit même pas la peine de terminer son plat, s'excusa auprès de Minerva et sortit de table. Il aurait voulut ne pas se soucier de ce qu'il se passait. Après tout, Potter était grand. Mais il ne pouvait ignorer les signaux qui s'allumaient en lui. Il était sa Source. Il devait le protéger. Il ne savait pas si c'était un sentiment induit par leur lien, un besoin de protection envers sa Source, ou si c'était de sa propre initiative mais dans tous les cas, il avait besoin et envie que le jeune homme reste en bon état. Il préférait éviter de devoir lui rendre visite à l'infirmerie pour pouvoir se nourrir.

Il aimait beaucoup Pompom mais il devait reconnaitre que l'endroit manquait cruellement de l'intimité requise pour la morsure et pour ce qu'il envisageait de faire à Sa source après. Les témoins n'étaient pas nécessaires.

Il se décida donc à partir à sa recherche. Mais plutôt que d'errer dans le château au hasard, il préféra réduire son périmètre de recherche en allant trouver les deux Gryffondor entrés quelques temps minutes plus tôt.

Hermione donna un coup de coude à Ron alors qu'il venait de nouveau de sortir une ânerie sur les Poufsouffle quand elle sentit une présence dans son dos. Elle se retourna vivement, prête à faire face à Harry quand ses yeux se posèrent sur la silhouette sombre de leur professeur de Potion. Elle perdit immédiatement son sourire alors qu'elle donnait de nouveau un coup à son voisin, pour le faire taire cette fois-ci.

Ron se tourna vers Hermione, pour lui demander gentiment d'arrêter d'essayer de lui enfoncer les côtes dans les poumons quand il la vit regarder derrière eux. Il se retourna à son tour et rencontra les yeux effrayant de Snape posés sur lui.

Les deux adolescents se tendirent, attendant la remarque acerbe qui n'allait certainement pas tarder à venir.

Contre toute attente, c'est d'une voix plutôt neutre que la terreur des cachots s'adressa à eux.

-Mademoiselle Granger, monsieur Weasley, sauriez vous me dire où se trouve monsieur Potter je vous pris ?

-Euh oui, commença à bafouiller Hermione sous le regard pénétrant de son professeur. Enfin, pas exactement mais la dernière fois que nous l'avons vu, c'était près de la salle d'Histoire de la Magie. Il était en train de parler avec quelqu'un.

-Je vous remercie.

Et sans un mot de plus, l'homme s'éloigna dans une ondulation de cape qui les fit frissonner.

Qu'est-ce que Harry avait encore fait ?

%%%%%%%%%%%%%%

Severus se dirigea d'un pas pressant vers le lieu indiqué par Granger. La sensation d'angoisse se fit de plus en plus forte à mesure qu'il approchait de son but.

Pourtant, arrivé dans ledit couloir, il ne trouva personne. Il resta sur place quelques secondes, réfléchissant à plein régime sur l'endroit où aurait pu se rendre le jeune homme. Il ouvrit la porte de la salle d'Histoire de la magie pour se donner bonne conscience mais se figea quand elle révéla l'intérieur de la pièce.

Assis face à face autour d'une des tables de classe, se trouvait sa Source en compagnie d'une Serdaigle. Ils étaient penchés l'un sur l'autre, leurs visages à quelques centimètres. Ils sursautèrent tous les deux à son entrée et s'éloignèrent vivement, comme pris en faute.

-Oh, professeur.

Harry ne put s'empêcher de rougir de gêne sous le regard pénétrant de Snape par rapport aux événements de la veille. Il n'avait pas revu son professeur depuis et ne s'attendait à ce que son cœur s'énerve si violemment en sa présence.

Mais il rougit aussi de honte parce qu'une autre personne était maintenant au courant de leur relation sans qu'il le sache.

Ce qu'il venait de partager avec Kateline le laissait perplexe et plutôt apeuré. Il allait devoir en parler avec le vampire mais ne savait absolument pas quelle allait être sa réaction. En même temps, Harry ne lui connaissait que deux émotions : la colère et l'indifférence. Que ce soit l'une ou l'autre, il allait devoir l'affronter.

Il repensa alors à leur dernière soirée ensemble. En fait, il avait faux. Il avait déjà vu d'autres émotions chez Snape. L'excitation. Harry rougit de plus belle sans pouvoir se contrôler. La douceur. La tendresse. Le cœur du Gryffondor s'affola de nouveau. Très peu, mais parfois, oui, il avait ressenti de la douceur et de la tendresse de sa part. L'humour. Subtil mais présent. Etonnant venant d'un être aussi froid que son professeur mais derrière ses phrases sarcastiques, Harry décernait parfois la pointe d'humour qui les rendait moins blessantes.

En y réfléchissant bien, il se rendait compte que Snape était un être plutôt complexe.

Finalement, il ne savait pas du tout quelle pourrait être sa réaction en apprenant ce que Kateline et lui venait de se dire.

-Mademoiselle Pengraff, veuillez nous laisser s'il vous plait.

Son ton était autoritaire, froid. Harry était bien content qu'il ne lui soit pas adressé mais se sentait mal pour la jeune femme alors qu'elle n'avait rien fait. Il ne savait pas pourquoi Snape se trouvait ici mais il n'avait pas l'air de bonne humeur.

Kateline se leva précipitamment et sortit de la pièce en s'excusant du regard dans le dos de leur professeur.

Harry se leva à son tour et fit face au vampire. Son expression était indéchiffrable. Son regard inexpressif était posé sur lui, le transperçant.

Dès que le son de la porte se refermant se fit entendre, Severus prit la parole.

-Que faisiez-vous ?

-Comment vous avez su que nous étions là ? Demanda à son tour Harry.

-Répondez à ma question Potter. Que faisiez-vous ?

Le ton cassant fit frissonner le jeune homme. Il se rendit compte que cela faisait un moment que Snape n'avait pas eu cette attitude avec lui en privée. Il ne comprenait pas la colère de l'homme.

-Nous étions en train de parler de… C'est compliqué. Je ne sais pas par où commencer mais…

-Vous étiez en train de parler ?

Harry était perdu devant le sarcasme blessant qui était apparu dans la voix de l'homme.

-Euh… Oui, pourquoi ?

-Et vous aviez besoin d'avoir votre visage collé au sien pour parler ?

Avant qu'Harry ait pu comprendre le sens de ses paroles, Snape s'approchait de lui en une foulée et le saisissait par la nuque, rapprochant son visage du sien.

-Vous êtes à moi Potter, ne vous avisez pas d'aller voir ailleurs.

Harry frissonna sous le ton possessif de son professeur. Jamais il n'avait imaginé l'homme lui dire ces mots un jour et cela le faisait se sentir bizarre.

Severus se figea et recula un peu précipitamment en se rendant compte de ce qu'il venait de dire, relâchant sa prise sur sa Source. La brève lueur de panique qui traversa les yeux du vampire n'échappa pas au jeune homme. Jamais il ne l'avait vu aussi incertain. Il avait toujours l'air si sûr de lui qu'il ne l'imaginait pas être perdu. Et pourtant, c'est ce qu'il avait vu l'espace d'un instant.

Mais ce qu'il ne comprenait pas non, plus, c'était cet excès de jalousie qu'il venait d'exprimer. Il pouvait comprendre qu'il ne voulait pas partager. Harry n'envisageait même pas qu'il s'agisse de l'expression de ses sentiments mais plutôt de son envie de ne pas partager ce qui était en train de se passer entre eux. Partager son corps.

Mais il n'avait rien à se reprocher. Il était juste en train de parler à Kateline.

Son professeur recula d'un pas de plus et le regarda sans rien dire. Harry ne savait pas s'il attendait une réaction de sa part. Il prit donc la parole d'une voix incertaine.

-Ce n'est pas ce que vous croyez professeur. Nous étions juste en train de parler.

Snape ne répliqua rien cette fois-ci.

-Il se trouve que… Comment dire… Elle est au courant pour…nous. Enfin, pas que vous soyez un vampire mais qu'il se passe un truc entre nous. Plus qu'une relation d'ordre scolaire.

Il ne put s'empêcher de rougir de nouveau. Il se désespérait, il n'était même pas capable de parler ouvertement de leur relation alors qu'il avait fait des choses moralement reprochables avec Snape.

Severus se rapprocha de nouveau du jeune homme, une colère sourde montant en lui.

-Vous voulez dire que vous êtes allé dire à une élève de Poudlard ce qu'il se passe entre nous ? Une fille, qui plus est. Dans moins d'une heure toute l'école sera au courant. Vous vous fichez de moi Potter ?!

Harry recula sous la colère de l'homme. Rien que par son regard et le ton de sa voix, il avait envie d'aller se cacher loin, très loin de lui.

-Mais non, je ne lui ai rien dit, elle… Bafouilla le jeune homme en se faisant tout petit.

-Je ne vous ai pas autorisé à parler !

-Mais…

-Taisez-vous !

-Elle l'a deviné toute seule ! Finit par s'écrier le jeune désespéré.

Snape se figea et l'aura de terreur qu'il dégageait sembla s'estomper quelques instants. Remarquant qu'il avait enfin son attention, Harry en profita pour enchainer.

-Elle l'a rêvé. Elle a rêvé de ce qu'il s'est passé cet été, de l'exacte scène quand j'ai été attaqué par Liam dans la rue. Du moment où vous m'avez mordu dans le repère. Et quand nous nous sommes liés. De notre baiser à la fin… Elle nous a vus dans ses rêves, plusieurs fois. Elle était juste venue m'en parler pour demander confirmation.

Severus n'arrivait pas à assimiler ce qu'était en train de lui dire sa Source.

-Et bien sûr, plutôt que de démentir pour éviter de nous attirer des problèmes, vous lui avez confirmé.

-Je…

Harry resta bouche bée quelques secondes avant de la refermer et de rougir.

-Oui. Répondit-il d'une toute petite voix.

Il était un imbécile.

-Mais elle a rêvé de tout ça, plusieurs fois ! Comment peut-elle rêver d'une scène qui s'est réellement passée mais à laquelle elle n'a pas assisté ?

Severus n'en savait absolument rien mais ce n'était pas sa préoccupation première.

-Potter. Snape se rapprocha de nouveau de lui, un air menaçant peint sur le visage. Vous allez me ramener mademoiselle Pengraff immédiatement pour que je lui efface la mémoire. Avec un peu de chance, elle n'aura pas eu le temps d'en parler à quelqu'un.

-Mais vous ne pouvez pas lui effacer la mémoire ! S'exclama le Gryffondor. Elle a rêvé de nous, par Merlin !

Severus saisit de nouveau sa Source par la nuque. La prise n'était plus possessive comme la première fois mais menaçante.

-Vous allez parler sur un autre ton et arrêter de remettre en cause ce que je vous demande de faire. Maintenant, sortez d'ici et ramener moi Pengraff.

Sa voix était monotone mais Harry frissonna sous la menace sous jacente. Pourtant il osa répliquer alors que la colère montait à son tour en lui.

-Vous ne me demandez pas, vous m'ordonnez ! Et jusqu'à preuve du contraire, vous n'êtes pas mon professeur dans cette situation, je n'ai pas à vous obéir ! Alors non, je ne vais pas aller la chercher et non, je ne veux pas que vous lui effaciez la mémoire. Je suis autant concerné que vous dans cette histoire, vous n'avez pas le droit de m'obliger.

Severus resserra sa prise sur sa nuque et Harry grimaça de douleur. Pourtant, il ne se démonta pas et continua de regarder le vampire droit dans les yeux d'un air de défi. Ils s'affrontèrent du regard pendant un moment qui parut interminable au Survivant. Snape finit par le relâcher et s'éloigna de lui.

La tension qu'il n'avait pas conscience d'avoir accumulée diminua petit à petit dans son corps. Il put de nouveau respirer correctement.

Severus prit de profondes inspirations, essayant de se calmer. Il devait reconnaitre que Potter n'avait pas tort mais l'envie de le soumettre à sa volonté ne diminua pas pour autant. Quand il retrouva une partie de son calme, il replongea de nouveau ses yeux dans ceux de sa Source. Harry frissonna, s'attendant au pire.

-Potter. Son ton était sec mais la menace atténuée. Vous allez aller me chercher mademoiselle Pengraff pour que nous parlions du problème qui nous occupe. S'il vous plait.

Le « s'il vous plait » était sarcastique mais Harry se rendait compte de l'effort que faisait son professeur pour réguler le ton de sa voix. Il hésita quelques instants, s'attendant à un coup bas de la part de l'homme qui s'empresserait d'effacer la mémoire de Kateline dès qu'elle serait en sa présence. Pourtant, il finit par acquiescer.

-Bien. Je vais aller la chercher. Pour parler. Mais nous sommes bien d'accord sur le fait que vous ne lui effacez pas la mémoire.

Severus hocha la tête.

-Et vous avez intérêt à tenir parole sinon…

-Des menaces Potter ? Demanda Severus d'un ton mi sarcastique, mi menaçant.

-Sinon, je vous interdirais de boire de nouveau mon sang !

Severus pâlit imperceptiblement. Le gamin était fourbe. Il n'avait que peu de points faibles et forcément, le jeune homme avait la maîtrise sur le plus gros. Cela pouvait paraitre minable comme menace mais il connaissait Potter, il était parfaitement capable de mettre à exécution sa menace. Il ne pouvait pas se passer éternellement de lui donner son sang mais Severus pouvait encore moins se passer de le boire. Il ne voulait pas retomber dans l'état bestial où il s'était retrouvé. Pas après avoir savouré ce sang depuis plusieurs semaines.

Il essaya malgré tout de donner l'impression qu'il ne se souciait pas de la menace. Il ne voulait pas montrer au jeune homme qu'il avait effectivement touché un point sensible.

-Très bien, je n'effacerai pas la mémoire de mademoiselle Pengraff. Dit-il avec un air de profond ennui, comme si cela lui importait peu au final.

- Promettez-le.

Severus regarda sa Source d'un air menaçant.

-Vous êtes exaspérant Potter.

Harry ne put s'empêcher de sourire faiblement. Il sentait qu'il avait gagné la partie et que le ton de la conversation était retombé.

-Je le promets. Répondit Severus dans un soupir.

-Vous promettez quoi ? Demanda le Survivant.

-Potter !

-Ok ok, je vais la chercher !

Et Harry se dirigea doucement vers la porte, gardant un œil sur son professeur comme s'il s'agissait d'une bête féroce qui était prête à l'attaquer.

Une fois dans le couloir, il prit automatiquement la direction de la Grande Salle, l'endroit où il était le plus susceptible de retrouver Kateline. Mais il n'eut pas à faire plus de quelques pas. Il tomba sur la jeune femme au détour d'un couloir, assise sur le sol. A son approche, elle se leva précipitamment et lui fit face.

-Je suis vraiment désolée Harry. Je ne voulais pas t'attirer des ennuis en venant te parler.

-Non, ne t'inquiète pas. Par contre euh… Snape veut te voir.

Il vit la jeune femme blanchir. Il se dépêcha donc d'enchaîner.

-Il veut juste te parler. Te parler de ce dont nous on a parlé.

-D'accord. Répondit-elle d'une voix hésitante avant de le suivre.

%%%%%%%%%%%

Severus arpentait la salle de long en large en attendant le retour de Potter. Il se doutait bien que leur relation allait se savoir un jour ou l'autre, mais pas aussi tôt. Effacer la mémoire de Pengraff serait tellement facile ! Mais il devait avouer que ces rêves… Comment avait-elle pu savoir pour Potter et lui si ce qu'elle disait n'était que des mensonges. Ils avaient été discrets. Rien de compromettant ne se passait hors de ses appartements et, sans se vanter, il était impossible que quelqu'un ait pu avoir connaissance de ce qu'il se passait chez lui, dans son bureau ou sa salle de classe sans qu'il ne soit au courant. Les sortilèges de protection qu'il avait mis en place étaient puissants et plus ou moins légaux.

Quand il entendit la porte s'ouvrir dans son dos, il fit brutalement volte face. Il ne manqua pas de remarquer le mouvement de recul de la jeune femme. A défaut de faire plier Potter, il avait toujours le même effet sur ses autres élèves.

-Mademoiselle Pengraff. Il me semble qu'une conversation s'impose.

Kateline ne put s'empêcher de frissonner sous le ton sec de son professeur de potion. Comment quelqu'un d'aussi gentil et ouvert qu'Harry Potter pouvait sortir avec Snape ? Cela la dépassait complètement. Mais elle n'eut pas le temps de s'attarder sur la question que l'homme en noir continuait.

-J'ai cru comprendre que vous avez fait des rêves ces temps-ci.

-Euh… oui professeur.

Elle avait envie de disparaitre sous terre alors que les yeux froids et menaçant de Snape la transperçaient.

-Racontez moi donc mademoiselle Pengraff.

Kateline avala difficilement sa salive et commença à raconter ses rêves dans les moindres détails.

A mesure que la jeune femme parlait, Severus se tendait petit à petit. Les détails qu'elle fournissait, les sensations, les images qu'elle décrivait. Tout dans ses paroles étaient l'exact reflet des événements dont il avait été un des acteurs cet été. Seule une personne présente sur place aurait pu fournir autant d'informations correctes. Autant l'attaque de Potter par Liam avait eut quelques témoins, autant ce qu'il s'était passé entre eux dans la salle du repère restait de l'ordre du privé.

Il en venait donc à trois hypothèses. Soit Potter avait raconté tout cela à quelqu'un et d'une quelconque manière, la jeune femme en avait entendu parler, soit quelqu'un s'était introduit dans la tête de sa Source, soit elle disait vrai et elle avait bien rêvé de ces scènes là.

Severus n'était pas du genre à croire facilement les gens mais Potter lui avait assuré qu'il n'en avait parlé à personne et il le croyait. Pour le second point, il était quasiment persuadé que personne ne s'était introduit dans l'esprit de sa Source. Il faisait fréquemment un petit tour en bordure de son esprit pour justement vérifier que personne n'avait essayé de forcer l'accès à ses pensées. Et ce n'était pas le cas. Il lui restait donc le dernier point…

Pourtant, il ne s'expliquait pas comment une jeune femme qui n'avait aucune relation particulière avec Potter ou lui ait pu faire des rêves aussi réalistes.

Quand la jeune fille termina de parler, un silence de plomb tomba dans la salle. Severus cacha du mieux qu'il put le trouble qui l'habitait et demanda :

-Mademoiselle Pengraff, m'autorisez vous à user de la légilimencie sur votre esprit pour confirmer vos propos ?

Il la vit hésiter puis finalement hocher la tête pour donner son assentiment. Il aurait très bien pu pénétrer son esprit sans qu'elle ne s'en rende compte mais préférait toujours demander. Bien sûr, un refus de sa part ne l'aurait pas empêché de faire son inspection mais il essayait toujours de respecter quelques principes en premier lieu.

Il la regarda dans les yeux et entra dans son esprit sans prononcer un mot, avec une facilité déconcertante. Depuis qu'il était devenu un vampire, il s'était trouvé une aisance à pratiquer la manipulation de l'esprit qui le contentait chaque jour un peu plus.

En essayant de minimiser ses mouvements imaginaires, il fouilla les souvenirs de la jeune femme.

D'un geste de l'esprit, il écarta les images fugaces et inintéressantes qui se présentaient à lui et finit rapidement par trouver ce qu'il cherchait. La jeune femme venait juste de parler de ses souvenirs et ceux-ci avaient été remis au premier plan, à peine cachés par toutes les pensées qui vous traversaient l'esprit à tout moment sans que vous ne vous en rendiez vraiment compte.

Il agrippa ces souvenirs et commença à les consulter. Les images qui entraient dans son propre esprit ne faisaient que confirmer les propos de la jeune femme. Elle avait bel et bien rêvé de tout ceci. Il avait l'impression que le point de vue des rêves venait de Potter lui-même. Etrange.

Mais dans tous les cas, elle disait vrai.

Severus vérifia attentivement l'authenticité de ces pensées mais ne discerna aucune manipulation sur ceux-ci. Il s'attela alors à poser un verrou sur ces souvenirs ainsi que les derniers qui recensaient ses discussions sur ce sujet avec sa Source, empêchant ainsi la jeune femme de raconter à quelqu'un d'autre que Potter et lui ce qu'elle avait vu.

Il remarqua du coin de l'esprit un nouveau souvenir qui se frayait un chemin jusqu'à la surface. Probablement le sujet dont elle était en train de penser. Il essaya de ne pas y faire attention alors que ce souvenir occupait de plus en plus de place. Il n'était pas là pour épier la vie de son élève mais juste pour vérifier certains souvenirs précis qui le concernaient. Pourtant, les images prenaient de plus en plus de place. Il ne put empêcher un réflexe de tourner un œil psychique sur ce souvenir quand il fut brutalement repoussé en arrière. Il s'accrocha rapidement pour ne pas être éjecté de l'esprit de la jeune femme. Il regarda de nouveau le souvenir en premier plan pour découvrir ce qui avait provoqué ce rejet quand il fut de nouveau repoussé avec plus de force cette fois-ci. Il abandonna la lutte, ne voulant pas faire souffrir son élève, et se décrocha doucement de l'esprit de son élève.

Les deux adolescents le regardaient, attendant une réaction de sa part.

-Je vous remercie mademoiselle Pengraff.

Kateline se détendit en entendant le ton plus calme de son professeur.

-Vous pouvez disposer.

Elle ne se le fit pas dire deux fois. Malgré sa curiosité de savoir ce que Snape et Harry allait faire de ce qu'elle venait de raconter, elle décampa de la salle rapidement, laissant les deux hommes seuls.

-Alors ? Demanda Harry, impatient de savoir si elle disait vrai.

-Elle ne ment pas, elle a bien rêvé de nous.

-Ah.

Harry ravala bien vite son air triomphant en voyant le regard noir du vampire posé sur lui. Il toussota légèrement pour se donner contenance avant de parler.

-Comment est-ce que c'est possible qu'elle rêve de quelque chose qu'elle n'est pas censée connaitre ?

-Je n'en sais rien Potter, mis je compte bien le découvrir.

Harry avait rarement vu un air aussi déterminé sur le visage toujours impassible de son professeur. D'une certaine manière, il lui rappelait Hermione quand elle se trouvait face à un problème qu'elle était bien décidée à résoudre. Mais il se promit de n'en parler à aucun des deux concernés. Il n'était pas sûr qu'Hermione prenne très bien le fait qu'elle ressemble à Snape sous certains aspects et réciproquement.

Mais bien vite la détermination visible sur le visage de son professeur laissa place à de la perplexité. Il se garda pourtant bien d'en demander la raison. Il s'était suffisamment mit à dos Snape pour au moins la semaine entière, il préférait donc ne pas trop lui poser de questions d'ordre un peu personnelles.

Severus établissait déjà le plan de ses recherches dans son esprit. Il avait en tête la liste de quelques livres qu'il pourrait être intéressant de consulter concernant ces fameux rêves. Savoir que quelqu'un était capable de connaitre des aspects de sa vie qu'il souhaitait garder cachés n'était pas pour lui plaire et il était bien décidé à en trouver la raison.

Pourtant, il n'arrivait pas à se détacher de la sensation qui l'avait poussé hors de l'esprit de son élève. Une force quelconque bloquait l'accès aux souvenirs dont elle était en train de penser. Mais pendant le peu de temps qu'il avait résisté, il n'avait décelé aucune trace de sortilège. Encore un autre point qui le laissait perplexe. Mais sans étudier d'un peu plus près le phénomène, il était incapable de trouver l'origine de cette force.

Il avait eu accès à tous les souvenirs dont avait parlé la jeune femme. Il savait dont que ceux qui étaient bloqués ne le concernait pas. Il ne servait donc à rien qu'il s'y attarde.

Il regarda sa Source qui lui faisait face, attendant, il lui semblait, une réaction de sa part.

-Vous avez mangé ce midi Potter ?

Harry haussa les sourcils de surprise devant cette phrase totalement hors propos. Il ne s'attendait pas vraiment à ce que son professeur lui parle de son repas.

-Non, je n'ai pas eu le temps.

-Qu'est-ce que vous faites à rester planter ici alors ? Répliqua-t-il d'un ton sec. Je n'ai pas effacé les souvenirs de mademoiselle Pengraff alors je vous attends ce soir dans mes appartements et je vous veux en forme. Alors allez manger.

Et sans un mot ni un regard de plus, il sortit de la pièce, laissant Harry seul. Malgré les propos secs, le Gryffondor ne put s'empêcher de sourire.

Il devait avouer qu'il aimait bien quand Snape s'inquiétait pour sa santé en essayant de le cacher.

%%%%%%%%%%%%%%

Harry n'avait pas revu Kateline de la journée, même pendant le repas du midi alors qu'elle non plus n'avait pas mangé.

Il avait par contre retrouvé Ron et Hermione qui semblaient l'attendre, tous les deux assis à la table des gryffondor quasiment déserte à cette heure-ci. Il avait bien sûr eu droit à de nombreuses questions de la part de Ron sur la mystérieuse mais mignonne fille qui l'avait accaparé pendant tout la période du repas.

Il lui avait bien sûr dit qu'ils avaient fait l'amour comme des bêtes en plein milieu du couloir devant l'air accablé d'Hermione.

C'est en quatrième vitesse qu'il avait mangé et ce n'est qu'en sortant de la Grande Salle pour aller directement en cours que son amie lui avait demandé ce que lui voulait Snape. Il était resté interdit quelques minutes, se demandant comment elle était au courant, quand l'intervention de Ron sur l'agression verbale dont ils avaient été victime de la part de la terreur des cachots avait répondu à sa question.

Son cerveau avait tourné à plein régime pour trouver une excuse et avait finalement dit à Hermione que Snape voulait seulement avancer sa retenu d'une demi heure. Il était malheureusement resté sans voix quelques secondes avant de lui répondre et le regard suspicieux de son amie ne lui avait pas échappé. Connaissant Hermione, elle commençait à se poser des questions et cela, ce n'était pas bon du tout pour Snape et lui. Mais surtout lui si Snape découvrait que quelqu'un d'autre était au courant.

C'est donc avec une demi-heure d'avance qu'Harry s'était présenté devant la porte des appartements de son professeur de potions. Celui-ci lui avait ouvert, lui demandant implicitement d'un regard la raison de sa présence à cette heure là. Le gryffondor lui avait brièvement expliqué et était finalement rentré dans les appartements.

Etrangement, il se sentait beaucoup moins gêné de se trouver ici que la dernière fois. Pourtant, ce qu'il avait fait avec son professeur dans cette même pièce la veille était toujours bien ancré dans sa mémoire. Dire qu'il n'était pas gêné aurait été faux alors que le rouge montait de nouveau à ses joues en avisant la bibliothèque contre laquelle il avait touché son professeur pour la première fois.

Des bras puissants le saisir violemment par la taille et le plaquèrent contre le torse derrière lui. Snape lui attrapa le menton et lui pencha la tête en arrière, l'empêchant de bouger. Un souffle chaud se fit sentir contre son oreille avant qu'une voix rauque et menaçante ne lui parvienne.

-Ne vous avisez plus de me tenir tête comme vous l'avez fait Potter.

Cette menace qui pesait sur lui, cette puissance qu'il sentait contre lui et qui aurait pu le briser auraient dû lui faire peur. Il frissonna de plaisir.

-Je ne peux rien promettre. A vous de faire en sorte que je n'ai pas à le faire. Répliqua-t-il d'une voix enrouée alors que l'excitation commençait à monter en lui en sentant une main parcourir son torse.

Les crocs se plantèrent dans sa chair. Un soupir de plaisir lui échappa.

A suivre