.


Coup de foudre à la maternelle

Chapitre 8


Castiel sourit contre les lèvres de Dean, ce qui le fit sourire aussi et ils se regardèrent.

Leurs coeurs battaient la chamade, leurs yeux se délectaient de ce qu'ils voyaient et que leur être tout entier savait à eux, leurs mains inondaient le corps de l'autre de chaleur et quand celles de Dean remontèrent de ses hanches, le long de ses flancs, Castiel ne put empêcher son corps d'onduler à nouveau, les faisant soupirer avant de se jeter sur la bouche de l'autre et de s'embrasser comme des affamés en s'agrippant violemment.

Puis, leurs mains reprirent leur balade sur leurs corps et celles de Castiel retrouvèrent vite leur chemin sous le tee-shirt de Dean qui en trembla, tandis que ce dernier tirait sur sa chemise pour la faire glisser hors de son pantalon.

Et quand les mains de Dean entrèrent pour la première fois en contact avec sa peau, Castiel sentit son corps s'électriser d'une intensité complètement déstabilisante qui lui envoya d'innombrables frissons dans tout le corps et lâcher un soupir incontrôlable et tremblant. L'amour qu'il avait pour lui semblait changer totalement la donne, ses ressentis, son désir, il n'avait jamais eu autant envie de connaître un corps par coeur que celui de Dean et ça le rendait dingue.

Bien conscient que Castiel réagissait vivement à ses mains sur lui et d'avantage excité à l'idée, Dean les fit ensuite remonter jusqu'à ses omoplates avant de redescendre le long de sa colonne vertébrale, griffant sa peau du bout des doigts. Provoquant, par cette manœuvre, une nouvelle ondulation de son amant sur lui sous son touché, ils en grognèrent tous deux en leurs bouches, tellement ce frottement entre leurs bas ventres sensibles les irradiait de plaisir. Et quand Castiel renouvela une fois de plus ce mouvement de bassin, Dean rejeta la tête en arrière, complètement enivré par la charge de désir dans laquelle il se noyait et le plaisir inouï qui l'accompagnait.

"-Oh putain Cass... Râla-t-il dans un souffle alors que Castiel en avait profité pour poursuivre son exploration de lui en flattant son cou de ses attentions dévorantes.

Se redressant alors en entendant sa voix, Castiel amena ses lèvres aux siennes, buvant l'air sortant de sa bouche comme s'il en manquait.

"-Où... ta chambre... Souffla-t-il ses mains toujours en balade sur sa peau.

Ils se regardèrent en silence, le souffle court, le coeur en folie et sans perdre une seconde de plus, Dean agrippa les hanches de Castiel pour le soulever et ils se levèrent du canapé qu'ils contournèrent main dans la main. Dean attrapa la bougie sur la table se trouvant derrière au passage et entraîna Castiel à travers le salon pour atteindre rapidement sa chambre.

.

Une fois dans la pièce, Dean posa la bougie sur la commode près de la porte et sans attendre, Castiel agrippa sa nuque de la main droite en se collant contre lui pour reprendre possession de sa bouche.

Écrasant fortement Dean contre le meuble, Castiel frotta son corps contre le sien et quand ils gémirent en coeur dans leur baiser, ils arrêtèrent tout.

Comme si leurs corps ne leur ordonnaient pas de se dépêcher, comme si leur envie de l'autre n'était pas une urgence à assouvir, les yeux dans les yeux, le coeur au bord de la rupture, ils se sourirent et finalement Dean amena ses mains à la cravate de Castiel pour la lui ôter, faisant lentement glisser le noeud en se mordant la lèvre, jusqu'à ce qu'il en ait finit, qu'il tire dessus toujours aussi lentement pour la faire sortir de sous son col de chemise et qu'il la laisse tomber sur le sol près d'eux.

Et quand il allait poursuivre son effeuillage en s'attaquant aux boutons de sa chemise, Castiel prit la suite. Glissant alors ses doigts contre son ventre, il prit les bords de son tee-shirt entre ses doigts et lui retira rapidement, en prenant toutefois garde de ne pas tirer sur les sutures de son front, avant de poser le vêtement sur la commode et de baisser ses yeux avides de lui sur son corps aussi parfait que ses mains le lui avaient laissé imaginer.

Irrépressible envie poussée par un désir instantané, il ne put s'empêcher d'y poser immédiatement ses mains.

Il voulait les voir le toucher et rien que cette image de ses doigts sur sa peau l'aurait fait jouir tout de suite s'il n'avait pas prit sur lui pour se contrôler. Dean et cet amour fulgurant qu'il ressentait pour lui étaient décidément les meilleurs aphrodisiaques qui existaient sur cette planète et plus les minutes passaient pire c'était, s'en était carrément dément !

Dean, qui avait lui aussi baissé les yeux sur les mains de Castiel, à l'instant même où il les avait déposé sur sa peau, était complètement bouleversé par les sensations que ça lui procurait. C'était comme si jamais personne ne l'avait touché avant et sa peau eu vite fait de réagir à son touché, s'hérissant de chair de poule, de frissons.

Relevant alors les yeux sur son...amant...alors que ce dernier en faisait autant au même instant, il amena une de ses mains jusqu'à son cou et franchissant tous deux la légère distance entre eux, ils s'embrassèrent tendrement.

Castiel enroula un de ses bras autour de son cou tandis que l'autre se glissait dans son dos et Dean guida sa main libre entre leurs ventres pour atteindre le premier bouton au bas de la chemise de Castiel.

Fronçant les sourcils un instant, Dean comprit vite que bien qu'ils semblaient classiques, les boutons étaient des pressions et il sourit dans leur baiser face à la prévoyance de Castiel, en tirant légèrement sur le coté pour ôter le premier.

Castiel sourit à son tour et Dean remonta ses doigts de quelques centimètres pour tirer à nouveau et faire sauter un second bouton, suivit directement d'un troisième.

La peau de leurs ventres à présent en contact, leur baiser s'intensifia sensiblement sans qu'ils ne le contrôlent vraiment et faufilant ses doigts un peu plus haut le long du bord de sa chemise, Dean tira une ultime fois pour retirer le dernier bouton qui le séparait du corps brûlant de Castiel.

Remontant alors ses mains jusqu'à ses bras pour lui faire baisser, Dean faufila ses doigts sous sa chemise, sur son torse et les fit lentement glisser vers le bas, caressant son ventre. Castiel en trembla et leur baiser devint plus aérien, leurs langues dansant un langoureux ballais à la fois doux et érotique qui n'arrangea rien à la torture qu'ils étaient en train de s'infliger en prenant autant leur temps.

Car même au bord de la souffrance, leur désir presque douloureux, ils allaient le prendre ce temps, ils auraient toute la vie pour s'envoyer en l'air en un temps record, là ils s'apprenaient et rien que ça s'était jouissif. Apprendre le corps de l'autre par coeur, voilà bien l'objectif qu'ils s'étaient communément et silencieusement fixé. Alors que l'amour avait investi leurs corps en une fraction de seconde, alors que tout avait été si vite entre eux, là, ils voulaient savourer cette étape...

Et Dean fit remonter ses doigts tout aussi lentement jusqu'à ses épaules, suivant leur arrondit avec douceur, jusqu'à ce que la chemise de Castiel tombe sur ses bras et qu'il lui dégage l'un après l'autre en collant son corps au sien.

Se laissant porter par le silence ambiant, silence uniquement remplit de leurs souffles irréguliers et de petits bruits mouillés venant de leurs jeux de bouches, le léger bruissement de la chemise tombant sur le sol leur fit rouvrir les yeux et interrompre leur baiser.

Lèvres contre lèvres, ils se laissèrent bercer par la lumière vacillante de la bougie qui dessinait des ombres sur leurs visages tandis que leurs mains étaient reparties à la découverte de leurs corps exposés et Castiel ne pu empêcher son coeur de parler :

"-Dean...

"-Hmm...?

"-...Je t'aime... Dit-il tout bas en frôlant sa bouche.

Dean ferma les yeux un instant pour que son propre coeur accuse le coup et se remette à battre.

"-Je... Moi aussi ... je t'aime aussi Castiel... Chuchota-t-il finalement à son tour, son coeur battant comme un fou contre ses côtes, comme s'il voulait en sortir pour se montrer et qu'il voit par lui même à quel point c'était vrai.

Un sourire plus tard, ils se jetèrent sur la bouche de l'autre et Castiel recula d'un pas vers le pied du lit avant de leur faire faire un demi tour pour y allonger Dean.

Tous deux les pieds au sol, Castiel les mains de chaque coté des épaules de Dean, ils se regardèrent encore un instant et Castiel finit par plier les bras pour se rapprocher du corps de son compagnon et goûter à sa peau. Glissant alors sa bouche de sa gorge jusqu'à un téton, il le lécha doucement avant de l'entourer de ses lèvres pour le titiller du bout de la langue, faisant gémir Dean qui faufila ses doigts dans ses cheveux. Puis, gratifiant sa peau de baisers humides, il déplaça sa bouche jusqu'à l'autre bouton de chair, afin de lui infliger la même douce torture. Et alors que chaque coup de langue envoyait une pulsion d'excitation presque électrique jusqu'à son sexe, Dean amena sa deuxième main jusqu'à la nuque de Castiel pour le faire revenir à sa hauteur.

Castiel se laissa guidé jusqu'à sa bouche en posant ses genoux de chaque coté de ses jambes sur le lit, frottant son corps contre le sien et Dean glissa sa langue entre ses lèvres pour l'emporter dans un baiser profond et passionné.

Le frottement de leurs virilités les fit gémir de concert dans un long soupir de plaisir et leur baiser devint plus sauvage.

Bougeant l'un contre l'autre, ils étaient au bord de la combustion spontanée et ils en redemandaient encore.

Castiel faufila alors sa main droite entre leurs ventres, jusqu'à la ceinture de Dean et la déboucla habilement, avant de commencer à déboutonner son jean, défaisant un à un, très lentement chaque bouton, frôlant sciemment l'érection de son amant du bout des doigts pour le rendre fou. Et Dean dont la respiration perdait de sa régularité dans sa précipitation, lâcha un gémissement rauque quand Castiel glissa sa main par l'ouverture pour se saisir de son sexe toujours coincé dans son boxer et se redressa brusquement en position assise, retenant par les hanches, Castiel, qui s'était redressé sur les genoux en perdant par la même, sa prise sur lui, mais le dominait à présent de toute sa hauteur.

Remontant ses mains en une longue caresse le long de son dos, alors que Castiel s'accrochait à ses épaules, Dean promena ses lèvres sur son ventre, s'enivrant de son odeur, goûtant sa peau du bout de la langue, tandis que sa main droite redescendait jusqu'à son flanc, pour contourner son corps et venir fébrilement déboucler sa ceinture.

Castiel se courba alors en avant, ses deux mains de chaque coté de son cou pour l'embrasser et Dean défit le bouton de son pantalon avant d'en baisser la fermeture. Puis sans la moindre hésitation ou autre question, ramena ses deux mains sur les hanches de Castiel et sans quitter sa bouche, le fit reculer pour qu'il repose ses pieds sur le sol.

Relevant quelques doigts qui la maintenaient, il lâcha alors la ceinture du pantalon, qui glissa tout seul le long des jambes de Castiel. Ce dernier interrompant alors leur baiser, se redressa vivement et sans quitter Dean des yeux, dégagea tout aussi rapidement ses pieds du vêtement, ôta ses chaussettes et repoussa Dean qui se laissa tomber en arrière sur le lit, avant de se pencher sur lui pour lui retirer son jean.

Se soulevant légèrement pour l'aider à le défaire de son pantalon, Dean en profita pour promener ses yeux sur le corps de Castiel. Et quand il se rendit compte qu'il en faisait autant, tout en finissant de faire glisser son jean le long de ses jambes, une pulsion non contrôlée fit sursauter son sexe dans son boxer au moment même où Castiel y déposait ses yeux.

Dean rougit et Castiel planta son regard dans le sien en souriant avant de faire remonter ses mains le long de ses jambes jusqu'au bord de son sous vêtement, puis, faisant "marcher" ses doigts le long du tissus, il les accrocha à l'élastique et Dean souleva les hanches pour qu'il lui retire.

A la vue de son corps entièrement nu, de ses proportions, un délicieux frisson traversa le dos de Castiel et il se lécha les lèvres.

"-Tu as un corps d'enfer. Dit-il tout bas en posant ses deux poings sur le lit de chaque coté des jambes de Dean qui rougit de nouveau.

"-Et le tien est hummm... divin. Dit Dean un sourire en coin, en reculant vers la tête du lit, alors que Castiel y remontait, lentement, au dessus de lui.

Continuant son ascension, ses yeux fixés sur la bouche de Dean dont la langue glissa sur ses lèvres, la tentation fut finalement trop forte pour y résister et arrivé au niveau de ses hanches, Castiel baissa les yeux sur son membre dressé et palpitant pour lui et qui n'attendait visiblement que ses attentions.

Pliant alors les bras, il planta à nouveau ses yeux dans ceux de Dean et lécha son sexe sur toute la longueur, dans une lenteur terrible.

Dean s'en mordit la lèvre en le regardant faire, laissant échapper un râle quand sa langue fut rejointe par ses lèvres sur sa chair, dans un baiser sur son gland.

Et se faisant sauter le coeur un coup plus fort que les autres, quand Castiel releva la tête, Dean se redressa en position assise, faisant se redresser aussi Castiel dans le mouvement, il voulait le voir totalement nu. Et alors que ce dernier s'emparait de son visage pour l'embrasser, Dean plaqua ses mains sur ses fesses toujours couvertes par son sous vêtement.

Faisant alors remonter ses main jusqu'en haut de son dos, il les redescendit lentement jusqu'à ce que ses doigts se faufilent sous son boxer et poursuivant sa descente, lui fit glisser sur les cuisses.

Interrompant leur baiser un instant, Castiel se dégagea de son dernier vêtement, avant de reprendre possession de la bouche de son amant.

Et quand Dean se saisit de son membre dressé pour le caresser doucement mais fermement en glissant son pouce sur son gland, quand les doigts de Dean se referment sur son sexe, Castiel ne put retenir tout son corps de réagir et mordit légèrement la lèvre de Dean en gémissant, avant de le faire aller de nouveau en arrière en se baissant, son corps en suspend au dessus de lui.

Se dévorant des yeux en soufflant, leur désirs de l'autre était à présent devenu presque insoutenable.

Castiel pencha alors la tête, sondant Dean en se mordant la lèvre comme s'il réfléchissait.

"-Toujours sûr ? Lui chuchota-t-il finalement.

"-Plus que jamais. Lâcha Dean sans une once d'hésitation en agrippant sa nuque pour le faire venir à lui. J'ai...

Castiel étala alors son corps sur celui de Dean et ce dernier, glissant ses lèvres jusqu'à son oreille lâcha un léger gémissement dans un souffle avant de finir :

"-...J'ai envie de toi à en crever...

"-Deeeaaan.... Souffla Castiel dont le coeur venait de faire un bond en entendant ces mots sortir de sa bouche.

Leurs corps imbriqués l'un sur l'autre, tremblants de désir, ils se regardèrent encore un instant le coeur au bord des lèvres et Castiel reprit violemment possession de sa bouche comme un affamé.

Les mains de Dean partout sur lui, Castiel perdait petit à petit contact avec toutes les réalités qui n'étaient pas Lui.

Cette sensation exquise de sentir sa peau brûler sous son touché, sa peau devenue comme hypersensible au moindre frôlement au moindre souffle de Dean... il n'en pouvait plus.

Interrompant alors leur baiser, il lécha une dernière fois sa langue et repartit à exploration de son corps.

La peau de Dean, douce sous ses lèvres, la peau de Dean, ferme sous ses morsures, la peau de Dean, délicieusement aphrodisiaque sous sa langue, il se remplissait de lui, Dean soupirait sous ses attentions et il grogna quand Dean gémit d'anticipation au moment où ses mains agrippèrent ses hanches et qu'il faufila sa langue avec gourmandise dans son nombril pour y goûter.

L'érection de Dean flirtant avec sa gorge, il bifurqua alors sur le coté, mordillant la peau fine contre l'os de sa hanche et poursuivit sa torture en descendant vers l'aine qu'il mordilla à son tour avant de glisser sa langue sur la peau sensible.

Dean se sentait perdre pied dans l'attente, il allait devenir fou si Castiel continuait de jouer avec lui comme ça. Il était bien trop doué et efficace, c'était bien trop bon pour le peu qu'il était en train de lui faire subir, il n'osait même pas imaginer ce que ça serait quand...

A ce moment précis, Castiel prit son sexe dans sa bouche en y mettant une pression tellement bien calculée et jouissive que Dean ne put qu'extérioriser son plaisir en un cri rauque qui lui échappa et le fit rougir.

Et la succion qui suivit fut tout aussi extatique.

"-Oh putain Caaaass... Lâcha-t-il à bout de souffle en agrippant les draps de toutes ses forces, le dos cambré.

Et tout aussi soudainement qu'elle l'avait englouti, la bouche de Castiel le libéra, immédiatement remplacée par sa main gauche.

Dean releva alors la tête vers Castiel en soufflant et ce dernier planta ses yeux dans les siens en amenant son index droit à sa bouche avant de l'en ressortir. Puis, le regardant toujours, il lécha le bout de son gland avant de le reprendre en bouche et continuer de le sucer amoureusement en jouant de la langue.

La tête de Dean retomba alors dans les oreillers, ses mains toujours agrippées aux draps, le corps tremblant, le coeur en folie et tout à coup, Castiel l'engloutit en entier en introduisant simultanément son index dans son intimité. La surprise vite oubliée par le plaisir qui lui traversa le corps quand Castiel toucha la zone sensible en lui, Dean extériorisa à nouveau en un cri de gorge indécent, qui rendit Castiel complètement dingue.

Libérant alors le membre de Dean de sa bouche pour y enrouler les doigts de sa main droite, Castiel ferma fortement les yeux et amena encore sa main gauche à son propre sexe pour calmer la pression que le cri de Dean avait provoqué chez lui avant de reprendre tendrement son activité précédente.

Couplant sa bouche à ses doigts habiles, il aurait aimé le faire jouir ainsi, le gout de Dean dans sa bouche le rendait gourmand, mais il avait d'autres projets pour lui.

Reprenant alors une dernière fois le sexe de Dean en entier dans sa bouche en une gorge profonde, pour finir en enroulant sa langue autour de son gland, il le libéra pour remonter le long du ventre d'un Dean haletant qui l'agrippa à deux mains par les cheveux pour le faire remonter à sa hauteur et l'embrasser violemment.

Dans le mouvement leurs érections frottèrent l'une contre l'autre, les faisant grogner dans leur baiser bestial et retournant leur position, Dean se retrouva au dessus de Castiel.

Quittant alors sa bouche, Dean bifurqua sur le coté, longeant la mâchoire de Castiel, pour poursuivre plus bas en léchant sa gorge, ses mains en balade sur son torse, son ventre, ses flancs... Et d'avoir Dean partout sur lui à la fois, Castiel se sentit venir à une vitesse fulgurante.

Voulant vite calmer ses ardeurs en amenant une énième fois sa main à son sexe en souffrance, elle fut interceptée par Dean avant qu'elle n'y parvienne.

Gardant sa main prisonnière et immobile contre le matelas de sa main gauche, Dean guida ensuite son autre main au membre de Castiel pour le refréner, si tant est qu'il pouvait encore l'être.

Et descendant alors plus vite que prévu le long de son ventre pour être à hauteur, il releva les yeux vers Castiel.

"-Désolé si je ne suis pas à la hauteur de ton talent. Dit-il d'une voix basse et rauque, avant de lui décocher un sourire en coin.

"-Mon tal'.. quoi ? ... Oh putain Dean tu...

Il ne put dire que ça avant que les délicieuses lèvres de Dean ne s'enroulent autour de sa chair et que sa langue brûlante le goûte avec une telle délicatesse qu'il en aurait crié s'il n'avait pas eu le réflexe de mordre sa main libre.

Dean, lui, ne voulant pas s'enhardir à tenter des choses qui lui provoqueraient quelques étouffement disgracieux et gênant, accompagna sa bouche de sa main droite sur le membre tendu. Limitant ainsi l'ampleur du mouvement sans délaisser le moindre centimètre carré de chair, Castiel se cambra en inspirant fort avant de lâcher un râle terriblement excitant qui le fit grogner à son tour.

Enorgueillit du plaisir qu'il lui donnait, il varia ses attentions en léchant, mordillant le sexe de Castiel, jouant de divers succions sur son gland pour lui faire perdre la tête. Et il s'en sortait bien au ressentit de sa chair qui se tendit un peu plus entre ses lèvres, annonçant une rapide libération.

Castiel sentant aussi sa délivrance arriver, releva alors la tête pour le regarder.

Voir la bouche de Dean se mouvoir sur sa chair la fit pulser encore un peu plus et quand Dean releva à son tour les yeux vers lui en relevant un sourcil comme une question, il acquiesça en se mordant la lèvre.

Retournant alors sa main toujours prisonnière de celle de Dean, il agrippa ses doigts aux siens et dans un va-et-viens plus rapide de sa langue et de ses lèvres sur son membre l'irradiant de plaisir, Castiel se libéra dans la bouche de Dean dans un long gémissement rauque proche du cri, qui aurait fait jouir Dean, si ce dernier n'avait pas immédiatement glissé sa main à son propre sexe pour se contenir.

La tête enfoncée dans les oreillers, les yeux clos, le souffle court, Castiel essayait de convaincre son coeur de calmer ses ardeurs. Mais la bouche de Dean qui remontait à sa hauteur en une myriade de baisers humides sur sa peau, ses mains qui caressaient son corps, son souffle chaud, sa respiration lourde et bruyante révélatrice de son désir, tout ça ne faisait rien pour qu'il puisse calmer son rythme cardiaque, loin de là et son excitation reprenait même déjà le dessus.

Alors quand après une légère morsure de son menton, Dean glissa sa langue dans sa bouche, Castiel enroula ses bras autour de son cou, répondant à son baiser avec virulence avant de les faire rouler sur le lit pour reprendre position au dessus de lui et les lumières de la rues se rallumèrent, éclairant la pièce de leur teinte orangée.

Les mains de Dean glissèrent alors le long de son dos en une lente caresse jusqu'à ses fesses, puis remontèrent le long de sa colonne vertébrale jusqu'à sa nuque pour redescendre à nouveau, suivant les courbes de son corps comme un potier sur sa pièce et Castiel en ondula de plaisir en gémissant.

Cet inconnu d'hier était tout à lui aujourd'hui, Dean était tout à lui et il se savait lui appartenir lui aussi, chaque parcelle de son corps se savait être à lui et il voulait lui appartenir encore plus.

Ondulant alors encore une fois sous ses délicieuses caresses, contre son corps, contre son sexe dur et chaud au supplice entre leurs ventres, faisant grogner Dean dans leur baiser et se tendre chacun de ses muscles, il s'arracha à sa bouche en se redressant.

A califourchon sur ses cuisses, ses yeux plantés dans ceux de Dean, Castiel posa alors ses mains sur son ventre brûlant, remontant doucement vers son torse en se penchant vers lui, tandis que les mains de Dean à présent sur ses hanches le maintenaient fermement.

Puis, faisant redescendre ses mains dans l'autre sens, Castiel quitta ses yeux et suivit le voyage de ses doigts jusqu'à son ventre, jusqu'à ce qu'ils s'arrêtent de chaque coté de son sexe tendu à l'extrême.

Avisant alors son membre palpitant, ses proportions, un frisson le traversa ,suivit d'une forte pulsion qui fit sursauter tout son corps et se mordant la lèvre inférieure, il releva les yeux vers Dean.

"-Tu as ce qu'il faut ? Demanda-t-il la voix grave et basse en sentant ses joues chauffer comme si c'était la première fois pour lui.

Quelque chose traversa alors le regard de Dean quand dans un éclair il se souvint de ce qu'il avait dans le tiroir qu'il s'apprêtait à ouvrir et Castiel vit ce quelque chose dans ses yeux.

"-Oui. Souffla-t-il en tendant le bras vers le chevet à sa droite sans parvenir à l'atteindre.

Castiel prit alors appuis de sa main droite sur son torse et se pencha pour ouvrir le tiroir lui même.

Et c'est là qu'il le vit et comprit cet éclair furtif dans le regard de Dean et sourit.

Long, brillant et fuselé, Dean l'avait acheté sur le net sur un coup de tête pour essayer, mais la honte et le sentiment de solitude qui l'avaient envahis après la première utilisation avaient fait qu'il ne l'avait plus jamais ressorti du tiroir et l'avait même oublié.

Alors quand Castiel tourna la tête vers lui pour le regarder, Dean se sentit rougir comme une tomate.

"-Je...

Il ne savait pas quoi dire.

"-J'ai le même. Chuchota alors Castiel en se mordant le bout de la langue dans un sourire qui lui donna un air canaille des plus excitant.

Puis il se pencha vers Dean et ils s'embrassèrent tendrement, un sourire amusé sur les lèvres.

"-Si tu es d'accord, ce soir on va se passer d'accessoires, je te veux toi... Dit-il contre la bouche de Dean en enroulant ses doigts autour de son sexe.

"-Tout à fait d'accord. Chuchota-t-il, la respiration saccadée.

"-Maiiiss... Dit-il en faisant aller et venir sa main très lentement sur sa chair, rendant Dean complètement dingue sous sa torture.

"-Tout ce que tu veux tout ce que tu... Lâcha-t-il enivré par la folie la tête rejetée en arrière.

Castiel glissa alors sa langue dans sa bouche, qui lécha délicatement son palais de sa pointe, avant de se redresser en défaisant sa main de son membre pour s'appuyer de nouveau sur son torse et se pencher vers le tiroir.

Avisant une seconde les préservatifs, il les ignora, ils en avaient déjà parlé et savaient que c'était inutile autant pour l'un que pour l'autre et il se saisit donc d'un petit flacon de lubrifiant, referma le tiroir et se remit face à Dean qui le dévorait des yeux.

Plantant alors son regard le sien, il ouvrit le flacon du pouce de la main gauche et enduisit copieusement son index et son majeur de son autre main de gel transparent, avant de reposer le flacon près de lui sur le lit.

Étalant ensuite le lubrifiant sur ses doigts de son pouce, il continua de regarder Dean qui ne savait pas trop où ils allaient mais s'en foutait éperdument. Et ses mains sur les cuisses de Castiel, les lèvres entrouvertes, il était impatient de tout, prendre ou donner peu importait, il le voulait, mais dans l'attente il était entre deux eaux.

Alors quand Castiel se pencha légèrement vers lui pour poser sa main gauche à plat sur son torse pour se maintenir, quand il vit Castiel glisser son autre main entre eux et la faufiler sous lui, quand il comprit ce que Castiel allait faire et donc la suite des événements, son souffle et son coeur se mirent à se débattre comme des fous.

"Mon coeur mon coeur calme toi. Se dit-il. Je ne veux pas crever maintenant...laisse moi le voir faire ça... Supplia-t-il silencieusement.

Et Castiel qui sentait le coeur de Dean cogner sous ses cotes, sous sa main et qui avait hésité avant de s'adonner à ce genre de pratique devant lui pour cette première fois, était soulagé de voir que loin d'être refroidit, la chose le rendait fou...

Passant alors sa langue sur ses lèvres entrouvertes pour les humidifier, il guida ses doigts jusqu'à l'anneau de son intimité sans quitter Dean des yeux.

Massant tout d'abord doucement la zone du bout des doigts pour rendre la muscle plus malléable, il finit par y introduire délicatement son index.

Dean qui ne pouvait se détacher de la contemplation de son visage, le vit alors fermer doucement les yeux en soufflant et il se mordit la lèvre, il était si beau dans son exhibition, dans son abandon...

Castiel fit ensuite aller venir son index en lui en soupirant, tout en continuant de masser la zone de son majeur et de son pouce. Puis, rouvrant les yeux, comme enivré, il planta de nouveau son regard dans celui de Dean.

Les yeux voilés par le désir, ils se sourirent.

Et sans ôter son index de son intimité, Castiel se pencha d'avantage vers Dean en faisant glisser sa main gauche de son torse jusqu'à son cou pour le faire se redresser face à lui.

Dean se lécha alors les lèvres et Castiel reprit possession de sa bouche. Son index toujours en mouvement pénétrant alors un peu plus en lui dans l'impulsion de leur baiser, Castiel en lâcha un son de gorge poursuivit d'un long soupir de bien-être, empirant l'excitation de Dean à la limite du supportable.

Puis Castiel s'arracha à sa bouche tout en ressortant son index de lui.

Regardant alors son amant comme s'il le sondait, il descendit sa main gauche de son cou jusqu'à la main droite de Dean sur sa cuisse pour la retourner paume vers le haut.

Dean le regarda faire, fébrile et le vit abandonner sa main telle qu'il l'avait déposée pour récupérer le flacon de lubrifiant, l'ouvrir et revenir à sa main pour y verser un peu de gel sur ses doigts. Dean en trembla d'anticipation en lâchant un long soupir pour faire baisser la pression de son sang dans ses veines.

Castiel jeta alors le flacon à coté d'eux, la main tremblante, il étala quelque peu le liquide transparent sur le bout de ses doigts et prenant alors sa main, il l'amena entre eux et glissa sa main droite derrière celle ci, jumelant chacun de leurs doigts avant de plier son index et son annulaire dans la main de Dean comme pour les souder l'une à l'autre.

Puis, se redressant légèrement sur les genoux, il guida leurs main unies sous lui et de son majeur parfaitement symétrique à l'autre, il poussa celui de Dean en lui, y introduisant le sien en même temps en lâchant un long gémissement si intense et érotique que Dean s'empara de sa bouche pour le faire taire avant qu'il ne se contrôle plus. Mais ses soupirs et ses gémissements à présent étouffés dans leurs bouches, continuaient de le rendre dingue, le faisant grogner malgré lui. Sans parler de son doigt à présent prisonnier en son intimité, en la fournaise de son corps qui n'arrangeait rien non plus...

Il était tout à lui, Castiel, était tout à lui et ce sentiment de le posséder alors qu'il se savait lui même complètement abandonné à lui était terriblement puissante. Dieu que l'amour pouvait être époustouflant quand il était partagé !

Castiel replia ensuite lentement les genoux faisant ainsi pénétrer plus profondément leurs doigts en lui. Et quand le doigts de Dean entra en contact avec la zone sensible à l'arrière de sa prostate, il s'arracha à sa bouche, rejetant la tête en arrière, lâchant un râle de plaisir, tandis que Dean, haletant, lui dévora le cou, sentant les vibrations de son plaisir, de ses lèvres contre sa gorge offerte.

En cet instant, ils étaient au bord d'en perdre la raison, mais Castiel continua de faire bouger leurs doigts en lui, s'empalant sur leurs mains, écartant son doigts de celui de Dean, préparant le terrain à ce qui allait suivre, pour qu'il n'y ait que du plaisir.

Quand il se sentit près, redressant la tête, le dos maintenu par le bras de Dean, il fit ressortir leurs doigts de son corps, leurs mains de sous lui, relâcha celle de Dean et sans perdre plus de temps, le souffle court, il entoura le cou de Dean de son bras gauche.

Enduisant ensuite rapidement du reste de lubrifiant sur ses doigts le sexe de Dean et avançant son bassin au dessus du sien, il se souleva de nouveau sur les genoux, planta son regard dans celui de son amant qui comprit et qui se saisit fermement de son membre.

Ses yeux plantés dans ceux de Castiel, Dean guida alors son gland à l'entrée de son intimité et Castiel fit lentement redescendre son corps sur sa chair...enfin...

Tous deux saisit par le plaisir spontané et sensationnel qui les envahis tout de suite et à chaque millimètre gagné, ils restèrent agrippés l'un à l'autre, se soufflant leur satisfaction au visage en gémissant de concert. Et c'est le corps remplis de frissons qu'il s'arrêtèrent quelques secondes quand l'anneau de l'intimité de Castiel se referma derrière le gland de Dean.

S'embrassant alors avec passion, cette passion dévorante qui les animait et faisait se démultiplier leur amour naissant mais, déjà tellement puissant, qui les unissait au delà de tout entendement, ils avaient la sensation de ne faire plus qu'un.

Puis leur baiser devint plus doux et aérien et Castiel reprit sa descente sur le sexe de Dean. Centimètre après centimètres, leurs gémissements s'échappant de leurs lèvres étaient de plus en plus intense.

Continuant de jouer de leurs lèvres, de leurs langues, de leurs dents sur la bouche de l'autre, le membre de Dean finit par être entièrement inséré en Castiel et ce dernier se mit alors en mouvement.

Les mains de Dean qui étaient jusqu'à présent dans son dos, s'agrippèrent à ses hanches pour l'accompagner dans ses mouvements et interrompant leur jeux de bouches, Castiel se redressa, exhibant ainsi son plaisir à son amant, ses avant-bras posés sur ses épaules, les mains pendant derrière lui.

C'était long, c'était bon, c'était chaud et leurs coeurs auraient voulu que ça ne finisse jamais, alors que leurs corps leur demandaient d'être délivrés de cette délicieuse torture, cette excitante souffrance du plaisir qu'ils savouraient en prenant encore et toujours leur temps.

Et quand dans un soubresaut, au contact de la chair de l'un contre la zone sensible en l'autre, Castiel agrippa les épaule de Dean fermement, les désirs de leurs corps prirent le dessus sur ceux de leurs coeurs et Castiel se pencha en arrière.

"-Viens... Lui dit-il dans un souffle.

Dean enroula alors fermement son bras droit autour de sa taille pour le maintenir, se retira de lui et replia ses jambes une à une.

Castiel se laissa alors tomber en arrière, entraînant Dean avec lui, déplia ses jambes qu'il écarta un peu plus et attrapa Dean par les cheveux pour l'embrasser violemment.

Répondant à son baiser comme un forcené, il amena alors sa main à son sexe pour le guider de nouveau à l'entrée de Castiel et faufila rapidement son gland dans son intimité.

"-Viens... Répéta Castiel contre ses lèvres, de la supplication dans la voix.

Et Dean donna alors un fort coup de rein qui le fit pénétrer en lui jusqu'à la garde, faisant lâcher un cri dément de plaisir à Castiel, qui lui fit volter le coeur jusqu'au Paradis.

Son corps vibrant, cambré sous le sien, il en dévora un instant chaque parcelle de peau à disposition de sa bouche et quand Castiel s'agrippa de nouveau à son cou, il se remit à bouger.

Ses coup de reins rythmés et puissants leur firent grimper les strates du plaisir à une vitesse vertigineuse.

Castiel était dans un tel état de frénésie qu'il se demanda si son coeur allait tenir le coup. Agrippé à Dean, ses doigts accrochés dans son dos, griffant sa peau qui resterait certainement marquée pendant quelque jours après ça, il n'en pouvait plus. Il se sentait venir et son sexe pressé entre leurs deux corps n'allait pas tarder à céder.

Et vint le moment pour tout les deux, quand dans un puissant coup de reins de Dean au plus profond de lui, Dean se libéra en Castiel qui vint à son tour entre leurs ventres soudés, lâchant tous deux un grand râle de délivrance et de satisfaction partagées, ils étaient anéantis de jouissance. Et c'est le corps tremblant, chaque parcelle de leur peau frissonnant de plaisir, qu'ils lâchèrent prise. Dean se laissa échouer sur le corps de son amant et Castiel laissa tomber ses bras de chaque coté de lui, vidé de toute force.

Essoufflés, ils gardèrent le silence, s'écoutant mutuellement respirer, appréciant chaque partie de leurs corps en contact, plus particulièrement celle de l'un toujours en l'autre. Ils étaient bien comme ça, prenant encore leur temps en cet instant de plénitude.

Puis, leur souffle quelque peu récupéré, Dean releva la tête vers le visage de Castiel qui en fit de même et se retira lentement de lui. Castiel, les lèvres entrouvertes, ferma les yeux, appréciant ce délicat dernier passage en soupirant et une fois libéré, Dean remonta un petit peu pour être à sa hauteur.

Ils se regardèrent encore un instant, ils n'en avaient jamais fini de se contempler, leurs visages à quelques centimètres l'un de l'autre et Castiel caressa la joue de Dean du bout des doigts avant de les glisser dans son cou pour l'approcher de lui.

Ils s'embrassèrent alors longuement, tendrement, caressant leurs corps du bout des doigts avec tendresse, réalisant encore une fois tous deux qu'ils ne pourraient plus jamais se passer l'un de l'autre.

Ils s'aimaient comme on aime qu'une fois dans une vie, au delà de toute raison, de toute retenue, ils s'aimaient de cet amour vrai et s'aimeraient toute leur vie, ils le savaient jusqu'au plus profond de leur être et de leur coeur qui ne battait plus à présent que pour l'autre.

"-Tu te rends compte que je ne pourrai plus jamais te quitter ? Dit Castiel contre les lèvres chaudes de son amour.

"-Tu te rends compte que de toute façon je ne pourrai plus jamais te laisser me quitter ? Répondit Dean en mordillant sa lèvre inférieure.

Ils rirent tous les deux en se regardant, les yeux remplis de tendresse et Dean déposa un délicat baiser sur les lèvres de Castiel avant de se décoller de lui pour qu'ils se mettent dans le bon sens du lit sous les draps.

Puis avisant leurs corps souillés, il stoppa son geste.

"-Un petit nettoyage s'impose. Dit alors Castiel amusé.

Dean acquiesça et lui tendit sa main. Castiel la prit et ils descendirent rapidement du lit.

Une fois debout, ils se collèrent l'un à l'autre pour s'embrasser, encore, puis, soufflant la bougie sur la commode avant de sortir de la pièce, Dean entraîna Castiel jusqu'à la salle de bain.

Entrant dans la petite cabine, leur douche aurait due être rapide, mais c'était sans compter sur l'exiguïté de l'endroit qui les obligeait à rester tout près l'un de l'autre et l'excitation qui les reprit en nettoyant mutuellement leurs corps.

Castiel poussa alors Dean dos contre le mur et prit sa main droite qu'il joignit à la sienne sur leurs membres pour une masturbation jumelée qui les fit gémir de concert et jouir en duo.

Ils s'embrassèrent ensuite encore longuement sous l'eau chaude relaxante et finirent par sortir de la cabine pour se sécher, avant de retourner dans la chambre, main dans la main et de se blottir l'un contre l'autre sous les draps.

Ils parlèrent un petit moment, principalement d'eux, ensemble et s'endormirent très vite.

Le weekend ne faisait que commencer, leur vie ensemble ne faisait que commencer, mais c'était tout simplement le plus beau début d'un amour sans fin qui naquis un matin de septembre par un coup de foudre.


Voilà ^^

J'espère que ça vous a plu, il a été long à écrire... c'est le moins qu'on puisse dire... alors alors ? Satisfaits ?