And we let her go…

Bonjour à tous ! Me revoilà avec une fic courte (2 ou 3 chapitres seulement) qui me trottait dans un coin de la tête depuis un moment. Nouveauté pour moi: un seul point de vue, celui de Carlisle.

J'attends vos impressions avec impatience !


(CPOV)

12h36…assis à ma table de travail, je profite de ma soi-disant « heure de repas » pour remplir quelques-uns des innombrables dossiers médicaux de mes patients. Durant cette heure tellement « humaine », je me suis fixé une règle : agir à vitesse humaine, même si je suis seul dans mon bureau.

Je referme le dossier cartonné orange, siglé du logo de l'hôpital de Denali, et regarde machinalement le calendrier accroché au mur face à moi. Nous sommes en septembre…le 15…voilà deux jours, Bella fêtait ses 20 ans...

Comme voilà deux jours, j'attrape l'un de mes nombreux ouvrages médicaux et l'ouvre pour en sortir une photo : la « photo de famille » qu'Alice avait absolument tenu à prendre lors du dix-huitième anniversaire de Bella qui avait eu lieu à la villa.
Juste avant l'incident avec Jasper.
La seule photo où ma famille était au grand complet.
La seule…

Sur cette photo, nous étions heureux. Mais Edward avait pris peur pour sa moitié et nous avions finalement accepté de partir et de la laisser à Forks afin qu'elle puisse vivre une vie humaine normale.
Sans nous.

Depuis….hé bien…depuis nous tentions de retrouver une vie de famille comme celle que nous avions avant l'arrivée de Bella à Forks. Lorsque nous étions ensemble, nous tenions le masque mais une fois seuls, à l'abri des regards des autres, la tristesse reprenait le dessus. Bella nous manquait horriblement à tous. Esmé et moi avions perdu une fille, Alice, Emmett et même Rosalie, une sœur. Jasper souffrait de ne pouvoir s'excuser auprès d'elle et Edward était redevenu le fantôme d'autrefois…

J'observais, un sourire sur les lèvres, l'image de cette humaine si extraordinaire qui avait bouleversé nos vies sans rien faire, juste en étant elle-même, et me replongeai avec nostalgie dans mes souvenirs de Forks. Mais quelques coups brefs frappés contre la porte brisèrent cet instant, m'obligeant à déposer la photo sur le bureau avant d'inviter la personne à entrer.

-Excusez-moi docteur Cullen, je sais que vous n'aimez pas être dérangé durant l'heure du repas mais…débuta Tyler en entrant.

-Ce n'est rien, Tyler. Que puis-je pour toi ? le coupai-je en le rejoignant.

-Un livreur vient d'amener cette enveloppe pour vous à l'accueil en spécifiant que cela était très urgent. Donc j'ai préféré vous prévenir aussitôt. répondit-il en me tendant une grande enveloppe en papier kraft, un autocollant de la FedEx en travers.

-Merci beaucoup, Tyler.

-Bonne journée, docteur, et excusez-moi encore pour le dérangement.

-Pas de souci, Tyler. Merci encore ! conclus-je en refermant la porte derrière le responsable de l'accueil de l'hôpital.

Je repris place à mon bureau, retournant dans tous les sens l'enveloppe, y cherchant un quelconque indice. Mon nom ainsi que l'adresse de l'hôpital étaient manuscrites mais cette écriture fine et toute en boucles ne me disait rien. L'autocollant indiquait que le pli était passé par Seattle mais rien de plus.

J'ouvris donc le courrier et sortis de la grande enveloppe une feuille pliée enveloppant une enveloppe blanche, plus petite. L'odeur familière de l'environnement hospitalier me frappa aussitôt, révélant avant même que je ne débute ma lecture le lieu de rédaction de cette étrange missive.

Sur la feuille, un post-it jaune attendait, délivrant son message de dernière minute :
« vous pouvez me téléphoner à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit au 555-1234-5678. ».

Je dépliai la lettre pour y découvrir une écriture soignée mais totalement inconnue :

« Docteur Cullen,

Veuillez excuser mon geste audacieux puisque nous ne nous connaissons pas mais le temps est désormais compté et je ne peux retenir ma main de vous écrire cette lettre une seule minute de plus. Je m'appelle Maria et je suis infirmière en chef de l'équipe de nuit de l'hôpital de Forks, dans l'état de Washington. Est-ce que le nom d'Isabella Swan vous est familier ?… »