Une mini-fic sur Twilight. Elle sera en quatre ou cinq parties pas plus.

C'est un voyage temporel, inspiré d'une idée de ma sœur qui connait ma tendance au mélodrame prise de tête (MERCI !).

Réponse de bry : De rien ! -)

Le perso principal est Jake.

C'est un drame (comme dab) il n'y a pas de romance et peu d'action. Le rating est élevé pour me laisser de la marge. Je le changerai peut-être après.

Disclaimer : Les personnages et l'univers que je vais utiliser appartiennent à Stephenie Meyer.

Relecture par Brynamon.

Pour les lecteurs qui me connaissent déjà, merci de votre fidélité.

Bienvenue aux nouveaux.

Résumé complet : Voyage dans le temps. Jake est marié à Nessie. Elle va accoucher de leur fils mais une menace inattendue va détruire tout ce à quoi il tient. Il sombre dans une profonde dépression jusqu'à ce qu'une rencontre bouleverse sa malheureuse infortune en le renvoyant quelques années en arrière auprès de Bella qui a aussi plongé dans la dépression suite au départ d'Edward après l'incident avec Jasper. Il a la possibilité de changer leur destin. Confronté à un cruel dilemme, que va-t-il faire ?


DEUXIÈME CHANCE

PARTIE 1


La lune était pleine dans un ciel noir, elle brillait de mille étoiles illuminant mes yeux. J'aimais regarder la lune. Allongé dans notre lit, Nessie blottie dans mes bras, je savourai le bonheur d'être auprès de mon âme-sœur. J'avais cessé de me poser des questions : elle était comme une évidence. Son visage était la perfection, sa voix tintait comme une douce musique à mes oreilles. Sa joie de vivre était contagieuse. Elle rayonnait, m'illuminait chaque jour. Je ne pouvais être plus heureux malgré le monde dur dans lequel nous vivions car elle était là, car elle existait. Je me demandai comment j'avais pu vivre sans elle.

Avant de s'endormir elle m'avait encore évoqué sa joie d'être mère.

-Tu te rends compte, je n'y croyais plus.

Elle avait eu des doutes, persuadée que son statut de demi-vampire ne pouvait lui permettre de concevoir un enfant avec moi. J'y avais pensé, avais questionné Carlisle qui avait tout fait pour me rassurer.

-Nessie est spéciale, j'ai foi en l'humanité, j'ai foi en elle. Elle nous sauvera tous, toi le premier Jake.

Je n'avais pas compris ses paroles. Jusqu'à ce qu'elle mette ses talents aux services des plus démunis en leur prodiguant une paix intérieure, en les guidant, en donnant de son temps. Elle était comme un ange tombé du ciel. Leur ange, « mon » ange protecteur.

-Je n'ai jamais douté, avais-je répondu.

-Menteur, avait-elle rit.

Une mélodie qui me faisait frissonner à chaque fois que je l'entendais.

-Je me suis rendu compte il y peu du choc que tu as dû avoir en t'imprégnant de moi.

C'était vrai, cela avait été un choc mais la vie était ainsi faite et je ne pouvais la voir autrement désormais.

-La vie m'a imposée dans ton existence, tu n'as pas eu le choix.

Pourquoi parlait-elle de cela maintenant ? Nous en avions déjà débattu, le sujet était clos, pourquoi revenir là-dessus ?

-Je t'aime, le reste importe peu.

J'avais détaillé ses yeux dans la pénombre.

-Qu'est-ce qu'il y a ? De quoi as-tu peur ?

Je savais déchiffrer chaque expression de son visage.

-Je ne sais pas comment sera notre fils.

-Comment ça ?

-Quelles seront ses capacités ? Sera-t-il l'objet de convoitise ou de rejet comme je l'ai été ?

Ses inquiétudes étaient fondées.

-Peut-être. Mais je serai là pour veiller sur vous…

Elle remua, gênée par la chaleur de mon corps. Je m'obligeai à défaire mon étreinte pour qu'elle puisse s'éloigner et se rendormir de l'autre côté du lit. En temps normal elle n'était pas gênée mais sa grossesse avait tout déréglé en elle. Carlisle la suivait de près. Il ne s'était passé que trois mois entre l'annonce de sa grossesse et le terme imminent. Il avait fallu que je m'habitue rapidement à l'idée d'être père. Tout était si inattendu, notre vie n'était qu'une succession d'imprévus. Nous voguions vers l'inconnu avec exaltation car nous étions tous les deux, bientôt tous les trois.

Je me levai et rejoignis la chambre annexe, la chambre de notre enfant à naitre. Il n'avait pas de nom, nous n'arrivions pas à nous décider. Nessie était têtue et maligne, parfois même redoutable et après elle s'étonnait que je la surnomme Nessie. Elle avait réussi à mettre tous nos proches de son côté (bande de traitres !) concernant son futur prénom, un prénom infâme inventé par Bella. Comme elle, Nessie avait ce don particulier qui charmait sans restriction chaque personne quelle rencontrait.

Je m'adossai au mur pour contempler le berceau que j'avais construit avec l'aide d'Embry. Embry qui avait eu du mal à revenir vers moi parce qu'il ne savait pas comment faire avec Nessie dans ma vie. Après la bataille finale, il y a sept ans, j'avais obtenu l'autorisation d'emmener Nessie à La push, avec le soutien de Sam. J'avais eu du mal à convaincre Bella et Edward de me la confier pour aller leur faire face. Ils ne craignaient pas une réaction violente, ils savaient (et nous leur avions prouvé) qu'elle ne risquait rien, ils craignaient un rejet de mon peuple car je leur avais imposé Nessie.

Mon père avait été le premier à venir vers elle. Il l'avait scrutée avec intensité, je m'étais raidi, contenant mon instinct protecteur, et puis elle lui avait juste souri et j'avais compris que c'était gagné. Elle avait gagné ainsi tous les cœurs des loups. Depuis Embry lui vouait une affection sans borne.

En sept ans, les choses avaient changé dans notre vie, Nessie avait grandi, avait changé, avait pris une autre place dans mon cœur. De statut de protecteur, j'étais passé à celui de compagnon, de fiancé et de mari. J'en avais vu de toutes les couleurs : Edward et Bella m'avait traqué à chaque mouvement de travers. Ils se montraient impitoyables dès que ça la concernait. Je pouvais comprendre, elle avait grandi si vite mais j'avais de douloureux souvenirs que je préférais oublier, surtout à l'annonce de la grossesse de Renesmée.

L'aube pointait son nez. Un bruit me fit me déplacer vers la fenêtre. J'habitai non loin de chez mon père, il m'avait paru plus stratégique de vivre en pleine réserve pour continuer à exercer mon rôle d'Alpha. J'avais donc construit notre maison, avec l'aide tolérée des Cullen. En deux jours chrono elle avait été opérationnelle. Elle dénotait dans cet environnement. Elle était moderne et fonctionnelle mais aussi chaleureuse avec les touches de déco d'Alice qui ne nous avait pas laissé le choix.

Au loin, Embry grogna doucement. Je me déshabillai pour le rejoindre. Nous devions patrouiller et c'était lui que j'attendais. Je mutai dans la seconde et fus près de lui en quelques foulées.

« Tu en as mis du temps ! »

« Désolé, j'étais plongé dans mes pensées. »

Je jetai un dernier coup d'œil vers ma maison.

« Nous ferons vite, ne t'inquiète pas. »

Chacun menait sa barque, travaillait, avait une famille. Embry vivait avec Kim. Quil s'occupait de Claire qui avait maintenant une dizaine d'années : sous la vigilance de ses parents, elle passait beaucoup de son temps libre avec lui, il l'aidait pour ses devoirs, l'emmenait en excursion, au musée, au ciné supportant ses conversations incessantes avec stoïcisme. Sam et Emily avait un fils, il avait cinq ans. Leah était partie ne supportant pas cette nouvelle mais elle m'appelait souvent et dernièrement je crus comprendre qu'il y avait quelqu'un dans sa vie. Seth vivait seul dans la maison familiale car sa mère avait emménagé chez Charlie. Charlie qui passait souvent voir Nessie, qui s'était bien intégré dans notre monde et surtout qui n'hésitait pas à me menacer : loup ou pas, j'aurais intérêt à courir vite si je faisais du mal à sa petite-fille. Paul était parti rejoindre Rachel, il revenait quand même un weekend sur deux pour honorer son engagement. Brady et Collin étaient encore chez leurs parents.

Depuis la fausse bataille, nous avions eu peu de Sang-froid dans le secteur. Nessie soutenait ma cause, elle comprenait ce que je faisais. C'était paradoxale la sachant à demi-vampire mais pour moi elle n'était pas une hybride, elle était Nessie. Son cœur battant, son odeur fruité, la tiédeur de son corps, tout me ramenait à une réalité qui me convenait. Elle était de chair et de sang, mangeait et dormait comme moi. Elle était contre la violence, sa seule exigence était de laisser les Cullen tranquille. Depuis longtemps c'était une chose acquise pour moi et pour la meute qui ne s'était pas agrandie.

Nous avions espacé les patrouilles, mutant de moins en moins, reprenant un rythme biologique normal. Pourtant je n'avais pas l'impression de changer. Je travaillais aussi, j'avais ouvert mon propre garage sur la route principale de Forks. Je subvenais au besoin de ma famille et me battais souvent contre Bella qui avait tendance à débarquer sur notre territoire et dans notre maison comme si elle était en terrain conquis.

-Tu n'es plus un nouveau-né, cesse de rompre le traité si tu ne veux pas finir en morceaux.

-C'est stupide Jake, nous sommes une famille, je ne devrais pas avoir à demander l'autorisation pour venir voir ma fille !

Elle avait raison mais les choses étaient ce qu'elles étaient. Je ne pouvais tout redéfinir juste pour mon bon plaisir. Les Cullen restaient des vampires, une menace. Cela sonnait faux dans mon cœur car je les connaissais tous et qu'ils étaient tous des gens de bien. J'allais les voir souvent, me chamaillait avec Rosalie, me confrontait à des jeux puérils avec Emmett, me détendait en la présence de Jasper qui aimait parler stratégie avec moi. Alice me briefait sur ses visions qui se faisaient de plus en plus rares mais nous permettait d'agir et de protéger tout l'état. Carlisle me prodiguait des tas de conseils et Esmé… et bien elle était comme une mère pour moi.

Avec Edward c'était différent, nous n'avions jamais pu franchir le cap de l'amitié parce qu'il y avait Nessie. Je restais celui qui lui avait pris sa fille. Alors je restais loin de lui, pour éviter de lui imposer toutes mes pensées.

Et Bella…

C'était une relation de profonde amitié qui nous liait, nous étions restés très proches, une proximité qui perturbait parfois Nessie et Edward. Cependant pour nous il n'y avait pas d'ambigüité donc nous réagissions à cela en nous moquant un peu. J'évitais de lui parler de ma vie avec Nessie mais je lui confiais tout le reste et elle aussi se confiait à moi. Elle était si heureuse que parfois ça l'étouffait. Elle avait peur de tout perdre.

-Aucun risque Bella. Nous sommes forts toi et moi, et nous sommes entourés de personnes toutes aussi fortes.

Nous parcourions l'état depuis deux bonnes heures, Alice nous avait alertés il y deux jours sur la présence de Nomades, quand je me figeai, ils n'étaient pas loin. Mais dès notre arrivée, nous comprimes que nous étions à la bourre, ils étaient déjà en morceaux.

« Bella ! » grondai-je.

Elle avait perçu ma présence et me sourit comme si de rien était. Edward à ses côtés me détaillait, impassible.

-Il n'est pas très content.

-Je sais, lui répondit-elle.

Elle avança vers nous tranquillement. Il valait mieux, vu mon état de colère, mes crocs avaient comme une envie d'agir indépendamment de moi.

-Retiens-toi, je te préviens.

Je me fichai bien de l'agacement d'Edward. Elle aurait dû me prévenir, je serais resté bien au chaud auprès de ma femme. Il grogna littéralement.

-A quoi penses-tu pour le mettre dans cet état Jake ?

Elle me faisait face et comme chaque fois, le visage de Nessie se transposa sur le sien, me calmant instantanément. Elles se ressemblaient beaucoup. C'était troublant mais moins que sa ressemblance avec son père dont je me serai bien passé. Je refoulai cette pensée qui avait tendance à me rendre fou.

-Ne sois pas gêné d'avouer que je suis très bel homme Jacob Black.

« Mais qu'est-ce que… ne dis pas n'importe quoi Cullen ! »

-Montre un peu de respect ! Je peux encore reprendre ma fille et l'emmener loin de ta puanteur.

Bella pouffa.

-On se calme messieurs.

Elle me cacha à sa vue, se concentra. Elle étirait son bouclier sur moi !

« Je n'ai pas besoin de protection ! »

-Oh que si, dit-elle comme si elle m'avait entendu. Dès qu'il s'agit de sa fille Edward peut se montrer féroce.

Embry à mes côtés soupirait.

« Vous croyez que je n'ai que ça à faire dans ma journée : supporter vos querelles familiales tordues ! »

Il fit volte-face, bien décidé à rentrer.

« Et n'utilise pas ton pouvoir d'Alpha sur moi ou tu le regretteras, j'ai de gros dossiers sur toi que je peux dévoiler à Nessie. »

Je me bloquai net, mon envie de commander fondit comme neige au soleil. Edward fut plus attentif soudainement.

« N'essaie même pas Cullen ! » décréta Embry avant de s'élancer entre les arbres.

-Jake, je voulais juste aider, plaida Bella.

-J'étais contre, dit Edward.

Elle roula des yeux.

-Comme d'habitude mais tu ne sais rien me refuser.

-Hélas.

Je n'en revenais pas de leur toupet.

« Si tu voulais chasser des vampires fallait être un loup, t'es du mauvais côté de la barrière ! »

-Qu'est-ce qu'il rouspète encore ? L'interrogea-t-elle.

-Il aurait voulu que tu sois un chien puant.

Elle éclata de rires pendant que j'invectivais Edward de déformer mes paroles.

-Non merci. Des puces et une haleine de chacal.

Je manquai de lui bondir dessus mais un seul coup d'œil à Edward m'en dissuada.

« Elle ne perd rien pour attendre, meilleure amie ou pas »

« Bien fait ! Cela t'apprendra à te laisser distraire ! » Me balança Embry.

« Oh toi lâche-moi un peu ! »

Ce n'était pas ma journée on dirait.

-Mais…, se crispa soudainement Bella, tu as laissé Renesmée toute seule !

« Elle ne risque rien ! » Me défendis-je. « Mes autres frères veillent sur elle. »

Edward traduisit pour elle, lui aussi mécontent et le mot était faible.

-Cela m'est égal Jake, tu ne dois pas la quitter, elle risque d'accoucher sous peu !

« Je le sais, mais j'ai un devoir de protection, je ne peux… »

-Blablabla ! C'est de notre fille qu'il s'agit Jacob, notre fille ! S'emporta Edward.

« Ma femme ! »

-Ne me lance pas sur ce sujet !

Bella avait perdu le fil. Elle s'agaça et bondit en nous laissant nous prendre la tête tous seuls. Finalement nous lui emboitâmes le pas.

« Je vais jeter un œil Jake » Me proposa Embry.

« Ne t'en fais pas, j'arrive, va travailler ».

« Bien ».

Et au même moment, Sam entra en connexion ainsi que Quil et tous les autres. A travers leurs yeux je vis une chose impensable : une horde de sangsues décimait notre village. La peur de chacun de mes frères m'atteignit si fort que je vacillai, ralentissant.

-Renesmée ! Hurla Edward

Il avait exprimé mon effroi, ce sentiment d'impuissance. Il accéléra, Bella affolée, ne comprenait pas. Elle avait beau le questionner il n'arrivait pas à lui révéler notre abominable pressentiment. Nous étions loin. Trop loin. Mes frères se battaient avec courage mais une à une les connexions s'arrêtèrent, nous plongeant Embry et moi dans une profonde détresse. Sam poussa un hurlement en découvrant les corps de Quil et de Seth, nos hurlements se joignirent au sien. Bella s'arrêta et me força à lui faire face. Elle devina à ma mine défaite que c'était grave. Elle repartit à la suite d'Edward.

-Où sont les nôtres ! Cria-t-il alors qu'il fonçait toujours comme possédé.

« Pourquoi Alice ne nous-a-t-elle pas prévenue ! »

-Elle est allée rencontrer son arrière petite-nièce à New-York, la défendit-il. Jasper est avec elle.

-Les portables ça existe !

-Je sais, je ne comprends pas.

Il sortit le sien pour appeler je ne sais qui.

-J'essaie d'appeler Carlisle mais je n'ai pas de réseau.

Bella sortit le sien :

-Pas de réseau non plus.

Elle était étonnamment maitresse d'elle-même. Brutalement je n'eus plus aucun visuel hormis celui d'Embry.

OoooO

La réserve n'était qu'un amoncèlement de corps mutilés. La vision d'Embry se brouilla, m'empêchant de voir la suite. « Embry reprends-toi ! »

Je vis ensuite Carlisle qui se trouvait non loin de chez moi, complètement choqué. Embry s'éloigna en direction de sa propre maison. Je ne pouvais lui en vouloir. Mais sur son passage je crus apercevoir le fauteuil de mon père. Il fit demi-tour pour vérifier…

Mon cœur se broya.

-Qui ? Qui a pu faire cela ? Balbutia Carlisle.

Il prit Esmé dans ses bras, dans un sanglot sans larme. Je n'arrivai pas à m'émouvoir, les yeux encore empli de la réalité de la mort de mon père.

-Les Volturi qui d'autres, cria Edward bouleversé.

« Pourquoi maintenant ? »

-Ne revenez pas, ils ne sont pas loin.

Mais nous étions arrivés. La désolation régnait mais une seule chose me tenait encore debout, je ne voyais rien d'autre que la porte de ma maison ouverte, je ne pus en franchir le seuil, freiné par l'odeur du sang, de son sang…

Il y eut des hurlements déchirant qui m'engloutirent, c'était Bella…

Elle emmena dans ses bras sa fille devant moi, elle était nue et éventrée, notre enfant lui avait été arraché. Ses yeux ouverts fixaient le néant. Sa peau était encore plus pâle, son teint était cireux.

-Regarde ce qu'ils lui ont fait. Ils ne peuvent rester impunis !

Elle était hystérique en me parlant à moins qu'elle ne s'adressât à son mari. Je restai stoïque incapable d'y croire, incapable d'exprimer le moindre sentiment. J'étais mort à l'intérieur.

-Edward ! Cria Bella.

Il était à mes côtés, dans une attitude similaire à la mienne. Il arriva à cheminer jusqu'à elles, ôta sa veste et la recouvrit. Dans le brouillard de mon désespoir, je perçus celui d'Embry. Mais je ne savais plus réagir.

Ce fut ainsi, diminués, affaiblis par le chagrin que nous dûmes affronter un nouvel assaut de nos ennemis. Embry essaya de revenir vers nous et ce fut la dernière chose dont je me rappelai.


Alors votre avis sur ce premier chapitre ?

La suite bientôt.