LA DESOLATION DE REGINA


Elle surplombait la forêt, droite comme un I, bras croisés, regard vide et fixé sur la foule qui se tenait à ses pieds. Quiconque l'aurait observée à cet instant aurait constaté son trouble et son inquiétude. Mais aucun ne se préoccupait de son sort. Cela faisait bien longtemps que plus personne ne s'en inquiétait. Ils parlaient, murmuraient, riaient, s'impatientaient. Leurs yeux brillaient de joie, leurs visages se peignaient d'excitation. Etait-elle donc la seule à ressentir ce tiraillement dans le bas de son ventre ? Etait-elle donc la seule à contenir sa peur ? Etait-elle donc seule face à eux ?

« Vous devriez être en bas, avec Henry. » une voix trancha l'atmosphère, visiblement bien plus calme que l'ouragan qui la tenaillait.

Regina n'était absolument pas terrorisée par ce qu'elle allait devoir réaliser dans les minutes qui suivraient. Elle n'était pas stressée par la possibilité d'échouer. Elle savait qu'elle réussirait. Elle s'était maintes et maintes fois préparée. Et avec l'aide de la magie – et celle d'Emma, elle ne pourrait pas perdre la face. Son cœur était alourdi par une toute autre chose... la tristesse. Sa rédemption avait sonnée, et pourtant, en ce jour, elle perdrait tout. Sans que personne ne le sache. Sans que personne ne le comprenne. Sans qu'elle-même ne soit totalement consciente de la chose.

« Il semble heureux de repartir. » elle constata à voix haute, le cherchant des yeux pour le trouver, tout sourire accompagné de Red.

Emma se figea près du Maire. Il était vrai que l'excitation de leur fils était des plus totales. Il avait hâte de découvrir les terres qu'il avait tant imaginées, tant rêvées. Il avait hâte de revendiquer sa place de prince. Si Regina avait scindé l'esprit de son ancienne rivale à cet instant précis, elle aurait constaté qu'elle n'était pas la seule à avoir peur. Emma était aussi effrayée qu'elle, cependant pas pour les mêmes raisons. Elle qui s'était jurée orpheline, elle qui avait grandi dans ce monde, qu'y aurait-il de l'autre côté ? Qu'y trouverait-elle, finalement... ?

« Vous devriez tout de même être avec lui, Regina. » souligna Emma, bien décidée à lui faire quitter sa solitude.

Mais Regina ne comptait pas se mêler à la population. Peut-être se souviendrait-on de ses actes à Storybrooke, mais elle savait qu'une fois revenus dans leur monde d'origine, tous les douloureux souvenirs de son passé referaient surface. Quelle serait la réaction d'Henry en voyant la Désolation de Regina ? Voilà où résidait la plus grande peur de l'Ancienne Reine, voilà ce qui constituait sa plus grande faiblesse : son fils lui-même.

« Vous aussi, vous devriez. » souligna à son tour Regina, elle-même décidée à avoir le dernier mot.

Cette réplique fit légèrement sourire la blonde, elle qui commençait à bien la connaître. Toutes deux fixaient inconsciemment la même personne, leurs pensées se rejoignant sans même qu'elles n'en aient l'idée. Leur symbiose était parfois si parfaite qu'elles ne la soupçonnaient pas.

« Pourquoi restez-vous à l'écart ? Ce n'est pas votre grand jour ? » esquiva-t-elle avec aisance, comme elle savait si bien le faire.

Regina ne releva même pas. Elle soupira lentement. Plus les minutes avançaient et plus son corps semblait se contracter sous la pression.

« Croyez-vous sincèrement qu'ils seront indulgents suite à mes actes d'autrefois ? »

Emma fronça les sourcils tout en se tournant vers son interlocutrice. Ce fut à cet instant qu'elle constata ses sentiments, ses émotions, elle qui les cachait pourtant si bien. Elle n'osa pas avancer.

« Autrefois signifie passé. Vous avez prouvé plusieurs fois, et à tous, que vous étiez une personne bien. Ils s'en souviendront. » ces mots résonnèrent dans le crâne de la brune avant que celle-ci ne face définitivement face à la blonde, le visage contracté par une soudaine colère.

« Une personne... Bien ? N'avez-vous pas vu de vos propres yeux le Monde Enchanté ? Que croyez-vous qu'ils penseront en constatant l'ampleur du mal qui a investi leur monde, leur palais, leurs maisons ?! Que verront-ils si ce n'est la désolation que j'ai moi-même causée ? » elle s'emporta sauvagement, ses yeux se changeant en deux menaçants fusils.

Emma la fixa un moment, heurtée par la violence de ses mots et de ses regrets si évidents. Elle prit plusieurs secondes à reprendre conscience de sa position, s'apprêtant d'ailleurs à répondre, lorsqu'on la coupa brutalement depuis l'étage inférieur.

« Maman ! Maman ! C'est l'heure ! » Henry hurlait à tue-tête, heureux, sans même se soucier de la discussion de ses deux mères.

Regina ravala son amertume et son humeur avant de peindre son visage d'un léger sourire, répondant à son fils adoptif :

« Donne-moi une petite minute et je serai en bas. » elle lui affirma.


Regina tendit les bras face à elle, concentrant toute sa force et sa détermination dans ses actes. Son cœur battait si fort dans sa poitrine qu'elle crut un moment que tous les habitants derrière elle étaient capables de l'entendre. Elle inspira profondément, ferma les yeux. Le flux magique embauma ses nerfs, ses muscles, sa peau. Tout son être se mit à vibrer. Tout ce qu'elle était fut secoué de magie. Puis, celle-ci émergea. L'aura bleuté heurta l'atmosphère, quittant ses doigts pour s'enrouler autour d'une cible invisible. Le mur sembla se matérialiser. A cet instant précis, Regina ouvrit les yeux pour observer son œuvre.

Le passage s'arrondit doucement. Tout le corps de l'Ancienne Reine tremblait sous l'épuisement. Elle faiblissait. Cette magie était si puissante, si incommode, si dure, qu'elle était certaine que le portail se refermerait très bientôt. Elle renforça sa posture avant de gémir discrètement. Son visage se crispa sur-le-coup.

« Allez-y ! » on cria derrière elle.

Alors, un par un, chaque habitant de Storybrooke s'engouffra dans le passage menant à leur Monde. Un par un, ils atterrirent de l'autre côté. Et à chaque passage, Regina semblait perdre en force, tant physiquement que mentalement. Qui savait ce que les habitants trouvaient derrière le passage ? Qui savait ce qu'ils pensaient tous d'elle à présent ?

Lorsqu'Henry se faufila en courant jusqu'à la barrière, la passant sur-le-champ sans même lancer un regard en arrière, Regina sentit ses forces la quitter. La magie clignotait presque comme une alarme. La tristesse qu'elle ressentait à cet instant précis était si brutale qu'elle ne savait comment la gérer, tout semblait à présent lui échapper. A cet instant précis, des dizaines de questions traversaient son esprit. Toutes concernaient une seule et même personne : Henry, son fils, la seule personne qui lui restait. Que pensait-il à présent ? Que voyait-il ?

« Regina ? » une voix attira l'attention de son esprit. Elle semblait si lointaine qu'elle crut un moment que ce n'était qu'une illusion, un mirage.

Elle tourna doucement la tête, fronçant les sourcils. Emma découvrit avec stupeur son visage crispé par une certaine douleur. Elle ne sut si celle-ci était physique ou mentale. Mais elle était bel et bien présente.

« Regina ! » elle répéta, d'une voix plus stridente que précédemment.

Les yeux de l'Ancienne Reine trouvèrent enfin les siens. Emma fut désarmée, soudainement. Etait-ce réellement des larmes qu'elle voyait ? Aussitôt, ses réflexes la poussèrent à lui saisir le poignet. La magie de Regina devint plus puissante, le sort se renforça sur-le-champ. La force sembla aussi se répandre dans l'âme de la brune avec une vitesse fulgurante, comme une vague. Le lien qui se forma entre les deux femmes fut si intense qu'aucune des personnes restantes n'osa intervenir.

« Ensemble. » murmura la blonde, offrant son aide sans même avoir l'avis de Regina.

Le visage de Regina témoigna de sa surprise. Elle ne sut comment interpréter cet autre sentiment de satisfaction en elle, cet étrange sentiment de quiétude, de chaleur... La magie opéra, plus puissante que jamais. Un par un les autres habitants passèrent, disparaissant dans le fléau magique alimenté par les deux femmes. Leur lien semblait si fort, si dur, incassable. Sans se regarder, chacune ressentait l'autre. Comme si leurs sentiments n'étaient qu'un, comme si leurs émotions n'étaient qu'une, comme si leurs corps n'étaient qu'un. Leur magie était leur alliance.

Lorsqu'il ne resta plus qu'elles, lorsqu'il fut temps de passer à leur tour, elles se regardèrent d'un commun accord. En silence, Emma laissa sa magie s'éteindre doucement, abaissant les bras petit à petit, quittant l'étreinte magique de la brune. Il ne restait plus que celle de Regina, plus puissante qu'auparavant, comme si la présence de la blonde était encore avérée.

Lorsqu'Emma relâcha enfin le poignet de Regina, lorsque le contact ne fut qu'un souvenir, Regina sentit sa magie faiblir, le vide se fit même présent en elle, comme une bulle qu'on exploserait sans se soucier des conséquences. Elle vit Emma avancer vers le portail d'un pas calme et peu sûr de lui. Une fois de l'autre côté, celle-ci savait qu'elle devrait oublier le monde dans lequel elle avait grandit. Elle ne serait plus Emma, elle serait la Princesse du Royaume Enchanté, elle serait la Fille de Snow White, elle serait la mère d'Henry.

« Emma ! » on l'interpella.

Elle se retourna doucement, d'une grâce inouïe. Regina, contrôlant sa magie, semblait au bord des larmes, désespérée. La vision était si incommode que la blonde pensa rebrousser chemin pour lui apporter son aide. Cette femme d'habitude si forte, si sûre d'elle, était si fragile et frêle à cet instant précis. Emma voyait là une femme prête à tomber à genoux face à elle. Elle voyait là une femme qu'elle n'avait eut que peu de fois l'occasion de côtoyer, ou même d'observer. Cette Regina-là était la vraie Regina. Emma était bien loin de le savoir mais elle avait été la seule à la voir ainsi depuis de longues, très longues années.

« Ne me jugez pas une fois de l'autre côté. » elle lui demanda d'une voix presque tremblotante.

Emma lui accorda un sourire sincère, tranquille.

« Vous serez toujours Regina à mes yeux. » elle lui affirma, sûre d'elle.

Ce fut au tour de la brune de sourire doucement.

« Allez-y. »

Aussitôt, donc, Emma fit demi-tour pour entamer son passage vers le Monde Enchanté. Après une grande inspiration, elle avança et disparut aux yeux de Regina. Sur ses joues encore rougies par l'effort, il coula une larme de tristesse. Alors que son cœur était ravagé d'un sentiment de détresse, elle observa quelques secondes encore sa magie avant de baisser les bras. La couleur, la chaleur, la joie disparut avec le passage. Le silence s'abattit sur elle. Elle fixa un long moment le vide, l'emplacement même où tous avaient disparu. Disparus, ils avaient disparus.

« Adieu Emma. »


TO BE CONTINUED...


Un OS avec une deuxième partie qui viendra bientôt bientôt, promis. En attendant... Bonne semaine !