Narcissa soupira profondément devant l'expression bornée de son fils. Draco se tenait assis bien droit dans son lit, les draps rejetés rageusement à l'autre bout, les bras croisés sur sa petite poitrine, et le menton levé, avec une expression hautaine mal placée sur le visage d'un enfant de cinq ans.

Il était neuf heures, le soir, et, à cette heure-là, tous les petits garçons, même les Malefoy, devaient être au lit et dormir.

Mais Draco s'obstinait. Il refusait que sa mère le borde, ou même qu'elle le prenne dans ses bras pour le bercer.

- Tu ne veux pas que je te lise une histoire, mon chéri ?

- Nan ! Je veux pas dormir !

En désespoir de cause, elle sortit sa baguette et commença à créer des formes brillantes dans les airs : une baguette magique, un balai, un château.

- Oh, regarde, mon amour !

Draco lança un coup d'œil intéressé, puis rapidement blasé, et même dédaigneux.

- C'est même pas beau !

Il fit un geste de la main exaspéré à travers les formes fictives dans l'air, les dispersant comme des volutes de fumée scintillantes. Narcissa soupira à nouveau. Lucius avait fait de son fils un enfant gâté et vicieux.

Mais il lui restait peut-être un atout. Un souvenir d'une de ses amies d'enfance, qui était fille de moldus. Elle sortit rapidement pour aller chercher l'objet, et revint le poser devant le jeune Malefoy, qui, malgré toutes ses simagrées, ne put s'empêcher de demander.

- Qu'est-ce que c'est ?

En fait, Narcissa ne savait pas trop elle-même ce que c'était. On aurait dit de ces choses qui donnent de la lumière aux Moldus, entouré d'un cube aux motifs étranges. Et bien sûr, avec un fil – une prise – qui dépassait à un bout. Narcissa ensorcela la prise et l'appareil se mit à diffuser une douce lumière qui projetait les motifs sur les murs autour d'eux en tournoyant lentement. Il y avait aussi de la musique, celle d'une comptine que la jeune femme se rappelait vaguement de son enfance.

Draco restait pétrifié à regarder la veilleuse, la touchant doucement de tous les côtés.

- C'est pas de la magie ? demanda-t-il finalement sans détacher ses yeux de l'appareil.

- Non. C'est électrique.

- Elétique ?

- Electrique.

- E-lec-tri-que. Electrique. C'est beau.

Narcissa sourit. Elle prit doucement la veilleuse des mains de son fils et, sans l'éteindre, la posa sur la table de nuit. Draco s'était mis à observer les lumières sur le mur, et ne se débattit pas lorsque sa mère l'allongea doucement et ramena les draps sur lui. Déjà, ses yeux se fermaient malgré lui. Il murmura cependant quelques mots avant de s'endormir complètement.

- Maman ? Tu es belle comme Electrique.

Elle finit de border Draco et sortit sur la pointe des pieds. Bien sûr, la veilleuse ne durerait pas longtemps. Lucius ne lui pardonnerait jamais ça, et quand Draco allait apprendre que ce merveilleux appareil était d'origine moldue…

Mais pour que son fils continue à la regarder comme ça, elle pourrait braver Lucius jusqu'en enfer.

Notes aux Lecteurs

Tout d'abord, un grand, grand, grand, grand merci ! pour toutes vos reviews ! J'adore les reviews, c'est un baume au cœur, même si je déteste les demander… magnifique cadeau.

Seulement… ça me déchire le cœur de lire "continue", "fais-en d'autres", parce qu'aussi loin que je peux voir, il n'y en aura pas d'autres dans cette série "C'est magique !". Rien d'autre que les deux chapitres qui suivent.

Mon but n'est pas de visiter les nuits d'enfance de chacun des personnages HP, je voulais simplement faire la différence entre les sorciers et les moldus, le choix des personnages impliqués étant tout à fait arbitraire… (et je voyais mal Pétunia essayer de faire rire Harry…)

Voilà pourquoi ça n'ira pas plus loin…
Mais les bonnes choses, c'est comme les bonbons… le premier est absolument délicieux, le suivant est génial, le troisième est bon, mais au bout du paquet… ça commencer à bien faire…