Parlons fanfiction
Forum francophone - Fandoms, couples préférées, histoires préférées, pour ou contre le slash, exprimez vous !
New Follow Forum Follow Topic
Harley A.Warren

Bonjour tout le monde

Plus je lis des fanfictions (notamment, des yaois, d'ailleurs), plus je constate une misogynie omniprésente dans celles-ci. Je ne parle pas de la présence de personnages misogynes, qui tiennent le discours correspondant, mais bien une misogynie un peu plus implicite, présente a priori sans recul dans le discours de l'auteur. Je pense notamment au traditionnel "Je suis dominé, j'ai honte, parce que je suis un vrai mec, pas une fille", "celle-là, elle est féminine, donc elle est stupide", 'c'est une fille donc elle est douce et maternelle dans le fond (et inversement)" et autres discours associés. Et je dois avouer que j'ai de plus en plus de mal à supporter ce genre de choses et que c'est l'une des choses qui vont me faire quitter une lecture immédiatement. Les deux trois premières fois, j'ai levé les yeux au ciel et j'ai continué quand même, en me disant que ce n'était qu'un cas isolé, mais je me rends compte que c'est plutôt la norme et je dois avouer que c'est plutôt déprimant (surtout quand les auteurs et lecteurs de fanfiction sont majoritairement des femmes et surtout des jeunes filles).

Bref, est-ce que vous avez aussi remarqué ce problème ? Comment réagissez-vous ? Est-ce que ça vous indigne ou, au contraire, est-ce que vous vous en fichez un peu, tant que l'histoire est bonne ?

9/19/2016 #1
AfternoonBreak

J'ai également remarqué ce problème (enfin, j'ai du mal à voir la misogynie dans les yaois étant donné la proportion très faible de personnage féminin, mais peut-être parles-tu des "rôles" "homme efféminé homme viril", en quel cas c'est un autre sujet je pense), mais ce ne sont pas des problèmes inhérents à la fanfiction, on a toujours des préjugés dans la société, que l'on s'en rende compte ou pas. J'apprécie bien plus les fictions où les deux personnes du couple sont à un pied d'égalité.

Néanmoins, oui, pour moi c'est inquiétant, car nous pouvons écrire ce que nous voulons, et ne sommes pas obligés de nous cantonner au rôle imposé par la société.

Après, je suis un lycéen (donc pas une fille), et çe type précis de stéréotypes ne me concerne pas directement, mais me hérisse les poils quand même. De manière générale je quitte très vite une fanfiction où ce genre de notions dépassées est représenté, à moins que la fiction ne soit très, très, trèèèèèèèès bonne.

9/19/2016 #2
Harley A.Warren
enfin, j'ai du mal à voir la misogynie dans les yaois étant donné la proportion très faible de personnage féminin, mais peut-être parles-tu des "rôles" "homme efféminé homme viril", en quel cas c'est un autre sujet je pens

Oui, c'est entre autres de ça que je parle et je pense qu'il y a une part de misogynie, parce qu'on a très souvent une dévalorisation du rôle de dominé, parce que c'est féminin dont dégradant caca pas bien, mais aussi une misogynie pour montrer que le couple homo est "mieux". En général, la fille qui est généralement en couple avec l'un des personnages masculins (Sakura, Ginny, et toutes ces filles en couple officiel avec l'un des personnages) sera représentée comme stupide ou méchante, et c'est généralement le festival des insultes sexistes.

9/19/2016 #3
Khimaera

Salut,

J'admets que je ne poste pas énormément sur le forum (en fait, ça doit faire une éternité que je n'ai pas posté) mais tu as mis le doigt sur un des sujets qui me hérisse le plus.

Beaucoup des histoires trouvables dans les environs ont une vision très "conservatrice". Alors quand c'est amené dans la fiction, que le personnage qui l'est est le seul qui s'exprime comme ça, oui, c'est un trait de caractère qui peut rendre une fiction très intéressante à mon sens, mais bien souvent il en s'agit que de bashing. J'ai beaucoup retrouvé, en vrac, des critiques très violentes à propos de femmes qui auraient une sexualité plus libre (partenaires multiples au cours d'une même fic = souvent insultes en masse, alors que ça ne pose aucun souci pour les hommes), des relations de domination très malsaines (la domination en elle-même ne l'est pas tant que c'est entre deux personnages matures et consentants, mais ce n'est vraiment pas souvent la manière dont ces relations sont décrites), des relations hétérosexuelles biaisées (souvent elles ne servent qu'à déboucher sur une relation homosexuelle) et des relations lesbiennes très critiques (dans beaucoup de fics que j'ai lu, autant les hommes pouvaient rester entre eux, autant les femmes finissaient par retourner chercher un mec) et un appel très violent à la Mary Sue dès qu'un personnage féminin présente un talent, alors qu'on l'aurait à peine relevé chez un personnage masculin.

En fait, c'est beaucoup ces appels constants à la Mary Sue qui sont pour moi une preuve de misogynie. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de Mary Sue dans les fanfics, bien au contraire, par contre je suis certaine que beaucoup de persos féminines, dès qu'elles se détachent un peu du lot ou prennent une place trop centrale ou trop badass, sont taxées de Mary Sue. Je suppose qu'il faut rappeler que pour mettre en avant les femmes souvent, oui, il faut les rectifier un peu par rapport au canon, pour la bonne et simple raison que beaucoup de canons n'ont que très peu de femmes en personnages importants. Mais si un OOC léger passe très bien pour un perso masculin, c'est rapidement un scandale pour des féminins.

On constate aussi une fréquente méconnaissance du fonctionnement de la sexualité (à la fois masculine et féminine). Alors je sais bien qu'on est dans une fiction, mais la sexualité présentée peut être au-delà du fantasme et c'est difficile de savoir si c'est volontairement édulcoré (à un point très poussé) ou tout simplement que les auteurs manquent de connaissances, voire même ignorent des choses sur leur propre corps, ce qui serait très dommage pour eux et pour leur lectorat.

Comme tu as dit, je trouve ça d'autant plus dommage que beaucoup des auteures et lectrices sont effectivement des femmes. Déjà qu'on a une société pas très évidente pour les femmes, des médias qui martèlent des images précises, c'est vrai que j'aimerai avoir plus de fics où tous les personnages sont traitées avec le même respect.

9/19/2016 #4
Leo Poldine

C'est un point intéressant qui est soulevé ici, et qui à mon avis peut s'expliquer et s'analyser à travers plusieurs angles.

D'abord, on vit tous dans une société sexiste, où les rôles genrés sont assez clairement définis, représentés et martelés : il suffit d'ouvrir un magazine ou la télé pour s'en rendre compte. A partir de là, et même si beaucoup d'auteurs de fanfics sont des femmes, elles ont tendance à reproduire des schémas et des discours qu'elles voient et entendent autour d'elles. C'est peut-être plus visible dans les fanfics parce que les auteurs sont des (jeunes) amateurs, mais c'est un problème bien plus vaste que simplement dans la fanfiction.

Ensuite, pour ajouter à ça, les mangas et l'animation japonaise sont encore plus sexistes que les médias "occidentaux". La femme japonaise modèle est soumise. Même dans les yaoi, l'identité "masculine" ou "féminine" des partenaires est très marquée et très figée, on a rarement des inversions de situation. Et pour que le dominant se tourne vers un autre homme, il faut que celui-ci ait les critères de la femme modèle ET que les femmes représentées soient loin de ce modèle. Je pense que là aussi, les auteurs qui ont lu beaucoup de yaoi vont avoir tendance à répéter ce modèle, qu'elles écrivent sur un yaoi, un autre type de manga, ou carrément un autre type de média.

[Bien sûr, je généralise très grossièrement, à la fois les yaoi, les mangas, la culture japonaise, et la fiction d'une manière générale. Disons que ce sont de grandes tendances facilement observables, auxquelles il y a fort heureusement de nombreuses exceptions]

Quant à l'absence ou la quasi-absence de personnages féminins dans les fictions, je pense que ça ne fait qu'accentuer le problème : c'est difficile d'avoir un personnage subtil et crédible quand son seul rôle c'est d'être LA femme, et qu'elle doit à elle-seule représenter tout le genre féminin.

Je répète qu'à mon avis, la jeunesse des auteurs explique beaucoup de ces travers tels qu'on les trouve en fanfic, y compris (surtout ?) au niveau de la description de la sexualité... Ah, et je ne sais pas dans quelle langue vous lisez, mais si vous lisez en anglais, il faut prendre en compte que l'éducation sexuelle est très variable aux Etats-Unis, et loin d'être au niveau de l'enseignement en France...

Pour finir, perso, une fic misogyne me hérisse et me fait quitter très très vite - mais j'en lis peu. En partie parce que je lis moins de fics qu'avant, mais aussi parce que je ne traîne pas forcément dans les mêmes fandoms que vous (je ne suis pas du tout dans les fandom manga, par exemple). Ceci dit, une série ou un bouquin misogyne a également tendance à me faire fuir - ou, au moins, à pousser de très très gros soupirs en insultant mon écran.

9/21/2016 . Edited 10/17/2016 #5
A Smiling Cat

Je vais plussoyer LP sur pas mal de points ... La société qui nous influence (même si parfois on n'est pas d'accord) et la jeunesse des auteurs (pour beaucoup). C'est d'ailleurs un point qu'on a déjà mentionné sur le topic des Mary-Sue... Je crois que c'est Alo qui avait écrit que les fanfics étaient plus souvent accusées de mettre en avant une Mary-Sue parce qu'elles sont moins subtiles, moins travaillées, et les ficelles se voient encore. Je pense que c'est vrai sur ce sujet aussi : ce qu'on voit en petites touches (plus ou moins choquantes) dans les médias classiques se voit en gros dans les fanfictions.

Cependant, j'ai plutôt noté un progrès dans les fandoms que je fréquente : je me rappelle d'une période où toutes les filles étaient "pas comme les autres filles" et où leurs caractéristiques physiques étaient systématiquement mises en avant... Aujourd'hui, ça me semble plus subtil (c'est aussi possible que je sois simplement plus exigeante dès le résumé pour cliquer, mais soyons optimistes).

Il y a aussi une grande variabilité selon les fandoms... Là où j'ai été le plus souvent choquée, c'est sur les (quelques) fandoms mangas que je suis : il y a (très souvent) un manque flagrant de personnages féminins dans l'univers d'origine, d'autant que souvent elles ne sont là que pour symboliser la femme dans beaucoup de ses clichés... Et les fics se retrouvent donc avec peu de marge de manœuvre pour ne pas tomber dans l'exagération. Pour distinguer un personnage dans la masse d'hommes du fandom, souvent les femmes qui écrivent vont à ce qu'elles connaissent le mieux, les traits "féminins"...

D'ailleurs, je pense que c'est un des problèmes principaux des fanfictions yaoi : elles sont (souvent) écrites par des femmes hétérosexuelles, qui s'accordent un peu de liberté et de distance en écrivant sur 2 hommes (ou qui font simplement avec les moyens du fandom, très limité en persos féminins) mais qui écrivent aussi ce qu'elles imaginent, et on a souvent les "rôles" artificiels dans ces relations. J'ai fermé une fic il y a quelques temps quand j'ai lu la phrase "I'm the girl in this relationship" (qui a mis le dernier clou dans le cercueil après un contexte déjà pas top top)...

Je me suis un peu perdue dans mon propre post, là, j'avoue que je me rappelle que j'avais un autre truc à dire, mais quoi...

Bref, comme toujours, ça dépend des fandoms, ça dépend des fics ... ça dépend du talent/de la maturité/de la subtilité de l'auteure de fics ! Mais honnêtement, je trouve qu'il y a eu des progrès faits dans beaucoup de fandoms.

9/21/2016 #6
PenArt

Je trouves tous vos messages très intéressants ! Ça donne à réfléchir.

(Je vais parler aussi bien pour les fics francophones qu'anglophones, puisque je ne fais pas de différence... désolé.)

De la misogynie... je n'en ai pas vraiment vu, des stéréotypes sur les hommes et femmes, oui. En même temps avec la polémique du "genre" actuelle en France... Il y a bien une partie de la population qui pense comme ça et écrit aussi, je suppose. Ça me donne presque envie d'un défi de fic "Cassons les stéréotypes !" Ça pourrait être fun ! Quelqu'un de partant ? Le front de libération des Stéréotypes ! Pour les scènes de sexe, c'est claire que des fois je ris bien XD même si je ne suis pas une avide (pardon, j'adore faire des jeux de mots) lectrice de ce genre de chose. Je n'ai pas assez d'exemples différents pour me faire une idée de l'ampleur du problème. Mais pour les mauvaises, j'attribue ces scènes fantaisistes à des jeunes (encore que...) écrivains inexpérimentés (si vous voyez ce que je veux dire ... ok je sors :D ). C'est d'ailleurs un peu la même chose pour les relations, je pense (mais c'est très inquiétant pour leurs futures si on ajoute le problème "dominant/dominé"). Je n'aime pas non plus la manière dont c'est devenu une mode d'en mettre partout, certains mettent en nda qu'ils doivent mettre une scène de sexe, que c'est un passage obligé pour devenir un bon écrivain, selon eux.

Les deux autres gros problèmes à mon avis, c'est le bashing gratuit (et con) et le fameux "dominant/dominé" vu comme normal dans une relation. Il y en a partout et parfois insidieusement. Prenons un exemple, quelqu'un à un fétiche de se faire frapper (je fais simple), ok alors bdsm safeword entre adultes consentants. Là où ça ne va plus c'est lorsque ça s'applique en tout dans la relation, et là on a quelqu'un qui se fait battre par son compagnon /sa compagne (oui ça existe, puisqu'on est sur le sujet des préjugés) et parfois persuadé que c'est acceptable. Ça ne l'est pas. Ok, je grossis à mort mais vous voyez le truc !

10/16/2016 #7
Oceanna
De la misogynie... je n'en ai pas vraiment vu, des stéréotypes sur les hommes et femmes, oui.

Etant d'accord avec tout ce qui a été dit, je n'avais pas grand chose à ajouter... Cependant ton propos me fait réagir, PenArt, dans le sens où les stéréotypes participent en grande partie au sexisme ambiant et à la misogynie, et que j'ai beaucoup de mal à différencier les deux (cette vidéo résume bien pourquoi).

A partir de quand, pour reprendre l'exemple de Harley (que j'ai aussi rencontré), un personnage qui se dit "je suis en train de réagir comme une nana, il faut que je me reprenne" n'est pas l'association directe entre féminin et un fait négatif ? De la même manière, la tarte à la crème qu'est "je me maquille mais pas trop" est l'expression pour moi directe de l'internalisation des injonctions contradictoires sur la beauté féminine qui est qu'on doit être maquillée pour plaire (comme si le naturel était repoussant) mais pas trop (parce qui sinon, on est une salope et donc pas intéressante)... Encore une fois, ce n'est peut-être pas insultant, mais c'est clairement misogyne, puisque cela implique que les autres possibilités sont négatives (donc qu'il n'y a qu'un seul modèle de femme possible).

Enfin, j'ai du mal à comprendre comment ton dernier paragraphe s'articule avec le reste. Parles-tu des problèmes liés à la misogynie ? Au rapport homme/femme ?

10/21/2016 #8
PenArt
" De la misogynie... je n'en ai pas vraiment vu, des stéréotypes sur les hommes et femmes, oui."

Pour moi les stéréotypes ne sont pas vraiment volontaires, plutôt un résultat de l'environnement si tu veux, alors que le sexisme, la misogynie sont volontaires. D'ailleurs les stéréotypes s'installent aussi à cause des sexistes. Un enfant va avoir des stéréotypes, parce qu'il est influençable. Je vois les stéréotypes comme une influence, pas un choix pensé. Ce que je veux dire, c'est que dans la fanfic, je ne pense pas que ce soit vraiment volontaire, mais un peu un résultat de siècles de connerie sexisme. C'est un peu comme la marie-sue, les gens l'écrivent pas volontairement (normalement XD), ça ressort juste comme ça.

Pour le dernier paragraphe, le bashing est un peu hors sujet mais ça avait été mentionné avant.

Par contre le "dominant/dominé" fait parti du sujet, c'est la vielle image homme/femme par excellence. Et pour la suite, les relations abusives qui se font passer pour du bdsm, et surtout les personnages qui n'y voient aucun problème, me posent problème si j'ose dire (je sais qu'il ne faut pas associer les pensées des persos à celles des auteurs, mais ça me fait plus que tiquer lorsque c'est récurant). Désolée si c'était brouillon, j'en ai un peu marre de voir ces types de fics. Ça fait que je ne lis plus autant qu'auparavant maintenant, j'ai fait le tour.

"je suis en train de réagir comme une nana, il faut que je me reprenne"

"je me maquille mais pas trop" est l'expression pour moi directe de l'internalisation des injonctions contradictoires sur la beauté féminine qui est qu'on doit être maquillée pour plaire (comme si le naturel était repoussant) mais pas trop (parce qui sinon, on est une salope et donc pas intéressante)...

-- Je suis bien d'accord avec toi pour le 2e exemple ! Il est pire parce que la fille dévalorise son propre genre. Elle risque pas de changer d'idée. Alors que pour le 1er, le gars peut évoluer, puisque c'est un point de vue externe sur quelque chose qu'il connait pas trop (les filles) ou dont il n'est pas proche. Le premier ne me gène pas trop.

Je crois que le vrai problème est lorsque la personne/le personnage a internalisé les idées des autres à son sujet/genre. Qu'il pense ce qu'on veut qu'il pense.

Pour en revenir à la fanfic, il faudrait éviter que les personnages pensent les stéréotypes qui les concernent comme vrai. Aux auteurs déjà d'y prêter attention et de voir jusqu'où ils peuvent aller.

10/21/2016 #9
Khimaera

"Pour moi les stéréotypes ne sont pas vraiment volontaires, plutôt un résultat de l'environnement si tu veux, alors que le sexisme, la misogynie sont volontaires."

Je comprends pourquoi tu le dis, mais je ne suis absolument pas d'accord. Le sexisme n'est pas un choix de quelqu'un, c'est un état de fait. Une parole ou un acte sera sexiste, quoi qu'en pense son auteur. Exemple : siffler une femme dans la rue, un exemple que beaucoup d'entre nous ont connu, c'est sexiste, point. Couper la parole aux femmes et pas aux hommes, c'est sexiste. Et pourtant un paquet de gens qui le font de manière systématique te diront qu'ils ne sont pas sexistes - pire encore (dans le cas de la parole volée) ils ne s'en rendront même pas compte.

Le sexisme a cela d'extrêmement dangereux, tout comme le racisme d'ailleurs, qu'il est systémique, c'est-à-dire qu'il est tellement ancré dans les moeurs (y'a rien qu'à voir nos politiques et nos médias) que les gens ne se sentent pas sexistes quand ils le sont. Du coup, pour leur "prouver" qu'ils sont sexistes, il faut se lever tôt.

De là, les stéréotypes sont une conséquence du sexisme, une partie d'un grand tout.

Je suis totalement d'accord sur les deux exemples donnés, ce sont des exemples parfaits d'auto-dévaluation et de tentative de répondre aux injonctions impossibles de la société. Et c'est très dommage, vu l'âge de certain(e)s des auteur(e)s, qu'ils aient tellement internalisé ça. Pareil pour le BDSM, je n'ai vu que très peu de BDSM qui en était réellement, la plupart du temps il s'agit de relations abusives. Là aussi, je trouve cela très dangereux, parce que les auteurs et lecteurs ont du coup plus de risque de se retrouver emmêlés dans une situation toxique. Je ne dis pas que ça arrivera à tout le monde, bien sûr, juste qu'il y a le risque que quelqu'un ne la repère pas à temps et ne parvienne pas à s'en tirer parce qu'il ou elle l'aura lue comme parfaitement normale.

10/22/2016 #10
Oceanna
Alors que pour le 1er, le gars peut évoluer, puisque c'est un point de vue externe sur quelque chose qu'il connait pas trop (les filles) ou dont il n'est pas proche. Le premier ne me gène pas trop.

Pour moi, cela me gêne autant que le premier parce que je sais que la personne qui écrit ça a toutes les chances d'être une femme. Dans certain cas, le traitement du côté masculin/féminin chez le personnage me suffit, dans le sens où c'est ce personnage qui a un problème avec sa masculinité (et généralement, ça rejaillit ailleurs et ça donne des traitements extrêmement intéressants). Dans d'autres, c'est là pour être mis là, parce que c'est une des règles du genre et ça n'est pas réfléchit. Et comme pour le premier, c'est alors une internalisation que pour un mec être féminin est un mal (et donc une énième dévalorisation de son propre genre.

Pour le reste, je souscrit à l'argumentation de Khimaera, donc on va éviter de se répéter.

10/22/2016 #11
larmes-de-champignons

Perso, je suis carrément d'accord avec vous. Pas mal de fic reproduisent des stéréotypes sans presque en avoir confiance.

J'ai essayé de relire ma (seule) fic en ayant l'œil le plus critique que possible sur le sujet. J'ai beau connaitre le sujet du féminisme et etre très convaincue, j'avais quand meme un personnage qui était une femme très maquillée et apprêtée et qui se trouvait être pas sympa.

J'ai changé ça bien sur à la relecture, je pense que j'ai laissé passer d'autres trucs qui montre le poids de l'éducation genrée dans mes reflexes. .

Je trouve que les fics ont une vraie responsabilité sur ma compréhension des rapports homme/femme (vu que j'ai commencé à en lire tres jeune) et du coup, je préfère que la mienne soit presque un cliché féministe plutôt que d'un jour rencontrer une fille qui s'est aussi construit en lisant des fics et du coup pense que les vraies filles sont au choix soit celle qui refusent complètement leur feminité ("ouais, mais moi je montais aux arbres et je me bâtais, alors on disait que je n'étais pas une fille" en gros c'est mal d'être une fille, et elle n'en est pas une vraie) soit celles qui trouvent que les filles sont forcement pudiques, maternelles et n'aiment pas le sport (du coup sont contraintes sans s'en rendre compte, puisqu'elles ne feront pas certaines activités).

Je crois que quand on poste une fic, on a une vraie responsabilité sur la façon dont on dépeint les genres et ça peut conforter ou infirmer certains clichés.

5/29/2017 #12
Oceanna

J'ai beau être d'accord sur ce que tu dis, j'ai un peu de mal avec ta déclaration :

Je crois que quand on poste une fic, on a une vraie responsabilité sur la façon dont on dépeint les genres et ça peut conforter ou infirmer certains clichés.

Oui, en soit, oui, je considère que ça fait partie des choses à prendre en compte quand j'écris et je poste une fic. Mais étendre cette responsabilité à toutes les auteurs dont beaucoup ne sont pas sensibilisées au féminisme me paraît très... idéaliste (et même chose pour le racisme, l'homophobie et assimilés et ainsi de suite ; le sexisme n'est clairement pas le seul biais social conforté par les fanfics - mais ce n'était pas le sujet).

Et, par curiosité, tu appelles quel type de personnage "cliché féministe" ?

5/29/2017 #13
Nelja

J'ai remarqué le problème, ça ne me fait clairement abandonner la fic, mais ça ne m'indigne pas non plus. La plupart de ces fics sont écrites par des gamins qui changeront d'avis plus tard, et j'ai plus de la compassion pour la façon dont on les a élevés que du mépris.

Je pense que le mieux dans cette situation est d'encourager les auteurs qui sortent de ces clichés sexistes en leur donnant des reviews positives, histoire de montrer qu'il y a quelque chose à remarquer.

8/18/2017 #14
Eldar-Melda

Pour répondre à ce sujet, je vais rajouter mon grain par rapport au yaoi, étant moi-même auteure de yaoi. A mon sens, on pet dépeindre de façon respectueuse les femmes dans ces fanfictions. Pas la peine de rendre une femme horrible et méchante pour mieux mettre en valeur le couple masculin. J'ai déjà vu des fanfictions où on montre une Ginny au comportement plus que toxique et invivable pour mieux casser l'image que Harry a d'elle. Tout ça pour finir avec le garçon idéal.

Et non ! Ca ne s'arrête pas qu'aux mangas, ça se propage aussi dans les fandoms où les femmes sont mieux représentées comme Lily qui refuse les avances de James ou réfute son amitié avec Rogue. Ou on a encore une Hermione qui est souvent en avance et très forte. C'est vraiment dommage pour un fandom où les femmes sont représentées de façon réaliste. Alors qu'on peut très bien ne pas utiliser de personnage féminin du tout.

Encore un autre exemple de fandom que je fréquente, c'est celui du fandom de Sherlock, la version avec Cumberbatch. Beaucoup de jeunes filles sont tombées irrémédiablement amoureuses du JohnLock que je n'apprécie pas beaucoup, étant une grande fan de leur amitié bien victorienne ! Hélas, quand Irène Adler et Mary Morstan sont apparues dans la série, ça a tout de suite déclenché la colère des fans.

Alors, à mon grand détriment, et mon désarrois le plus total, on a massacré sans vergogne des personnages féminins particulièrement forts et en avance par rapport à notre temps. C'est peu dire ! C'est désolant pour l'image qu'on se fait de la femme et ce qu'on rêve d'atteindre. Tout ça, par jalousie. Alors que les règles ont été fixées il y a plus d'un siècle ! Irène fascine Sherlock et John tombe amoureux de Mary.

Le problème vient aussi du fait que l'on pense, à tort, qu'une femme doit se pâmer d'admiration devant le héros, le trouver beau et charismatique à souhait alors que ces femmes pensent peut-être le contraire. Elles doivent ainsi s'incliner devant lui. Genre une femme peut ne pas apprécier le comportement du héros envers elles, mais le fandom ne l'accepte pas. C'est dommage parce qu'on montre que ces personnages ont une dignité dans la série. Et ces personnages sont victimes de bashing incessant.

D'un côté, on a des auteurs qui se veulent progressistes envers les femmes et de l'autre, on a des femmes qui cassent d'autres femmes. C'est à rien n'y comprendre.

9/18/2017 #15
Machaon's Apprentice

Je découvre un peu tard ce sujet, qui pourtant m'intéresse beaucoup, et tous vos posts me réconfortent, en exprimant l'indignation qui me saisit parfois !

En ce qui concerne le cas particulier d'Irene et Mary dans Sherlock, moi aussi j'avais été déçue de l'accueil qui leur avait été réservé par une partie du fandom. D'autant plus que Mary, par exemple, telle qu'elle est décrite dans la série, me semblait une modernisation judicieuse de ce qui était, avec un beau sexisme victorien, une très pâle figure dans les récits de Conan Doyle. (En vérité toutefois, par rapport à d'autres fandoms, ce ne sont pas les personnages dont le mauvais traitement m'indigne le plus, dans la mesure où ni l'autre ni l'autre ne manquent de défauts dans le canon – même si je suis bien d'accord que ce n'était pas la vraie raison à cette haine, surtout quand les personnages principaux sont eux-mêmes très loin d'être parfaits.)

De façon plus générale, je crois que l'attitude que suggère Nelja est la meilleure et la seule solution : s'efforcer d'encourager les productions qui combattent les stéréotypes et qui ouvrent l'esprit plutôt que de s'embourber dans les clichés. Pourtant, je suis curieuse : est-ce que l'une d'entre vous a déjà adopté l'attitude contraire et déposé une review pour signaler que tel ou tel passage est trop sexiste pour être honnête ? L'envie m'en a terriblement démangée quelquefois, mais je n'ai jamais osé, parce que je n'ai jamais laissé de commentaire qui ne soit pas principalement positif et que je ne sais pas ce qui serait assez fort pour contrebalancer pareille critique, même si ça doit bien pouvoir se faire.

En plus de tout ce qui a déjà été mentionné, il y a un phénomène qui m'a dérangée et qui me semble lié à un cadre de pensée misogyne : c'est la diminution de la compétence des personnages féminins, dans les fandoms qui proposent des figures de femmes aux capacités remarquables.

J'en ai vraiment pris conscience l'année dernière, en naviguant dans le flot de fics qui ont suivi la sortie du Star Wars VII – plus spécialement dans toutes celles (il y en a un paquet…) qui imaginent une relation future entre Rey et Kylo Ren. Alors que Rey, dans le canon, est indéniablement, non seulement très talentueuse et très « puissante », mais aussi dotée d'une belle force de caractère, nombre de ces fics finissent par l'installer dans une relation de subordination vis-à-vis de Kylo Ren, dont elle devient, en général, l'apprentie. C'est un schéma qui se reproduit quelle que soit la nature, romantique ou gen, de la relation qui s'établit par ailleurs entre eux ; et il est encore plus frappant dans les Modern AU, où Rey exerce souvent des emplois qui la placent sous la coupe directe de Kylo Ren, ou bien dans des situations de claire infériorité sociale.

(Rien que toutes les fois où elle travaille dans l'enseignement ou les lettres, alors qu'il ne coûterait rien à l'intrigue de faire d'elle une ingénieure ou une pilote, ce qui correspondrait bien mieux à son talent. Je suppose qu'on pourrait opposer à cette critique l'argument d'une revalorisation de ces métiers statistiquement féminins par leur « héroïsation » indirecte, mais je ne suis pas toujours convaincue que ce soit vraiment le mécanisme à l'œuvre…)

Ce n'est pas, d'ailleurs, l'idée d'une fic où Rey est l'apprentie de Kylo Ren qui me dérange, au contraire : c'est un bon scénario, en partie suggéré par le canon. Mais c'est que l'exécution de cette idée sacrifie la pleine étendue des pouvoirs et du caractère rebelle du personnage, pour le mettre sous la coupe d'un autre personnage, masculin, alors qu'elle devrait, pour rester in character, à tout le moins remettre en cause son autorité et sa supériorité.

J'ai eu la même impression en lisant certaines fics avec Hermione, qui la rabaissent, d'une manière que j'ai trouvée gratuite, dans la posture de l'ignorante par rapport à un mentor comme Rogue, ou même parfois Drago. Le désir d'apprendre fait tout à fait partie du personnage, mais ses capacités cognitives et son côté miss je-sais-tout aussi : aucune minimisation de ses capacités ne devrait être nécessaire pour la mettre dans des situations qui élargissent ses horizons.

(Je suppose que là, on risque aussi de toucher à autre chose : le fait qu'en fanfiction – et sans doute ailleurs aussi – les auteurs ont l'air souvent d'avoir besoin de haïr pour aimer, et de rabaisser les autres personnages pour prouver ce que leur préféré a d'excellent et de supérieur.)

Je ne sais pas si vous aussi vous aviez perçu ça comme ça, ni si vous l'avez constaté dans d'autres fandoms ?

Et… je réalise que ce post est déjà beaucoup trop long et qu'il faudrait que je m'arrête, mais je ne résiste pas à la mention d'une dernière chose : l'amalgame que j'ai parfois constaté dans les fics qui pratiquent le genderbending entre sexe biologique et genre social. Ça peut être le cas dans des UA où le caractère alternatif tient à cette inversion, mais j'ai trouvé ça encore plus manifeste dans des fics se déroulant dans l'univers canon, où l'inversion est une péripétie. Ce que j'ai lu de plus caricatural étant, pourtant de la part d'une auteure anglophone qui produit de bons textes, une fic où un personnage masculin, devenu femme, voyait ses cheveux s'allonger instantanément – et développait dans la foulée une grande vanité. No comment.

10/18/2017 #16
Alixe

Je pense que le dire à l'auteur, en prenant soin de rester très neutre, rien d'agressif, pourra l'amener à le réaliser. On baigne tellement dans le sexisme que même en faisant attention on se surprend encore à dire des clichés, alors si on n'est pas dans un milieu qui a amené à réfléchir sur la question, on ne s'en rend pas compte.

Perso, on m'a fait une réflexion sur la direction que prenait ma fic (ce n'était pas du sexisme, c'était un autre sujet), et j'ai réalisé ce que je faisais, ce qui m'a amené à modifier la suite.

10/18/2017 #17
Nelja

Il m'est arrivé de faire remarquer le sexisme dans une histoire, oui, mais seulement quand à côté elle était suffisamment bien pour que je la finisse et que j'aie envie de la commenter quand même... c'est à dire pas souvent. Ma politique est de ne finir que les fics que j'aime, et de ne commenter que les fics que j'ai finies.

Mais dans ce cas, je prends des pincettes. Je ne dis pas "tu es sexiste", mais "la narration de ce passage" ou "les implications de cet événement" me semblent sexistes. Le but est d'instruire quelqu'un qui n'a probablement pas remarqué et ne l'a pas fait exprès, pas de marquer sa supériorité.

(Ha oui, et pour le sexe biologique et le sexe social, OMG, cet exemple ! Je pensais d'abord que tu parlais des AU où le perso a toujours été de l'autre sexe, et j'étais en train de penser "c'est complexe, parce qu'il a été effectivement socialisé de façon différente". Mais quand c'est un changement magique, pas de justification... sauf si la personne qui a lancé le sort est elle-même super-sexiste, bien sûr)

Sinon, je ne suis pas d'accord pour Irene et Mary, que j'aime beaucoup dans les livres, mais bon. Je ne suis pas assez dans le fandom Sherlock pour participer à une discussion dessus.

10/18/2017 #18
AfternoonBreak

Simplement pour continuer sur le sujet de Sherlock, personnellement je ship le Johnlock, je fais toujours partie de la TJLC (The JohnLock Conspiracy, en gros une théorie massive comme quoi la relation John/Sherlock serait prévue depuis le tout début de la série) avec cependant pas mal de recul.

J'en ai bien sûr déjà entendu parler, du souci des shippeurs du JL qui haïraient Mary et Irene, mais j'ai également vu beaucoup de fans qui shippaient ce couple tout en appréciant ces deux personnages féminins. Personnellement j'aime beaucoup tous ces personnages, je ne les traite pas du tout comme un "obstacle" à la relation. Même dans la TJLC, Mary et Irene ont davantage un rôle de guides, de miroir, plutôt que d'opposants (et elles n'en sont pas réduites à ça).

Après, le fandom Sherlock fait partie de ceux qui poussent les choses parfois trop loin... Cas concret, quand la saison 4 venait de se terminer (3 épisodes d'1h30 donc) beaucoup de gens pensaient que la nouvelle série que diffusait la BBC était un leurre pour camoufler un épisode secret de Sherlock qui expliquerait beaucoup de soucis que les gens avaient avec cette saison. Et là je ne fais qu'en rapporter une version très édulcorée, il y avait de véritables guerres de ship, des menaces envoyées à la BBC, des remarques blessantes, bref. Peut-être que ce genre de débordement est propre au fandom ? Avez-vous déjà vu d'autres cas comparable, où on "sacrifiait" des personnages féminins pour un couple m/m ?

10/19/2017 #19
Leo Poldine

Alors... Pour en finir avec le sujet Sherlock, parce que mine de rien c'est pas celui du topic. Je pense que dans tous les fandoms il y a une proportion de gens complètement déraisonnables (pour ne pas dire autre chose). Plus le fandom est grand, plus cette proportion est importante, mathématiquement. Or le fandom Sherlock est plus que large, et si on ajoute à ça le "baiting" flagrant de la série et la lecture possible de l'œuvre originale... Je pense que la rage (parce que c'est vraiment ça) d'une partie du fandom s'explique (mais ne s'excuse pas). Que ça rejaillisse autant sur Irene et Mary est indicateur de plein de trucs déjà soulevés...

Et oui, ça a existé dans d'autres fandoms... Ginny a été souvent sacrifié au profit du Drago/Harry, par exemple. Et sans vouloir m'avancer parce que je ne connais pas le fandom, mais je crois que dans Naruto aussi, un (des ?) persos féminins étaient sacrifiés pour le Sasuke/Naruto. Là tout de suite je n'ai pas d'autres exemples en tête, mais...

Ah, et parfois, le perso féminin n'est pas... bashé dans la fanfic, mais il disparait de la narration alors qu'il est techniquement dans l'œuvre de base. Là pour le coup je pense aux fics Avengers : qu'elles shippent Tony et Steve ou Tony et Bruce, Pepper Potts est souvent tout simplement éliminée de l'intrigue, comme si elle n'avait jamais existé. Alors, certes, les films (surtout les derniers) ne la mettent pas particulièrement en avant non plus, mais enfin...

Edit : c'est la même tendance, je pense, qui pousse à effacer ou nier toute relation préalable que peut avoir un des membres d'un OTP avec quelqu'un d'autre, comme si une relation préalable "salissait" la relation actuelle, la rendait moins vraie, moins "pure". Je m'explique : par exemple, parce que Lois et Clark (dans Smallville ou Superman, peu importe) sont mon OTP, la relation entre Lana et Clark n'existe pas. Ou elle n'était pas heureuse, Lana a forcé Clark à être dans une relation, ou il s'est rendu compte une fois avec Lois qu'en vrai il n'avait jamais été amoureux de Lana, que le véritable amour, le seul et l'unique, c'est avec Lois. Sauf que mince c'est pas comme ça que ça marche, dans la vie ! Et je trouve ce genre de discours hyper malsain, d'abord parce qu'il donne des représentations complètement aberrantes et inatteignables de l'amour (j'irai éventuellement en parler dans le topic sur la romance), mais en plus parce qu'ils dresse les fans et les personnages (souvent féminins) les uns contre les autres.

Pour le reste... Comme Alixe et Nelja, je pense que c'est important et possible de le dire, en essayant de rester neutre, et de pointer des circonstances précises dans le récit. Ou en posant des questions. C'est aussi comme ça qu'on peut se rendre compte de ses propres préjugés et limitations quand on écrit. Il m'est arrivé plusieurs fois de revenir sur une scène ou un OS en me disant "tiens, mais au fait, ce perso... est-ce que c'est obligé que ce soit un homme ?". Quand la réponse est non, régulièrement, je change. Ca change rarement grand-chose au récit en tant que tel, mais je me dis que ça fait davantage de représentation. Et que c'est un début. (ça marche aussi pour les personnes de couleurs, les personnes non hétéro, non cis, handicapées...) (après chacun fait en fonction de ses envies et de ses possibilités, hein)

Machaon, je ne lis plus tellement de fics régulièrement, donc c'est compliqué pour moi de te dire si j'ai beaucoup vu le schéma que tu présentes en fanfic... Mais oui, c'est gênant. Et systémique : on le voit dans d'autres formes de fictions, hein, où il faut forcément un mentor (qui est généralement un homme blanc et vieux), surtout pour une femme. Ou alors, que le héros est un débutant qui devient meilleur que la femme (souvent son intérêt amoureux) qui a pratiqué un art/un combat/une science toute sa vie...

10/19/2017 . Edited 10/19/2017 #20
Oceanna

Assez d'accord sur ton edit, LP, sur la manière d'envisager l'amour et comme tu le dis, c'est pas forcément un truc de slash - y'a eu les mêmes débats sur le Buffy/Angel et le Buffy/Spike, par exemple. Et Sigma, ce n'est pas que le fandom Sherlock - j'ai d'autres histoires en tête, mais je ne me souviens plus du tout de quelle univers il s'agissait.

Après, la question que tu poses sur les personnages sacrifiées... C'est peut-être pas au niveau que tu entends, mais je connais ça sur le fandom de Black Sails. C'est un cas un peu particulier parce qu'il y a un couple à trois entre deux hommes et une femme. Or, dans les univers alternatifs, c'est franchement fréquent que le personnage féminin soit... oublié. Je veux dire : même de la liste des personnages qui sont présents. Je pense qu'il y a des raisons diverses à ça, mais ça a tendance à me frustrer assez vite.

D'un côté, on a des auteurs qui se veulent progressistes envers les femmes et de l'autre, on a des femmes qui cassent d'autres femmes. C'est à rien n'y comprendre. (Eldar Melda)

Ben... Non ? Enfin, pas pour moi. De manière systémique, on a tendance à avoir une manière d'envisager la féminité comme quelque chose qui met en concurrence les femmes. Que ce soit dans des triangles amoureux, ou dans toute la gestion des "elle n'était pas comme les autres femmes". Une partie de notre sociabilité de femme se fait aussi sur ça (je pense aux sujets de conversation sur l'épilation ou sur la mode).

Pourtant, je suis curieuse : est-ce que l'une d'entre vous a déjà adopté l'attitude contraire et déposé une review pour signaler que tel ou tel passage est trop sexiste pour être honnête ?

Personnellement, je trouve ça très compliqué aussi. Pas impossible, mais ça demande d'être dans un état d'esprit précis, pour que je trouve la bonne distance... J'ai pu le faire dans des contextes précis, comme les Nuits où j'avais un autre motivation pour laisser une review. Mais même là, selon les cas, j'aurais tendance à dire que j'interprète pas le personnage de la même manière ou à poser une question.

10/19/2017 #21
PenArt
"Pourtant, je suis curieuse : est-ce que l'une d'entre vous a déjà adopté l'attitude contraire et déposé une review pour signaler que tel ou tel passage est trop sexiste pour être honnête ?"

Jamais je crois; j'ai tendance à penser que l'auteur grossit volontiers le trait. Ou alors je ne relève pas si c'est devenu un cliché de fic, c'est la même chose, je considère que c'est voulu : par exemple dans le fandom Harry Potter, le Harry efféminé (pas seulement son apparence mais son comportement aussi) où des traits "typiquement féminins" lui sont collés (faible physiquement, raffiné, habits stylés...). Je pense généralement que l'auteur a écrit en connaissance de cause, surtout si ça me saute aux yeux ! Mais bon peut-être que je devrais poster un commentaire de temps en temps à ce sujet pour voir ce que l'auteur en pense de son côté...

10/19/2017 #22
Oceanna

Alors, PenArt je... ne vois pas de quoi tu parles ? Dans le sens : j'ai pas souvenir d'avoir lu des fics où Harry était caractérisé ainsi (ce qui est logique vu que ma fréquentation du fandom se réduit à aller de favoris en favoris). Tu parles d'un trope, d'un type de fic qui revient ? Parce que là, c'est pas un truc où j'ai les références pour comprendre.

Et pour les personnages féminins sacrifiés pour un ship masculin... L'exemple qui vient de me revenir en tête, c'est la question des omegaverse (fanlore a un article très détaillé dessus si vous ne connaissez pas le terme), où il y a pas mal de nanas qui utilisent l'univers pour parler de machisme et de sexisme... Mais où tout ce discours est repris par la différenciation alpha/omega et où les femmes sont généralement absentes ou dans des rôles assez secondaires. C'est pas obligatoire, mais c'est quand même très fréquent.

10/20/2017 #23
PenArt

Salut Oceanna, alors c'était peut-être des fics en anglais et aussi sur d'autres sites - pas seulement celui-ci - maintenant que j'y pense, donc pas sûr que tout le monde en ait autant rencontré !

omegaverse (fanlore a un article très détaillé dessus si vous ne connaissez pas le terme), où il y a pas mal de nanas qui utilisent l'univers pour parler de machisme et de sexisme

Moi aussi j'ai vu ça, c'est intéressant, mais je pense que c'est dommage de ne voir ces questions quasi que dans cet AU. J'aimerai voir ça plus souvent dans les autres types de fics.

10/20/2017 #24
Machaon's Apprentice

Par curiosité (et réel intérêt), est-ce que vous pourriez donner des exemples de fics en omegaverse qui réfléchissent à la question du sexisme/machisme, ou au moins de la manière dont elles le font ? Parce que j'en ai une idée nébuleuse, mais pas vraiment d'expérience concrète et même l'article de fanlore ne m'a pas beaucoup instruite sur le sujet...

Et à vrai dire, ce que j'ai constaté de ces univers m'a plutôt donné l'impression contraire. Je suis tout à fait d'accord avec Oceanna sur le fait que ces fics effacent souvent les personnages féminins. Mais au-delà de ça, il me semble qu'un principe narratif qui valide un lien intrinsèque entre constitution physiologique et traits de caractère est à tout le moins problématique d'un point de vue féministe. Cela revient à affirmer que des marqueurs de genre d'ordre comportemental trouvent leurs racines et leur justification, non dans la reproduction de schémas sociologiques, mais dans la biologie. Transposé dans notre monde réel, cela pourrait valider tous les préjugés en essentialisant les distinctions entre féminin et masculin.

J'ai conscience qu'en théorie, une fic en omegaverse peut présenter une société dans lequel ce schéma semble installé, pour montrer ensuite qu'il est erroné et relève d'une manière de penser qui devrait appartenir au passé. En vérité, j'ai rencontré des fics allant dans cette direction. Mais, du moins dans celles que je connais, c'était pour souligner l'exception que constituait tel ou tel personnage, qui appartenait à une catégorie biologique mais présentait une personnalité plus habituellement associée à un autre groupe (un alpha timoré, par exemple). Cela supposait que les stéréotypes soient confirmés dans le cas de la majorité de la population et ne remettait donc pas fondamentalement en cause la notion d'un rapport entre la constitution physique des individus et leur attitude ou leurs goûts.

D'autre part, dans mon expérience, la plupart des histoires qui utilisent ce trope mettent aussi en avant un système d'accouplement fondé sur l'occurrence de périodes de "chaleurs" où les individus ne sont plus capables de contrôler leurs pulsions sexuelles et reproductrices. Une situation qui n'est pas toujours présentée comme problématique, alors qu'elle remet franchement en question la possibilité du consentement. Ces histoires construisent donc des univers dans lesquels il est normal de ne pas pouvoir résister à ses pulsions et où il est admis que les désirs sexuels sont des choses que l'on n'est ni tenu ni en mesure de maîtriser, quelles qu'en soient les conséquences pour les autres personnes.

Quoiqu'il soit heureux que la fiction nous autorise à tout imaginer et nous permette ainsi, justement, de réfléchir à tous les sujets et à l'impact de toutes nos actions, le propos, à mon sens, n'est pas neutre. Surtout, je n'ai pas toujours l'impression que toutes les auteures soient conscientes de ses implications.

(Il me semble, compte tenu du nombre de femmes victimes de violences sexuelles, que ce problème a sa place ici, mais les femmes ne sont pas les seules victimes de ces violences et je reconnais que la question s'éloigne peut-être un peu du strict sujet de la misogynie.)

Sinon, pour revenir à plus léger, je partage complètement avec toi, LP, l'expérience des moments d'écriture où je me rends compte, tout à coup, que j'ai créé un OC homme sans même envisager qu'il puisse être une femme ou, pire, un OC femme juste parce que le personnage est associé par mon inconscient à une position subalterne. (Et même chose avec d'autres types de préjugés ou de carences de représentation, là encore je suis d'accord.) S'en rendre compte est à la fois gratifiant, parce qu'on peut rectifier, et frustrant, parce que ça montre le chemin qu'il reste à parcourir...

11/15/2017 #25
Oceanna

Des exemples... C'est des vieux souvenirs de Teen Wolf, surtout. Le plot est toujours assez similaire, mais on a une société dystopique où l'argument hormonal sert à maintenir les oméga pour qu'ils soient de bons petits maîtres de maisons (parce qu'ils sont plus faibles, plus émotionnels, plus précieux). Le héros commence souvent par remettre ces stéréotypes en question, il y a un début d'intrigue politique (tentatives de coup d'état, révolution, activisme). Après, c'est des fanfics... A part une seule exception que j'ai lue (et qui est une énorme exception sur beaucoup des clichées des omégaverse), ce propos est souvent mangé par la romance (c'est un défaut habituel des fics à intrigues publiées ici et sur Ao3), ce qui n'empêche que généralement il y a un soulèvement pour obtenir une égalité de tous devant la loi. Mais j'ai souvenir de pas mal de tentatives qui jouent justement sur la gestion des stéréotypes par rapport aux truc hormonaux. Même si je te rejoins sur le fait que c'est quelque chose qui finit souvent de la même manière que le "je ne suis pas comme les autres filles".

Ensuite... J'ai envie de te répondre : j'ai pas dit que ces fics le faisaient bien ! J'ai juste dit qu'une partie de ces fics parlent de machisme et de sexisme et l'utilisent dans leur système narratif et en tant que ressort - pas qu'elles pensent de manière critique. Je suis absolument d'accord avec ce que tu racontes et aux problèmes que cela pose. En bien des manières, j'explique les omégaverse comme un lieu de l'hyper-romance qui amplifie tous les fantasmes de la romance usuelle (attraction sur le moment, idée de la destinée, passion physique et sexuelle qui dépasse toute psychée, fantasme du viol...), d'autant plus fantasmée que ce sont des choses absolument détachée d'un vécu féminin (personnages masculin, hormones différentes, univers irréaliste de base) qui sont pourtant totalement dirigé par des codes féminins.

J'opposerai cependant un seul argument à ce que tu racontes qui est celui-ci : il y a des démarches féministes qui essentialisent la différence entre masculin et féminin. Je ne dis pas que je suis d'accord avec elles ou qu'elles soient encore pertinentes ou prouvées aujourd'hui, mais... elles ont existées et ont permis d'avancer la cause des femmes. Il me semble que ça reste important à rappeller.

Je suis absolument d'accord avec ce que tu racontes sur le consentement et oui, je pense que cela a sa place ici.


Penart : je n'ai pas dit que ça n'existait pas ! Je ne sais juste pas de quoi tu parles, mais c'est aussi parce que je lis très peu sur Harry Potter depuis des années et que ça peut être très bien dans des fics que j'écarte juste parce qu'elles ne sont pas mon genre.

11/15/2017 #26
Machaon's Apprentice

Merci pour ces développements ! Je comprends mieux de quoi il peut retourner. Et ça me donne bien envie d'aller m'instruire en farfouillant un peu du côté des omegaverses de Teen Wolf. (Une chose que je ne pensais certes pas écrire un jour...)

Aussi, c'est vrai qu'il y a des courants féministes qui essentialisent la différence masculin/féminin. Je les ai complètement zappés parce qu'ils ne correspondent pas à ma manière de voir les choses, mais c'est certainement un tort.

11/16/2017 #27
Oceanna

Je... J'ai pas de grands souvenirs de fics de ce genre sur Teen Wolf. Le truc le plus réussi dans le genre, pour moi, c'est la série sur Mass Effect A most unexpected man. Cela comment par du porn et l'univers créé par l'auteur est assez réussi (surtout l'aspect lutte politique pour le coup).

Et, c'est... normal de laisser de côté, aujourd'hui, ces courants parce qu'ils ont été dépassés et que leurs bases scientifiques sont remises en cause. Mais ils ont existé et surtout ils ont permis une parole et des revendications féministes importantes. Personnellement, j'aurais tendance à dire que bon, on a toujours besoin d'un féminisme essentialisme parce que c'est franchement le seul lieu qui permette encore une célébration publique de la féminité, qui est un truc qui a toujours... un peu de mal en terme de représentation sociale face au masculin (ce que j'ai en tête, c'est que le stigma sociale et la manière de vivre est pas la même quand tu dis "je vais voir la dernière romance au cinoche" par rapport à "je vais voir le dernier nanar d'action au cinoche")... Mais c'est pas un courant qui me correspond non plus.

11/17/2017 #28
AfternoonBreak

Un Harry efféminé, faible physiquement, j'en ai déjà vu plusieurs fois, c'est d'ailleurs ce qui me fait éviter les fictions comprenant certains couples où cette interprétation (ou plutôt, réinterprétation j'imagine) d'Harry est assez proéminente. J'aime bien retrouver les personnages du canon tels qu'ils y sont, mais général ce sont des Harry un peu trop éloignés du personnage original à mon goût. Après, je ne sais pas si c'est lié au sujet ? Enfin j'ai plus l'impression que ce sont les autrices qui se projettent dans le personnage (parfaitement compréhensible) qu'un vœu conscient de dénaturer le personnage.

11/18/2017 #29
Forum Moderators: Forum francophone A Smiling Cat, Joy Misty Holy, sangdelicorne, Alixe
Rules:
  • Forums are not to be used to post stories.
  • All forum posts must be suitable for teens.
  • The owner and moderators of this forum are solely responsible for the content posted within this area.
  • All forum abuse must be reported to the moderators.
Membership Length: 2+ years 1 year 6+ months 1 month 2+ weeks new member